Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Kant La signification de l’histoire humaine

Vous êtes ici : » » Kant La signification de l’histoire humaine ; écrit le: 3 mai 2012 par imen modifié le 6 juillet 2018

Kant La signification de l’histoire humaine

Courage

Quand on voit les humains se massacrer et s’opprimer ¡ivor Ihih entrain, siècle après siècle, on ne se demande même pluit ni imi|| a un sens. Kant est le premier à reconnaître l’absurdité l’histoire humaine.

Mais le philosophe ne doit laisser démoraliser par Ici “l’Off des bouffons et des monulml, 1 chercher un sens glob.il, même si aucun des acteur de l’histoire n’en a conscience,un sens réinterprétation philosophique positive. Pourquoi se donner  un sens a l’histoire,qui serait celui d’un progrès  malgré tout, cela autorise l’idée d’un projet constructif, humaniste, un projet de valeurs. Et c’est notre devoir.

La Nature est bonne avec nous…

Supposons que la Nature a un but qui se réalise à travers  des hommes. Il devrait être possible de deviner ce but . progrès que représente la construction de sociétés de plun ntt |il| complexes. Mais tout cela prend des siècles et coûte chtn un frances. Première conclusion: visiblement la Nature so •.«■mi 14 I l’espèce humaine dans son ensemble, mais pas de chaquo liMMM en particulier. L’avancement de la civilisation serait une nmolliHftM même si elle passe par la détérioration de nombrounm» j humaines… On est encore loin d’une vision humaniste de l’histoire.

Reprenons sur un autre plan. Cette édification des sociélrtw «I tfl cultures, à travers bien des horreurs, ne construit pas qu’unn 1 Ivliif tion technique, elle construit aussi une civilisation mornifle (j| pensons malgré tout être plus « civilisés » au sens moral que nos lointains prédécesseurs . Et cela nous l’avons acquis en traversant les Bat collectives du passé.

Mais si cette amélioration morale est le but qui se réalise tout seul puinlm, c’est-à-dire que la Nature réalise, pourquoi ne pas Il dis donné dès le départ un instinct, un instinct social et moral, Il munit évité les horreurs de l’histoire ?

Réponse :parce qu’alors nous n’aurions plus aucune valeur en tant qu’humain , nous ne serions que des mécanismes biologiques aveu- Hbrourammés, des animaux sociaux. Si au contraire nous ne devons progrès moral qu’à nous-mêmes, il a une véritable  et nous avons une valeur.

…Mais terriblement cynique

D’où aussi une réinterprétation de l’affrontement entre les hommes : c’est le moyen qu’utilise la Nature pour les faire progresser, pour les empêcher de stagner dans loisiveté. La compétition entre les hommes et entre les groupes humains sert à l’amélioration des hommes et des sociétés.

Le problème de l’éducation, de la culture, et le problème du droit, en Particulier, nous sont imposés par l’état « naturel » de guerre de tous contre tous. Ce sont les inconvénients insupportables de notre inso­ciabilité qui nous obligent à nous activer, à développer notre sociabi­lité, et finalement notre moralité.

Le progrès moral est un tout

Au total, il y a un emboîtement des valeurs et des projets. chaque homme doit se développer, il ne le peut que dans une société juste, qui ne sera stable que dans un monde juste. Un humanisme moral dont les conditions de réalisation sont politiques, y compris dans la alisation d’une paix entre les nations (Kant a l’idée d’une Société des  Nations).

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles