Romans littérature

> > Romans littérature ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Le roman est un genre littéraire avec des flous, principalement caractérisée par une narration fictionnelle plus ou moins longues, ce qui le distingue des nouvelles. L’importance attachée à l’imagination se reflète dans des expressions comme «C’est du roman!’ Ou dans un certain sens du mot «romantique» se référant à des personnages extraordinaires, des situations, ou de l’intrigue.

Le roman, écrit en prose rapide, de la fin du XIIe siècle, est également définie par sa destination à la lecture individuelle, contrairement à l’histoire de l’épopée ou qui sont la source de la transmission orale. Le ressort du roman, c’est quand la curiosité du lecteur pour les personnages et les aventures, combinée tard d’intérêt dans un art de l’écriture.

Naissance du roman moderne

Tôt dans l’histoire du roman vivent deux traditions très contrastées. Le premier est le roman comique, apporté par Cervantès et Rabelais, qui se poursuit tout au long du dix-septième siècle, en particulier en France et en Espagne. C’est certainement un roman réaliste et la parodie, qui se moque de la littérature noble et les valeurs établies.

La seconde est l’héritier du roman de chevalerie et du roman grec. Il revendique une certaine noblesse de sentiment et d’expression et un style sérieux.Avec l’avènement du roman historique, la caractéristique merveilleuse de cette tradition est progressivement abandonnée au profit du réalisme.

Au cours du XVIIIe siècle ces deux traditions vont progressivement fusionner pour former le genre que nous connaissons, avec son mélange caractéristique d’une gravité et d’ironie.

Les fondateurs

Il est généralement admis que le roman moderne est né avec Rabelais (les cinq livres de 1532 à 1564) et Cervantès (Don Quichotte, 1605-1615). Typiquement, ces deux romans parodiant le roman médiéval de chevalerie. Dans le langage noble et platitudes du roman de chevalerie, les auteurs comparent la diversité des langues dans la société et un parti pris de réalisme, voire trivial.

Les romans de chevalerie n’est pas le seul modèle qui a inspiré les premiers romanciers modernes. Le nouveau médiévale (surtout Décaméron de Boccace) et de la littérature et des sources de la farce populaire était aussi influente. L’influence de la littérature chrétienne, y compris les franciscains sur les œuvres de Rabelais a également été noté.

Rabelais et Cervantès sont une référence constante pour la quasi-totalité du roman.

Le baroque roman

Le roman se développe héroïques baroque au XVIIe siècle à la cour du roi de France. Inspiré par le roman grec est une romance et d’aventure, avec des accents rustiques (en roman) ou merveilleux. Deux amants séparés par le destin et de chercher dans l’aventure pleine de surprises inattendues au cours de laquelle leur amour et leur détermination est mise à l’épreuve. Les amateurs de rencontrer à la fin, leur amour est confirmé par les épreuves endurées.

Les romans sont baroques ‘saga’ dialogues très large.The sont dans l’amour sont importantes. Nous pouvons en parler une sorte de casuistique amoureuse (cf. la fameuse carte de la tendresse dans Clélie). Les personnages et les situations sont très stéréotypés.

Les exemples les plus célèbres sont Le Grand Cyrus de Georges et Madeleine de Scudéry, L’Astrée d’Honoré d’Urfé, Zayde de Madame de Lafayette.

Préface de Zayde publié, le fameux traité de l’origine des romans de Pierre-Daniel Huet, pose un certain nombre de questions liées au roman: nous apprenons la fiction d’une culture étrangère ou une période d’absence de ses créateurs? Que de telles histoires culturelles besoins rencontrent-ils? Y at-il des bases anthropologiques fondamentales en encourageant la création de mondes fictifs? Ces œuvres de fiction ont-ils été divertissant et instructif?Avoir un contenu été – ce que l’on pourrait supposer à la lecture des mythes antiques et médiévaux – de fournir un substitut à une approche plus scientifique, ou ont-ils fait un ajout à la luxes de la vie dont jouit une culture particulière? Ce traité, qui a créé le premier corpus de textes à discuter, a été la première à montrer comment interpréter les œuvres de fiction. Véhiculée dans un certain nombre d’éditions et de traductions, le traité de Huet a obtenu une position centrale parmi les ouvrages sur la fiction en prose.

Le romantisme et l’histoire vaillante petite

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, on voit un nouveau genre de roman qui est radicalement opposé à l’esthétique baroque du roman. Cette «petits romans» très courts (par opposition à des milliers de pages du roman baroque), et un style réaliste fermement. Alors que le baroque roman a été dans un passé mythique, ces écrivains puisent leur sujet dans l’histoire. Baroque dans le roman, les aventures se déroulent entièrement dans la sphère de life.In public le court roman est la sphère privée est placée au centre de l’histoire. Par ailleurs, ces courts romans sont opposés à des romans comiques par un ton sérieux et l’utilisation de grand style.Pour ces raisons, on peut considérer que ces romans a marqué la naissance de la forme du roman tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Les exemples les plus significatifs sont la Princesse de Clèves Mme de Lafayette (1678) et Dom Carlos César Vichard de Saint-Réal (1672). Alors que le premier roman de Madame de Lafayette, Zayde (1670), était une ‘histoire espagnole’, son deuxième roman révèle un français plus généralement. Les histoires de fiers Espagnols se battant en duel pour venger leur réputation un roman français réussit plus facilement porté à l’observation attentive de la nature et le comportement humain. L’héroïne, face à une opportunité pour l’amour illicite, non seulement résiste à la tentation, mais le rend plus misérables en admettant ses sentiments à son mari.

Le roman picaresque et comique

Avec la vie de Lazarillo de Tormes, la célèbre histoire espagnole parut anonymement en 1554, commence la popularité du roman picaresque en Europe. Dans le roman picaresque, par le biais d’un récit linéaire, mais un héros malheureux brio débrouillards (le pícaro) traverse tous les milieux de vie dans l’aventure pleine de surprises. L’accumulation des épisodes comiques souvent dans un cadre de perdre inclus ce type de roman dans la tradition inaugurée par Rabelais et Cervantes.

Francisco de Quevedo y Villegas, avec Vida del llamado Don Pablos buscón (en français L’Histoire de Don Pablo de Ségovie de), 1626) donnent telle sa plus accomplie.

En France au XVIIe siècle, le sous-genre picaresque a été cultivé par Charles Sorel, Paul Scarron, Antoine Furetière, Savinien Cyrano de Bergerac, Jean de Lannel, en Allemagne, par Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen.

Près d’un siècle plus tard, le français Alain-René Lesage reprend la tradition de Francisco de Quevedo avec l’Histoire de Gil Blas (1715-1735).

Le roman picaresque restera un modèle pour le roman ultérieur: Robinson Crusoe, Tom Jones, Till Eulenspiegel et Ferdinand Bardamu voyage à la fin de la nuit.

Texte Fiction

Un résumé et en général on peut dire que le texte est un récit fictif de taille très variable, mais assez longtemps, maintenant en prose, qui est de la relation des situations et des faits présentés dans le cadre de l’invention, bien que l’auteur cherchent souvent un effet de réalité , ce qui le distingue du simple récit-transcription (biographie, autobiographie, …), mais aussi le témoignage de l’histoire, qui est le merveilleux. La variété des tonalités présentes dans la fiction littéraire est aussi totale.

Le roman appartient au genre narratif, on peut tenir compte de la série plus ou moins complexe d’événements d’un roman en établissant les grandes lignes narratives du travail et de définir le principe général d’action par le schéma actantiel décrivant les différents rôles présents dans l’histoire . On peut également définir le statut du narrateur (ou des narrateurs), séparé (s) de l’auteur et les points de vue narratif sélectionnés et la structure temporelle de l’polymorphe work.Genre, le roman opère deux discours différents (directs, indirects , indirect libre), la description (cadre spatio-temporel – portraits) que l’expression de l’histoire elle-même (incidents), le commentaire ou poétique.

Le roman a été et est toujours interrogé pendant une longue période que ce soit la vanité et l’immoralité (jusqu’au XIXe siècle), puis le défi de la psychologie avec le béhaviorisme, la notion même de personnage avec le Nouveau Roman, l'(éclatement de la narration comme choeur avec la multiplication des narrateurs – la perturbation du calendrier …) ou la séparation de l’auteur / narrateur avec l’autofiction.

Le roman s’est progressivement depuis le XVIIIe siècle comme un genre dominant dans la littérature occidentale en conjonction avec le développement du concept de la réflexion individuelle et non-religieux sur le sens de la vie et l’histoire et aussi avec la généralisation de l’apprentissage de la lecture par l’école et Imprimer circulation.The roman a supplanté le conte et les traditions épiques qui marquent plus d’autres civilisations (y compris les perses et indiennes), mais il ya au moins deux traditions non européennes romantiques dont les caractéristiques sont assez semblables: c’est le roman chinois et japonais traditionnel roman. Cet article présente une histoire de tradition romantique occidentale, le lecteur doit se référer à ces pages spécifiques pour plus de détails.

Le genre littéraire

Des origines très anciennes du roman

Nous pouvons retracer les origines du premier roman à des genres littéraires pratiqués depuis les temps anciens, comme l’épopée (l’Iliade, l’Odyssée d’Homère, l’Enéide de Virgile), des ouvrages historiques (d’Hérodote et Thucydide), tragédie et comédie nouvelle (Ménandre, Térence) et même de la poésie pastorale. Il allègrement de dessin de tous ces genres semble le roman grec, qui est au premier siècle av. AD dans un genre distinct, qui a déjà l’apparence qui caractérise le composite au cours des siècles.C’est la première fois sont écrits en prose, des livres destinés à divertir leur public et de développer une intrigue, si elle n’est pas tout à fait plausible, au moins cohérent et réaliste que les caricatures des personnages de la comédie ancienne ou jouer satyre et les protagonistes de l’histoire des animaux. Le roman grec se caractérise par le rôle central attribué à la romance et beaucoup d’aventures (enlèvements, pirates, les décès de faux, les batailles de reconnaissance des scènes …).

Les romans de Chariton Tatius, Achille et Héliodore d’Emèse sont les principaux représentants de ce genre que nous avons réalisé. Certains romans grecs sont plus proches des genres précis: Daphnis et Chloé de Longus est fortement influencée par la poésie bucolique grecque (Théocrite) et romaine (Virgile), tandis que les œuvres de Lucien, à court et humoristique, pour la plupart, les emprunts des dialogues plus philosophique et historique . Un de ses œuvres les plus connues, l’histoire vraie, une parodie des livres d’histoire en citant des peuples exotiques et des histoires de voyages incroyables en multipliant les aventures fantastiques. Ces histoires ne sont pas encore classées comme «fiction», mais parfois les histoires d’amour, parfois dramatiques, parfois même en utilisant le terme plasma (grec s’approche de notre concept moderne de la fiction).Les commentateurs de l’premiers siècles après JC caractérise ces histoires comme fictif, mais plausible, qui a placé les mi-chemin entre les récits mythologiques, de fiction et invraisemblable, et des ouvrages historiques, illustrant les événements réels et plausibles.

A l’époque romaine les romans antiques sont écrites en latin, comme les Métamorphoses d’Apulée attribués à ou attribués à Pétrone Satiricon.

Les sources du roman médiéval

Jusqu’au XIIe siècle, la poésie épique et lyrique dominent le paysage littéraire et narratif, mais progressivement un nouveau genre a émergé: la novel.Although innovantes et originales, et pourtant il dessine des modèles dans de nombreux genres littéraires qui l’ont précédée. Il est innovant car il combine les exploits militaires de l’épopée, la vision romantique de la poésie lyrique et s’appuie sur légendes celtiques.

Poésie lyrique

La rupture s’est amorcée en écrivant à l’émergence d’un nouveau genre de poésie lyrique ne doit pas nécessairement se cacher une grande continuité dans les thèmes et les motifs donnés par le roman. Il hérite de la poésie lyrique premiers caractères stylisés: la dame est une femme mariée de statut plus élevé que son prétendant, l’homme est vassal obéissant de la dame, il est timide et maladroit en face d’elle et est losengiers une personne fourbe, un traître potentiel.Elle reflète également le thème de la fine amor, amour secret, sacré dans lequel une femme est divine, sacrée. Il hérite également de la Reverdie Reverdie.The est un retour cyclique au printemps résultant dans la contemplation de la dame par son amant et son portrait est flatteur d’associations entre la beauté de la nature et des femmes. Le son est aussi partie intégrante de la poésie lyrique, parce que la poésie ne peut pas être fait sans les rimes lyriques et ne peut pas séparer les sons, le rythme.

Cependant, le romancier ne comprend pas ces thèmes à l’identique, très souvent, il les met à jour, et dramatise les changements. Plus important encore, il substitue une nouvelle figure de l’amour du poète. Le modus operandi de la séduction est en évolution: la femme est séduit plus par des paroles et des chansons, mais par des actions. Le personnage du poète est remplacé par le chevalier hérité des épopées.

L’épopée

Le héros de l’épopée est le héros épique de ses traits. Il est vaillant, courageux, il sait manier les armes, il allie la franchise à la loyauté et la générosité. Surtout, il peut préserver son honneur.Parmi les nombreuses raisons héritées de l’épopée, notez que la description des armes du chevalier, ses associés ou ses ennemis, il se bat et les batailles qui suivent ou même ceux des embuscades, les pièges et autres procédures qui marquent le chemin du héros. Il ya aussi des scènes de l’ambassade cher à l’épopée, les scènes du conseil entre un seigneur et ses barons ou de regret funèbre (lamentations d’un héros, un compagnon perdu) et la prière du plus grand péril.

Les thèmes et les motifs qui peuvent être rencontrées dans le roman ne se pose pas ex nihilo, le nouveau genre est largement basé sur ceux qui l’ont précédé tout en faisant de grands changements et d’innovations.

Les trois sujets

Au-delà des thèmes et motifs utilisés, les sujets traités avec le roman se caractérisent par leur originalité et leur diversité. Il est possible de les rassembler en trois grands thèmes (comme les substances):

La matière de Bretagne se développe à la cour d’Henri II et son épouse Aliénor d’Aquitaine et de la cour de la fille Eleanor, Marie de France, en Champagne. La matière de Bretagne est imprégnée de traditions celtiques et les légendes transmises oralement par les conteurs bretons et gallois.Bien que de nombreuses inexactitudes demeurent dans l’existence, Chrétien semble être l’auteur le plus représentatif et le plus innovant dans ce domaine de la Grande-Bretagne. Son écriture est caractérisée par une attention particulière aux effets de la structure (miroir, en parallèle, différents échos, des correspondances entre les personnages ou les épisodes, etc) .. Il innove également par la tour qui donne les aventures de son héros. Il orne les événements inattendus et surprenants qui apparaissent souvent comme des signes du destin du chevalier. En outre, il se lie étroitement à la notion de quête d’aventure. Il peut être allé à un personnage, l’amour, l’identité, la célébrité ou un quêtes spirituelles end.These avoir lieu dans un univers de fiction qui combine des éléments surnaturels et merveilleux effets réels.

Le roman en prose du XIIIe siècle

Avant le XIIIe siècle, à l’exception des textes juridiques, certains textes ont été écrits en prose. Mais à la fin de l’Modèle: SS et au début du XIIIe siècle, la prose est de plus en plus importante dans le récit. Deux raisons peuvent expliquer cette tendance. Tout d’abord, la prose est susceptible d’augmenter la crédibilité des aventures racontées par assimilation à la fiabilité des textes juridiques.D’autre part, le passage à la prose marque également un changement dans la façon de lire: la lecture collective et orale est remplacée par la lecture individuelle. La découverte du papier et le développement de l’écriture en général de promouvoir ce développement. Et donc, la versification comme artifice mnémonique est de moins en moins nécessaire.

Ces romans en prose sur le modèle de la passion du Christ et se rapportent massivement au mythe du Graal ou le Saint Calice.

Les romans réalistes

Ces histoires semblent en conjonction avec le développement de la bourgeoisie et un esprit de plus en plus matérialiste. La redécouverte du texte d’Aristote accompagne ce renforcement du rationalisme au détriment d’une partie de la spiritualité et de merveilleux. Le Roman de la Rose et Jehan et Blonde illustrent cette nouvelle orientation du genre. Les auteurs de ces romans choisissent de rester dans les limites des probabilités et de rejeter les arthurienne merveilleux. La géographie de la région est de plus en plus familier aux lecteurs, y compris des personnages fictifs rencontrent des personnages historiques (réels) et les héros ont été choisis issus de milieux plus modestes et sont moins légendaires. Cependant, ce type est marquée par un paradoxe fort:tandis que la prose semble être le plus approprié pour transcrire la réalité avec crédibilité et alors que la majorité des romans sont désormais écrits en prose, ces romans réalistes continuent à être écrits en vers (couplets octosyllabiques). Conséquence de ce paradoxe ou non, ils vont progressivement disparaître avant la popularité croissante de la fiction en prose.

Les origines du roman

D’une langue à une sorte

Toute tentative de définir correctement le roman est étroitement liée à l’identification de ses origines. Ainsi, de nombreux théoriciens du roman qui a cherché à appuyer leur théorie générique de théories génétiques. C’est pourquoi une bonne entrée dans une tentative de définir le roman terme peut être trouvée dans l’origine du mot. Ce terme initialement utilisé pour désigner une langue utilisée au Moyen Age, la langue romane, dérivée de la langue utilisée dans le nord de la France, la langue d’oil, qui prévalent sur la langue d’oc du sud de la France. Cette langue, née de l’évolution progressive du latin, il remplace dans le nord de la France.

Romanus (latin)

← Article précédent: Roman littéraire Article suivant: Romantisme litteraire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site