➔ LITTÉRATURE

Science fiction genre littéraire

Vous êtes ici : » » Science fiction genre littéraire ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

La sciencefiction (SF abrégé) est principalement une littérature de genre narratif et cinématographique structuré par des hypothèses sur ce que pourrait être l’univers futurs ou inconnus (planètes éloignées, mondes parallèles, etc.), Des connaissances actuelles (scientifique technologique, anthropologique, etc) .. Elle diffère de la fantaisie qui inclut une dimension inexplicable, et la fantaisie impliquant souvent la magie.

Histoire de la science-fiction

L’Histoire officielle

Histoire de la sciencefiction est le sujet d’une version officielle, ce qui conduit généralement à des mesures standard: précurseurs, fondateurs, l’âge d’or, le renouvellement et la diversification. L’histoire officielle est une simplification qui ne reflète pas fidèlement la complexité de ce genre. Il peut aussi cacher le fait que de nombreux aspects de l’histoire de cette nature (tels que des raisons sociales, le développement économique et culturel dans tous les pays) n’ont pas, ou très peu, l’objet d’études approfondies. Les études de sciencefiction que la littérature dans son propre droit est également limitée.

Les «précurseurs»

Ainsi que par un débat sans fin en essayant de définir la sciencefiction, les historiens ne s’entendent pas toujours sur les origines du genre, et c’est un cliché de l’histoire officielle de la sciencefiction pour la recherche dans les écrits des plus anciennes origines de ce genre. Ainsi, pour certains, il commence très tôt avec les mythes et les religions. D’autres voient l’histoire vraie de Lucien, comme le premier livre dans le genre. Ses voyages ont une postérité extraordinaire longtemps. Mais l’archéologie face à une objection:

«L’erreur de tout historien de la sciencefiction est d’ignorer qu’il peut y avoir de sciencefiction (aussi connu comme’ la science avance») tant qu’il n’y a pas de science, même la science appliquée.’

En outre, dans le cas de Brian Aldiss dans son essai Trillion Year Spree, considèrent que le premier roman de sciencefiction n’est autre que l’roman Frankenstein par Mary Shelley.At moins le premier livre dans lequel un auteur prétend créer une histoire fantastique qui est pas de pure fantaisie ou le surnaturel: «L’événement sur lequel ce qui est fiction Fondée Supposed has-been, par le Dr Darwin, et certains des auteurs du physiologique Allemagne, pour ne pas l’impossible, par exemple.’


Le ‘conjecteurs rationnel’

L’histoire officielle de la sciencefiction signifie deux pères fondateurs de la sciencefiction moderne: Jules Verne (1828-1905) avec la Terre à la Lune en 1865 ou 20 000 lieues sous les mers en 1870, et HG Wells (1866-1946), y compris le The Time Machine (1895), The Invisible Man (1897) ou La Guerre des mondes (1898). Ces auteurs, cependant, ne sont que deux auteurs d’une époque qui a vu la floraison de nombreuses sciences romans futuristes. Cette floraison est favorisée par l’alphabétisation de la fin du XIXe siècle et le développement de la littérature populaire diffusée par les journaux.

L’âge d’or

Si la sciencefiction a émergé en Europe et est bien développée en France, au Royaume-Uni et en Allemagne, ce sont les États-Unis entre 1920 et 1950, ce qui donnera l’âge d’or du genre. Ce passage de l’Europe aux Etats-Unis peut être expliqué par plusieurs facteurs: d’abord, la presse populaire en Europe est plus exposée à la censure des publications relatives aux jeunes, d’autre part, la littérature, la France en particulier, est fortement hiérarchisée distingué la littérature et la littérature de masse.

Un autre facteur est l’industrialisation de la presse, qui permet pour pas cher et des publications à grand tirage.C’est alors que se multiplient les revues de sciencefiction qui suivent la tradition de la pulpe (magazines populaires de faible qualité et très bon marché). Parmi le premier de son genre Contes bizarres, fondée en 1923, Amazing Stories, né en 1926, Wonder Stories, né en 1929 Histoires Astounding, né en 1930. États-Unis, plus de 30 magazines existent édition simultaneously.The sous forme de livre de textes de sciencefiction est postérieure, et se manifestent surtout après la Seconde Guerre mondiale, avec le livre de poche, et dans les pays où l’industrie appuie ce format au détriment de la revue, comme la France. Il juste avant la disparition de nombreuses revues.

Ce communiqué de presse a fortement influencé le genre. Le format et la fréquence ont beaucoup de nouveaux romans et courts (romans) ont été écrites. Les travaux ont été longs que les écrivains les plus célèbres faits et est apparue dans des épisodes, ce qui n’était pas sans conséquences sur le texte parce que les auteurs ont dû s’adapter.

Parmi ces premiers magazines apparus la plupart des grands écrivains classiques de la sciencefiction: Howard Phillips Lovecraft, Isaac Asimov, Frank Herbert, Ray Bradbury, Arthur C. Clarke, Frederik Pohl, Robert A. Heinlein, Alfred Bester, AE Van Vogt, Clifford Donald Simak, Theodore Sturgeon, etc.

La sciencefiction ne fait pas échapper à l’influence du nazisme (voir sciencefiction et le nazisme).

