➔ LITTÉRATURE

A quoi sert la litterature

Vous êtes ici : » » A quoi sert la litterature ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Danièle Sallenave est un écrivain français né le 28 Octobre 1940 à Angers, élu à l’Académie française.

Normale, agrégé de lettres, traducteur de l’italien (La Divine Mimesis de Pier Paolo Pasolini), elle a également travaillé pour Le Monde, le journal Le Messager européen à Modern Times.

Elle a enseigné la littérature et l’histoire du cinéma à l’Université de Paris-X Nanterre de 1968 à 2001.

Il est depuis Septembre 2009 une chronique hebdomadaire sur France Culture. Le 7 avril 2011, elle a été élue à l’Académie française au fauteuil (n ° 30) par Maurice Druon.

Pensez à la singularité

«Il serait extrêmement dangereux d’importer en France l’idée d’un«choc des civilisations ‘entre l’islam et nous. Ne pas faire de l’Islam le miroir où tous les difformités de notre disparition. Ne pas renouveler l’erreur de forger un ennemi à éviter s’interroger sur Nous nous devons trouver une menace sans speech.Designate forts posés par les communautés, les identités collectives, les religions -. toutes les religions. – La paix civile et la liberté individuelle Refuser le scandale d’une pensée asservie au dogme ‘(A l’occasion de la publication. de son Dieu.com livre).


La diversité des opinions

Dans l’étude de la signature de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, Danièle Sallenave publié dans le journal Le Monde 3 Juillet 1999, un article attaquant le projet, qui selon elle menacé l’unité républicaine française:

«Notre vision de la«langue»et«cultures»régionales, aseptisée, baigne dans la brume de bons sentiments stupides éco-folk et se nourrit des images d’un passé revisité … Il ne peut pas être un goal.By national offrant un retour aux plus jeunes des générations de langues qui ont survécu dans les formes parlées, pour les plus démunis de la transition nécessaire à la maturité qui donne la forme écrite, littéraire, philosophique, ne croit sérieusement travaux futurs offre, l’inclusion sociale, de la pensée? ‘

Cet article a provoqué de nombreuses réactions, notamment de la part d’Henri Giordan qui ont répondu dans le même journal le 7 Juillet 1999.

Pensez à la singularité

«Il serait extrêmement dangereux d’importer en France l’idée d’un«choc des civilisations ‘entre l’islam et nous. Ne pas faire de l’Islam le miroir où tous les difformités de notre disparition. Ne pas renouveler l’erreur de forger un ennemi à éviter s’interroger sur nous-mêmes. Nous devons trouver une liberté d’expression.Désigner une menace forte posés par les communautés, les identités collectives, les religions – toutes les religions – la paix civile et la liberté individuelle. Refuser le scandale d’une pensée asservie à un dogme. ‘(A l’occasion de la publication de son livre Dieu.com).

Critique

Son article «fin du communisme: l’hiver des âmes», publié en Mars 1992, dans Les Temps modernes a été critiqué par l’essayiste Jean-François Revel dans le grand défilé (2000). Il accuse Sallenave pour défendre ceux qui ont cru au communisme et sont confrontés à l’effondrement de leur idéologie, alors que ‘les vraies victimes de l’idéologie communiste sont les dizaines de millions de morts qu’il a laissés derrière lui.’ Pour Revel est sur les résultats, non les intentions que nous devons juger le communisme alors qu’il estime que Sallenave fait le contraire, et que son comportement est cynique vis-à-vis des victimes des régimes communistes ‘.

← Article précédent: Article suivant: A.camus

Une réponse pour "A quoi sert la litterature"

  1. Cassandra  20 août 2012 at 16 h 06 min

    La litterature sert a nous faire reflechir sur les autres et sur soi meme. Elle developpe notre sens esthetique et notre sensibilite. Elle enrichi notre culture et la memoire collective.

    Répondre

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles