Traduction litteraire

> > Traduction litteraire ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

La traduction est celle d’interpréter le sens d’un texte dans une langue («langue source», ou «langue source»), et produire un texte de sens et d’effet équivalent à un lecteur avec une langue et une culture différentes (langue cible ‘»ou«langue cible»).

Jusqu’ici, la traduction est restée une activité essentiellement humaine. Cependant, des tentatives ont été faites pour automatiser et informatiser la traduction (traduction automatique) ou à utiliser les ordinateurs comme support de la traduction humaine (traduction assistée par ordinateur).

Le but de la traduction est d’établir une équivalence entre le texte de la langue source et la langue cible (c’est-à-dire de s’assurer que les deux textes signifient la même chose), en tenant compte d’un certain nombre de contraintes (contexte, grammaire, etc.) afin de le rendre compréhensible pour des personnes sans connaissance de la langue source et de ne pas avoir la même culture ou même de la connaissance.

Pour être capable de traduire, il ne suffit pas de contrôler la langue source. Il est aussi et avant tout nécessaire de maîtriser la langue cible, généralement leur langue maternelle. Le traducteur a plus de compétences linguistiques: il a quelque chose de l’écrivain, journaliste, etc.Il a aussi, selon sa spécialisation, les compétences techniques pointues.

Le problème de la double traduction

Une difficulté bien connue des traducteurs, dont nous avons peu conscience en dehors d’eux, est que le texte traduit peut-être déjà une traduction, pas forcément vrai, et doit, si possible, essayez de monter à plus que l’original.

L’exemple classique est formé par les Évangiles, les plus anciens manuscrits connus sont écrits en grec ancien, mais dites-nous au sujet de la probable tenue en araméen comme le potentiel d’origine dans cette langue semble perdu, si jamais elles existaient, il en résulte des conflits d’érudits .

Il ya d’abord l’utilisation consciente d’une langue-pont; s’il ya lieu de mettre un texte en grec moderne écrite en estonien, il peut être difficile de trouver un traducteur familier avec les deux langues et le sujet. Ceci est une traduction, généralement en anglais, ce qui laissera le traducteur. L’imprécision de la langue peut créer des difficultés, comme l’a noté Claude Piron avec cette phrase qu’il avait vérifié la traduction française: «Il ne peut accepter les amendements au projet de résolution proposé par la délégation de l’Inde.’.Le premier traducteur ne pouvait pas savoir s’il était lié à amendements proposés ou résolution et avait choisi la mauvaise solution. Claude Piron, qui avait devant lui la totalité du rapport, a été en mesure de rectifier.

Anglaise d’une langue à être «international», «large» partout, on utilisera souvent instinctivement, pensant ainsi rendre plus facile. Par exemple, si la tête d’une entreprise espagnole veut écrire à une société française; Le plus simple serait jeter l’expose dans sa langue, un secrétaire mettre la forme de texte et de le relire avant de l’envoyer, ayant ainsi exprimé ses pensées mieux que possible . Le destinataire remettre la lettre à un traducteur de l’espagnol vers le français et reçoivent en retour la version proche de l’original. En pratique, le responsable espagnol jugera plus poli de demander à un secrétaire bilingue censé écrire dans la langue de Sa Gracieuse Majesté, et le secrétaire écrira ensuite en anglais peut être imparfaite. Il est possible que l’appelant, ne pas comprendre le charabia qu’il envoie est encore obligé d’aller à un traducteur, et il devra donner beaucoup plus difficile à traduire que s’il avait directement en face du texte espagnol.

Un état d’esprit similaire lors de la lecture une société internationale dispose d’un texte allemand et sa traduction en anglais et il a besoin d’une traduction française. Presque automatiquement sera envoyé à la version anglaise d’un traducteur, qui est susceptible de poser des problèmes beaucoup plus que l’original, qui n’est presque jamais rêveraient d’atteindre.

Norme européenne pour les services de traduction

Qualité norme EN 15038:2006 est une norme européenne pour les services de traduction spécifique ‘est d’établir et de définir les exigences pour la fourniture de traduction de qualité.’ Elle spécifie les exigences pour les fournisseurs de service de traduction (FST) en ressources humaines et technologie, gestion de la qualité et la gestion de projets, les procédures contractuelles et de service.

Théories de la traduction

Les approches fondées sur l’approche pratique / communicative

L’interprétation actuelle: la théorie de la signification de l’ESIT, basée principalement sur la pratique de l’interprétation de conférence. Dans leur livre l’interprète de traduire, D. Seleskovitch M. Lederer et confirment la nécessité d’apporter un sentiment, pas la langue. Ceci est simplement un porteur de message. La langue peut être un obstacle à la compréhension. C’est pourquoi vous devriez toujours éviter de transcodage et de procéder à toute transaction deverbalisation à traduire.Parmi ces oeuvres, qui jouent un rôle important dans les efforts ont marqué l’histoire de la théorisation, nous notons le projet un travail général de la langue française d’Estienne Dolet menant à la publication en 1540, comment traduire ainsi d’une langue à l’autre.

Approches fondées sur des théories littéraires

Ce point de vue actuel, que la traduction n’est pas une opération linguistique, mais plutôt une opération littéraire (Edmond Cary). En d’autres termes: traduire la poésie, il doit être un poète. (Ezra Pound, Walter Benjamin, Henri Meschonnic, Antoine Berman), le concept d’énergie dans la langue. Les mots sont, en quelque sorte, une cristallisation de l’expérience historique d’une culture, ce qui leur donne une force et c’est précisément cette énergie pour être traduits.

Sociolinguistique actuelle

Il est le moule social qui détermine ce qui est traduisible ou pas, ce qui est acceptable ou non (sélection, filtrage, la censure …). Le traducteur est le produit d’une société et se traduit selon ses propres contexte socio-culturel (école de Tel-Aviv: Annie Brisset, Même Zohar, Gideon Toury). Les concepts de l’équivalence dynamique et formelle d’équivalence à Nida et Taber.Le plus important pour tout acte de translation est de s’assurer que l’effet laissé sur le disque par la traduction est identique ou similaire à celle laissée par la source. Pour ce faire, nous devons nous adapter, acclimatés et à la recherche d’équivalences (Jean-Claude Margot. Traduire sans trahir).

Approches fondées sur des théories linguistiques

Le structuralisme, la linguistique, la pragmatique, la langue du texte. Ceci est une qui considère que le mot courant, une phrase et l’unité de traduction phrase. (George Mounin, Vinay et Darbelnet, JI Austin).

Approches fondées sur des concepts philosophiques et herméneutiques

Le leader de ce courant est George Steiner. Le vrai traducteur doit être capable d’entrer dans la peau d’un écrivain pour capter et comprendre l’intention (la ‘moyenne’) de l’auteur du texte original. Il voit l’opération comme un mouvement de translation en quatre étapes: la confiance (confiance / foi), l’agressivité, l’incorporation et la restitution.

Approches sémiotiques

La sémiotique est l’étude des signes et des systèmes de sens. Pour Peirce: Le processus de signification (ou sémiosis) est le résultat d’une coopération de trois éléments: un signe, l’objet et interprétant. Trop.un point de vue sémiotique, toute traduction est considérée comme une forme d’interprétation de textes traitant de contenu encyclopédique particulier et différent contexte socio-culturel.

Traduction libre

Pour la traduction ‘intelligente’, sensibles, doivent être supportés dans les connaissances acquises à l’esprit scolaire ou universitaire, mais les normes de marqueurs. On voulait une version latine a touché le latin, et qu’il a dû écrire «une épée de bronze», un autre a estimé que d’une version réussie nous devrions être capables de deviner la langue originale et il a conseillé «une épée de bronze», il a été réalisé plus tard que avaient tous deux à la fois raison et tort et que leur seule faute était de présenter leurs demandes comme une vérité absolue.

Cela montre la différence entre la traduction et l’école de traduction professionnelle. Les enseignants s’accordent au moins sur ce principe: «Si une phrase est ambiguë, la traduction doit aussi être’ probablement ce qu’ils veulent à l’étudiant de profiter de cette occasion pour démontrer sa virtuosité, mais, face à des mots «son secrétaire» ou «sa secrétaire, ‘quel traducteur ne cherchera pas à connaître, même en dehors du texte qui lui est soumis, dans le cas de«secrétaire»ou«sa secrétaire»? Le résultat est donc souvent choisir.

Il ya une autre critique, moins facile d’argumenter, basé sur une phrase italienne à la formulation particulièrement forte ‘Traduttore, traditore» Cette critique soutient que toute traduction coûtent trop cher pour trahir le texte de l’auteur, l’esprit de celui-ci, son style … en raison des choix de tous les côtés. C’est sacrifier la brièveté ou la clarté, si la formule dans le texte est bref et efficace, mais impossible à traduire en si peu de mots avec la signification exacte? On peut comprendre la critique selon laquelle il nous encourage à lire ‘dans le texte.’ Il semble clair qu’il est impossible de suivre ces conseils en pratique.

Le traducteur Pierre Leyris (qui entre autres choses reflète le travail d’Herman Melville) répond à cette critique en disant: «. Traduire, c’est avoir l’honnêteté de s’en tenir à une imperfection allusive’

Calendrier

← Article précédent: Traducteur français arabe littéraire Article suivant: Une critique de livre


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site