Magazine litteraire.com

> > Magazine litteraire.com ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Un magazine littéraire est un champ de publication périodique spécifique littéraires (littérature, poésie, critique littéraire, etc.) Les écrivains vont publier des textes qui peuvent ensuite être repris en volume. Les revues sont également l’un des principaux vecteurs de la critique.

Dans les revues du XIXe siècle et XXe siècles littéraires ont été un vecteur de recherche et d’expérimentation pour de nombreux auteurs à la fois de trouver leur propre écriture et de rencontrer les entrées peuvent correspondre à leur propre approche. Les différentes revues surréalistes, par exemple, a joué un rôle important dans la compensation des années 1920. Aujourd’hui, le monde du magazine est toujours en vie et laisse beaucoup de place pour l’expérimentation.

Les littéraires plutôt que l’engagement politique

Plus de commentaires n’ont pas été et ne sont pas seulement des lieux d’expérimentation avec l’écriture, mais ils sont aussi des lieux de manifestes politiques aussi bien que culturel. Ce trait est une revue constante de l’avant-garde dans le vingtiémesiécle, mais aussi de résistance, comme ce fut le cas pendant la Seconde Guerre mondiale, où vous pouvez avoir au moins 85 différentes revues littéraires en France.

Si dans les années 1950, à la fois l’action poétique, créé en relation avec la grève du port de Marseille ou l’élan poétique, littéraire et écrivain pacifiste anti-militariste Louis Lippens sont en circulation, l’une des revues qui que ce jour, nul autre que le Internationale situationniste dirigé par Guy Debord. Cet avis est donné que manifeste politique, était aussi un lieu de quelques expériences à la création. Y compris le détournement des indications ou images.

Cette dimension montre également été marquée, pour les dernières années du XXe siècle siècle, des revues telles que Ligne de risque, organisé par Yannick Haenel et François Meyronne, Tiqqun, résultant d’un collectif anonyme, ou Evidenz.

Evolution

La fin des années 1980

Ces dernières années, il ya eu une renaissance de revues littéraires en France. Dans la fin des années 1980, est devenu une sorte de tournant point.While d’un côté, la société continue de Philippe Sollers à l’infini, l’autre est à la littérature expérimentale un changement de cap. D’abord en 1989 avec la naissance de la revue Java, puis arrêter par la revue TXT Christian Prigent et la création par lui et Mathias Pérez Rockets de la revue qui fait le lien entre la littérature pré-garde et les arts visuels.

Cette tour a été suivie en 1994 par le magazine et Pierre Olivier Cadiot Alferi Journal des livres qui marquent une impression durable, avec deux grands nombres, et entre 1995 et 1998 avec le Journal Perpendiculaire directement liée à l’expérience de l’art contemporain. Cet examen marque un tournant dans l’ouverture à de nouvelles formes, en laissant les préoccupations d’avant-garde, d’entrer plus avant dans les questions au sujet de la matérialité du langage et le formalisme. C’est dans cet esprit que sont la création de revues comme Fiat Tija par Christophe et Anne-James Chaton, Boxon.

Aussi disparaissent progressivement revues littéraires en général jouissent de plus de revues spécialisées, bien que dans les années 1990 a créé un journal femelle du requin, qui traverse le récit et la poésie et les registres de divers auteurs, et en 2004 la revue littéraire aux Éditions Léo Scheer, dont l’ambition de renouveler le héritage de la grande magazines du XXe siècle a donné lieu à une accusation de plagiat de la NRF d’Antoine Gallimard, qui ne donnent pas suite.

L’ouverture à l’Internet

Ces entreprises réussissent, une diffusion de prendre la fuite sur internet. Ce passage ne s’explique pas seulement par le choix du support, mais aussi en fonction des conditions socio-économiques.Malgré des coûts de production inférieurs liés à la démocratisation des technologies d’impression, de toute société de production / diffusion de révision est nécessairement confronté à plusieurs difficultés dues à la matérialité du médium: 1 / une plus grande ou moindre géolocalisation degré de diffusion, coût 2 / de fabrication associée à chaque copie, 3 / durée de vie du média magazine.With numérique, et la démocratisation de l’Internet, ces trois limitations seront contournés: les revues ne seront plus géolocalisées, mais il sera possible de les consulter de n’importe où. Le coût de production est minime comparée à celle du papier, surtout avec l’émergence dans les années 2004-2006 du Web 2.0 technologies telles que les blogs pré-formaté. La longueur d’un magazine n’est plus lié à sa libération physique et les réseaux commerciaux alternatifs, mais elle est permanente, que l’Internet obéir au principe de la publication continue.

Internet a été à l’origine juste une place pour de nombreuses émissions de leur texte. Cette forme résulte de la démocratisation de la distribution, et de dépasser les contraintes économiques liées à l’article de revue ou un livre, que les filtres de sélection académique. Avec le ‘web 1.0’ et ‘web 1.5’, il n’y avait que des sites isolés et statiques: avec le Web 2.0 et la prolifération des blogs, de nombreux sites ont progressivement branched.The meilleurs exemples sont le Journal de ressources et de l’examen Arabesques, qui étaient à l’origine deux revues imprimées. En 1998, le Journal de ressources sont arrivés sur le web, et grâce à SPIP, a proposé une révision du texte ouvert (plus de 700 articles en ligne en 2007). Le magazine a su s’adapter à l’Internet a créé une moyenne Collectuel Internet qui considère comme une priorité de l’interaction individuelle et collective.

Internet est aussi considéré par certains éditeurs de revues comme un moyen soit d’atteindre un nouveau public, ou de rendre disponibles aux lecteurs déjà acquis une gamme de services que l’édition imprimée que n’offre pas facile, et / ou un coût compatible avec les ressources des petits organisations ou associations. Dans ce cas, le papier du journal demeure, mais se réfère explicitement à un ou plusieurs blogs, les wikis ou les sites. Cela permet aux éditeurs de gagner un public, à changer leur relation avec le parti connecté à leurs lecteurs, sans se couper de leurs abonnés traditionnels.

Si la poésie basée sur Internet avec un vrai tournant est basé sur la question spécifique du support utilisé. Ainsi, nous pouvons distinguer deux façons d’utiliser ce nouveau média:soit en l’utilisant comme un lieu de transmission multimédia ainsi que l’image, aussi solide que de longs textes à créer ou à la recherche, ou comme un lieu de création d’une nouvelle forme de poésie, spécifiquement lié aux possibilités de la programmation informatique, ce n’est d’être menées par des groupes tels que «e-écrit» ou «Spike observables».

2000-2010

Evolution

La fin des années 1980

Ces dernières années, il ya eu une renaissance de revues littéraires en France. Dans la fin des années 1980, devint une sorte de tournant. Alors d’un côté, la société continue de Philippe Sollers à l’infini, l’autre est à la littérature expérimentale d’un changement de course.First en 1989 avec la naissance de la revue Java, puis arrêter par la revue TXT Christian Prigent et la création par lui et Mathias Pérez Rockets de la revue qui fait le lien entre la littérature pré-garde et les arts visuels.

Cette tour a été suivie en 1994 par le magazine et Pierre Olivier Cadiot Alferi Journal des livres qui marquent une impression durable, avec deux grands nombres, et entre 1995 et 1998 avec le Journal Perpendiculaire directement liée à l’expérience de l’art contemporain.Cet examen marque un tournant dans l’ouverture à de nouvelles formes, en laissant les préoccupations d’avant-garde, d’entrer plus avant dans les questions au sujet de la matérialité du langage et le formalisme. C’est dans cet esprit que sont la création de revues comme Fiat Tija par Christophe et Anne-James Chaton, Boxon.

Aussi disparaissent progressivement revues littéraires en général jouissent de plus de revues spécialisées, bien que dans les années 1990 a créé un journal femelle du requin, qui traverse le récit et la poésie et les registres de divers auteurs, et en 2004 la revue littéraire aux Éditions Léo Scheer, dont l’ambition de renouveler le héritage de la grande magazines du XXe siècle a donné lieu à une accusation de plagiat de la NRF d’Antoine Gallimard, qui ne donnent pas suite.

L’ouverture à l’Internet

Ces entreprises réussissent, une diffusion de prendre la fuite sur internet. Ce passage ne s’explique pas seulement par le choix du support, mais aussi en fonction des conditions socio-économiques. Malgré des coûts de production inférieurs liés à la démocratisation des technologies d’impression, de toute société de production / diffusion de révision est nécessairement confronté à plusieurs difficultés dues à la matérialité du médium: 1 / une plus grande ou moindre géolocalisation degré de diffusion;2 / coût de fabrication associés à chaque copie, 3 / durée de vie du média magazine.With numérique, et la démocratisation de l’Internet, ces trois limitations seront contournés: les revues ne seront plus géolocalisées, mais il sera possible de les consulter à partir n’importe où. Le coût de production est minime comparée à celle du papier, surtout avec l’émergence dans les années 2004-2006 du Web 2.0 technologies telles que les blogs pré-formaté. La longueur d’un magazine n’est plus lié à sa libération physique et les réseaux commerciaux alternatifs, mais elle est permanente, que l’Internet obéir au principe de la publication continue.

Internet a été à l’origine juste une place pour de nombreuses émissions de leur texte. Cette forme résulte de la démocratisation de la distribution, et de dépasser les contraintes économiques liées à l’article de revue ou un livre, que les filtres de sélection académique. Avec le ‘web 1.0’ et ‘web 1.5’, il n’y avait que des sites isolés et statiques: avec le Web 2.0 et la prolifération des blogs, de nombreux sites ont progressivement branched.The meilleurs exemples sont le Journal de ressources et de l’examen Arabesques, qui ont été l’origine deux revues imprimées.En 1998, le Journal de ressources sont arrivés sur le web, et grâce à SPIP, a proposé une révision du texte ouvert (plus de 700 articles en ligne en 2007). Le magazine a su s’adapter à l’Internet a créé une moyenne Collectuel Internet qui considère comme une priorité de l’interaction individuelle et collective.

Internet est aussi considéré par certains éditeurs de revues comme un moyen soit d’atteindre un nouveau public, ou de rendre disponibles aux lecteurs déjà acquis une gamme de services que l’édition imprimée que n’offre pas facile, et / ou un coût compatible avec les ressources des petits organisations ou associations. Dans ce cas, le papier du journal demeure, mais se réfère explicitement à un ou plusieurs blogs, les wikis ou les sites. Cela permet aux éditeurs de gagner un public, à changer leur relation avec le parti connecté à leurs lecteurs, sans se couper de leurs abonnés traditionnels.

Si la poésie basée sur Internet avec un vrai tournant est basé sur la question spécifique du support utilisé. Ainsi, nous pouvons distinguer deux façons d’utiliser ce nouveau média:soit en l’utilisant comme un lieu de transmission multimédia ainsi que l’image, aussi solide que de longs textes à créer ou à la recherche, ou comme un lieu de création d’une nouvelle forme de poésie, spécifiquement lié aux possibilités de la programmation informatique, ce n’est d’être menées par des groupes tels que «e-écrit» ou «Spike observables».

2000-2010

Les littéraires plutôt que l’engagement politique

Plus de commentaires n’ont pas été et ne sont pas seulement des lieux d’expérimentation avec l’écriture, mais ils sont aussi des lieux de manifestes politiques aussi bien que culturel. Ce trait est une revue constante de l’avant-garde du XXe siècle, mais aussi de résistance, comme ce fut le cas pendant la Seconde Guerre mondiale, où vous pouvez avoir au moins 85 différentes revues littéraires en France.

Si dans les années 1950, à la fois l’action poétique, créé en relation avec la grève du port de Marseille ou l’élan poétique, littéraire et écrivain pacifiste anti-militariste Louis Lippens sont en circulation, l’une des revues qui que ce jour, nul autre que le Internationale situationniste dirigé par Guy Debord. Cet avis est donné que manifeste politique, était aussi un lieu de quelques expériences à la création. Y compris le détournement des indications ou images.

Cette dimension montre également été marquée, pour les dernières années du XXe siècle siècle, des revues telles que Ligne de risque, organisé par Yannick Haenel et François Meyronne, Tiqqun, résultant d’un collectif anonyme, ou Evidenz.

Sources bibliographiques

«Simenon est né à Liège Février 12, 1903. Il était à Liège, il a passé les dix-neuf premières années de sa vie, le plus important, selon lui, parce qu’ils sont les années où il stocke la plupart des images, de sensations et d’expériences sur où sa personnalité et son travail est construiront.Il vient d’un père humbles background.His était employé dans une compagnie d’assurance, son grand-père avait un magasin chapelier, sa mère vendait des produits secs pour le rayon d’une grande magasin.A l’âge de quinze ans et demi, il interrompt ses études à la vie tôt. Très jeune, il a décidé d’écrire et c’est par le journalisme qu’il ne commence. Engagée dans la Gazette de Liège en tant que journaliste à tout faire, il écrit des rapports et des articles d’humeur nouvelles billet quotidien. Dans le même temps, il essaie aussi de le roman et publié en 1921 sous le pseudonyme de Georges Sim, Au Pont des Arches, un petit roman comique de moeurs liégeoises.En Décembre 1922, il décide de quitter Liège pour conquérir Paris.Il se lance alors résolument dans une littérature qui permet aux aliments de bien gagner sa vie tout en faisant son apprentissage en tant que romancier. Sous divers pseudonymes, il a publié, entre 1923 et 1933, 1200 récits et romans populaires de toutes sortes: affectif, érotique, la police adventure.Accompanied par son épouse Régine Renchon, un artiste qu’il appelait Liège Tigy, il découvre le Paris de Années folles, mais la campagne française, la vie sur les rivières et canaux, la mer et les pêcheurs dès gamme monde.En 1929, il crée le personnage de Maigret, qui est géré par une façon bruyante qui répond le Bal anthropométrique Tout-Paris. Maigret est immédiatement connu et sera le héros populaire d’une série de 75 romans dont la dernière, publiée en 1972 intitulée Maigret et monsieur Charles. Simenon fut bientôt capable de faire sans le meneur de jeu ce que Maigret à écrire des romans qui affirme clairement le caractère psychologique au cours des ans: 117 romans «durs» parmi lesquels: L’engagement de M.Location (1933), La Maison du Canal (1933), le coup de la lune (1933), Inconnus dans la maison (1940), Trois chambres à Manhattan (1946), la neige était sale (1948), Pedigree (1948) , Red Lights (1953), la boule noire (1955), Le passage de la ligne (1958), Train (1961), les anneaux de Bicêtre (1963), Petit-Saint (1965), Le Chat (1967). Jamais arrêter d’écrire, Simenon trouve le temps de voyager et de s’installer à plusieurs reprises. Il a quitté Paris pour s’installer en Charente et en Vendée pendant la seconde guerre mondiale. En 1945, il quitte la France, ce qui rend ennuis, et se sont installés aux Etats-Unis où il a rencontré Denyse Ouimet, qui est devenue sa seconde épouse. En 1955, il a brusquement retourné en France, puis s’installe définitivement en Suisse dans la région de Lausanne.A l’automne 1972, le tonnerre, le romancier annonce officiellement sa retraite: vivre la vie de ses personnages est devenu un supplice insupportable! Pour répondre il commence à dicter à la bande de souvenirs, de secrets et de parler de l’actualité qui seront recueillies en 22 volumes. Le suicide de sa fille Marie-Jo est contraint de prendre un stylo pour écrire son dernier volumineux Mémoires intimes (1981). Le 4 Septembre 1989, Simenon est mort à Lausanne, et ses cendres ont été dispersées dans le jardin de sa dernière demeure par son fidèle compagnon Teresa.Une légende s’est développée autour du phénomène de l’auteur writing.Selling connu en dehors de la France avant la guerre, Simenon est désormais un romancier internationalement populaire. Traduit en soixante langues, ses romans sont portés à l’écran et largement diffusés par la télévision. Maigret a sa statue en Hollande, Simenon et son buste dans une auberge d’Outremeuse à Liège. Comme pour ses précieux archives littéraires, ils sont déposés au Fonds depuis 1976 Simenon, Université de Liège, sa ville natale à laquelle il est resté profondément attaché. Sans Liège, Simenon aurait été un écrivain différent! ‘

← Article précédent: Magazine littérature Article suivant: Maupassant biographie


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site