Cette période est également marquée par l’émergence du cinéma est né en 1895. Il va se tourner vers la sciencefiction au début et à la fantaisie, avec un voyage à la Lune de Georges Méliès (1902) et les films de l’expressionnisme allemand comme Nosferatu (Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) de FW Murnau (1922) et Metropolis de Fritz Lang (1927) . Parmi les grands films de cette période comprennent Frankenstein (James Whale, 1931), King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, 1933), qui a surpris par ses effets spéciaux, Le Jour où la Terre s’arrêta (Le Jour où la Terre Stood Still, Robert Wise, 1951 – qui se produiront avant la première de Star Trek) et Forbidden Planet (Planète interdite, Fred M. Wilcox, 1956). Mais n’oubliez pas une production populaire, mais aussi emblématiques caractérisé (avant l’ère de la télévision) par des feuilletons, des films découpés en épisodes, qui ont été appelés héros Flash Gordon (1936, 13 épisodes) ou Buck Rogers (1939, 12 épisodes).

La caricature ne fait pas exception, avec l’explosion de la bande dessinée comme Buck Rogers et Flash Gordon, et ceux qui sont consacrés à des super-héros (Superman, Batman, Wonder Woman (de DC Comics), ou encore Spider-Man, les Quatre Fantastiques, les X -Men (de Marvel)).

En France, de 1953 à 1962, les publications Artima développés au stand des publications telles, avec des histoires originales (Meteor, Kid Atom), et les traductions de matériel britannique (La Famille Rollinson dans l’espace) ou américain (Fiction Adventures, sidéral, etc.) .

Des mutations dans les années 1960-1970

Depuis l’1960-1970 émerge une sciencefiction plus mature. Il ressemble à notre société et propose souvent des réflexions sur les problèmes immédiats (écologie, sociologie, rôle des médias, par rapport à la puissance des nouvelles technologies, de l’histoire). Elle est enracinée dans son temps et les défis, tout en restant hors de s’échapper. Il sert également comme un exutoire comme La Guerre éternelle de Joe Haldeman, un roman dans lequel l’auteur exorciser les War.This Vietnam n’empêche pas les éditeurs continuent à publier une pure sciencefiction de divertissement.

La sciencefiction a également exploré d’autres avenues à travers l’expérimentation stylistique.Au Royaume-Uni, la Nouvelle Vague (as) est né autour de Michael Moorcock et son journal du Nouveau Monde (Brian Aldiss et JG Ballard, dont le roman Crash est un bon exemple de la recherche formelle menée par l’école). Aux États-Unis a augmenté de sorte que le New Thing (Harlan Ellison, Roger Zelazny), un terme popularisé par Judith Merril. En France, Michel Jeury a été inspirée par le Nouveau Roman dans les temps et le moment Singe incertain.

Aujourd’hui

Depuis lors, la sciencefiction est un riche et diversifiée. Elle mêle des œuvres de qualité élevé (et acclamé littéraires avec des auteurs tels que Ray Bradbury) à la «littérature de gare.’ Parmi les auteurs contemporains comprennent entre autres Orson Scott Card, Dan Simmons, Iain M. Banks, Alastair Reynolds ou Peter F. Hamilton.

Une nouvelle géographie

La sciencefiction a également élargi son expansion géographique, bien au-delà des Etats-Unis.Nous avons vu, par exemple, une «nouvelle vague» de la science fiction française dans les années 1970 (avec, entre autres, Pierre Pelot (aka Suragne Pierre), Jean-Pierre Andrevon, Gérard Klein (également responsable de la collecte et ailleurs demain Robert Laffont , qui a fait beaucoup pour donner à cette acclamé la littérature), Michel Jeury, Philippe Goy, Dominique Douay, Pierre Bordage et Philippe Ebly Ayerdhal ou (pour les enfants et les adolescents dans les années 1970 et 1980). Et René Barjavel, qui excelle dans ce domaine. Il existe aussi de nombreux auteurs talentueux de l’Est (rarement traduits en français) a dirigé la Pologne Stanislaw Lem (Stanislaw Lem) et les frères russes Arkadi et Boris Strougatski.

Si les magazines en France n’ont jamais joué un rôle, comme les Etats-Unis, ils existent. Parmi les principaux incluent Galaxies, Bifrost, Fiction, Khimaira, Lunatique, le magazine Science Fiction, Solaris, Univers.

Au cinéma

Aujourd’hui, la sciencefiction est toujours présente. Elle a gagné plusieurs lectorats, est devenu populaire avec le film et plusieurs de ses thèmes sont ancrés dans l’esprit de chacun. La sciencefiction est l’un des grands genres du cinéma, soit comme des adaptations d’œuvres littéraires, que ce soit des créations originales.Un voyage à la Lune (1902) de Georges Méliès est ce qui peut être considéré comme le premier film de sciencefiction.

Parmi les films importants qui ont contraint un certain nombre de normes, il peut être 2001, A Space Odyssey (1968) de Stanley Kubrick, La Planète des singes (1968) de Franklin J. Schaffner, Star Wars (1977) par George Lucas, Alien – Le huitième Passagers (1979) et Blade Runner (1982) de Ridley Scott, Mad Max (1979) par George Miller. Le 1980 peut être considérée comme la décennie de la sciencefiction, les exemples les plus importants de sa popularité dans le monde entier est certainement ET l’extra-terrestre trilogie de Steven Spielberg et Back to the Future par Robert Zemeckis.The série télévisée Star Trek (circa 1966) a été ramené en mode grâce à une saga de films dérivés.

Le film de sciencefiction s’est considérablement diversifiée à partir de l’année 1990 avec Jurassic Park de Steven Spielberg et le Jour qu’Independence et Stargate (1994) par Roland Emmerich. Le film a engendré la série à succès Stargate SG-1, Stargate Atlantis et Stargate Universe (respectivement, à partir de 1997, 2004 et 2009). La combinaison avec la comédie a de nouveau été possible par Men in Black par Barry Sonnenfeld, et le théâtre avec Michael Bay castastrophe de l’Armageddon.

Plus récemment, Matrix Andy et Larry Wachowski a ouvert une nouvelle ère pour la sciencefiction, le thème du danger d’un monde informatisé. Cela n’a pas empêché le retour aux sources avec le remake de La Guerre des Mondes (après HG Wells) et Minority Report (basé sur un roman de Philip K. Dick), deux films réalisés par Steven Spielberg, l’un des maîtres incontestés du genre .

L’idée que nous avons le film de sciencefiction est souvent associée à une débauche d’effets spéciaux, mais il ya des films que l’on appelle «la sciencefiction minimaliste», qui dépeignent la fiction sans effets spéciaux, juste en jouant avec le cadre, la mise en scène, l’action et la musique, par exemple, La Jetée de Chris Marker (1962), Solaris et Stalker d’Andrei Tarkovsky (1979), L’île au trésor François-Jacques Ossang chiennes (1990), ou Cypher (film, 2002) de Vincenzo Natali , FAQ: Foire Aux Questions Atanes Carlos (2004) et Bienvenue à Gattaca de Andrew Niccol (Gattaca, 1997).

Voir le calendrier détaillé de l’article dans la Timeline du cinéma de sciencefiction

Dans la série de film et animation

En ce qui concerne l’animation, les Japonais sont importants tant au cinéma qu’à la télévision (ci-anime ou manga eiga se référer à ces réalisations), dont des réalisateurs comme Leiji Matsumoto (Albator univers et dérivés), Katsuhiro Otomo (Akira) et Mamoru Oshii (Ghost in the Shell). Mais les réalisations françaises (ou Le Secret des sélénites Les fabuleuses aventures du baron de Munchausen Jean Image de légende, René Laloux Gandahar) ou américains (Heavy Metal), font partie du développement de la sciencefiction dans le cinéma d animation.

La vague des séries d’animation japonaise (parfois co-produit avec Français ou Américains) qui ont formé le gros des «jeunes» les programmes de la télévision française pendant la décennie 1978-1988, a fait beaucoup pour populariser le genre en France, bénéficiant d’un média de masse diffusés sur les chaînes hertziennes (TF1, Antenne 2, FR3, et les Cinq) pour time.As Premier conséquence, des séries comme Goldorak, Capitaine Flam, Albator, Il était une fois … Espace, La Bataille des Planètes et Ulysse 31 influencé toute une génération d’enfants français.

Dans les comics

Aux États-Unis, après l’explosion de la bande dessinée comme Buck Rogers et Flash Gordon d’Alex Raymond en particulier (1934).Les précurseurs sont le français et Roger Raymond Poïvet Lécureux avec les Pionniers de l’Espérance (1945), et Pierre Auguste Marijac Liquois ou Duteurtre avec la guerre sur terre, publié par Coq Hardi (1946-1947) et Kline avec Kaza le Martien paru dans ‘hebdomadaire OK (Belgique) de 1946 à 1948. Cette caricature a été inspiré par Flash Gordon. En 1947, au Québec, le journal Le Progrès du Saguenay a publié la première bande dessinée de sciencefiction pays: Les Deux petits nains, les jeunes Lessard Paulin.

Il est difficile de ne pas parler à Edgar P. Jacobs, dont le rayon U a été publié en 1943. Dans la fin des années 1940, il crée une série d’aventures de Blake et Mortimer, un classique.

Puis il ya eu Barbarella (1962) Jean-Claude Forest, Les Naufragés du temps (1964) par Paul Gillon et Jean-Claude Forest, Lone Sloane (1966) par Philippe Druillet, Luc Orient (1967) et Eddy Paape, Greg valériane et le dernier mais non le moindre, l’espace-temps de l’agent qui devint plus tard Laureline Valérian et Jean-Claude Mézières, Pierre Christin et Evelyne Tran-Lê (1967-présent) qui ont popularisé le genre de bande dessinée de sciencefiction. Christin et Mézières voulu les aventures de Valérian et Laureline sont aussi des histoires de politique-fiction (classes écologie relation, ou du travail, le féminisme, le syndicalisme, etc). Plus à gauche, mais pas directement ou ouvertement politique comme il peut y avoir dans Charlie-Hebdo. Mézières a été largement pillé par les concepteurs et créateurs de costumes de George Lucas, qui possédait, entre autres, de nombreux albums de valériane dans sa bibliothèque, pour Star Wars (1977).

Roger Leloup est un dessinateur belge et écrivain dont Yoko Tsuno série se déroule dans un monde plein de sciencefiction.

Certains albums des Aventures de Tintin et Milou peut être classé comme ‘science fiction‘, pour par exemple explorateurs sur la Lune, qui raconte, avec quinze ans à l’avance, le premier voyage à la lune, ou de vol 714 de Sydney, ce qui implique des étrangers.

Parmi les grands créateurs du genre, il ya de nombreux artistes et écrivains de travail en français ou en France, en particulier ceux qui gravitent autour du métal journal lourds; inclure, par exemple, Enki Bilal Caza, Philippe Druillet, Alejandro Jodorowsky, Olivier Ledroit, Moebius et Olivier Vatine. De même avec l’ère magazine bimestriel compressé avec Dick Matena, Rafa Negrete Mandrafina ou Cacho.

États-Unis comprennent Alex Raymond, Richard Corben, Frank Miller, Simon Bisley et l’anglais Moore, Pat Mills (écrivain) et Alan (scénariste).

En 1950, Frank Hampson a créé pour les Britanniques Aigle magazine, Dan Dare, le pilote de l’avenir.

Manga (bandes dessinées japonaises) fonctionnent également bien les thèmes de la sciencefiction et fantasy. Un exemple est Go Nagai, Katsuhiro Otomo et Masamune Shirow.

Définitions et fonctionnement de la science-fiction

Une représentation commune dans les dictionnaires décrit la sciencefiction comme genre narratif que les caractéristiques de l’univers où les événements se déroulent ou non avéré impossible dans l’état actuel de la civilisation, la technologie ou la science, qui correspondent généralement à des découvertes scientifiques et techniques à venir.

Cette description générale recouvre cependant de nombreux sous-genres comme la sciencefiction dure, qui propose des conjectures plus ou moins rigoureuses fondées sur les connaissances scientifiques actuelles, les uchronies qui racontent ce qui serait arrivé si un élément du passé était différent, cyberpunk, relié des réseaux, de l’espace l’opéra, de la fiction spéculative, la planète opéra, l’officier de police / sciencefiction et bien d’autres.

Cette diversité de la sciencefiction rend sa définition difficile.Mais, bien qu’il n’y ait pas de consensus sur une définition de la sciencefiction (presque tous les écrivains ont donné leur propre définition), il est généralement admis que certaines caractéristiques des mécanismes narratifs doivent être présents dans un effort pour que l’on peut classer dans ce genre. Ainsi, le compagnon de Cambridge à la sciencefiction, il offre une synthèse de ces caractéristiques dans la formulation de plusieurs conditions requises dont l’absence semble interdire parle de sciencefiction.

L’expérience de pensée: l’histoire de la sciencefiction est toujours celui qui arrive si …? C’est une fiction spéculative qui place les idées au même niveau que les personnages.

«C’est notre monde brisé par une sorte d’effort mental de l’auteur, l’a transformé notre monde en ce qu’elle n’est pas ou pas encore. Le monde doit tenir au moins un moyen qui nous sont donnés, et de cette façon doit être suffisante pour permettent les événements qui peuvent survenir dans notre société – ou dans n’importe quelle société connue passées ou présentes.Il doit y avoir une idée cohérente impliquée dans cette dislocation, c’est-à-dire, la dislocation doit être conceptuelle, et non simplement triviale ou étrange – qui est l’essence de la sciencefiction, une rupture conceptuelle dans la société de telle sorte que la nouvelle société est généré en l’esprit de l’auteur, couché sur le papier et de papier, il produit un choc convulsif dans l’esprit du lecteur, le choc produit par une reconnaissance des troubles. Il sait qu’il n’a pas lu un texte sur le monde réel. ‘

L’activité de compréhension du lecteur: il suit la distanciation. Le lecteur doit reconstruire un monde imaginaire de connaissances à partir de laquelle la chute de l’belles théories ou les religieux, mais scientifique ou la spéculation, même si elle est une connaissance qui violent les principes de nos connaissances. Ce monde n’est pas inhabituel étant donné à la fois, le lecteur doit être utilisé pour cet élément fourni par l’auteur (technique des indices des objets spécifiques de certains structures sociales, etc) .. Ainsi, il se distingue nettement de la fantasy, elle voit sur le rayons des librairies, ce qui n’empêche pas l’écrivain Terry Pratchett à dire avec humour: «La sciencefiction, c’est la fantaisie avec des boulons.’

Les références à un fond culturel commun:le vocabulaire et les thèmes de la sciencefiction font partie d’une culture familière qui permet au lecteur de s’identifier à eux.

Etymologie et origine

Histoire de la parole

La ‘science fiction‘ terme français a ses origines dans la ‘science fiction‘ terme anglais qui est apparu pour la première fois en 1853 sous la plume de William Wilson dans un essai intitulé Un Petit Livre Earnest sur un sujet Grands Anciens. Mais c’est seulement une seule utilisation.

En Janvier 1927, trouvé dans les pages de courrier Amazing Stories, la phrase suivante: ‘. Rappelez-vous que Jules Verne avait beaucoup de Shakespeare dans la sciencefiction‘ Mais en 1929, après éditoriale Hugo Gernsback dans le premier numéro du magazine de pâte intitulée Science Wonder Histoires, le terme a commencé à émerger en Amérique du Nord, tant dans les milieux professionnels que dans les lecteurs, de facto, remplaçant les noms d’autres alors en usage dans la presse spécialisée comme «romance scientifique» ou «scientifiction.’

Dans son essai sur l’écriture de fiction spéculative, publié en 1947 dans Of Worlds Beyond, l’auteur américain Robert A. Heinlein défenseurs du concept de «fiction spéculative», ou spéculative contes de fiction se réalistes de fantaisie qui paraissait encore à l’époque sous le étiquette générale de sciencefiction.Si le néologisme de Robert A. Heinlein a été un grand succès jusqu’en 1960, terme de la sciencefiction a toujours maintenu que le design de référence.

Histoire de la parole en France

Dans le monde francophone, la sciencefiction terme est nécessaire à partir des années 1950 et synonyme du mot concurrent anticipation.Previously, nous avons parlé au lieu de ‘grand scientifique’ ou de voyage ‘extraordinaire’.

Si le mot anglais original est écrit principalement la sciencefiction, le mot français s’écrit avec un tiret: sciencefiction. L’abréviation française SF ou SF, est devenue courante dans les années 1970.

Histoire de la science-fiction

L’Histoire officielle

Histoire de la sciencefiction est le sujet d’une version officielle, ce qui conduit généralement à des mesures standard: précurseurs, fondateurs, l’âge d’or, le renouvellement et la diversification. L’histoire officielle est une simplification qui ne reflète pas fidèlement la complexité de ce genre. Il peut aussi cacher le fait que de nombreux aspects de l’histoire de cette nature (tels que des raisons sociales, le développement économique et culturel dans tous les pays) n’ont pas, ou très peu, l’objet d’études approfondies. Les études de sciencefiction que la littérature dans son propre droit est également limitée.

Les «précurseurs»

Ainsi que par un débat sans fin en essayant de définir la sciencefiction, les historiens ne s’entendent pas toujours sur les origines du genre, et c’est un cliché de l’histoire officielle de la sciencefiction pour la recherche dans les écrits des plus anciennes origines de ce genre. Ainsi, pour certains, il commence très tôt avec les mythes et les religions. D’autres voient l’histoire vraie de Lucien, comme le premier livre dans le genre. Ses voyages ont une postérité extraordinaire longtemps. Mais l’archéologie face à une objection:

«L’erreur de tout historien de la sciencefiction est d’ignorer qu’il peut y avoir de sciencefiction (aussi connu comme’ la science avance») tant qu’il n’y a pas de science, même la science appliquée.’

En outre, dans le cas de Brian Aldiss dans son essai Trillion Year Spree, considèrent que le premier roman de sciencefiction n’est autre que l’roman Frankenstein de Mary Shelley. Au moins le premier livre dans lequel un auteur prétend créer une histoire fantastique qui n’est pas une pure fantaisie ou le surnaturel ‘L’événement sur lequel ce qui est fiction Fondée Supposed has-been, par le Dr Darwin et physiologiques Certains des écrivains de l’Allemagne , n’a pas d’occurrence possible. ‘

Le ‘conjecteurs rationnel’

L’histoire officielle de la sciencefiction signifie deux pères fondateurs de la sciencefiction moderne: Jules Verne (1828-1905) avec la Terre à la Lune en 1865 ou 20 000 lieues sous les mers en 1870, et HG Wells (1866-1946), y compris le The Time Machine (1895), The Invisible Man (1897) ou La Guerre des mondes (1898). Ces auteurs, cependant, ne sont que deux auteurs d’une époque qui a vu la floraison de nombreuses sciences romans futuristes. Cette floraison est favorisée par l’alphabétisation de la fin du XIXe siècle et le développement de la littérature populaire diffusée par les journaux.

L’âge d’or

Si la sciencefiction a émergé en Europe et est bien développée en France, au Royaume-Uni et en Allemagne, ce sont les États-Unis entre 1920 et 1950, ce qui donnera l’âge d’or du genre. Ce passage de l’Europe aux Etats-Unis peut être expliqué par plusieurs facteurs: d’une part, la presse populaire en Europe est plus exposée à la censure des publications relatives aux jeunes, d’autre part, la littérature, en particulier en France, est très hiérarchisée distingués entre la littérature et la littérature de masse.

Un autre facteur est l’industrialisation de la presse, qui permet pour pas cher et des publications à grand tirage.C’est alors que se multiplient les revues de sciencefiction qui suivent la tradition de la pulpe (magazines populaires de faible qualité et très bon marché). Parmi le premier de son genre Contes bizarres, fondée en 1923, Amazing Stories, né en 1926, Wonder Stories, né en 1929 Histoires Astounding, né en 1930. États-Unis, plus de 30 magazines existent simultanément. L’édition sous forme de livre de textes de sciencefiction est postérieure, et se manifestent surtout après la Seconde Guerre mondiale, avec le livre de poche, et dans les pays où l’industrie appuie ce format au détriment de la revue, comme la France. Il juste avant la disparition de nombreuses revues.

Ce communiqué de presse a fortement influencé le genre. Le format et la fréquence ont beaucoup de nouveaux romans et courts (romans) ont été écrites. Les travaux ont été longs que les écrivains les plus célèbres faits et est apparue dans des épisodes, ce qui n’était pas sans conséquences sur le texte parce que les auteurs ont dû s’adapter.

Parmi ces premiers magazines apparus la plupart des grands écrivains classiques de la sciencefiction: Howard Phillips Lovecraft, Isaac Asimov, Frank Herbert, Ray Bradbury, Arthur C. Clarke, Frederik Pohl, Robert A. Heinlein, Alfred Bester, AE Van Vogt, Clifford Donald Simak, Theodore Sturgeon, etc.

La sciencefiction ne fait pas échapper à l’influence du nazisme (voir sciencefiction et le nazisme).

Cette période est également marquée par l’émergence du cinéma est né en 1895. Il va se tourner vers la sciencefiction au début et à la fantaisie, avec un voyage à la Lune de Georges Méliès (1902) et les films de l’expressionisme allemand comme Nosferatu (Nosferatu, eine Symphonie des Grauens) FWMurnau (1922) et Metropolis de Fritz Lang (1927). Parmi les grands films de cette période comprennent Frankenstein (James Whale, 1931), King Kong (Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, 1933), qui a surpris par ses effets spéciaux, Le Jour où la Terre s’arrêta (Le Jour où la Terre Stood Still, Robert Wise, 1951 – qui se produiront avant la première de Star Trek) et Forbidden Planet (Planète interdite, Fred M. Wilcox, 1956). Mais n’oubliez pas une production populaire, mais aussi emblématiques caractérisé (avant l’ère de la télévision) par des feuilletons, des films découpés en épisodes, qui ont été appelés héros Flash Gordon (1936, 13 épisodes) ou Buck Rogers (1939, 12 épisodes).

La caricature ne fait pas exception, avec l’explosion de la bande dessinée comme Buck Rogers et Flash Gordon, et ceux qui sont consacrés à des super-héros (Superman, Batman, Wonder Woman (de DC Comics), ou encore Spider-Man, les Quatre Fantastiques, les X -Men (de Marvel)).

En France, de 1953 à 1962, les publications Artima développés au stand des publications telles, avec des histoires originales (Meteor, Kid Atom), et les traductions de matériel britannique (La Famille Rollinson dans l’espace) ou américain (Fiction Adventures, sidéral, etc.) .

Des mutations dans les années 1960-1970

Depuis l’1960-1970 émerge une sciencefiction plus mature. Il ressemble à notre société et propose souvent des réflexions sur les problèmes immédiats (écologie, sociologie, rôle des médias, par rapport à la puissance des nouvelles technologies, de l’histoire). Elle est enracinée dans son temps et les défis, tout en restant hors de s’échapper. Il sert également comme un exutoire comme La Guerre éternelle de Joe Haldeman, un roman dans lequel l’auteur exorciser la guerre du Vietnam. Cela n’empêche pas les éditeurs continuent à publier une pure sciencefiction de divertissement.

La sciencefiction a également exploré d’autres avenues à travers l’expérimentation stylistique.Au Royaume-Uni, la Nouvelle Vague (as) est né autour de Michael Moorcock et son journal du Nouveau Monde (Brian Aldiss et JGBallard, dont le roman Crash est un bon exemple de la recherche formelle menée par l’école). Aux États-Unis a augmenté de sorte que le New Thing (Harlan Ellison, Roger Zelazny), un terme popularisé par Judith Merril. En France, Michel Jeury a été inspirée par le Nouveau Roman dans les temps et le moment Singe incertain.

Aujourd’hui

Depuis lors, la sciencefiction est un riche et diversifiée. Elle mêle des œuvres de qualité élevé (et acclamé littéraires avec des auteurs tels que Ray Bradbury) à la «littérature de gare.’ Parmi les auteurs contemporains comprennent entre autres Orson Scott Card, Dan Simmons, Iain M. Banks, Alastair Reynolds ou Peter F. Hamilton.

Une nouvelle géographie

La sciencefiction a également élargi son expansion géographique, bien au-delà des Etats-Unis.Nous avons vu, par exemple, une «nouvelle vague» française de sciencefiction dans les années 1970 (avec, entre autres, Pierre Pelot (aka Suragne Pierre), Jean-Pierre Andrevon, Gérard Klein (également responsable de la collecte des Ailleurs et Demain de Robert Laffont, qui a fait beaucoup pour donner à cette renommée littéraire), Michel Jeury, Philippe Goy, Dominique Douay, Pierre Bordage et Philippe Ebly Ayerdhal ou (pour les enfants et les adolescents dans les années 1970 et 1980). Et René Barjavel, qui excelle dans ce domaine. Il ya aussi beaucoup des auteurs de talent en Europe (rarement traduits en français) a dirigé la Pologne Stanislaw Lem (Stanislaw Lem) et les frères russes Arkadi et Boris Strougatski.

Si les magazines en France n’ont jamais joué un rôle, comme les Etats-Unis, ils existent. Parmi les principaux incluent Galaxies, Bifrost, Fiction, Khimaira, Lunatique, le magazine Science Fiction, Solaris, Univers.

Au cinéma

Aujourd’hui, la sciencefiction est toujours present.She a remporté plusieurs lectorats, est devenu populaire avec le film et plusieurs de ses thèmes sont ancrés dans l’esprit de chacun. La sciencefiction est l’un des grands genres du cinéma, soit comme des adaptations d’œuvres littéraires, que ce soit des créations originales.Un voyage à la Lune (1902) de Georges Méliès est ce qui peut être considéré comme le premier film de sciencefiction.

Parmi les films importants qui ont contraint un certain nombre de normes, il peut être 2001, A Space Odyssey (1968) de Stanley Kubrick, La Planète des singes (1968) de Franklin J. Schaffner, Star Wars (1977) par George Lucas, Alien – Le huitième Passagers (1979) et Blade Runner (1982) de Ridley Scott, Mad Max (1979) par George Miller. Le 1980 peut être considérée comme la décennie de la sciencefiction, les exemples les plus importants de sa popularité dans le monde entier est certainement ET l’extra-terrestre trilogie de Steven Spielberg et Retour vers le futur de Robert Zemeckis. La série télévisée Star Trek (circa 1966) a été ramené dans la mode grâce à une saga de films dérivés.

Le film de sciencefiction s’est considérablement diversifiée à partir de l’année 1990 avec Jurassic Park de Steven Spielberg et le Jour qu’Independence et Stargate (1994) par Roland Emmerich. Le film a engendré la série à succès Stargate SG-1, Stargate Atlantis et Stargate Universe (respectivement, à partir de 1997, 2004 et 2009). La combinaison avec la comédie a de nouveau été possible par Men in Black par Barry Sonnenfeld, et le théâtre avec Michael Bay castastrophe de l’Armageddon.

Plus récemment, Matrix Andy et Larry Wachowski a ouvert une nouvelle ère pour la sciencefiction, le thème du danger d’un monde informatisé. Cela n’a pas empêché le retour aux sources avec le remake de La Guerre des Mondes (après HG Wells) et Minority Report (basé sur un roman de Philip K. Dick), deux films réalisés par Steven Spielberg, l’un des maîtres incontestés du genre .

L’idée que nous avons le film de sciencefiction est souvent associée à une débauche d’effets spéciaux, mais il ya des films que l’on appelle «la sciencefiction minimaliste» qui dépeignent la fiction sans effets spéciaux, juste en jouant avec le cadre, la mise en scène, le agissant et de la musique, par exemple, La Jetée de Chris Marker (1962), et Stalker Solaris par Andrei Tarkovsky (1979), L’île au trésor Bitches François-Jacques Ossang (1990), ou Cypher (film, 2002) de Vincenzo Natali, FAQ Questions fréquemment posées Atanes Carlos (2004) et Bienvenue à Gattaca d’Andrew Niccol (Gattaca, 1997).

Voir le calendrier détaillé de l’article dans la Timeline du cinéma de sciencefiction

Dans la série de film et animation

En ce qui concerne l’animation, les Japonais sont importants tant au cinéma qu’à la télévision (ci-anime ou manga eiga se référer à ces réalisations), dont des réalisateurs comme Leiji Matsumoto (Albator univers et dérivés), Katsuhiro Otomo (Akira) et Mamoru Oshii (Ghost in the Shell). Mais les réalisations françaises (ou Le Secret des sélénites Les fabuleuses aventures du baron de Munchausen Jean Image de légende, René Laloux Gandahar) ou américains (Heavy Metal), font partie du développement de la sciencefiction dans le cinéma d animation.

La vague des séries d’animation japonaise (parfois co-produit avec Français ou Américains) qui ont formé le gros des «jeunes» les programmes de la télévision française pendant la décennie 1978-1988, a fait beaucoup pour populariser le genre en France, bénéficiant d’un média de masse diffusés sur les chaînes hertziennes (TF1, Antenne 2, FR3, et les Cinq) pour prime time. En conséquence, des séries comme Goldorak, Capitaine Flam, Albator, Il était une fois … Espace, La Bataille des Planètes et Ulysse 31 influencé toute une génération d’enfants français.

Dans les comics

Aux États-Unis, après l’explosion de la bande dessinée comme Buck Rogers et Flash Gordon d’Alex Raymond en particulier (1934).Les précurseurs sont le français et Roger Raymond Poïvet Lécureux avec les Pionniers de l’Espérance (1945), et Pierre Auguste Marijac Liquois ou Duteurtre avec la guerre sur terre, publié par Coq Hardi (1946-1947) et Kline avec Kaza le Martien paru dans ‘hebdomadaire OK (Belgique) de 1946 à 1948. Cette caricature a été inspiré par Flash Gordon. En 1947, au Québec, le journal Le Progrès du Saguenay a publié la première bande dessinée de sciencefiction pays: Les Deux petits nains, les jeunes Lessard Paulin.

Il est difficile de ne pas parler à Edgar P. Jacobs, dont le rayon U a été publié en 1943. Dans la fin des années 1940, il crée une série d’aventures de Blake et Mortimer, un classique.

Puis il ya eu Barbarella (1962) Jean-Claude Forest, Les Naufragés du temps (1964) par Paul Gillon et Jean-Claude Forest, Lone Sloane (1966) par Philippe Druillet, Luc Orient (1967) et Eddy Paape, Greg valériane et le dernier mais non le moindre, l’espace-temps de l’agent qui devint plus tard Laureline Valérian et Jean-Claude Mézières, Pierre Christin et Evelyne Tran-Lê (1967-présent) qui a popularisé le genre sciencefiction et de Mézières comics.Christin voulu les aventures de Valérian et Laureline sont aussi des histoires de politique-fiction (classes écologie relation, ou du travail, le féminisme, le syndicalisme, etc.)Plus à gauche, mais pas directement ou ouvertement politique comme il peut y avoir dans Charlie-Hebdo. Mézières a été largement pillé par les concepteurs et créateurs de costumes de George Lucas, qui possédait, entre autres, de nombreux albums de valériane dans sa bibliothèque, pour Star Wars (1977).

Roger Leloup est un dessinateur belge et écrivain dont Yoko Tsuno série se déroule dans un monde plein de sciencefiction.

Certains albums des Aventures de Tintin et Milou peut être classé comme ‘science fiction‘, pour par exemple explorateurs sur la Lune, qui raconte, avec quinze ans à l’avance, le premier voyage à la lune, ou de vol 714 de Sydney, ce qui implique des étrangers.

Parmi les grands créateurs du genre, il ya de nombreux artistes et écrivains de travail en français ou en France, en particulier ceux qui gravitent autour du métal journal lourds; inclure, par exemple, Enki Bilal Caza, Philippe Druillet, Alejandro Jodorowsky, Olivier Ledroit, Moebius et Olivier Vatine. De même avec l’ère magazine bimestriel compressé avec Dick Matena, Rafa Negrete Mandrafina ou Cacho.

États-Unis comprennent Alex Raymond, Richard Corben, Frank Miller, Simon Bisley et l’anglais Moore, Pat Mills (écrivain) et Alan (scénariste).

En 1950, Frank Hampson a créé pour les Britanniques Aigle magazine, Dan Dare, le pilote de l’avenir.

Manga (bandes dessinées japonaises) fonctionnent également bien les thèmes de la sciencefiction et fantasy. Un exemple est Go Nagai, Katsuhiro Otomo et Masamune Shirow.

Sous-genres de la science-fiction

La science-fiction Dur

La sciencefiction dure ou ‘hard SF’ est caractérisée par une grande attention à chaque détail de l’histoire concernant la science et la technologie, comme la physique, l’astrophysique et la chimie, ou plus généralement à la cohérence interne du récit et la mise en œuvre de la méthode scientifique par le terme author.The fut d’abord utilisé en 1957 par P. Schuyler Miller dans un rapport d’îles de l’espace par John W. Campbell, publié dans le magazine d’Astounding Science Fiction. Ce genre est représenté par exemple par les œuvres de Arthur C. Clarke, Stephen Baxter et Greg Egan.

Voyage dans le temps

Le voyage dans le temps peut être un genre en soi, ou l’un des thèmes de travail. Ce type confrontée à des problèmes liés aux paradoxes temporels, comme le paradoxe grand-père, mais peut conduire à des réflexions sur des événements historiques lorsque, par exemple, un personnage crée l’histoire qu’il voulait notes, comme dans Voici l’homme de Michael Moorcock.Le classique du genre est la machine Le temps de HG Wells.

Uchronie

L’histoire alternative prend comme point de départ d’une situation existante historiques et changer le résultat et ensuite imaginer les différentes conséquences possibles. Un exemple est l’homme du Haut Château Philip K. Dick.

Cyberpunk

Le cyberpunk est un sous-genre de la sciencefiction dystopique et décrivant un monde qui a pris naissance au début des années 1980.

Space Opera

Il convient de noter que dans la littérature du Space Opera a sa source dans les travaux de la Fondation d’Isaac Asimov avec le cycle et le cycle des robots. Nous avons ensuite découvert le Space Opera à la télévision avec des séries comme Star Trek (Etats-Unis, 1964) à Gene Roddenberry et Cosmos 1999 (Angleterre, 1975) Gerry Anderson montrer au public comme ça. Pour le film, il a fallu attendre l’année 1977 avec le film Star Wars (A New Hope récemment nommé) (États-Unis, 1977) par George Lucas, le quatrième volet de la première partie, mais Hexalog fait de la saga Star Wars, fortement inspirée par les œuvres d’Isaac Asimov, sans être une copie.

Espace imaginaire

Les histoires qui mêle l’univers space opera de certains éléments typiques du fantastique:la magie, l’ambiance quête conte initiatique.

Planète Opéra

Les histoires de l’opéra planète sont la mise une planète extraterrestre avec les caractéristiques déroutant et mystérieux que les personnages principaux ont pour mission d’explorer et de découvrir sous tous ses aspects (flore, faune, ressources). Helliconia de la trilogie est l’exemple canonique.

Fandom, les lecteurs et les prix littéraires

La littérature de sciencefiction a généré un événement important: le fait de sa publication au relativement marginal, il a très tôt conduit à la création de formes d’institutionnalisation qui ont été rejetées par la littérature ‘distingué’ la critique littéraire et source de légitimité. Communauté d’initiés ont été créés: l’expression du fandom ou de sciencefiction et de fandom SF est fait référence à la communauté des personnes dont l’un des principal intérêt réside dans la sciencefiction, ces personnes étant en contact avec chacun des autres à cause de cette passion.

← Article précédent: Saga littéraire Article suivant: Science fiction littéraire

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles