Victor hugo livres

> > Victor hugo livres ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 19 novembre 2014

Ce roman, l’un des plus populaires de la littérature française, a donné lieu à de nombreuses adaptations au cinéma. Victor Hugo a décrit la vie misérable à Paris et la France provinciale du XIXe siècle et se concentre plus spécifiquement de ne pas forçat Jean Valjean, qui n’est pas sans rappeler du dernier jour du condamné d’une Beggars condamné ou Claude. C’est un roman historique, social et philosophique dans lequel on retrouve les idéaux du romantisme et ceux de Victor Hugo sur la nature humaine. L’auteur lui-même attache une grande importance à ce roman, écrit en Mars 1862, son Lacroix éditeur: ‘Ma conviction est que ce livre sera l’un des principaux sommets, sinon le principal, de mon travail.’

Le roman

Genesis

Préoccupé par l’adéquation entre la justice sociale et la dignité humaine, Victor Hugo a écrit en 1829 Le Dernier Jour d’un Condamné, long monologue et réquisitoire contre la peine de mort. Il a continué en 1834 avec Claude Beggars.In 1845, il a commencé une grande épopée première fois qu’il a appelé la misère, dans lequel le personnage principal se nomme Jean Tréjean. Il interrompt sa tâche en Février 1848, mais dans le même temps écrit son Discours sur la misère (1849).

Pendant son exil, après la rédaction des Contemplations (1856) et la Légende des Siècles (1859), il remonte à la rédaction de Les Misérables, à Guernesey en 1860. L’ouvrage est achevée et publiée en 1862 par le Lacroix éditeurs.

Motivation

Les Misérables est à la fois un roman réaliste, un roman épique, un hymne à l’amour et un roman social.

Roman réaliste, Les Misérables décrit un monde de gens humbles. C’est une peinture très précise de la vie en France et le Paris pauvre début du XIXe siècle. Son succès populaire est parfois lié à la charge avec laquelle les personnages sont peints dans le roman.

Roman épique, Les Misérables dépeint au moins trois grandes fresques: la bataille de Waterloo (qui pour l’auteur, la fin de l’époque napoléonienne et le début de l’ère bourgeoise, quand il réalise qu’il est un républicain), les émeutes à Paris en Juin 1832, traversant les égouts de Paris par Jean Valjean. Mais le roman est comme des batailles épiques avec la description de l’âme: les luttes de Jean Valjean entre le bien et le mal, il a été acheté à sa négation, la lutte entre le respect de Javert à la loi et le respect de la loi morale sociale.

Les Misérables est aussi un hymne à l’amour, l’amour chrétien intransigeant évêque Myriel qui, au début du roman, demande sa bénédiction à la G conventionnel (le Père Grégoire sans doute); amour de Fantine et Eponine déçus; paternelle amour de Jean Valjean de Cosette, l’amour partagé de Marius et Cosette. Mais c’est aussi une page de littérature française dédiée à la mère patrie. Au moment où il écrit ce livre, Victor Hugo était en France exile.From aidé par des amis à une vérification si coin existe, transcrit dans la vision du roman des endroits qu’il aimait et en conservant la nostalgie.

Mais la motivation principale de Victor Hugo est le plaidoyer social. «Si la faute regrettable et le mélange infâme (…) Qui est-il?’ Selon Victor Hugo, est la faute de la pauvreté, l’indifférence, un système impitoyable répression. Idéaliste, Victor Hugo est convaincu que l’éducation, le soutien et le respect de l’individu sont les seules armes de la société qui peuvent empêcher l’infortuné de devenir infâme. Le roman se penche sur le problème du mal … Il s’avère que tous ses Hugo vie était face à la peine de mort, il vit des exécutions à la guillotine. Un des thèmes du roman est «le crime de la loi.«Si l’œuvre montre comment la contrainte sociale et morale peut conduire les hommes à leur perte si aucune solution n’est trouvée à la reconstruction, il est particulièrement grande dans l’espoir générosité humaine que Jean Valjean est l’archétype. Presque tous les autres personnages incarnent l’exploitation de l’homme par . Le point culminant de l’homme Hugo est un appel à l’humanité de constamment travailler à temps meilleurs:

‘Tant qu’il y aura, du fait des lois et des coutumes, créer artificiellement une damnation sociale, de la civilisation dans le milieu, la pègre, et compliquant un destin inévitable humaine qui est divin, que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront pas résolus, comme dans certaines régions, l’asphyxie sociale est possible, en d’autres termes, et une perspective plus large encore, tant qu’il y aura sur terre l’ignorance et la misère, des livres sur la nature de celui-ci peut ne pas être inutile. ‘(Victor Hugo, Hauteville House, 1862)

Influences

Robert Laffont et Valentino Bompiani rapport dans Le Nouveau Dictionnaire des oeuvres de tous les temps, la présence dans les Misérables, l’influence de Balzac (La Comédie humaine), d’Eugène Sue (Les Mystères de Paris) et romans-feuilletons.

L’intertextualité de travail de Balzac à celle de Victor Hugo est en effet rapporté par de nombreux analystes. Victor Hugo, se réfère explicitement à plusieurs reprises dans son roman dans le monde de Balzac, qui était un contemporain avec lequel les échanges ont été nombreux. Elle reconnaît en particulier celle de curé de la paroisse du village avec lequel Monseigneur Myriel a des points de common.Just que la relation entre Vautrin et Jean Valjean (le second étant le côté positif de l’autre) est assez évidente, le monde et les coutumes des les condamnés étant décrit dans Splendeurs et misères des courtisanes, l’étude révèle l’intertextualité misérable que le condamné est également informé d’un autre personnage de Balzac, Farrabesche.

Selon Evelyne Pieiller, Les Mystères de Paris, roman à succès publié en série 1842-1843, avec des descriptions des bidonvilles de Paris, ouvre la voie au travail des Misérables de Victor Hugo. Eugène Sue est en effet une première idée des plus démunis, sans manichéisme et l’adresse du peuple. Victor Hugo, il rend hommage dans son roman et se poursuit dans la même façon, contre l’injustice sociale.

La relation entre Victor Hugo et le monde du soap opera sont plus contradictoires.Il ne veut pas être publié dans Les Misérables roman-feuilleton, comme cela a été l’utilisation de nombreux romans populaires, car alors il est en conflit avec ceux au pouvoir et condamne la censure de la presse par le government.It nécessite, cependant, que son travaux sont publiés dans un format peu coûteux pour rester accessible. D’autre part, il trouve le style des romans feuilleton souvent pas travaillé.

Enfin, un homme de son temps, écrire une histoire contemporaine, inspirée par les chiffres Victor Hugo de son temps au camp de ses personnages. Les Mémoires de Vidocq, publié en 1828, qui a inspiré Vautrin personnage de Balzac, semble fonctionner en partie dans les deux personnages qui sont antagonistes Jean Valjean et Javert. Le premier est le Vidocq ex-détenu et la seconde Vidocq, chef du siège de la police de sécurité. C’est, du moins, une observation faite par de nombreuses études. Cependant, Victor Hugo ne reconnaîtra jamais l’influence de Vidocq sur la création de ces personnages.

Accueil

Les deux premiers volumes de Les Misérables sont publiés 3 avril 1862 à grand renfort de publicité, des extraits de morceaux choisis dans des journaux et des critiques dithyrambiques. Le résultat apparaît le 15 mai 1862.A cette époque, Victor Hugo est considérée comme l’un des premiers écrivains français de son siècle et les rushes du public à lire son nouveau roman.

Les réactions sont différentes. Certains considèrent cela immoral, d’autres trop sentimental, d’autres trop complaisants avec les révolutionnaires. Les frères Goncourt ont exprimé leur profonde déception, disant que le roman très artificielle et très décevant. Flaubert y est ‘ni vérité ni grandeur.’ Baudelaire fait une des critiques élogieuses dans les journaux mais en privé, l’appeler un «livre immonde et inepte.’ Lamartine condamne les impuretés de la langue, la démagogie cynique, ‘Les Misérables est un talent sublime, une intention honnête et un livre très dangereux de deux manières: non seulement parce qu’il a trop peur d’heureux, mais parce que c’est trop de l’espoir aux pauvres».

Cependant, le livre devient une grande success.Translated populaires de l’année de sa publication dans plusieurs langues (italien, grec, portugais), il reçoit dans ces pays, de la part des lecteurs, un accueil de héros.

Utilisation de la langue vernaculaire dans Les Misérables

Selon Pascal Melka, dans Victor Hugo, un combat pour les opprimés. Étude de son développement politique, dans Les Misérables, Victor Hugo était de retour dans la littérature vernaculaire.Il utilise l’argot et revient à consacrer un chapitre pour philosopher sur le mot de Cambronne, «peut-être le plus beau mot n’a jamais été prononcé.’ Tout cela était naturellement un scandale dans l’opinion traditionnelle. Voici comment Victor Hugo est justifiée:

‘Quand il s’agit de sonder une plaie, un gouffre ou une société, depuis quand est-ce mal d’aller trop loin, aller au fond? Nous avons toujours pensé qu’il était parfois un acte courageux, et au moins une action simple et utile, digne des l’attention qu’elle mérite le devoir accepté et accompli sympathiques. Ne pas tout explorer, ne pas tout étudier, s’arrêter le long de la route, pourquoi? ‘

Le roman

Genesis

Préoccupé par l’adéquation entre la justice sociale et la dignité humaine, Victor Hugo a écrit en 1829 Le Dernier Jour d’un Condamné, long monologue et réquisitoire contre la peine de mort. Il a continué en 1834 avec Claude Beggars. En 1845, il a commencé une grande épopée première fois qu’il a appelé la misère, dans lequel le personnage principal se nomme Jean Tréjean. Il interrompt sa tâche en Février 1848, mais dans le même temps écrit son Discours sur la misère (1849).

Pendant son exil, après la rédaction des Contemplations (1856) et la Légende des Siècles (1859), il remonte à la rédaction de Les Misérables, à Guernesey en 1860. Le livre est achevé et publié en 1862 par l’éditeur Lacroix.

Motivation

Les Misérables est à la fois un roman réaliste, un roman épique, un hymne à l’amour et un roman social.

Roman réaliste, Les Misérables décrit un monde de gens humbles. C’est une peinture très précise de la vie en France et les pauvres de Paris au début de succès vingtième century.His populaire est parfois liée à la charge avec laquelle les personnages sont peints dans le roman.

Roman épique, Les Misérables dépeint au moins trois grandes fresques: la bataille de Waterloo (qui représente l’auteur, la fin de l’époque napoléonienne et le début de l’ère bourgeoise, quand il réalise qu’il est républicain), les émeutes à Paris en juin 1832, traversant les égouts de Paris par Jean Valjean. Mais le roman est comme des batailles épiques avec la description de l’âme: les luttes de Jean Valjean entre le bien et le mal, il a été acheté à sa négation, la lutte entre le respect de Javert à la loi et le respect de la loi morale sociale.

Les Misérables est aussi un hymne à l’amour, l’amour chrétien intransigeant évêque Myriel qui, au début du roman, demande sa bénédiction à la G conventionnel (le Père Grégoire sans doute); amour de Fantine et Eponine déçus; paternelle amour de Jean Valjean de Cosette, l’amour partagé de Marius et Cosette. Mais c’est aussi une page de littérature française dédiée à la motherland.By l’époque où il écrit ce livre, Victor Hugo était en exil. De la France a aidé par des amis à une vérification si coin existe, transcrit dans la vision du roman des endroits qu’il aimait et en conservant la nostalgie.

Mais la principale motivation de Victor Hugo est l’action sociale. «Si la faute regrettable et le mélange infâme (…) Qui est-il?’ Selon Victor Hugo, est la faute de la pauvreté, l’indifférence, un système impitoyable répression. Idéalistes, Victor Hugo est convaincu que l’éducation, le soutien et le respect de l’individu sont les seules armes de la société qui peuvent empêcher l’infortuné devenir célèbre. Le roman se penche sur le problème du mal … Il s’avère que tous ses Hugo vie était face à la peine de mort, il vit des exécutions à la guillotine. Un des thèmes du roman est «le crime de la loi.«Si l’œuvre montre comment la contrainte sociale et morale peut conduire les hommes à leur perte si aucune solution n’est trouvée à la reconstruction, il est particulièrement grande dans l’espoir générosité humaine que Jean Valjean est l’archétype. Presque tous les autres personnages incarnent l’exploitation de l’homme par . Le point culminant de l’homme Hugo est un appel à l’humanité de constamment travailler à temps meilleurs:

‘Tant qu’il y aura, du fait des lois et des coutumes, créer artificiellement une damnation sociale, de la civilisation dans le milieu, la pègre, et compliquant un destin inévitable humaine qui est divin, que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront pas résolus, comme dans certaines régions, l’asphyxie sociale est possible, en d’autres termes, et une perspective plus large encore, tant qu’il y aura sur terre l’ignorance et la misère, des livres sur la nature de celui-ci peut ne pas être inutile. ‘(Victor Hugo, Hauteville House, 1862)

Influences

Robert Laffont et Valentino Bompiani rapport dans Le Nouveau Dictionnaire des oeuvres de tous les temps, la présence dans les Misérables, l’influence de Balzac (La Comédie humaine), d’Eugène Sue (Les Mystères de Paris) et romans-feuilletons.

L’intertextualité de travail de Balzac à celle de Victor Hugo est en effet rapporté par de nombreux analystes. Victor Hugo, se réfère explicitement à plusieurs reprises dans son roman dans le monde de Balzac, qui était un contemporain avec lequel les échanges ont été nombreux. Elle reconnaît en particulier celle de curé de la paroisse du village avec lequel Monseigneur Myriel a des points de common.Just que la relation entre Vautrin et Jean Valjean (le second étant le côté positif de l’autre) est assez évidente, le monde et les coutumes des les condamnés étant décrit dans Splendeurs et misères des courtisanes, l’étude révèle l’intertextualité misérable que le condamné est également informé d’un autre personnage de Balzac, Farrabesche.

Selon Evelyne Pieiller, Les Mystères de Paris, roman à succès publié en série 1842-1843, avec des descriptions des bidonvilles de Paris, ouvre la voie au travail des Misérables de Victor Hugo. Eugène Sue est en effet une première idée des plus démunis, sans manichéisme et l’adresse du peuple. Victor Hugo, il rend hommage dans son roman et se poursuit dans la même façon, contre l’injustice sociale.

La relation entre Victor Hugo et le monde du soap opera sont plus contradictoires.Il ne veut pas être publié dans Les Misérables roman-feuilleton, comme cela a été l’utilisation de nombreux romans populaires, car alors il est en conflit avec ceux au pouvoir et condamne la censure de la presse par le government.It nécessite, cependant, que son travaux sont publiés dans un format peu coûteux pour rester accessible. D’autre part, il trouve le style des romans feuilleton souvent pas travaillé.

Enfin, un homme de son temps, écrire une histoire contemporaine, inspirée par les chiffres Victor Hugo de son temps au camp de ses personnages. Les Mémoires de Vidocq, publié en 1828, qui a inspiré Vautrin personnage de Balzac, semble fonctionner en partie dans les deux personnages qui sont antagonistes Jean Valjean et Javert. Le premier est le Vidocq ex-détenu et la seconde Vidocq, chef du siège de la police de sécurité. C’est, du moins, une observation faite par de nombreuses études. Cependant, Victor Hugo ne reconnaîtra jamais l’influence de Vidocq sur la création de ces personnages.

Accueil

Les deux premiers volumes de Les Misérables sont publiés 3 avril 1862 à grand renfort de publicité, des extraits de morceaux choisis dans des journaux et des critiques dithyrambiques. Le résultat apparaît le 15 mai 1862.A cette époque, Victor Hugo est considérée comme l’un des premiers écrivains français de son siècle et les rushes du public à lire son nouveau roman.

Les réactions sont différentes. Certains considèrent cela immoral, d’autres trop sentimental, d’autres trop complaisants avec les révolutionnaires. Les frères Goncourt ont exprimé leur profonde déception, disant que le roman très artificielle et très décevant. Flaubert y est ‘ni vérité ni grandeur.’ Baudelaire fait une des critiques élogieuses dans les journaux mais en privé, l’appeler un «livre immonde et inepte.’ Lamartine condamne les impuretés de la langue, la démagogie cynique, ‘Les Misérables est un talent sublime, une intention honnête et un livre très dangereux de deux manières: non seulement parce qu’il a trop peur d’heureux, mais parce que c’est trop de l’espoir aux pauvres».

Cependant, le livre devient une grande success.Translated populaires de l’année de sa publication dans plusieurs langues (italien, grec, portugais), il reçoit dans ces pays, de la part des lecteurs, un accueil de héros.

Utilisation de la langue vernaculaire dans Les Misérables

Selon Pascal Melka, dans Victor Hugo, un combat pour les opprimés. Étude de son développement politique, dans Les Misérables, Victor Hugo était de retour dans la littérature vernaculaire.Il utilise l’argot et revient à consacrer un chapitre pour philosopher sur le mot de Cambronne, «peut-être le plus beau mot n’a jamais été prononcé.’ Tout cela était naturellement un scandale dans l’opinion traditionnelle. Voici comment Victor Hugo est justifiée:

‘Quand il s’agit de sonder une plaie, un gouffre ou une société, depuis quand est-ce mal d’aller trop loin, aller au fond? Nous avons toujours pensé qu’il était parfois un acte courageux, et au moins une action simple et utile, digne des l’attention qu’elle mérite le devoir accepté et accompli sympathiques. Ne pas tout explorer, ne pas tout étudier, s’arrêter le long de la route, pourquoi? ‘

Le roman

Genesis

Préoccupé par l’adéquation entre la justice sociale et la dignité humaine, Victor Hugo a écrit en 1829 Le Dernier Jour d’un Condamné, long monologue et réquisitoire contre la peine de mort. Il a continué en 1834 avec Claude Beggars. En 1845, il a commencé une grande épopée première fois qu’il a appelé la misère, dans lequel le personnage principal se nomme Jean Tréjean. Il interrompt sa tâche en Février 1848, mais dans le même temps écrit son Discours sur la misère (1849).

Pendant son exil, après la rédaction des Contemplations (1856) et la Légende des Siècles (1859), il remonte à la rédaction de Les Misérables, à Guernesey en 1860. Le livre est achevé et publié en 1862 par l’éditeur Lacroix.

Motivation

Les Misérables est à la fois un roman réaliste, un roman épique, un hymne à l’amour et un roman social.

Roman réaliste, Les Misérables décrit un monde de gens humbles. C’est une peinture très précise de la vie en France et les pauvres de Paris au début de succès vingtième century.His populaire est parfois liée à la charge avec laquelle les personnages sont peints dans le roman.

Roman épique, Les Misérables dépeint au moins trois grandes fresques: la bataille de Waterloo (qui représente l’auteur, la fin de l’époque napoléonienne et le début de l’ère bourgeoise, quand il réalise qu’il est républicain), les émeutes à Paris en juin 1832, traversant les égouts de Paris par Jean Valjean. Mais le roman est comme des batailles épiques avec la description de l’âme: les luttes de Jean Valjean entre le bien et le mal, il a été acheté à sa négation, la lutte entre le respect de Javert à la loi et le respect de la loi morale sociale.

Les Misérables est aussi un hymne à l’amour, l’amour chrétien intransigeant évêque Myriel qui, au début du roman, demande sa bénédiction à la G conventionnel (le Père Grégoire sans doute); amour de Fantine et Eponine déçus; paternelle amour de Jean Valjean de Cosette, l’amour partagé de Marius et Cosette. Mais c’est aussi une page de littérature française dédiée à la motherland.By l’époque où il écrit ce livre, Victor Hugo était en exil. De la France a aidé par des amis à une vérification si coin existe, transcrit dans la vision du roman des endroits qu’il aimait et en conservant la nostalgie.

Mais la principale motivation de Victor Hugo est l’action sociale. «Si la faute regrettable et le mélange infâme (…) Qui est-il?’ Selon Victor Hugo, est la faute de la pauvreté, l’indifférence, un système impitoyable répression. Idéalistes, Victor Hugo est convaincu que l’éducation, le soutien et le respect de l’individu sont les seules armes de la société qui peuvent empêcher l’infortuné devenir célèbre. Le roman se penche sur le problème du mal … Il s’avère que tous ses Hugo vie était face à la peine de mort, il vit des exécutions à la guillotine. Un des thèmes du roman est «le crime de la loi.«Si l’œuvre montre comment la contrainte sociale et morale peut conduire les hommes à leur perte si aucune solution n’est trouvée à la reconstruction, il est particulièrement grande dans l’espoir générosité humaine que Jean Valjean est l’archétype. Presque tous les autres personnages incarnent l’exploitation de l’homme par . Le point culminant de l’homme Hugo est un appel à l’humanité de constamment travailler à temps meilleurs:

‘Tant qu’il y aura, du fait des lois et des coutumes, créer artificiellement une damnation sociale, de la civilisation dans le milieu, la pègre, et compliquant un destin inévitable humaine qui est divin, que les trois problèmes du siècle, la dégradation de l’homme par le prolétariat, la déchéance de la femme par la faim, l’atrophie de l’enfant par la nuit, ne seront pas résolus, comme dans certaines régions, l’asphyxie sociale est possible, en d’autres termes, et une perspective plus large encore, tant qu’il y aura sur terre l’ignorance et la misère, des livres sur la nature de celui-ci peut ne pas être inutile. ‘(Victor Hugo, Hauteville House, 1862)

Influences

Robert Laffont et Valentino Bompiani rapport dans Le Nouveau Dictionnaire des oeuvres de tous les temps, la présence dans les Misérables, l’influence de Balzac (La Comédie humaine), d’Eugène Sue (Les Mystères de Paris) et romans-feuilletons.

L’intertextualité de travail de Balzac à celle de Victor Hugo est en effet rapporté par de nombreux analystes. Victor Hugo, se réfère explicitement à plusieurs reprises dans son roman dans le monde de Balzac, qui était un contemporain avec lequel les échanges ont été nombreux. Elle reconnaît en particulier celle de curé de la paroisse du village avec lequel Monseigneur Myriel a des points de common.Just que la relation entre Vautrin et Jean Valjean (le second étant le côté positif de l’autre) est assez évidente, le monde et les coutumes des les condamnés étant décrit dans Splendeurs et misères des courtisanes, l’étude révèle l’intertextualité misérable que le condamné est également informé d’un autre personnage de Balzac, Farrabesche.

Selon Evelyne Pieiller, Les Mystères de Paris, roman à succès publié en série 1842-1843, avec des descriptions des bidonvilles de Paris, ouvre la voie au travail des Misérables de Victor Hugo. Eugène Sue est en effet une première idée des plus démunis, sans manichéisme et l’adresse du peuple. Victor Hugo, il rend hommage dans son roman et se poursuit dans la même façon, contre l’injustice sociale.

La relation entre Victor Hugo et le monde du soap opera sont plus contradictoires.Il ne veut pas être publié dans Les Misérables roman-feuilleton, comme cela a été l’utilisation de nombreux romans populaires, car alors il est en conflit avec ceux au pouvoir et condamne la censure de la presse par le government.It nécessite, cependant, que son travaux sont publiés dans un format peu coûteux pour rester accessible. D’autre part, il trouve le style des romans feuilleton souvent pas travaillé.

Enfin, un homme de son temps, écrire une histoire contemporaine, inspirée par les chiffres Victor Hugo de son temps au camp de ses personnages. Les Mémoires de Vidocq, publié en 1828, qui a inspiré Vautrin personnage de Balzac, semble fonctionner en partie dans les deux personnages qui sont antagonistes Jean Valjean et Javert. Le premier est le Vidocq ex-détenu et la seconde Vidocq, chef du siège de la police de sécurité. C’est, du moins, une observation faite par de nombreuses études. Cependant, Victor Hugo ne reconnaîtra jamais l’influence de Vidocq sur la création de ces personnages.

Accueil

Les deux premiers volumes de Les Misérables sont publiés 3 avril 1862 à grand renfort de publicité, des extraits de morceaux choisis dans des journaux et des critiques dithyrambiques. Le résultat apparaît le 15 mai 1862.A cette époque, Victor Hugo est considérée comme l’un des premiers écrivains français de son siècle et les rushes du public à lire son nouveau roman.

Les réactions sont différentes. Certains considèrent cela immoral, d’autres trop sentimental, d’autres trop complaisants avec les révolutionnaires. Les frères Goncourt ont exprimé leur profonde déception, disant que le roman très artificielle et très décevant. Flaubert y est ‘ni vérité ni grandeur.’ Baudelaire fait une des critiques élogieuses dans les journaux mais en privé, l’appeler un «livre immonde et inepte.’ Lamartine condamne les impuretés de la langue, la démagogie cynique, ‘Les Misérables est un talent sublime, une intention honnête et un livre très dangereux de deux manières: non seulement parce qu’il a trop peur d’heureux, mais parce que c’est trop de l’espoir aux pauvres».

Cependant, le livre devient une grande success.Translated populaires de l’année de sa publication dans plusieurs langues (italien, grec, portugais), il reçoit dans ces pays, de la part des lecteurs, un accueil de héros.

Utilisation de la langue vernaculaire dans Les Misérables

Selon Pascal Melka, dans Victor Hugo, un combat pour les opprimés. Étude de son développement politique, dans Les Misérables, Victor Hugo était de retour dans la littérature vernaculaire.Il utilise l’argot et est en hausse de consacrer un chapitre à philosopher sur le mot de Cambronne, «peut-être le plus beau mot n’a jamais été prononcé.’ Tout cela était naturellement un scandale dans l’opinion traditionnelle. Voici comment Victor Hugo est justifiée:

‘Quand il s’agit de sonder une plaie, un gouffre ou une société, depuis quand est-ce mal d’aller trop loin, aller au fond? Nous avons toujours pensé qu’il était parfois un acte courageux, et au moins une action simple et utile, digne de l’attention qu’il mérite le devoir accepté et accompli sympathiques. Ne pas tout explorer, ne pas tout étudier, s’arrêter en chemin, pourquoi? ‘

Les caractères

Le roman est plein de personnages. Beaucoup d’entre eux font une brève apparition et le retour à l’oubli. C’est une volonté délibérée de Victor Hugo: il cherche à démontrer que la pauvreté est anonyme. Cette omission est particulièrement pertinente dans le cas de la sœur de Jean Valjean et ses sept enfants:

← Article précédent: Victor hugo citations Article suivant: Victor hugo wiki


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site