➔ LITTÉRATURE

Littérature fantastique

Vous êtes ici : » » Littérature fantastique ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Le fantastique est un genre qui peut être décrit comme l’intrusion du surnaturel dans un récit réaliste, c’est à dire l’apparition de faits inexpliqués, mais théoriquement expliqué dans un contexte connu du lecteur, comme le merveilleux mais différent tout de même.

Selon le théoricien de la littérature Tzvetan Todorov, le fantastique serait présent dans l’hésitation entre l’acceptation du surnaturel en tant que tels et de tenter d’expliquer rationnellement. En cela, le fantastique est situé entre les belles (et son incarnation contemporaine, fantasy), dans lequel le surnaturel est accepté et justifié car le cadre est irréaliste et imaginaire, et l’étrange, dans laquelle il expliquait et acceptée comme normale. Contrairement à ces deux genres, le héros, comme le lecteur, presque toujours une réaction de rejet, la peur du rejet ou de faire face aux événements surnaturels qui se produisent.

Cette définition plaçant le fantastique à la frontière de l’étrange et merveilleux est généralement acceptée, mais a fait l’objet de beaucoup de controverses, comme celle menée par Stanislas Lem.

Le fantasme est très souvent associée à une atmosphère particulière, une sorte de tension due à répondre à l’impossible.La peur est souvent présente, soit dans le héros ou l’auteur va causer de l’anxiété chez le lecteur, pourtant ce n’est pas une condition sine qua non du fantastique.

Par extension, le fantastique définit également un genre dont la signification est essentiellement la même (voir la section film fantastique).


Genres connexes et sous-genres

Souvent considéré comme le fantastique très proche de la science-fiction. Néanmoins, d’importantes différences les distinguent: la science-fiction n’est pas le surnaturel et se veut être rationnel. Ainsi, la machine à explorer le temps, HGWells est un roman de science-fiction comme le héros de retour dans le temps avec une machine conçue à cet effet, c’est à dire, grâce à un procédé technologique, certes inconnu dans l’état actuel des connaissances humaines, mais, étant présenté comme la technologie peut être décrite comme surnaturelle.

En français, une erreur fréquente consiste à appeler «fantastiques» tous les textes appartenant au type anglo-saxon de fantaisie, tels que JRR Tolkien, bien qu’ils appartiennent en réalité au royaume du merveilleux. Cette erreur est due à l’absence de terme approprié pour nommer le fantasme en français.

Le fantasme est apparenté au réalisme magique, un genre unique de la littérature latino-américaine et basé sur l’inclusion d’éléments surnaturels dans un récit réaliste.Mais le surnaturel sont considérées comme normales, ce qui est une branche de réalisme magique et non le fantasme merveilleux.

Genres connexes et sous-genres

Souvent considéré comme le fantastique très proche de la science fiction.Nevertheless, d’importantes différences les distinguent: la science-fiction n’est pas le surnaturel et se veut être rationnel. Ainsi, la machine à explorer le temps, HG Wells, est un roman de science-fiction comme le héros dans le temps avec une machine conçue à cet effet, c’est à dire par un processus technologique, certes inconnu dans l’état actuel des connaissances humaines, mais, étant présentée comme la technologie, peut être décrit comme surnaturel.

En français, une erreur fréquente consiste à appeler «fantastiques» tous les textes appartenant au type anglo-saxon de fantaisie, tels que JRR Tolkien, bien qu’ils appartiennent en réalité au royaume du merveilleux. Cette erreur est due à l’absence de terme approprié pour nommer le fantasme en français.

Le fantasme est apparenté au réalisme magique, un genre unique de la littérature latino-américaine et basé sur l’inclusion d’éléments surnaturels dans un story.But réalistes au surnaturel sont considérées comme normales, ce qui est une branche de réalisme magique et non le fantasme merveilleux.

Vue d’ensemble de la littérature fantastique

Les origines du genre

Le roman gothique

La véritable source du genre fantastique est le roman gothique anglais de la fin du XVIIIe siècle. En plus des questions de développement de l’intérêt pour le fantastique (les fantômes, le Diable, les vampires), ces romans sont caractérisés par une atmosphère d’horreur ambiguïté caractéristique plus prononcée introduisent du genre. Parmi les œuvres les plus représentatives incluent Le Moine de Matthew Gregory Lewis (1796), Les Mystères d’Udolphe d’Ann Radcliffe (1794) et Melmoth, le vagabond de Charles Robert Maturin (1820).

Le romantisme effréné

La découverte du gothique anglais en France donne lieu à une profusion d’œuvres appelé «frénétique» (aussi appelé «roman noir»). Encore marquée par la belle, ces œuvres d’introduire dans le goût roman français de l’horreur et le macabre.

William Beckford était anglais, et pourtant il est français qu’il a choisi d’écrire Vathek (1786), l’un des grands romans ont tendance frénétique. C’est l’action de l’Est, et donne l’aspect novateur d’un conte oriental qui rappelle les Mille et Une Nuits. L’histoire de la descente aux enfers d’un calife qui a cherché à obtenir des pouvoirs surnaturels en concluant un pacte avec le diable.

L’autre histoire est la taille effrénée Saragosse Manuscrit polonais Jean Potocki, également écrit en français. Est-ce sous la forme d’un recueil de contes indépendants, qui se chevauchent les uns les autres sur le principe du roman gigogne, avec quelques personnages récurrents, il offre une grande variété de types d’histoires: polar, le roman picaresque, la narration, philosophiques des histoires, etc. Toutefois, le surnaturel est omniprésent dans le roman.

Après ces deux œuvres imposantes, le roman atteint son apogée avec frénésie le «petit romantique.’ Petrus Borel, dans Champavert, contes immoraux (1833) et en particulier Madame Putiphar (1839), est encore plus provocante que les pays anglo-saxons, en particulier dans sa commodité pour l’horrible. Contes de la cruauté ad Champavert Auguste de Villiers de L’Isle-Adam. En outre, Borel a écrit une véritable histoire fantastique, Gottfried Wolfgang (1843).

Parmi les œuvres remarquables de l’art gothique français, devrait également discuter des romans qui ont été écrits dans le but de parodier les récits de Lewis et Radcliffe sont devenus de véritables romans noirs. Dans ce registre, la critique littéraire Jules Janin a écrit un tel morts d’âne et les femmes guillotinées (1829).De même, le souvenir de Frédéric Soulié Diable utilise tous les ressorts du roman gothique, et ne cache pas sa dette envers le marquis de Sade.

Le Diable amoureux de Jacques Cazotte

L’autre précurseur de la littérature fantastique est le français Jacques Cazotte, dont le court roman, The Devil in Love (1772), est considéré comme le premier grand récit en langue française. Il raconte l’histoire d’un jeune homme, Alvaro, qui tente de convoquer les Devil.It lui apparaît sous les traits d’Biondetta charmante. Empreint de l’influence ésotérique, ce roman aura une influence directe sur Charles Nodier et ses successeurs français.

La naissance de la grande vrai: ETA Hoffmann

En Allemagne, en début du XIXe siècle est née la littérature fantastique lui-même, avec Adelbert von Chamisso (Peter Schlemilh) et Achim von Arnim, et ETA Hoffmann (fantasmes dans la manière de Callot, la nuit Tales).

Le fantastique Hoffmann est caractérisé par l’excitation, le chaos et la frénésie. Le roman Elixirs du Diable, qui prétend descendre de Moine de Lewis, accumule si souvent incohérentes épisodes d’histoire d’amour très différentes, méditations esthétiques ou politiques, aventures picaresques, épopée familiale, extases mystiques, etc.Le thème de la folie et la solitude est au cœur des travaux de Hoffmann comme dans celle de Chamisso.

Hoffmann a influencé pratiquement universelle et des histoires gender.His continue sont un véritable répertoire merveilleux, diminué par la suite par d’autres auteurs et d’autres arts (opéra, ballet, cinéma).

Le fantastique en langue française

Naissance et croissance du fantastique en France

Du Contes d’Hoffmann de 1830 sont traduits en français par Loève-Veimars et rencontrer un succès spectaculaire. Après Le Diable amoureux de Jacques Cazotte, Nodier est l’un des premiers écrivains français à écrire des contes fantastiques. Pourtant, il voit dans une telle nouvelle façon d’écrire de merveilleuses histoires, c’est une excuse fantastique de rêve et de fantaisie. Il a également écrit une étude sur le fantastique, ce qui montre que la frontière entre le merveilleux et fantastique de Nodier est floue. Peuplé de fantômes, vampires et morts-vivants, ses textes ont, cependant, ce qui caractérise le fantastique: l’ambiguïté, l’incertitude, l’anxiété. Ses histoires sont surtout connus pour des miettes de fées (1832), Smarra ou les démons de la nuit (1821) et Trilby ou gobelin d’Argyll (1822).

Honoré de Balzac, auteur d’un douzaine d’histoires et de trois romans de fantasy, a été également influencé par Hoffmann.En plus de l’élixir de longue vie (1830) et Melmoth réconcilié (1835), son travail principal est le roman fantastique La Peau de chagrin (1831), dont le personnage principal a conclu un pacte avec le diable: il achète un rétrécissement qui a le pouvoir d’accomplir toutes ses volontés, mais la vie qui symbolise, est réduite à chaque fois qu’il ya recours. Malgré l’élément fantastique, ce roman est écrit dans le réalisme: Balzac utilise la description de peindre la scène de Paris et elle implique situation psychologique et sociale de ses personnages. Mais dans l’ensemble, grande œuvre de Balzac n’est pas conçu comme une fin. Au moins, Balzac ne pas essayer d’effrayer ou surprendre le lecteur, et ne comporte aucune vampires ou des loups-garous. Plutôt, c’est un travail de réflexion, dans le contexte de la Comédie Humaine. Grâce à la puissance des personnages allégoriques et des situations, écrivait Balzac contes surtout philosophique.

Un grand admirateur d’Hoffmann, Gautier est un must-auteur de littérature fantastique. Habité par la fantaisie et le désir d’échapper, ses histoires sont parmi les plus réussies en termes de technique narrative. Gautier brille pour maintenir le lecteur dans le doute tout au long de son histoire, et lui faire une surprise au moment de la chute.Il est l’auteur de plusieurs chefs-d’œuvre que l’on trouve régulièrement dans les anthologies consacrées au fantastique, comme le café (1831) et La Morte amoureuse (1836).

Prosper Mérimée a écrit un nombre très limité d’œuvres fantastiques (certaines nouvelles ou moins), mais elles sont de grande qualité. La Vénus d’Ille (1837), en particulier, est l’un des plus célèbres du nouveau genre. Mérimée a également traduit la Dame de Pique de Pouchkine, et a publié une étude sur Nicolas Gogol, le grand maître russe.

Après avoir écrit les textes fantastiques sous l’influence du romantisme allemand de Goethe et Hoffmann, Gérard de Nerval a écrit un ouvrage majeur, Aurélia (1855), dans un personal.He plus poétique et a également écrit un autre texte dans un style similaire, le Pandora (1854 ).

Guy de Maupassant est clairement l’un des plus grands écrivains de la littérature fantastique. Son oeuvre est marquée par le réalisme, un genre dans lequel il a bâti sa réputation et est fermement enracinée dans la vie quotidienne. Ses thèmes sont la peur, l’anxiété et surtout la folie, dans lequel il est également en baisse, peu avant sa mort. Ils sont trouvés dans son chef-d’œuvre, Le Horla (1887). Dans la forme de journal intime, le narrateur raconte son angoisse à cause de la présence d’un être invisible.La réticence est basé sur la folie du narrateur que possible.

Symbolisme et à la fin du siècle fantastique

La fin du XIXe siècle a vu l’essor de la littérature appelée «décadente», dont les thèmes sont la cruauté, le vice et la dépravation. Dans le sillage des travaux tels que le bas de Joris-Karl Huysmans ou Diabolique Jules Barbey d’Aurevilly, le fantasme n’est pas une fin mais un moyen de se déplacer d’une provocation, une information ou une volonté esthétique. Donc, il ya plus dans cette période de ‘ grands écrivains ‘, mais de nombreux auteurs qui ont écrit quelques textes fantastiques. Le conte devient plus maniérée, les descriptions sont riches, l’exotisme et l’érotisme deviennent importants. Enfin, le conte fantastique est une occasion pour la critique sociale, souvent dirigée contre le matérialisme bourgeois, par exemple, dans Contes cruels de Villiers de L’Isle-Adam. Par ailleurs, les décadents symbolistes largement utilisées dans leur contes fantastiques, il n’est alors pas loin de la fable et l’allégorie.

Léon Bloy a écrit deux recueils de nouvelles, Blood Sweat (1893) et Histoires désobligeantes (1894). Ses histoires, même s’ils ne sont pas toutes fantastiques, sont l’étrange et le surnaturel. Écrivant dans un style incendiaire, Bloy a le désir de choquer ses lecteurs par la cruauté de ses histoires.Un autre écrivain qui a fait tout ce qui est cruel, insalubres ou sales sa source d’inspiration est préférée de Jean Lorrain, auteur de Monsieur de Phocas, l’une des œuvres clés de la littérature de la tour century.His de nombreux contes fantastiques sont divisés en plusieurs collections, qui est certainement le meilleur Histoires de masques (1900).

Le symboliste Marcel Schwob est resté insensible à l’atmosphère délétère des œuvres décadentes. En utilisant l’allégorie merveilleuse pour le fantastique, il est l’auteur de deux recueils de contes, Double Heart (1891) et Le Roi en or masque (1892). Il convient également de retenir les Histoires livre magique (1894) un autre symbole, de Gourmont, dans lequel l’influence de Villiers de L’Isle-Adam est indéniable, et est le seul de son auteur pour contenir des histoires fantastiques.

Henri de Régnier a écrit en 1919 une collection de trois importance nouvelle fantastique, Histoires incertain, dont l’esthétique est directement influencée par la littérature du XXe siècle en retard.

Le Belge grande

Le développement d’une littérature fantastique notamment en Belgique au XXe siècle est un curieux mais incontestable. Il est particulièrement important de mentionner que le fantastique joue un rôle central dans la littérature belge en général.Le Belge né grand symbolisme et de réalisme dans la fin du XIXe siècle. Le symbolisme crée une atmosphère propice à l’intrusion du surnaturel, que ce soit par l’allégorie, la magie, ou le caractère allusif. Les travaux majeurs de ce courant est de Bruges-la-Morte de Georges Rodenbach (1892). Outre le symbolisme, se développe un cadre rustique réalistes et communs, dont le principal représentant est George Eekhoud. Marquée par le réalisme extrême et l’hyperbole, son travail révèle une importante collection, Cycles sinistres (1892)

Deux écrivains ont contribué à apporter la maturité fantastique belge: Franz Hellens et John Ray. Le premier, en alternant entre symbolisme et réalisme, a montré que dans un genre qu’on appelle parfois «réalisme magique». Ses principaux ouvrages sont des animaux nocturnes (1919) et Réalités Fantastiques (1923). La seconde est certainement le plus connu de tous. John Ray est un véritable innovateur dans la littérature du surnaturel dans le XXe siècle. Il a la particularité d’avoir vu le genre fantastique comme un tout, et a consacré lui-même est exclusively.He l’auteur d’une fantaisie débridée dont le plus grand accomplissement est Malpertuis (1943).

Enfin, Michel de Ghelderode, aux côtés de son travail théâtral impressionnant, a aussi écrit Sorts (1945), une fantastique collection d’histoires courtes en une référence du genre.

Aujourd’hui est un développement fantastique très influencé par les changements actuels dans les pays anglo-saxons, avec notamment parmi ses auteurs Daph Nobody (pseudonyme), avec son bar sang roman ou Cycle des Ténèbres.

Fantaisie la littérature maghrébine

Angleterre victorienne

Angleterre victorienne a été auteurs peu de fantaisie à proprement parler, les ambiguïtés subtiles inhérentes au genre, trouve peu d’écho dans la tradition littéraire anglais. Alors des nouvelles de Thomas de Quincey, qui s’inscrivent plus clairement dans la tradition du roman gothique dans le fantasme.

L’Irlandais Sheridan Le Fanu a écrit Carmilla (1871), un roman gothique dont l’originalité réside dans le caractère de la femme vampire gay.He inspiré le célèbre Dracula de Bram Stoker collègues (1897), le chef-d’œuvre incontesté de histoires de vampires.

Oscar Wilde a écrit un des romans les plus célèbres fantastique anglo-américaine, Le Portrait de Dorian Gray (1891), dans lequel le personnage principal voit son portrait de vieillir et de chaque marque de ses vices, tandis qu’il possède la jeunesse éternelle et se livre à tous les excès. Wilde développé dans cet article de réfléchir sur l’esthétique et les caractéristiques du conflit entre les défaillances physiques et morales. La sensualité et l’homosexualité aussi voyager le travail en arrière-plan. Bien au-delà du fantasme, le roman a eu une forte influence sur la littérature française, en particulier les écrivains décadents. De plus, Oscar Wilde a écrit une parodie de l’histoire de fantôme, Le Fantôme de Canterville (1887).

D’autres écrivains de grande renommée ont signé quelques grands textes, qu’il s’agisse de Robert Louis Stevenson (Markheim, Olalla) ou Rudyard Kipling.

Les Anglo-écrivain américain Henry James a régulièrement soulevé le fantastique dans sa carrière littéraire, et plus spécifiquement les histoires de fantômes. Le plus grand succès de ses écrits, c’est au tour d’écrou (1898), une référence dans l’art d’hésitation entre explication rationnelle et irrationnelle.Style allusif de James prend le lecteur à douter de chacun des protagonistes, à son tour, de sorte que la vérité ultime sur cette histoire n’est pas révélé à la fin de l’histoire, ce choix est laissé au lecteur. Ce livre est aussi remarquable pour le caractère fantomatique de ses personnages.

Cette période a également vu la naissance de nouveaux genres de la littérature populaire: le roman policier avec Wilkie Collins, la science-fiction avec HG Wells et Mary Shelley. Beaucoup plus tard, c’est encore né en Angleterre que le genre fantastique, avec Bilbo le Hobbit de JRR Tolkien (1937).

Le grand Américain

A sa naissance dans la littérature américaine du XIXe siècle au début est fortement influencé par le roman gothique anglais et le Hawthorne fantastic.Nathaniel, Washington Irving et d’Edgar Allan Poe et surtout aussi imposer de nouvelles et des contes comme des formes d’expression privilégié. Poe joue aussi un rôle particulier dans l’élaboration d’une théorie esthétique personnelle. Enfin, il est aussi l’un des pionniers de la science-fiction et roman policier.

Washington Irving, l’un des premiers grands écrivains américains, a écrit de nombreuses histoires qui sont plus proches de la légende de l’histoire surnaturelle lui-même. Elle se caractérise par son réalisme, et le ton ironique qu’il utilise.Son livre le plus connu est le Sketch Book (1819), qui contient l’histoire de Rip Van Winkle, l’une des deux premières œuvres vraiment super original américain, avec Peter Rugh, disparu de la Austin William (1824).

Nathaniel Hawthorne a écrit quelques textes impliquant le surnaturel. Elles sont marquées par l’oppression dans une Amérique puritaine, et le thème sont la malédiction, se référant aux légendes de la sorcellerie.

Bien que le fantastique occupe peu d’espace dans son travail abondant, Francis Marion Crawford est l’auteur d’une collection de haute qualité dans le genre, Wandering Ghosts (1891).

S’inspirant de cette tradition, HP Lovecraft donne un tour particulier, plus proche de l’horreur. Lovecraft a inspiré de nombreux écrivains du XXe siècle, notamment Stephen King.

Le Russe grande

Histoires populaires

C’est Alexandre Pouchkine, qui a introduit le genre fantastique en Russie avec la célèbre histoire de la Reine de Pique (1834). Depuis cette date le fantastique est devenu un genre de prédilection de la littérature russe, trouver des thèmes dans les contes et légendes. Apparaît un gros fantastique au merveilleux, dans des œuvres telles que la famille d’Alexis Tolstoï Vourdalak Konstantinovitch, la terrible vengeance de Nicolas Gogol ou pré Béjin Ivan Tourgueniev.

Réalisme fantastique

La littérature fantastique va vraiment trouver une unité russe et un caractère en œuvres réalistes marquée par une profonde inquiétude, montrant une plus grande sincérité que bijoux littéraires de la ‘mode’ de fantaisie, en particulier en France. C’est le cas du Manteau de Gogol et de l’aigle blanc de Nikolaï Leskov. Nous trouvons ce réalisme beaucoup plus tard dans le roman d’Andreï Biély, Pétersbourg, et une petite échelle démon Fiodor Sologoub.

Le grotesque

Encouragé par Pouchkine, Gogol Nicolas publie des contes fantastiques, les plus célèbres sont le nez et le Journal d’un fou, publié dans le recueil de nouvelles de Pétersbourg. Ces histoires d’introduire un changement dans la nature assez profond par rapport à la grande tradition. La peur joue un rôle négligeable, aussi absurde et grotesque devenue essentielle. Ce nouveau style sera imité en Russie même: Le Double, l’un des premiers romans de Dostoïevski, est directement inspirée par les travaux de Gogol.

La langue allemande fantastiques des années 1890-1930

Le début du XXe siècle a été marqué par la hausse dans les pays parlant une sombre fantastique et pessimiste. Les œuvres qui apparaissent pendant ce temps deviennent des sources d’inspiration expressionniste du film qui se développe alors en Allemagne.

Gustav Meyrink est l’un des plus grands écrivains de cette période fantastique. Grand fan des sciences occultes, il distille dans ses romans des théories occultes afin d’initier ses lecteurs. Son roman le plus célèbre, Le Golem (1915), est placée sous le signe de la Kabbale. Il brosse un tableau d’une humanité dégradée et misérable dans le quartier juif de Prague. Son roman fantastique d’autres majeure est la Nuit de Walpurgis (1917). Le thème de la violence et la folie collective, et les échos du massacre de la Première Guerre mondiale.

Plus controversé, Hanns Heinz Ewers est l’auteur d’une abondante, si souvent en regardant les étranges comme le fantastique, reste largement dans le surnaturel. Avec un penchant prononcé pour le macabre, le sang, l’érotisme et malsaine, ses œuvres sont destinées provocateurs et ont souvent été considérées immoral.Ewers est mieux connu pour son roman Mandrake. Il est l’auteur d’un autre matériau roman, l’apprenti sorcier (1909), ainsi que de nombreuses nouvelles, le plus connu est l’araignée (1907).

Écrivain autrichien Alfred Kubin et illustrateur publié en 1909 un roman de fantasy unique, The Other Side, où l’on retrouve l’ambiance cauchemardesque de ses dessins.Ce roman, dans lequel les rêves et la réalité sont un écheveau embrouillé, est considéré par Peter Assmann, principal biographe Kubin, comme «une étape essentielle pour le développement de la littérature fantastique européen.’

D’autres œuvres importantes sont fantastiques écrits pendant cette période, notamment le marquis de Bolibar Perutz Léo et Alexander Baron Bagge Lernet-Holenia. C’est aussi à cette époque que Franz Kafka a écrit La Métamorphose, qui est parfois considéré comme des nouvelles fantastiques.

Jorge Luis Borges

Entre 1920 et 1960, la ville de Buenos Aires est le centre d’une intense cultural.It littéraire et est également un lieu de refuge pendant la guerre pour les écrivains européens associés à la littérature fantastique tels que Witold Gombrowicz et Roger Caillois. En 1931, le journal a été créé le (Sud), sous la direction de Victoria Ocampo. Parmi ses collaborateurs sont Jorge Luis Borges, Adolfo Bioy Casares et Silvina Ocampo, sœur de Victoria et épouse de Bioy Casares.

Cet avis est le site d’une littérature nouvelle apparence fantastique, soutenu par des bourses et le goût du pastiche. Borges a dit, et ‘la bourse est la forme moderne du fantastique.. ‘Cette thèmes fantastiques que nous pourrions appeler post-moderne à la recherche des thèmes à la fois dans l’histoire littéraire que dans la philosophie et la théologie, tout en conservant un caractère ou une anxiété inutile nouvelles sont explorées: voyager dans le temps, les mondes parallèles, des vies parallèles …

Aspects du fantastique

Peur

← Article précédent: Littérature et société programme Article suivant: Littérature fantastique jeunesse

Une réponse pour "Littérature fantastique"

  1. Hélène  20 mars 2018 at 10 h 50 min

    Bonjour,

    Très belle analyse ! et si vous me le permettez, pour étayer l’article je souhaitais mettre en avant un auteur français en devenir, une belle surprise pour ma part. Notamment avec son histoire “Plus forte que l’éternité”.

    Bonne journée,

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles