Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Émission littéraire tv

Vous êtes ici : » » Émission littéraire tv ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

émission littéraire tv

J’ai rencontré Florian Zeller par hasard en passant un samedi la télévision en Septembre 2004, quand il était encore assez inconnu du grand public.

J’ai spontanément allumé la télé, il était déjà très tard. Je ne regarde pas, j’ai pensé à écouter, mais je n’ai même pas l’entendre, c’était juste un bruit qui a rempli un silence inattendu samedi là. Soudain, j’ai entendu une voix parlant de Flaubert, de parcours initiatique, l’érotisme, Mille et Une Nuits, de la sensualité féminine et l’Europe orientale.


J’ai renoncé à «sec» J’allais faire, et tout habillé, je viens de rentrer – je me suis assis sur le canapé à écouter sans bouger.

Au début, j’ai été séduit par un procédé physique, comme beaucoup de filles (!) – Une coupe de cheveux blonds d’origine, un aspect soigné, un garçon avec un peu froid cette nuit-là, mais l’assurance souvent nécessaire dans ce type de programme où tout peut arriver.

L’hôte enquêteur de la série télé est toujours difficile à gérer, vous devez donc contenir des dérapages incontrôlables s’ils ne sont pas sont rapidement entre les problèmes personnels, personnels et très promotionnel.

Heureusement, il était capable de se contrôler pour mon plaisir, ce qui a permis l’interview de prendre un très rapide tonalité générale grave, et particulièrement gratifiant pour le spectateur, si clairement ‘moi’.

Bientôt la seule attraction physique pour l’écrivain a cédé la place à un flash pour le contenu des idées présentées: une foule d’informations sur les livres, l’Islam, les dérives extrémistes, la sensualité, l’érotisme de la culture orientale (parfois inconnus des jeunes générations), le frustration. ont émergé et imposé à l’écrivain que j’ai été un spectateur.

Donc, en 15 minutes d’entrevue, j’ai été captivé assez pour moi de commencer la relecture. Situation inimaginable pour devenir un junkie de musique allergique aux livres de schoolboy.However traumatisme, chacune de mes lectures, même les quelques dernières années ont été enrichissante, et j’ai toujours suivi les événements littéraires internationaux.

Lorsque l’émission de télévision, à la question: «Quel livre pensez-vous qu’il veut tuer», répond Florian Zeller ‘Père Goriot, qui donne généralement envie de tuer le professeur!’

Plus incroyable coïncidence que ma blessure se souvenant que j’étais effectivement sur le point de devenir criminelles Ecole Lakanal à Sceaux dans le milieu des années 80 juste en lisant ce livre (si jamais mon ex.Professeur de français à lire cet article, on ne sait jamais ..).

Avec cette réponse ironique, le «clic Zellerien’ clics. J’ai commencé à lire plusieurs livres en moins de deux mois – et en particulier de ceux qu’ils avaient mentionnés dans l’interview et plus de la sienne. Un rapprochement est née: je suis engagé pour de nouveaux livres, grâce à la littérature marketing bien fait cette nuit-là.

Mais revenons à hisbook. Je conseille vivement son troisième roman «La Fascination du pire’ Ed Flammarion.Je ai acheté la semaine après l’émission de télévision en Septembre si loin de la hype actuelle.

Au début, j’ai juste pris ‘connaissance’ de l’ouvrage à me donner un peu dans l’ambiance. J’étais dans une devanture de magasin à un vendeur qui me regardait fixement demandez probablement comment je pourrais supporter de lire à longueur telle, les jambes croisées avec des talons, à l’aise dans un couloir et fraîche. Puis, après plusieurs visites, le livre presque terminé, j’ai finalement décidé de l’acheter.

Je pense que, étant donné mes antécédents Persique, être bien placé pour dire que ce livre est d’abord un «roman-fiction», un concept cher à l’auteur, et il n’ya rien de vulgaire.

Le livre est très bavard en effet, les personnages parlent sans cesse.Il est parfois écrit maladroit, nous ne savons pas qui a dit quoi entre le narrateur, le personnage principal et local caractères tous les joueurs actifs dans le roman, tout est mélangé, sans doute sur le but.

Pour moi, il a été mal lu ou non lu du tout par certains critiques, dont les jugements que j’ai parfois semblé facile et creuse, avec une agressivité parfois injustifiés.

Un autre atout important de l’ouvrage de Florian Zeller: un écrit des effets de style ennuyeux sans faire le travail inaccessible au public en général, avant tout un plaisir à lire fluide.

Puis, après les pages, une chute inattendue, intéressante, tenant en haleine, malgré un sujet classique largement discuté et controversé que: l’islam.

Mais ce qui ressort de ce livre à côté de tout cela est la solitude misérable des deux hommes sont allés chercher de l’Est qu’ils ne pouvaient pas trouver dans l’Ouest, enfin, nous nous rendons compte qu’ils ne le trouverez nulle part.

‘C’est un livre qui se termine’, a déclaré un juge, Frédéric Beigbeder sort des délibérations pour le prix Interallié 2004, par conséquent, attribué à Florian Zeller Fascination du pire 16 Novembre 2004.

Félicitations à Florian Zeller pour ce prix, félicitations pour votre maturité, nous oublions parfois que vous avez seulement 25 ans, mais certaines choses nous rappeler tous les mêmes ..

Enfin ce n’est pas parce que je ne suis pas attiré par le théâtre (théâtre, préférant amplement ou opéra) ne doit pas le rapport de la carrière prometteuse en tant que dramaturge Florian Zeller a également conduit avec sa pièce ‘L’autre’ théâtre de mathurinsdepuis Septembre. Il prépare également une nouvelle pièce, «le rond-point’ qui se déroulera du 28 Janvier, 2005 le théâtre Montparnasse.

J’ai enfin eu l’occasion de rencontrer quelques fois Florian Zeller. Rencontres avec Lucid un séducteur maître jeune homme, lecteurs courtois, mais nécessairement impénétrable que de nombreux écrivains que j’ai rencontrés.

Mon souhait serait de lui poser les questions qui viennent d’être posées lors de l’interview télévisée qui m’a permis de connaître. Aurons-nous les réponses à mes questions? Après prochainement sur le site. dans une interview que peut me donner.

Florian Zeller, est né en Juin 1979. A 25 ans il a déjà publié sur – Editions Flammarion romans -3:Neige artificielle en 2002 (Prix de la Fondation Hachette), Les Amants de rien en 2003 (Prix Prince Pierre de Monaco, traduit en russe et anglais) et la fascination du mal en 2004 (Prix Interallié). Le fils d’une mère psychothérapeute et un père dans l’industrie automobile, il a grandi dans une banlieue ouest de Paris. Bientôt, il a développé une passion pour l’écriture et pour un particulier, l’auteur Milan Kundera, il dévore ouverte, puis un jeune adolescent, en quatre jours et dit que le temps: ‘j’ai été laissé avec le choc profond de la lecture».

Depuis qu’il a commencé en Septembre 2004, aux côtés de son travail en tant que romancier, un dramaturge de carrière avec la création à Paris, sa première pièce, The Other Theatre de Mathurins, et, en 2005, Le Manège, au Théâtre Montparnasse du.

«Je savais que Florian Zeller par hasard lors d’une visitTV un samedi en Septembre 2004, quand il était encore assez inconnu du grand public.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles