Nietzsche Signification et surface

> > Nietzsche Signification et surface ; écrit le: 3 mai 2012 par imen

Ce besoin maladif de significations

Nous sommes stupides avec notre idée de « signification profondes ». Les significations sont des effets de surface, des reflets à saisir au vol et à apprécier dans l’instant, des interprétations emportées  par le chaos du devenir. PasdeJ blocs de sens, comme du roc.

Nous n’avons pas compris non pluj que les significations sont à créer, comme les valeurs, et pas à décoi vrir, elles ne nous attendent pas toutes prêtes dans les « profc.: deurs » du réel, ou dans ce fameux monde d’en haut, de derrière ou d’en dessous.

Ce besoin maladif d’explications

Logique et langage sont des entreprises de fiction simplificatrices au service du corps et de ses besoins. Donc des éléments de surface, ce qui n’est pas un mal. Ils ne nous trompent que si nous les prenons au sérieux, si nous projetons sur eux notre maladif besoin de « vérités profondes » et d’explications.

L’explication suppose qu’il y a une profondeur à laquelle se passe l’important, le vraiment réel. C’est-à-dire que l’explication nie le réel au profit d’une fiction, un « plus réel que le réel », plus satisfaisant intellectuellement, et moralement.

Mais elle n’est qu’une interprétation.Jout est interprétation, il n’y a de signification qu’interprétée, jamais donnée immédiatement. Donc il n’existe pas d’« explications » toutes prêtes qui nous attendent au fond de la réalité. Pourquoi la réalité aurait-elle à s’expliquer devant nous, à nous rendre des comptes ?

Ambiguïté des surfaces, à interpréter

Eaissance moralisatrice : cacher, tromper, déguiser, ce n’est pas forcément « mal ». Le superficiel n’est donc ni bon ni mauvais, il est force Cette tromperie peut s’employer au service de fictions tf0 urantes pour les esprits faibles, les surfaces peuvent créer pour ides illusions de profondeur, des significations profondes… en trompe-l’oil.

Cette même ambiguïté des surfaces peut aussi servir l’expression artistique, lucide et joyeuse, des esprits forts, qui se complaisent dans l’ambiguïté et maîtrisent le superficiel.

Ambigu, l’être se donne toujours à interpréter, jamais à « connaître », ¡1 ne demande qu’à faire de nous des artistes de la vie, en puissance, des évaluateurs. Nous manquons gravement de talent, nous préfé­rons le théâtre d’ombres chinoises stéréotypé de la connaissance offi­cielle.

Éloge du superficiel

C’est en surface que se trouve l’important. Nous aimons en surface les femmes que nous aimons : leur peau, leur apparence, pas le grouillement organique des profondeurs. Le superficiel n’a pas à se déguiser, il n’a pas à avoir honte.

Un sentiment « profond » serait une contradiction dans les termes, exactement comme une interprétation « profonde ». La légèreté, au contraire, respecte l’authenticité, des sentiments, des valeurs, des interprétations. Soyons volages, _ ailés, superficiels, toujours créatifs, toujours en quête de nouveauté, de reflet en reflet.

En cherchant à approfondir, nous a|lons tout perdre. En cherchant ce que le superficiel Qu il y a sous la peau, ce qu’il y a sous Signification ,travaille les surfaces de surtout inventaire de nouvelle signification,travaille les surfaces de l’être.

Vidéo : Signification et surface

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : Signification et surface

← Article précédent: Nietzsche Volonté et puissance Article suivant: NietzscheL’art transfigure


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site