Albert camus bio

> > Albert camus bio ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 2 octobre 2014

Albert Camus est l’un des hommes de lettres qui ont marqué le XXe siècle. Né Novembre 7 1913, dans le village de Saint Paul à Mondovi en Algérie française, Albert Camus est à la fois un écrivain, dramaturge, essayiste, journaliste et philosophe français. Il est surtout connu pour ses idées humanistes fondée sur la conscience de l’absurdité de la condition humaine et ses positions politiques. Le français est aussi le neuvième à être reçu le prix Nobel de littérature en 1957. Parmi ses œuvres notables incluent: L’Étranger en 1942, Le Mythe de Sisyp …

Albert Camus ‘L’absurde est raison lucide qui trouve ses limites.’ Albert Camus, ‘La liberté est une prison aussi longtemps qu’un seul homme est asservi sur la terre.’ Albert Camus, «La démocratie n’est pas la règle de la majorité, mais la protection de la minorité.’ Albert Camus

Albert Camus, né à Mondovi novembre 71913 dans l’ancien département de Constantine (depuis 1962 Dréan Wilaya d’El Tarf en) en Algérie, et mourut Janvier 4 1960 à Villeblevin dans l’Yonne est un écrivain, dramaturge, essayiste et philosophe français . Il était aussi un militant journaliste impliqué dans la Résistance et dans les luttes morales de la période d’après-guerre.

Œuvre de Camus comprend joue, romans, nouvelles, poèmes et d’essais dans lequel il développe un humanisme fondé sur la prise de conscience de l’absurdité de la condition humaine mais aussi comme une réponse à l’absurdité révolte, révolte qui a conduit à l’action et donne un sens à le monde et l’existence, et «puis vient la joie étrange qui aide à vivre et à mourir.’

Sa critique du totalitarisme soviétique lui a valu les anathèmes des communistes et conduit à la brouille avec Jean-Paul Sartre. Il a été couronné en 44 ans par le prix Nobel de littérature en 1957 et restera élevé dans le monde.

Selon Bertrand Poirot-Delpech, des tests ont abondé sur son oeuvre après sa mort, pendant qu’ils faisaient guère compte de sa vie. Les premières biographies apparu que dix-huit ans après la disparition du prix Nobel. Parmi ces derniers, le plus impressionnant est celui de Herbert Lottman R, un journaliste américain, observateur de la littérature européenne pour le New York Times et le magazine Publishers Weekly.

Dans le journal Combat, ses positions étaient braves autant que déconcertant, tant sur la question de l’Algérie sur ses relations avec le Parti communiste dont il a quitté après un court séjour. Camus est le premier témoin de son temps, sans compromis, refusant tout compromis.Cela aura pour s’opposer à Sartre et à l’automne avec de vieux amis. Selon Herbert Lottman R., Camus n’a pas appartenir à une famille politique, mais il n’a pas hésité à combattre: il a successivement protesté contre les inégalités qui ont frappé les musulmans d’Afrique du Nord, contre la caricature de exploiter.He pied noir allé à l’aide d’anti-fascistes exilés espagnols, victimes du stalinisme, des objecteurs de conscience.

Entre le journalisme et l’engagement

Roger Quilliot appelle cette partie de la vie de Camus «La plume et l’épée, un stylo qui a servi comme une épée symbolique mais ne se limite pas aux actions qu’il a soutenu toute sa vie (voir par exemple le chapitre suivant). Camus prétend en Lettres à un ami allemand de sa vie amoureuse: ‘Vous acceptez peu au désespoir et je n’ai jamais fait« avouer »un goût violent de la justice qui semble si déraisonnable que la passion plus brutale.’ Il n’a pas attendu pour engager la résistance. Il vient du prolétariat et affirment toujours, le rythme de Sartre, le premier morceau qu’il a joué au théâtre de la révolte du travail dans les Asturies, évoque déjà la lutte des classes.

Il se poursuivra avec l’appartenance au Parti communiste et son fameux rapport sur la pauvreté publié à Alger, en Kabylie-républicain.Il dénonce la ‘logique méprisables que l’homme est sans force parce qu’il n’a rien à manger et qui paie moins parce qu’il est sans force.’ Les pressions sur le temps va obliger à quitter l’Algérie, mais la guerre et la maladie va se rattraper. Malgré cela, il va s’engager dans la résistance.

Pour écrire à combattre, lutter pour des causes qu’il croit, Camus se sentait une certaine lassitude. Ce qu’il veut est de concilier la liberté et la justice, lutte contre toutes les formes de violence, la cause de la paix et la coexistence pacifique, à se frayer un chemin à résister, contester, dénoncer.

Entre le journalisme et l’engagement

Roger Quilliot appelle cette partie de la vie de Camus «La plume et l’épée, un stylo qui a servi comme une épée symbolique mais ne se limite pas aux actions qu’il a soutenu toute sa vie (voir par exemple le chapitre suivant). Camus prétend en Lettres à un ami allemand de sa vie amoureuse: ‘Vous acceptez peu au désespoir et je n’ai jamais fait« avouer »un goût violent de la justice qui semble si déraisonnable que la passion plus brutale.’ Il n’a pas attendu pour engager la résistance. Il vient du prolétariat et affirment toujours, le rythme de Sartre, le premier morceau qu’il a joué au théâtre de la révolte du travail dans les Asturies, évoque déjà la lutte des classes.

Il se poursuivra avec l’appartenance au Parti communiste et son fameux rapport sur la pauvreté publié à Alger, en Kabylie-républicain. Il a dénoncé la «logique méprisables que l’homme est sans force parce qu’il n’a rien à manger et qui paie moins parce qu’il est sans force.’ Les pressions sur le temps va l’obliger à quitter l’Algérie, mais la guerre et la maladie va se rattraper. Malgré cela, il va s’engager dans la résistance.

Pour écrire à combattre, lutter pour des causes qu’il croit, Camus se sentait une certaine lassitude. Ce qu’il veut est de concilier la liberté et la justice, lutte contre toutes les formes de violence, la cause de la paix et la coexistence pacifique, à se frayer un chemin à résister, contester, dénoncer.

Albert Camus et l’Espagne

Les origines espagnoles d’une partie de Camus à la fois dans son travail et les livres à la révolte dans les Asturies ou de l’état de siège, par exemple, que dans ses adaptations de la dévotion à la croix (Calderon de la Barca) ou Le Chevalier Olmedo (Lope de Vega).En tant que journaliste, ses positions, son combat en cours contre le régime de Franco, se retrouvent dans de nombreux articles d’Alger républicain en 1938, des journaux tels que le cap de combat, mais aussi certains moins connus, des preuves ou des témoins, où il a défendu ses convictions, dit son engagement à un engagement de l’Espagne libre du joug de Franco, il écrit ‘amis espagnols, nous faisons partie du même sang et je dois votre pays, sa littérature et son peuple, sa tradition, une dette qui s’éteint.’ Telle est la croyance d’un homme qui est constamment resté fidèle ‘à la beauté que l’humiliation.’

Biographie

Origines et enfance

Lucien Auguste Camus, père d’Albert, est né 28 Novembre 1885, à Ouled Fayet-dans le département d’Alger, Algérie. Il descend des premiers colons français dans cette colonie annexée par la France en 1834 et départementalisée en 1848. Un grand-père, Claude Camus, né en 1809, est venu de Bordeaux, un arrière grand-père, Matthew Juste Cormery, l’Ardèche, mais la famille pense d’origine alsacienne. Lucien Camus travaille comme marchand de vin dans un vignoble appelé ‘le chapeau de gendarme», près de Dréan, à quelques miles au sud de Bône (Annaba) dans le département de Constantine, un marchand de vin à Alger.Il s’est marié en Novembre 1910 Sintes Catherine Helen, Birkadem né en 1882, dont la famille est originaire de Minorque en Espagne. Trois mois plus tard, en 1911, leur fils aîné est né Lucien Jean-Etienne et Novembre 1913, leur deuxième fils, Albert. Lucien Auguste Camus est mobilisé en tant que deuxième classe dans le premier régiment de zouaves en Septembre 1914.Wounded à la bataille de la Marne, il a été évacué le 11 Octobre à l’hôpital militaire de Saint-Brieuc dans les Côtes-du-Nord, où il Octobre 17 morts, 1914. Son père, Camus connaîtra quelques photos et une anecdote significative: son dégoût à la vue d’une exécution. Sa mère est partiellement sourd et ne peut ni lire ni écrire: il inclut un haut-parleur en lisant ses lèvres. Même avant que son mari a quitté l’armée, elle a déménagé avec ses enfants chez sa mère et ses deux frères, Etienne, sourd-muet qui fonctionne comme un tonnelier, et Joseph, rue de Lyon à Belcourt, un quartier d’Alger. Elle a connu une brève aventure qui s’oppose à son frère Stephen.

‘Il était une fois une femme que la mort de son mari lui avait fait pauvre avec deux enfants. Elle a vécu avec sa mère, aussi pauvre, avec un frère qui était travailleur handicapé.Elle avait travaillé pour une vie, ce ménage, et avait donné l’éducation de ses enfants dans les mains de son mother.Rude, arrogant, dominateur, elle a soulevé les à la dure », Camus a écrit dans un projet de« L’Envers et l’endroit. ‘

Formation

Albert Camus a fait ses études à Alger. A l’école primaire, il a été remarqué en 1923 par son professeur, Louis Germain, qui donne des leçons gratuites et en 1924 est entré dans la liste des candidats pour des bourses, malgré la méfiance de sa grand-mère qui voulait qu’il doit gagner sa vie au plus tôt. Camus gardera une grande reconnaissance à Louis Germain, et dédié son prix Nobel de la parole. Reçu, Camus peut venir comme un Bugeaud demi-résident au lycée (aujourd’hui université Emir Abd-el-Kader). «J’avais honte de ma pauvreté et mon (…) familiale Avant, tout le monde était comme moi et la pauvreté semblait l’air même de ce monde. Au lycée, je savais que la comparaison», se souvient il. Il commence à l’heure de jouer au football et à la réputation d’un goalkeeper.But après son crachement de sang, les médecins ont diagnostiqué la tuberculose en 1930 et doit faire un bref séjour à l’hôpital Mustapha.Son oncle, Voltaire et anarchiste, et sa tante Acault, tenant un boucher de la rue Michelet, puis la maison, rue du Languedoc, où il peut avoir une chambre. Camus est alors encouragée par Jean Grenier – qui va introduire Nietzsche.

Débuts littéraires

En 1934, il épouse Simone Hié: «Je veux me marier, de se suicider, ou pour vous abonner à L’Illustration un geste de désespoir, ce qui ….’. En 1935, il commence à écrire L’Envers et la droite, qui sera publié deux ans plus tard par Edmond Charlot dans la bibliothèque qui peut être trouvé jeunes écrivains algériens, tels que Max-Pol Fouchet. À Alger, il fonde le Théâtre du Travail, qu’il remplace en 1937 par l’équipe de théâtre, qui a joué la première pièce est une adaptation du roman dans lequel la répétition Malraux lui donne l’occasion de forger une amitié avec Emmanuel Robles.At les mêmes fois qu’il a quitté le Parti communiste, dont il avait rejoint deux ans plus tôt. Il a rejoint le journal créé par Pascal Pia, l’organe d’Alger républicain du Front Populaire, où il devient rédacteur en chef. Enquête Misère de la Kabylie a un écho retentissant. En 1940, le Gouvernement Général de l’Algérie interdit le journal. Cette même année, il épouse Francine Faure.Ils se sont installés à Paris où Albert a travaillé comme rédacteur copie dans Paris-Soir, dirigé par Pascal Pia. Il a également fondé la Rive-journal et rencontré Malraux. Durant cette période, il a publié le roman L’Étranger (1942) qui est publié par Gallimard en l’instance de Malraux et de test Le Mythe de Sisyphe (1942) dans lequel il expose sa philosophie. Selon sa propre classification, ces œuvres appartiennent au «cycle de l’absurde’ – elle sera terminée d’ici le cycle joue Le Malentendu et Caligula (1941). En 1943, il a été joueur de Gallimard et a pris en charge de Combat lorsque Pascal Pia est appelé à d’autres fonctions dans le Resistance.In 1944, il rencontre André Gide et plus tard Jean-Paul Sartre, à qui il se lie d’amitié. Le 8 août 1945, il était le seul intellectuel occidental à dénoncer l’utilisation de la bombe atomique deux jours après le bombardement de Hiroshima célèbre encore dans un éditorial de Combat. En 1945, à l’initiative de François Mauriac, il a signé une pétition pour demander au général de Gaulle la grâce de Robert Brasillach, la personnalité intellectuelle connue pour ses activités collaborationnistes pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1946, Camus se lie d’amitié avec René Char. La même année, il a quitté les États-Unis et revenir en France, il a publié une série d’articles contre l’expansionnisme soviétique:le coup de Prague et anathèmes contre Tito (1948). En 1947, le succès littéraire avec le roman La Peste, suivi deux ans plus tard, en 1949, pour le jeu Le Juste.

L’engagement politique et littéraire

En Octobre 1951, la publication de The Rebel cause violente controverse quand Camus a été attaqué sur sa rupture avec left.The Jean-Paul Sartre en 1952, après la publication au Jeanson article du Times Modern qui se plaint que la révolte de Camus d’être «délibérément statique. ‘ En 1956, à Alger, il sort son «Appel pour la trêve civile», tandis qu’à l’extérieur sont prononcés contre les menaces de mort lui. Son plaidoyer pour une solution pacifique du conflit est tellement mal comprise, ce qui lui a valu restent inconnues de son vivant par ses compatriotes Pieds-Noirs en Algérie, puis, après l’indépendance, les Algériens lui ont reproché de ne pas avoir lutté pour son indépendance. Détesté par les défenseurs du colonialisme français, il sera contraint de quitter Alger sous protection. En 1956, il publie La Chute, livre pessimiste dans lequel il attaque l’existentialisme, sans se ménager. Il a démissionné de l’UNESCO pour protester contre l’admission de l’Espagne franquiste. C’est un an plus tard, en 1957, il a reçu le prix Nobel de littérature.Interviewé à Stockholm par un étudiant musulman de l’Algérie, sur l’équité de la lutte pour l’indépendance menée par les attaques terroristes du FLN, malgré les civils frapper, il dit clairement: «Si je devais choisir entre cette justice et ma mère, j’ai toujours choisi ma mère . »Cette phrase, souvent déformée, il sera souvent chargée. Juste pour rappeler, cependant, d’une part que Camus adorait sa mère, l’autre qu’elle vivait à Alger dans un très populaire particulièrement exposés au risque d’attaques. Albert Camus était contre l’indépendance de l’Algérie en 1958 et a écrit la dernière de ses Chroniques algériennes que «l’indépendance nationale [de l’Algérie] est une formule purement émotionnel [.]’, il dénonce l’injustice, cependant, contre les musulmans et la caricature de pied noir exploiteur, et dit qu’il voulait la fin du système colonial, mais encore l’Algérie française, une proposition qui peut sembler contradictoire.

Mort

Le 4 Janvier 1960, de retour de Lourmarin (Vaucluse), la nationale 6 (route de Lyon à Paris), à un endroit appelé The Little Villeblevin, dans l’Yonne, Albert Camus a été tué dans un accident de voiture bord d’une Facel-Vega FV3B dirigée par son ami Michel Gallimard, le neveu de l’éditeur Gaston, qui perd la vie.La voiture a quitté la route et a heurté un premier arbre et enveloppements puis autour d’une seconde, de la ligne qui la borde. Les journaux de l’époque évoquent une vitesse excessive (180 km / h), le malaise du conducteur, ou, plus vraisemblablement, de l’éclatement d’un pneu. L’écrivain René Étiemble a déclaré: ‘J’ai longtemps étudié et avait la preuve que le Vega Facel avait un cercueil, j’ai cherché en vain un journal qui veut publier mon article …».

Albert Camus est enterré à Lourmarin, Luberon village – où il avait acheté une propriété avec son prix Nobel – et des zones environnantes qui l’avait présenté à son ami le poète René Char.

Les marges de philosophie, Albert Camus opposé au marxisme et à existentialism.He a continué à lutter contre toutes les idéologies et les abstractions loin des humains. En ce sens, il représente un des plus hauts consciences morales du XXe siècle – l’humanisme de ses écrits ont été forgés dans l’expérience des pires moments de l’espèce humaine.

Depuis le 15 Novembre 2000, les archives de l’auteur sont déposés dans la bibliothèque Méjanes, le Centre de Documentation Albert Camus, gère et de récupération.

Novembre 19, 2009, Le Monde affirme que le président Nicolas Sarkozy prévoit de transférer les restes d’Albert Camus au Panthéon. Le lendemain, son fils, Jean Camus, s’oppose au transfert, craignant une récupération politique. Sa fille, Catherine Camus, est silencieux.

Biographie

Origines et enfance

Lucien Auguste Camus, père d’Albert, est né 28 Novembre 1885, à Ouled Fayet-dans le département d’Alger, Algérie. Il descend des premiers colons français dans cette colonie annexée par la France en 1834 et départementalisée en 1848.A père, Claude Camus, né en 1809, est venu de Bordeaux, un grand-père, Juste Cormery Matthieu, l’Ardèche, mais la famille pense à origine alsacienne. Lucien Camus travaille comme marchand de vin dans un vignoble appelé ‘le chapeau de gendarme», près de Dréan, à quelques miles au sud de Bône (Annaba) dans le département de Constantine, un marchand de vin à Alger. Il s’est marié en Novembre 1910 Sintes Catherine Helen, Birkadem né en 1882, dont la famille est originaire de Minorque en Espagne. Trois mois plus tard, en 1911, leur fils aîné est né Lucien Jean-Etienne et Novembre 1913, leur deuxième fils, Albert.Lucien Auguste Camus est mobilisé en tant que deuxième classe dans le premier régiment de zouaves en Septembre 1914. Blessé à la bataille de la Marne, il a été évacué le 11 Octobre à l’hôpital militaire de Saint-Brieuc dans les Côtes-du-Nord, où il mourut Octobre 17, 1914. Son père, Camus connaîtra quelques photos et une anecdote significative: son dégoût à la vue d’une exécution. Sa mère est partiellement sourd et ne peut pas lire ou écrire: il inclut un haut-parleur en lisant ses lèvres. Même avant que son mari a quitté l’armée, elle a déménagé avec ses enfants chez sa mère et ses deux frères, Etienne, sourd-muet qui fonctionne comme un tonnelier, et Joseph, rue de Lyon à Belcourt, un quartier d’Alger. Elle a connu une brève aventure qui s’oppose à son frère Stephen.

‘Il était une fois une femme que la mort de son mari lui avait fait pauvre avec deux enfants. Elle a vécu avec sa mère, aussi pauvre, avec un frère qui était travailleur handicapé. Elle avait travaillé pour une vie, ce ménage, et avait donné la l’éducation de ses enfants dans les mains de sa mère. grossier, arrogant, dominateur, elle a soulevé les à la dure », Camus a écrit dans un projet de« L’Envers et l’endroit. ‘

Formation

Albert Camus a fait ses études à Alger.A l’école primaire, il a été remarqué en 1923 par son professeur, Louis Germain, qui donne des leçons gratuites et en 1924 est entré dans la liste des candidats pour des bourses, malgré la méfiance de sa grand-mère qui voulait qu’il doit gagner sa vie au plus tôt. Camus gardera une grande reconnaissance à Louis Germain, et dédié son prix Nobel de la parole. Reçu, Camus peut venir comme un Bugeaud demi-résident au lycée (aujourd’hui université Emir Abd-el-Kader). «J’avais honte de ma pauvreté et mon (…) familiale Avant, tout le monde était comme moi et la pauvreté semblait l’air même de ce monde. Au lycée, je savais que la comparaison», se souvient il. Il commence à l’heure de jouer au football et une réputation en tant que gardien de but. Mais après son crachement de sang, les médecins ont diagnostiqué la tuberculose en 1930 et doit faire une brève hospitalisation Mustapha. Son oncle, Voltaire et anarchiste, et sa tante Acault, tenant un boucher de la rue Michelet, puis la maison, rue du Languedoc, où elle peut avoir un room.Camus est alors encouragée par Jean Grenier – qui va introduire Nietzsche.

Débuts littéraires

En 1934, il épouse Simone Hié: «Je veux me marier, de se suicider, ou pour vous abonner à L’Illustration un geste de désespoir, ce qui ….’.En 1935, il commence à écrire L’Envers et la droite, qui sera publié deux ans plus tard par Edmond Charlot dans la bibliothèque qui peut être trouvé jeunes écrivains algériens, tels que Max-Pol Fouchet. À Alger, il fonde le Théâtre du Travail, qu’il remplace en 1937 par l’équipe de théâtre, qui a joué la première pièce est une adaptation du roman dans lequel la répétition Malraux lui donne l’occasion de forger une amitié avec Emmanuel Roblès. Dans le même temps il a quitté le Parti communiste, dont il avait rejoint deux ans plus tôt. Il a rejoint le journal créé par Pascal Pia, l’organe d’Alger républicain du Front Populaire, où il devient rédacteur en chef. Enquête Misère de la Kabylie a un écho retentissant. En 1940, le Gouvernement Général de l’Algérie a interdit l’année newspaper.That même, il a épousé Francine Faure. Ils se sont installés à Paris où Albert a travaillé comme rédacteur copie dans Paris-Soir, dirigé par Pascal Pia. Il a également fondé la Rive-journal et rencontré Malraux. Durant cette période, il a publié le roman L’Étranger (1942) qui est publié par Gallimard en l’instance de Malraux et de test Le Mythe de Sisyphe (1942) dans lequel il expose sa philosophie.Selon sa propre classification, ces œuvres appartiennent au «cycle de l’absurde’ – elle sera terminée d’ici le cycle joue Le Malentendu et Caligula (1941). En 1943, il a été joueur de Gallimard et a pris en charge de Combat lorsque Pascal Pia est appelé à d’autres fonctions dans la Résistance. En 1944, il rencontre André Gide et plus tard Jean-Paul Sartre, à qui il se lie d’amitié. Le 8 août 1945, il était le seul intellectuel occidental à dénoncer l’utilisation de la bombe atomique deux jours après le bombardement d’Hiroshima célèbre encore dans un éditorial Combat.In 1945 à l’initiative de François Mauriac, il a signé une pétition pour demander du général de Gaulle la grâce de Robert Brasillach, la personnalité intellectuelle connue pour ses activités collaborationnistes pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1946, Camus se lie d’amitié avec René Char. La même année, il a quitté les États-Unis et revenir en France, il a publié une série d’articles contre l’expansionnisme soviétique: le coup de Prague et anathèmes contre Tito (1948). En 1947, le succès littéraire avec le roman La Peste, suivi deux ans plus tard, en 1949, pour le jeu Le Juste.

L’engagement politique et littéraire

En Octobre 1951, la publication de The Rebel cause violente controverse quand Camus a été attaqué sur sa gauche.La rupture avec Jean-Paul Sartre en 1952, après la publication au Jeanson article du Times Modern qui se plaint que la révolte de Camus d’être «délibérément statique». En 1956, à Alger, il sort son «Appel pour la trêve civile», tandis qu’à l’extérieur sont prononcés contre les menaces de mort lui. Son plaidoyer pour une solution pacifique du conflit est tellement mal comprise, ce qui lui a valu restent inconnues de son vivant par ses compatriotes Pieds-Noirs en Algérie, puis, après l’indépendance, les Algériens lui ont reproché de ne pas avoir lutté pour son indépendance. Détesté par les défenseurs du colonialisme français, il sera contraint de quitter Alger sous protection. En 1956, il publie La Chute, livre pessimiste dans lequel il attaque l’existentialisme, sans se ménager. Il a démissionné de l’UNESCO pour protester contre l’admission de l’Espagne franquiste. C’est un an plus tard, en 1957, il a reçu le prix Nobel de littérature. Interviewé à Stockholm par un étudiant musulman de l’Algérie, sur l’équité de la lutte pour l’indépendance menée par les attaques terroristes du FLN, malgré les civils frapper, il dit clairement: «Si je devais choisir entre cette justice et ma mère, j’ai toujours choisi ma mère . »Cette phrase, souvent déformée, il sera souvent chargée.Juste pour rappeler, cependant, d’une part que Camus adorait sa mère, l’autre qu’elle vivait à Alger dans un très populaire particulièrement exposés au risque d’attaques. Albert Camus était contre l’indépendance de l’Algérie en 1958 et a écrit la dernière de ses Chroniques algériennes que «l’indépendance nationale [de l’Algérie] est une formule purement émotionnel [.]’, il dénonce l’injustice, cependant, contre les musulmans et la caricature de pied noir exploiteur, et dit qu’il voulait la fin du système colonial, mais encore l’Algérie française, une proposition qui peut sembler contradictoire.

Mort

Le 4 Janvier 1960, de retour de Lourmarin (Vaucluse), la nationale 6 (route de Lyon à Paris), à un endroit appelé The Little Villeblevin, dans l’Yonne, Albert Camus a été tué dans un accident de voiture bord d’une Facel-Vega FV3B dirigée par son ami Michel Gallimard, le neveu de l’éditeur Gaston, qui perd la vie. La voiture a quitté la route et percuté un arbre en premier et ensuite s’enroule autour d’un second de la rangée qui borde journaux it.The de la période évoquent une vitesse excessive (180 km / h), le malaise du conducteur, ou, plus probablement, le l’éclatement d’un pneu. L’écrivain René Étiemble a déclaré:’J’ai longtemps étudié et des preuves que la Vega avait été Facel un cercueil. J’ai cherché en vain un journal qui veut publier mon article …»

Albert Camus est enterré à Lourmarin, Luberon village – où il avait acheté une propriété avec son prix Nobel – et des zones environnantes qui l’avait présenté à son ami le poète René Char.

Les marges de philosophie de Camus, Albert opposé au marxisme et l’existentialisme. Il a continué à lutter contre toutes les idéologies et les abstractions loin des humains. En ce sens, il représente un des plus hauts consciences morales du XXe siècle – l’humanisme de ses écrits ont été forgés dans l’expérience des pires moments de l’espèce humaine.

Depuis le 15 Novembre 2000, les archives de l’auteur sont déposés dans la bibliothèque Méjanes, le Centre de Documentation Albert Camus, gère et de récupération.

Novembre 19, 2009, Le Monde affirme que le président Nicolas Sarkozy prévoit de transférer les restes d’Albert Camus au Panthéon. Le lendemain, son fils, Jean Camus, s’oppose au transfert, craignant une récupération politique. Sa fille, Catherine Camus, est silencieux.

Adaptations théâtrales

En 1975, le réalisateur et acteur Nicou Nitai, traduit et adapté pour les one-man show The Fall, qui a été joué sur la scène du Théâtre et du Théâtre Simta Karov à Tel Aviv, plus de 3000 fois.

← Article précédent: Ac clermont littérature Article suivant: Albert camus biographie


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site