Dadaisme littérature

> > Dadaisme littérature ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 7 mai 2019


Dada, également connu comme Dada, est un mouvement intellectuel, littéraire et artistique, entre 1916 et 1925 a été caractérisée par un défi, comme la table rase de toutes les conventions de l’idéologique, artistique et politique.

Ce mouvement a mis en avant l’esprit d’enfance, jouer avec les conventions et accords, le rejet de la raison et la logique, l’extravagance, la dérision et l’humour. Ses artistes voulaient irrespectueux, extravagants, affichant un mépris total pour la ‘junk’ du passé de ce genre qui sont restés. Ils ont cherché une plus grande liberté de créativité, pourquoi ils ont utilisé tous les matériaux et formes disponibles. Ils ont aussi cherché cette liberté de langage, qu’ils aimaient lyrique et éclectique.

Historical

Création de Dada

Le terme Dada est né en mai 1916 à Zurich (Suisse) par la grâce de la balle poète Hugo, Tristan Tzara et des peintres Jean Arp, Marcel Janco, Sophie Taeuber-Arp.They investissent une taverne grande, celle d’un Spiegelgasse dans le quartier de Niederdorf, le café transformé en littéraire et artistique et rebaptisé ‘Cabaret Voltaire’.

La version la plus actuelle de l’origine du mot est celui de la lecture aléatoire: ouvrir un dictionnaire au hasard et un coupe-papier qui tombe sur le mot «dada».En réponse à l’absurdité et la tragédie de la Première Guerre mondiale, qu’ils baptisent le mouvement qu’ils viennent de créer à ce nom et aussi en opposition à tous les mouvements se terminant en-isme. Dada n’est «ni un dogme ni une école mais plutôt une constellation d’individus et d’facettes libres’, a déclaré à l’époque Tristan Tzara. Hétérogènes et spontané, Dada s’est aussi imposé comme un mouvement sans un vrai leader. Dadaïstes ont tous été présidents.

Développement de Dada

Peu avant la fin de la guerre, les mouvements dadaïstes sont créés dans les grandes villes allemandes de Berlin, Cologne et Hanovre. Les différents «Manifestes’ Venez à Paris, malgré la censure et ‘lavage de cerveau’ contre tous ‘germanisme’.

Réussir révoltes et individu solitaire contre la civilisation occidentale – Arthur Rimbaud ‘beauté assis sur ses genoux et l’a trouvé amer’ – cristallisée par l’épreuve du conflit de 1914-1918, le défi de la diversité culturelle de Dada se manifeste par la truculence provocatrice et la dérision, souvent dans événements publics. Hannah Höch qui a dessiné des modèles pour un magazine de mode, ont été utilisés dans la coupe dans les politiques de collages sauvages.

Pour la première fois, les femmes sont acceptées comme artistes à part entière, camarades et complices des événements, «traités comme des collègues» et non pas seulement comme des amants, les ‘amateurs doués» ou «objets de sublimation dans l’art’.

La fin de Dada

En France, depuis 1920, s’essouffle Dada, André Breton trouve que «Dada tourne en rond.’ Louis Aragon, dans son projet d’histoire littéraire contemporaine, de 1921 à 1922 a tué Dada. Il dit aussi que «Vingt-cinq poèmes» de Tristan Tzara ‘avait bu toute sa vie.’ En Novembre 1921, le magazine belge Ça ira! Dans un certain nombre dirigé par Clément Pansaers proclame que Dada est mort.

Selon l’historien Marc Dachy, l’affaire contre Maurice Barrès marque la décomposition réelle des dadaïstes. Le «Acte d’accusation et le procès de Maurice Barrès pour des crimes contre la sûreté de l’esprit» ne fut pas sans déplaire à Tzara, Francis Picabia, Georges Ribemont-Dessaignes, Erik Satie, ou Clément Pansaers, qui s’opposaient à l’idée d’un tribunal de La, surtout un révolutionnaire tribunal. Tzara se produit seulement en tant que témoin, laissant le soin de Breton leader du procès. Le cas se transforme rapidement en une blague, ce qui n’était pas le souhait de Breton.

Le fondateur de la violente quitté la salle, bientôt suivi par Picabia et ses amis, quand Aragon a commencé son plaidoyer, plus que contre le tribunal contre Barrès, qui a également été condamné à vingt ans de travaux forcés.

Dans la suite de Juin, l’exposition organisée par Dada Tzara à Paris est dédaigné par André Breton et Marcel Duchamp refuse tout envoi de cette exposition, à l’exception d’un télégramme en deux mots: ‘Bal Pode».

Soirée dada du 6 Juillet 1923 organisée par Tristan Tzara, Michel théâtre marque la rupture définitive entre les dadaïstes et les surréalistes (André Breton, Robert Desnos, Paul Eluard et Benjamin Péret). Le visage de perturbations violentes des surréalistes: Breton, un coup de sa canne, cassant le bras de Pierre de Massot, Tzara a appelé la police. La soirée a été annulée le jour suivant.

Historical

Création de Dada

Le terme Dada est né en mai 1916 à Zurich (Suisse) par la grâce de la balle poète Hugo, Tristan Tzara et des peintres Jean Arp, Marcel Janco, Sophie Taeuber-Arp.They investissent une taverne grande, celle d’un Spiegelgasse dans le quartier de Niederdorf, le café transformé en littéraire et artistique et rebaptisé ‘Cabaret Voltaire’.

La version la plus actuelle de l’origine du mot est celui de la lecture aléatoire: ouvrir un dictionnaire au hasard et un coupe-papier qui tombe sur le mot «dada». En réponse à l’absurdité et la tragédie de la Première Guerre mondiale, qu’ils baptisent le mouvement qu’ils viennent de créer à ce nom et aussi en opposition à tous les mouvements se terminant en-isme. Dada n’est «ni un dogme ni une école mais plutôt une constellation d’individus et d’facettes libres’, a déclaré à l’époque Tristan Tzara. Hétérogènes et spontané, Dada s’est aussi imposé comme un mouvement sans un vrai leader. Dadaïstes ont tous été présidents.

Développement de Dada

Peu avant la fin de la guerre, les mouvements dadaïstes sont créés dans les grandes villes allemandes de Berlin, Cologne et Hanovre. Les différents «Manifestes’ Venez à Paris, malgré la censure et ‘lavage de cerveau’ contre tous ‘germanisme’.

Réussir révoltes et individu solitaire contre la civilisation occidentale – Arthur Rimbaud ‘beauté assis sur ses genoux et l’a trouvé amer’ – cristallisée par l’épreuve du conflit de 1914-1918, le défi de la diversité culturelle de Dada se manifeste par la truculence provocatrice et la dérision, souvent dans événements publics.Hannah Höch qui a dessiné des modèles pour un magazine de mode, ont été utilisés dans la coupe dans les politiques de collages sauvages.

Pour la première fois, les femmes sont acceptées comme artistes à part entière, camarades et complices des événements, «traités comme des collègues» et non pas seulement comme des amants, les ‘amateurs doués» ou «objets de sublimation dans l’art’.

La fin de Dada

En France, depuis 1920, s’essouffle Dada, André Breton trouve que «Dada tourne en rond.’ Louis Aragon, dans son projet d’histoire littéraire contemporaine, de 1921 à 1922 a tué Dada. Il dit aussi que «Vingt-cinq poèmes» de Tristan Tzara ‘avait bu toute sa vie.’ En Novembre 1921, le magazine belge Ça ira! Dans un certain nombre dirigé par Clément Pansaers proclame que Dada est mort.

Selon l’historien Marc Dachy, l’affaire contre Maurice Barrès marque la décomposition réelle des dadaïstes. Le «Acte d’accusation et le procès de Maurice Barrès pour des crimes contre la sûreté de l’esprit» ne fut pas sans déplaire à Tzara, Francis Picabia, Georges Ribemont-Dessaignes, Erik Satie, ou Clément Pansaers, qui s’opposaient à l’idée d’un tribunal de La, surtout un révolutionnaire tribunal. Tzara se produit seulement en tant que témoin, laissant le soin de Breton leader du procès.Le cas se transforme rapidement en une blague, ce qui n’était pas le souhait de Breton.

Le fondateur de la violente quitté la salle, bientôt suivi par Picabia et ses amis, quand Aragon a commencé son plaidoyer, plus que contre le tribunal contre Barrès, qui a également été condamné à vingt ans de travaux forcés.

Dans la suite de Juin, l’exposition organisée par Dada Tzara à Paris est dédaigné par André Breton et Marcel Duchamp refuse tout envoi de cette exposition, à l’exception d’un télégramme en deux mots: ‘Bal Pode».

Soirée dada du 6 Juillet 1923 organisée par Tristan Tzara, Michel théâtre marque la rupture définitive entre les dadaïstes et les surréalistes (André Breton, Robert Desnos, Paul Eluard et Benjamin Péret). Le visage de perturbations violentes des surréalistes: Breton, un coup de sa canne, cassant le bras de Pierre de Massot, Tzara a appelé la police. La soirée a été annulée le jour suivant.

Dada Culture

Dada et d’humour

Après la Première Guerre mondiale, les jeunes ont besoin d’exprimer leur jubilation d’être vivant, la guerre terminée et la paix restored.Life a vaincu la mort, la paix a gagné la guerre, l’enfance et l’insouciance sont de retour et sera en mesure de s’exprimer.En 1963, Tristan Tzara a dit: «Dada n’était pas seulement absurde, pas juste une blague, Dada était l’expression d’une forte douleur chez les adolescents, nés pendant la guerre de 1914 Ce que nous voulions était une table rase des valeurs actuelles, mais le bénéfice. , juste les plus hautes valeurs humaines. ‘

Dada et de l’érotisme

En 1920, Tristan Tzara appelé le ‘dada présidents,«la plupart des non-conformistes et l’originalité débridée possibles. Les ‘filles dada’, le ‘solo de danse des filles de Dada» avec ou sans masque, comme Sophie Taeuber. Ils tourner les têtes et susciter l’enthousiasme, mais les huées. Un «Dada danse’ est bien connu pour mettre les bras en l’air ( perpendiculaires au tronc d’épaule et avant-bras perpendiculaires au corps) et le saut à la Hennings time.Emmy même, compagnon de Hugo Ball, fonda avec lui l’Cabaret Voltaire à Zurich, où elle est devenue l’âme animant ses soirées, la danse, le chant et la poésie.

L’American Clara Tice, peintre et poète, dessinateur, horrifié de la société pudibonde américaine avec ses dessins de femmes nues avec des animaux, si érotique illustrant les Fables de La Fontaine. Ses œuvres seront confisqués par la police. Un autre Américain, Beatrice Wood joue également avec une des œuvres fortes érotiques.

Valeska Gert crée sa ‘danse’ lors de certaines soirées à Berlin. Loin du classique au lac Swan, ils ouvrent la voie à la libération du corps des femmes et la nudité. Renée Dunan, élevée dans un couvent, mais un grand admirateur du marquis de Sade, est libre, se proclame ‘la première heure de Dada’, et parler de la ville, sous divers pseudonymes, dont «Pump Marcelle» et «M. de Steinthal»en hommage à l’écrivain Stendhal et aventurier Casanova Seingalt.

Chanson

Bernard Lavilliers a composé la musique de cette chanson sur l’album Dada-concert Escale au Grand Rex, le texte est à Tristan Tzara. Il a dit lui-même comme «Dada». ‘

← Article précédent: Culture générale littérature Article suivant: Dernières parutions littéraires


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site