Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Kant Le devoir de culture et d’éducation

Vous êtes ici : » » Kant Le devoir de culture et d’éducation ; écrit le: 3 mai 2012 par imen modifié le 6 juillet 2018

Kant Le devoir de culture et d’éducation

Le pratique oui,l’idéologie non

Que faire, selon Kant? Pas contempler pler les valeurs, mais les réalise! dans l’action. Ce n’est pas pour rieî] que Kant appelle le domaine de H morale : le « pratique ». Le domaine de ce que nous pouvons réaliser par liberté, qui est aussi le domaine de ce que nous devons réaliser selon] nos valeurs.

Mais certainement pas par un projet directement politique, qui réaltl serait de force le bonheur universel à partir d’un prétendu savoir, de] valeurs si sûres d’elles qu’elles justifient tous les moyens. C’est-àl dire une idéologie, qui n’a jamais produit que le malheur des hommes.

Reste le pratique kantien, c’est-à-dire, après l’essentiel qui est le j comportement strictement individuel, restent la culture et l’éducation, deux problèmes politiques plus importants que la politique.

Lumières = liberté

En matière de diffusion de la culture, Kant est bien placé, au cœur de l’époque des Lumières. Pour lui, les Lumières signifient que chaque humain passe d’un état de « mineur », soumis à un pouvoir qui ni pas à se justifier, à la majorité, dans tous les domaines.

L’éducation et la culture, de soi-même et des autres, constituent don le devoir moral le plus pressant de l’humanisme kantien. Et définis] sent le droit politique le plus indispensable.

La diffusion de la culture est spontanée, dès qu’une société est libr j L’obscurité est toujours due à une politique d’oppression, un obscüj rantisme, volontaire. Laissez-nous penser, exigent les philosoph0! des Lumières. Donc aussi publier, sans enfreindre la loi, mais en d’enseignement et de recherche qui soient indépendants, Actuellement, du pouvoir politique.

les lumières sont aussi le remède contre la manie du secret, à LeS cèdent presque toujours les pouvoirs. Les citoyens doivent laqUe tout ce qui concerne la vie publique doit justement être public. la publicité (au sens d’information librement diffusée, pas de pol­lution paf réclame commerciale) est la meilleure garantie politique. Revendications qui n’ont pas pris une ride.

Lumières = culture

Mais que valent ces libertés de parole et d’information si les cito-yens sont ignorants et (donc) manipulables ?

Rien, elles se transforment en dangers.D’où l’exigence absolue d’un développement de la culture, à la fois au niveau individuel et au niveau public.

Éducation et politique : même combat. Revendication qui n’a pas pris une ride.

L’éducation est la fabrique de l’humain

Kant a d’abord écrit que le problème le Plus difficile qui se pose à l’huma­nité est celui de la politique. Puis il écrit que c’est l’éducation. Sans c°ntradiction, si on comprend que c’est le même problème : cons­truire l’humain selon un projet de valeurs universelles.

Kant offre donc toute une réserve de slogans pour manifestations étudiantes (mais les CRS ne comprendraient pas tout). Pas de ques- n plus politique que l’éducation. Pas d’éducation plus décisive que e ucation à la citoyenneté.

L’humanité, qui est une valeur, se fabrique, par la culture et l’éducation  en l’homme que les « germes » de l’humanité devons les cultiver, ils ne se développent pas spontanément.

Vidéo : Le devoir de culture et d’éducation

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Le devoir de culture et d’éducation

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles