Le prince

> > Le prince ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

le prince est une œuvre de Nicolas Machiavel, homme d’Etat et écrivain florentin. Ce traité politique a probablement été écrit en 1513, mais n’a été publié qu’en 1532, cinq ans après la mort de son auteur. Le but de ce traité, rédigé alors que l’Italie est divisée en principautés nombreuses, est de présenter l’art et la manière de gouverner humeurs habilement jouer des antagonistes et des gens formidables, grâce à une utilisation politique de connaître ainsi que les lois de la force et la ruse. le prince a souvent été accusé d’immoralité, donnant lieu à la machiavélique adjectif, mais il a également été salué comme un traité de politique, par exemple par Jean-Jacques Rousseau, qui était le «livre des républicains».

Blacklisté Décembre 30, 1559, le prince est censuré en Italie de 1564 (lorsque l’indice a été approuvé par le Concile de Trente), avec d’autres œuvres de Machiavel.

Réception des travaux

Après l’avoir lu, Frédéric II de Prusse décrit plus tard comme «un livre abominable’ Machiavel en bon politicien habile à décrire les ressorts du pouvoir, ne pas hésiter à écrire, en fait, que lorsque vous prenez une principauté, ne vous arrêtez pas à la tête de le gouvernement doit aussi usurpé noyer ses héritiers à un jeune âge, à mettre un terme à la branche dynastique de territoire conquis. Cela aide à se prémunir contre dès que possible la haine prétendants nourris, ce qui est plus susceptible d’avoir un soutien populaire pour eux, vingt ans plus tard. Machiavel nous montre les côtés sombres du pouvoir, les décisions politiques qu’il considère comme un mal nécessaire, en s’appuyant sur de nombreux exemples historiques, mais aussi sur les travaux de grands écrivains comme Tacite, Plutarque et Sénèque.

.

.

Signification

Contrairement à la plupart des traitements traditionnels pour l’édification morale du chef de l’Etat, prétendument pour encourager vertueux et juste utilisation de l’énergie, Machiavel pose rapidement qu’il n’y a pas de vertu, si elle ne peut de puissance efficace. Donc, la question fondamentale posée par ‘le prince‘ n’est pas ‘comment faire bon usage du pouvoir selon les vertus morales et chrétiennes?’ Mais ‘comment obtenir le pouvoir et le conserver?’

Ce n’est pas de se référer à des valeurs morales transcendantes comme Platon dans La République, ou pour poursuivre un rêve. La politique doit être exercé en tenant compte des réalités, ce qui rend la moralité nécessairement passer au second plan, et une marge de liberté entre la contingence de l’histoire (du capital) et la nature cyclique et l’éternel elle.

.

.

Plutôt que de ce qui devrait idéalement être, Machiavel propose de partir de la «vraie vérité» des choses. Mais en politique, il concerne principalement le conflit entre les hommes et la nécessité de réglementer par les relations les plus efficaces. Parmi ces moyens, la peur inspirée par le prince, par le déploiement de sa puissance, est l’un des plus appropriés. Il cherchera donc avant tout d’acquérir l’ensemble des moyens militaires qui assureront strength.There économiques et juridiques ne doivent pas hésiter à punir sévèrement ceux qui contestent son autorité, de préférence à l’occasion de travailler l’imagination (torture publique par exemple), tout en prenant soin de ne pas trop peur de tout, afin de ne pas attirer la haine s trop dangereux pour la stabilité de son pouvoir. Ainsi, l’ordre sera préservé dans la ville et il va faire un bien meilleur service si, par faiblesse ou par la ‘tolérance’, il a laissé de régler le différend et de désordre.De cette façon, il a réussi à être à la fois craint qu’aimé pour son leadership. Dans une lettre à Piero Vettori du 16 avril 1527, Machiavel écrit:

‘(…) J’aime mon pays plus que mon âme et je vous dis que, après l’expérience de ces soixante dernières années, durant lesquelles ils ont travaillé les questions les plus difficiles, où la paix est nécessaire, mais où nous ne pouvons pas abandonner la guerre, et avoir en main un prince qui, avec difficulté, ne peut faire que l’un ou l’autre. ‘

.

.

«Vertu» (Virtu) du prince n’est pas juridique mais politique: c’est la capacité à garder le pouvoir et à faire face aux contingences de l’histoire (Fortuna), sachant la dose de peur et de l’amour qu’elle peut inspirer, afin de maintenir l’ordre et l’unité de son ville. L’originalité de la pensée de Machiavel n’est cependant pas en tant que conseiller du prince à mépriser toute forme de morale: pour assurer le soutien et l’appui du public, le prince se réunira publiquement, du moins en apparence, les règles morales acceptées par son peuple.Peu importe en privé, il méprise ces règles, et en effet il sera souvent aller à l’encontre de la morale dans ses actions politiques secrètes, par exemple, n’hésitez pas à trahir sa propre parole si elle est un moyen de garder le pouvoir, mais publiquement, il sera toujours capable de «tromper» afin que son peuple ne se retourne pas contre lui.

Enfin, une autre question importante est la division de la ville en deux antagonistes d’humeur, ceux du peuple et ceux de adults.But le prince de Machiavel de défenseurs de s’appuyer sur le peuple plutôt que de maintenir sa grande puissance, qui a été l’un des motifs de un certain nombre d’auteurs (Rousseau, ou, plus récemment, Philip Pettit) à se classer parmi les républicains.

.

.

Genesis

Machiavel, secrétaire des Dix de la Liberté et la Paix de la République depuis le 23 mai 1498, a été interdite lors de la prise de Florence par les Médicis en 1512. Fallen officier, il a cherché à retrouver la faveur des Médicis.

Il a écrit et dédié ce traité comme une première étape à Giuliano de Médicis, frère du pape Léon X, Lorenzo de ‘Medici et puis à sa mort il en 1516.Il était plus un amoureux des arts et des plaisirs de la cour que l’art politique lui-même, Machiavel entend mettre à disposition ‘de la connaissance des actions des grands hommes, il a acquis soit par une longue expérience des temps moderne des affaires, soit par une étude assidue de l’Antiquité ‘Prendre l’histoire et l’hypothèse d’un cycle éternel des gouvernements (en particulier de Platon et de Polybe) la capacité d’extraire des enseignements pour l’action politique.

.

.

Composition

Dans le premier chapitre, les différents états sont classés en deux types principaux: les républiques et les monarchies, ce dernier étant soit héréditaire ou nouveaux. A cette occasion, le test se réfère aux récents événements qui agitent l’Italie du Quattrocento, y compris les actions de César Borgia à s’installer dans la Romagne et les intrigues des Sforza à Milan pour chasser les Visconti.

Dans les chapitres XII à XIV, les questions militaires sont abordés, y compris de Machiavel se prononce en faveur de la conscription nationale, au détriment de l’utilisation de mercenaires toujours susceptible de causer plus de tort que de bien pour le prince.

.

.

Chapitres XV à XXIII exposer l’essence de ce que la postérité a retenu comme «machiavélique» conseils dénuée de toute morale pour la conservation du pouvoir.

Signification

Contrairement à la plupart des traitements traditionnels pour l’édification morale du chef de l’Etat, prétendument pour encourager vertueux et juste utilisation de l’énergie, Machiavel pose rapidement qu’il n’y a pas de vertu, si elle ne peut de puissance efficace. Donc, la question fondamentale posée par ‘le prince‘ n’est pas ‘comment faire bon usage du pouvoir selon les vertus morales et chrétiennes?’ Mais ‘comment obtenir le pouvoir et le conserver?’

Ce n’est pas de se référer à des valeurs morales transcendantes comme Platon dans La République, ou pour poursuivre un rêve. La politique doit être exercé en tenant compte des réalités, ce qui rend la moralité nécessairement passer au second plan, et une marge de liberté entre la contingence de l’histoire (du capital) et la nature cyclique et l’éternel elle.

Plutôt que de ce qui devrait idéalement être, Machiavel propose de partir de la «vérité vraie» de things.But en politique, il concerne principalement le conflit entre les hommes et la nécessité de réglementer par les relations les plus efficaces. Parmi ces moyens, la peur inspirée par le prince, par le déploiement de sa puissance, est l’un des plus appropriés. Il cherchera donc avant tout d’acquérir l’ensemble des moyens militaires qui assureront la force économique et juridique.Il ne doit pas hésiter à punir sévèrement ceux qui contestent son autorité, de préférence à l’occasion de travailler l’imagination (torture publique par exemple), tout en prenant soin de ne pas être trop peur de tout, afin de ne pas attirer la haine s trop dangereux pour la stabilité de son pouvoir. Ainsi, l’ordre sera préservé dans la ville et il va faire un bien meilleur service si, par faiblesse ou par la ‘tolérance’, il a laissé de régler le différend et de désordre. De cette façon, il a réussi à être à la fois craint qu’aimé pour son leadership. Dans une lettre à Piero Vettori du 16 avril 1527, Machiavel écrit:

‘(…) J’aime mon pays plus que mon âme, et je vous dis que, après l’expérience de ces soixante dernières années, durant lesquelles ils ont travaillé les questions les plus difficiles, où la paix est nécessaire, mais où nous ne pouvons pas abandonner la guerre , et avoir en main un prince qui, avec difficulté, ne peut faire que l’un ou l’autre. ‘

«Vertu» (Virtu) du prince n’est pas juridique mais politique: c’est la capacité à garder le pouvoir et à faire face aux contingences de l’histoire (Fortuna), sachant la dose de peur et de l’amour qu’il peut inspirer à maintenir l’ordre et l’unité de sa ville.L’originalité de la pensée de Machiavel n’est cependant pas en tant que conseiller du prince à mépriser toute forme de morale: pour assurer le soutien et l’appui du public, le prince se réunira publiquement, du moins en apparence, les règles morales acceptées par sa matière people.No en privé, il méprise ces règles, et en effet il sera souvent aller à l’encontre de la morale dans ses actions politiques secrètes, par exemple, n’hésitez pas à trahir sa propre parole si elle est un moyen de garder le pouvoir, mais publiquement, il sera toujours capable de ‘tromper’ afin que son peuple ne se retourne pas contre lui.

Enfin, une autre question importante est la division de la ville en deux antagonistes d’humeur, ceux du peuple et de ceux des adultes. Mais le prince des défenseurs de Machiavel s’appuyer sur le peuple plutôt que de maintenir sa grande puissance, qui a été l’un des motifs pour un certain nombre d’auteurs (Rousseau, ou, plus récemment, Philip Pettit) à se classer parmi les républicains.

Annexes

Je m’excuse que les enfants ont dédié ce livre à une grande personne. J’ai une excuse sérieuse: cette grande personne est le meilleur ami que j’ai au monde. J’ai une autre excuse: cette grande personne peut tout comprendre, même des livres pour enfants. J’ai un troisième excuse: il vit en France où elle a faim et froid.Il a besoin d’être consolée. Si toutes ces excuses ne suffisent pas, je tiens à dédier ce livre à l’enfant a été utilisée pour ce grand personnage. Toutes les grandes personnes ont été les premiers enfants. (Mais peu d’entre elles s’en souviennent.) Donc je corriger ma dédicace:

← Article précédent: Le portrait de dorian gray Article suivant: Le père goriot


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles