Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Aristote La théorie des théories

Vous êtes ici : » » Aristote La théorie des théories ; écrit le: 30 avril 2012 par imen

Aristote La théorie des théoriesLa logique du meilleur élève

es théoriesAristote est le disciple direct de Platon, son meilleur disciple même, comme Platon était le plus brillant des disciples de Socrate. Et chacun des deux prend le contre-pied de la doctrine de son maître, dans la forme tout autant que sur le fond. Chaque génération semble hyper­sensible à ce qui est améliorable dans celle qui précède, et elle consi­dère comme naturel tout l’acquis dont elle hérite.

Pour Aristote, la philosophie existe déjà comme recherche de la vérité par le moyen de la raison, dans tous les domaines. Reste à théoriser ce qu’est une théorie, et Aristote commence par là.


La connaissance par les principes

Le savoir que recherche Aristote n’est pas seulement le vrai, qu’on peut rencontrer par hasard, mais le certain, le nécessaire, lorsqu’on sait pourquoi on sait, et pourquoi la chose doit nécessairement être comme elle est.

Il faut un savoir des principes. Un principe est pour Aristote un point de départ de la connaissance, qui est connu par lui-même et permet de déduire avec certitude d’autres connaissances. Si les théories sont possibles, c’est parce que les principes, causes ou raisons sont universels, et donc la possession d’un principe permet de comprendre une infinité de cas particuliers (exemple : « le verre est transparent » est une vérité générale qui permet de comprendre une infinité de cas particuliers

Une université à lui tout seul

Donc le savoir ne peut être qu’un système, une cascade de principes hiérarchisés. On est parti pour deux millénaires de recherche du système.

Aristote travaille lui-même sur toute l’étendue possible de ce système, de l’astronomie à la botanique, en passant par la morale ou la grammaire.Pour l’exposer, Aristote invente le style savant, sobre et impersonnel, pas spécialement dans la forme (il a aussi écrit des dialogues et il était

réputé pour son style d’écrivain) mais dans le fond. C’est le premier grand écrivain de pur contenu, l’inventeur du style universitaire.

L’importance des préliminaires

L’inventeur aussi des usages universitaires les plus indéracinables.

Car avant de traiter une question, Aristote s’efforce de faire le point sur l’état de la question, en fixant le problème, le vocabulaire, et ce qui a déjà été dit, pour le reprendre et le dépasser. — Il existe au temps d’Aristote, déjà, une littérature philosophique et scientifique très abondante.

Pour Aristote la dialectique philosophique n’est pas seulement le dialogue de l’âme avec elle-même dans la réflexion, et le dialogue avec autrui par questions et réponses, c’est aussi le dialogue avec les philosophes du passé

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles