Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Le baroque littérature

Vous êtes ici : » » Le baroque littérature ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

le baroque littérature

Littérature baroque appartient à un grand mouvement européen, non seulement littéraire mais plus généralement l’art, baroque.

La littérature baroque

Cette littérature actuelle offre quelques platitudes représentatives: mélanger les contraires (le réel et l’illusoire, le grotesque et le sublime, le mensonge et la vérité), de développer l’imagination, exprimer des sentiments et des sensations, mais aussi les détails d’abondance et de couleurs, de formes et de parfums. La mort est souvent un thème récurrent dans les œuvres baroques, étroitement liée au domaine de l’évasion et de magie. Le style baroque est marquée par l’exubérance, la prolifération de l’écriture et l’excès d’ornement, dominée par la rhétorique alambic et autres et la multiplication des figures de style telles que métaphore. Le théâtre et le roman impliquent souvent des personnages polyvalent et mystérieux «portant un masque» (par exemple Don Juan avec une duplicité acharnée.).


Il était donc un thème récurrent que l’inconstance, l’illusion (pièce L’Illusion comique de Corneille), métamorphose minérale chiffres, le déguisement ou le déguisement (comme dans L’Astrée), des rêves, le rêve (La vie est un rêve de Calderon de la Barca), le sommeil, le miroir à deux reprises, le corps humain, la vanité des choses («Vanité des vanités, tout est vanité»).Une place importante est donnée à la décoration et le rappel de la fiction à sa nature, est assez fréquent de feux d’artifice. Productions baroques faire usage de processus assez régulier pour l’aide abîme et souvent sur scène un spectacle. En fait, ils cherchent à rendre la vie un petit théâtre des apparences, l’instable et éphémère que la sourde angoisse de la mort que seule la religion peut, à certains moments (et les auteurs), compensée. L’auteur veut réellement baroque enseignement et se voit tiraillé entre la promotion du progrès scientifique et technique de son temps sur un côté puis de l’autre le rejet d’un monde de violence et de fausses apparences.

En poésie, on assiste au développement du sonnet et des odes de Pindare ou anacréontique avec des poètes très originale avec des remerciements exceptionnels à leur esprit libertin que Tristan L’Hermite, Marc-Antoine Girard de Saint-Amant et Théophile de Viau considérées libres penseurs de nier les principes et les principes. En fait, certains de ces poètes, comme Paul Scarron, sont illustrées dans un livre intitulé «ridicules» qui est un répertoire et de parodie irrévérencieuse qui ridiculise les modèles dominants littéraires (comme l’épopée) et les figures mythologiques de l’antiquité, généralement mis en scène dans désavantageuses postes qui est particulièrement sensible dans le travesti Virgile.Ces représentations sont inspirés par des figures métamorphiques subversifs et déformé hybride de la Domus Aurea à Rome, considéré comme le berceau de l’art grotesque.

En Europe, deux modèles poétiques diffèrent en termes d’esthétique: celle de Luis de Góngora, caractérisé par une syntaxe profuse, préciosité extrême de la langue et un excès de figures de style et d’écriture qui favorise une plus concis, plus précis et compact. Tous deux, cependant, de répondre avec des jeux de style de la recherche, l’innovation et la langue sur la forme et le sens des mots. En Angleterre, John Donne est opposé à ces idées, en développant une notion concurrentes: la poésie métaphysique, qui prône une approche plus rigoureuse et une certaine pureté du langage poétique, orientée vers l’intellect, pas d’émotion.

La littérature baroque

Cette littérature actuelle offre quelques platitudes représentatives: mélanger les contraires (le réel et l’illusoire, le grotesque et le sublime, le mensonge et la vérité), de développer l’imagination, exprimer des sentiments et des sensations, mais aussi les détails d’abondance et de couleurs, de formes et de parfums. La mort est souvent un thème récurrent dans les œuvres baroques, étroitement liée au domaine de l’évasion et de magie.Le style baroque est marquée par l’exubérance, la prolifération de l’écriture et l’excès d’ornement, dominée par la rhétorique alambic et autres et la multiplication des figures de style telles que métaphore. Le théâtre et le roman impliquent souvent des personnages polyvalent et mystérieux «portant un masque» (par exemple Don Juan avec une duplicité acharnée.).

Il était donc un thème récurrent que l’inconstance, l’illusion (pièce L’Illusion comique de Corneille), métamorphose minérale chiffres, le déguisement ou le déguisement (comme dans L’Astrée), des rêves, le rêve (La vie est un rêve de Calderon de la Barca), le sommeil, le miroir à deux reprises, le corps humain, la vanité des choses («Vanité des vanités, tout est vanité»). Une place importante est donnée à la décoration et le rappel de la fiction à sa nature, est assez fréquent de feux d’artifice. Productions baroques faire usage de processus assez régulier pour l’aide abîme et souvent sur scène un fait show.In, ils cherchent à rendre la vie un petit théâtre des apparences, l’instable et éphémère que la sourde angoisse de la mort que seule la religion peut, à certains moments ( et les auteurs), compensée.L’auteur veut réellement baroque enseignement et se voit tiraillé entre la promotion du progrès scientifique et technique de son temps sur un côté puis de l’autre le rejet d’un monde de violence et de fausses apparences.

En poésie, on assiste au développement du sonnet et des odes de Pindare ou anacréontique avec des poètes très originale avec des remerciements exceptionnels à leur esprit libertin que Tristan L’Hermite, Marc-Antoine Girard de Saint-Amant et Théophile de Viau considérées libres penseurs de nier les principes et les principes. En fait, certains de ces poètes, comme Paul Scarron, sont illustrées dans un livre intitulé ‘Burlesque’, à savoir un répertoire et de parodie irrévérencieuse qui ridiculise les modèles dominants littéraires (comme l’épopée) et les figures mythologiques de l’antiquité, généralement mis en scène dans des positions désavantageuses qui est particulièrement sensible dans le travesti Virgile. Ces représentations sont inspirés par des figures métamorphiques subversifs et déformé hybride de la Domus Aurea à Rome, considéré comme le berceau de l’art grotesque.

En Europe, deux modèles poétiques diffèrent en termes d’esthétique: celle de Luis de Góngora, caractérisé par une syntaxe profuse, préciosité extrême de la langue et un excès de figures de style et d’écriture qui favorise une plus concis, plus précis et compact.Tous deux, cependant, de répondre avec des jeux de style de la recherche, l’innovation et la langue sur la forme et le sens des mots. En Angleterre, John Donne est opposé à ces idées, en développant une notion concurrentes: la poésie métaphysique, qui prône une approche plus rigoureuse et une certaine pureté du langage poétique, orientée vers l’intellect, pas d’émotion.

La littérature baroque

Cette littérature actuelle offre quelques platitudes représentatives: mélanger les contraires (le réel et l’illusoire, le grotesque et le sublime, le mensonge et la vérité), de développer l’imagination, exprimer des sentiments et des sensations, mais aussi les détails d’abondance et de couleurs, de formes et de parfums. La mort est souvent un thème récurrent dans les œuvres baroques, étroitement liée au domaine de l’évasion et de magie. Le style baroque est marquée par l’exubérance, la prolifération de l’écriture et l’excès d’ornement, dominée par la rhétorique alambic et autres et la multiplication des figures de style telles que métaphore. Le théâtre et le roman impliquent souvent des personnages polyvalent et mystérieux «portant un masque» (par exemple Don Juan avec une duplicité acharnée.).

Il était donc un thème récurrent que l’inconstance, l’illusion (pièce L’Illusion comique de Corneille), métamorphose minérale chiffres, le déguisement ou le déguisement (comme dans L’Astrée), des rêves, le rêve (La vie est un rêve de Calderon de la Barca), le sommeil, le miroir à deux reprises, le corps humain, la vanité des choses («Vanité des vanités, tout est vanité»). Une place importante est donnée à la décoration et le rappel de la fiction à sa nature, est assez fréquent de feux d’artifice. Productions baroques faire usage de processus assez régulier pour l’aide abîme et souvent sur scène un spectacle. En fait, ils cherchent à rendre la vie un petit théâtre des apparences, l’instable et éphémère que la sourde angoisse de la mort que seule la religion peut, à certains moments (et les auteurs), compensée. L’auteur veut réellement baroque enseignement et se voit tiraillé entre la promotion du progrès scientifique et technique de son temps sur un côté puis de l’autre le rejet d’un monde de violence et de fausses apparences.

En poésie, on assiste au développement du sonnet et des odes de Pindare ou anacréontique avec des poètes très originale avec des remerciements exceptionnels à leur esprit libertin que Tristan L’Hermite, Marc-Antoine Girard de Saint-Amant et Théophile de Viau considérées libres penseurs de nier les principes et les principes.En fait, certains de ces poètes, comme Paul Scarron, sont illustrées dans un livre intitulé «ridicules» qui est un répertoire et de parodie irrévérencieuse qui ridiculise les modèles dominants littéraires (comme l’épopée) et les figures mythologiques de l’antiquité, généralement mis en scène dans désavantageuses postes qui est particulièrement sensible dans le travesti Virgile. Ces représentations sont inspirés par des figures métamorphiques subversifs et déformé hybride de la Domus Aurea à Rome, considéré comme le berceau de l’art grotesque.

En Europe, deux modèles poétiques diffèrent en termes d’esthétique: celle de Luis de Góngora, caractérisé par une syntaxe profuse, préciosité extrême de la langue et un excès de figures de style et d’écriture qui favorise une plus concis, plus précis et compact. Tous deux, cependant, de répondre avec des jeux de style de la recherche, l’innovation et la langue sur la forme et le sens des mots. En Angleterre, John Donne est opposé à ces idées, en développant une notion concurrentes: la poésie métaphysique, qui prône une approche plus rigoureuse et une certaine pureté du langage poétique, orientée vers l’intellect, pas d’émotion.

Bibliographie

Voir ‘La littérature baroque‘ sur Wikisource.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles