Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Sociocritique littéraire

Vous êtes ici : » » Sociocritique littéraire ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

sociocritique littéraire

Sociocritique est une approche de la littérature qui se concentre sur le présent univers social dans le texte. Pour ce faire, elle est basée tant et si bien dans les disciplines similaires telles que la sociologie de la littérature que nous avons tendance à les confondre. Par conséquent, pour comprendre ce qu’il est, il est important de commencer par les racines plantées dans elle.

La ‘critique sociale’, un mot créé par Claude Duchet en 1971, propose un texte socio-historique. Elle a progressivement construit au fil des années pré et post 68 dans une tentative de construire «une poétique de la socialité, inséparable d’une lecture idéologique du texte dans sa spécificité» (Claude Duchet).


Lukács et Goldmann

Vers la même époque on observe l’émergence d’une école opposé au marxisme dirigé par Max Weber et son Wertfreiheit. Il appelle à une littérature plus factuelle sociologique, avec une plus grande objectivité et indépendamment policy.Theories proposé d’Alphons Sibermann et Hans-Norbert qui a suivi Fügen, beaucoup plus intéressante pour le travail critique présentés ici offrent une analyse dont le but est seulement le texte et ses structures. Il refuse d’explorer le contexte de la création ou l’interprétation des lectures marquant ainsi une frontière claire entre la sociologie de la littérature et la critique sociale.Il sera, toutefois, rejeté par les tenants des approches dialectiques, comme Georg Lukács et Lucien Goldmann. Il laisse toujours une approche particulière du texte, en se concentrant sur le contenu des œuvres diégétique et significative par d’autres méthodes telles que la critique du structuralisme.

Approches entre Marx et Weber, un autre sera basé principalement sur la pensée hégélienne. Renoncer à des aspirations politiques ou des pratiques du marxisme et loin de l’idéal porté par le Wertfreiheit, Lukács, Goldmann et Adorno nous avons parlé vont élaborer de nouvelles approches dans le literature.Lukács va chercher dans le texte représentent un problème spécifique à l’espèce sociale de la société tout créer Goldmann va explorer les structures textuelles montrant certaines idéologies du contexte de l’auteur (Le Dieu caché, 1956). Adorno, à son tour va dire que la littérature est l’ambiguïté autonome et inutiles et la polysémie, marquant une séparation claire des marxistes. Nous cherchons donc une approche désengagé et dialectique de la littérature, laissant place à une plus grande objectivité, voir totale dans la critique sociologique.

L’influence de Marx et Durkheim

Parallèlement à la marxistes, il a déménagé à 30 écoles basées sur la sociologie de Durkheim et réalisé par Jan Mukarovsky littérature qui considère le concept de conscience collective. Cette dernière s’applique à l’interprétation des textes par les entreprises, en affirmant que ce sera principalement basée sur une culture particulière, ce qui donne une lecture polysémique valeur.

Jean Duvignaud appliquer le même concept mais cette fois à essayer d’expliquer le phénomène de la création, en réponse au contexte social tel que présenté dans des œuvres telles que l’ombre collective. Sociologie du théâtre (1965). Une fusion entre ces deux grands genres, le marxisme et Durkheim, a eu lieu plus tard dans les auteurs reliant les idées de grands penseurs qu’ils revendiquent. Par exemple, M. Köhler a utilisé la sociologie systématique inspirée par (entre autres) par Durkheim dans le genre en introduisant la notion de lutte de classe dans le propre de Marx. Le résultat de ces différentes approches sociocritique une beaucoup plus méthodique et conceptuelle que par le passé et cela s’applique particulièrement aux phénomènes de création et d’interprétation de la littérature.

Historical

Note pour la première fois une approche sociale de la littérature dans l’Emile de Rousseau et, plus important, dans l’œuvre de la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800) de Germaine de Staël.Quelques années plus tard sera Auguste Comte et son approche historique de l’art qui se trouve également dans une œuvre majeure de Taine appelle philosophie de l’art (1865) où il tente d’expliquer une œuvre à partir du milieu social de son producteur. Nous verrons aussi les écrits de Gustave Lanson l’approche du texte avec un accent sur la lecture elle-même. Ces approches de base à la critique sociale, cependant, montrent une faiblesse méthodologique et inestimable subjectivité dans ce type d’approche.

L’arrivée des théories marxistes sur la société dans le début du XXe siècle profondément affecté l’approche sociale de la littérature. De là est formulé plusieurs approches différentes de la littérature, que ce soit en rapport avec les notions de lutte de classe, l’économie ou la technologie. Pensez surtout Theodor W. Adorno, Franz Mehring et Pierre Macherey qui vont d’une façon ou une autre de dire que le contexte de la production d’un artiste apporte une certaine idéologie qui sera transmis en quelque sorte par leurs œuvres.

Historical

Note pour la première fois une approche sociale de la littérature dans l’Emile de Rousseau et, plus important, dans l’œuvre de la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales (1800) de Germaine de Staël.Quelques années plus tard sera Auguste Comte et son approche historique de l’art qui se trouve également dans une œuvre majeure de Taine appelle philosophie de l’art (1865) où il tente d’expliquer une œuvre à partir du milieu social de son producteur. Nous verrons aussi les écrits de Gustave Lanson l’approche du texte avec un accent sur la lecture elle-même. Ces approches de base à la critique sociale, cependant, montrent une faiblesse méthodologique et inestimable subjectivité dans ce type d’approche.

L’arrivée des théories marxistes sur la société dans le début du XXe siècle profondément affecté l’approche sociale de la littérature. De là est formulé plusieurs approches différentes de la littérature, que ce soit en rapport avec les notions de lutte de classe, l’économie ou la technologie. Pensez surtout Theodor W. Adorno, Franz Mehring et Pierre Macherey qui vont d’une façon ou une autre de dire que le contexte de la production d’un artiste apporte une certaine idéologie qui sera transmis en quelque sorte par leurs œuvres.

Sociocritique: nouvelles perspectives

Durant les années 1970, en français, la sociocritique connu un nouvel élan à la suite, en particulier, le travail de l’équipe de Robert Escarpit (production et consommation de la littérature), ceux du sociologue Pierre Bourdieu («champ littéraire») et ceux de Claude Duchet sur la ‘critique sociale’. Plusieurs chercheurs ont ouvert de nouvelles avenues de recherche tels que Jacques Dubois (analyse institutionnelle), Pierre Barberis, Pierre V. Zima (texte sociologie), Marc Angenot (théorie du discours social), Jacques Leenhardt (sociologie de la lecture), Edmond Cros (idéosèmes théorie, la théorie culturelle du sujet), le travail de l’Institut de la critique sociale de Montpellier (Monique Carcaud-Macaire, Jeanne-Marie Clerc, Michèle Soriano), etc. ‘

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles