Roman genre littéraire

> > Roman genre littéraire ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Le roman est un genre littéraire avec floue caractérise principalement par une narration fictionnelle plus ou moins longues, ce qui le distingue des nouvelles. L’importance attachée à l’imagination se reflète dans des expressions comme «C’est du roman!’ Ou dans un certain sens du mot «romantique» se référant à des personnages extraordinaires, des situations, ou de l’intrigue.

Le roman, écrit en prose rapide, de la fin du XIIe siècle, est également définie par sa destination à la lecture individuelle, contrairement à l’histoire de l’épopée ou qui sont la source de la transmission orale. Le ressort du roman, c’est quand la curiosité du lecteur pour les personnages et les aventures, combinée tard d’intérêt dans un art de l’écriture.

Le roman au XVIIIe siècle

C’est au XVIIIe siècle que le roman prend sa forme et sa place dans le sens moderne que nous pouvons entendre. Il pousse en Grande-Bretagne et exporté vers la France et Prussia.If il reste en quête de légitimité et de la définition, comme indiqué par les pensées qu’elle suscite de nombreuses à l’époque, il sait en même temps un boom et ses sujets se diversifient. Le roman épistolaire, le roman-mémoire, le roman et le roman libertin rencontre un goût particulier utopique de l’époque.

La hausse du roman en Bretagne

En Grande-Bretagne au XVIIIe siècle que le roman acquiert progressivement une place centrale dans la littérature, par l’intérêt manifesté par la population néo-alphabètes. Les premiers romans de succès semblent comme Robinson Crusoe et de Tristram Shandy. Le renouveau du roman se propage rapidement en France et en Allemagne, comme le siècle des Lumières. Aussi la forme et l’esthétique de la variation de roman. Jusque-là, la fiction est mise en évidence d’une manière amusante, par des auteurs comme Laurence Sterne. Mais peu à peu, il sera caché sous l’apparence d’un récit authentique: biographie, la religion, récit de voyage de correspondance, … Le Robinson Crusoé par Daniel Defoe illustre cette évolution.

Enfin, c’est alors que le héros romantique est né avec une psychologie complexe et évolutive, qui donne son nom à la nouvelle Crusoé Robinson, Rob Roy, Paméla, …

Le roman épistolaire

Le roman épistolaire est apparu en France en 1721, avec les Lettres persanes de Montesquieu, mais répondre à la plupart des succès à la fin du siècle, après ceux de Pamela ou la Vertu récompensée (1740) et Clarisse (1748) et l’intérêt du public pour jouer correspond réel. Il explore en particulier le thème de l’amour impossible.Ces thèmes spécifiques au roman a également annoncé le romantisme significative.

Le roman libertin

Le roman est une expression de la débauche intellectuelle des siècles précédents, tout en donnant un nouveau sens au mot. La liberté de pensée et de la dérive d’action, avec le roman, une dépravation morale, une quête égoïste de la vie pleasure.Social est présenté comme un jeu de dupe, cynique avec ses codes et des stratégies pour apprendre, la séduction est un art complexe qui est entrepris par définition , le désir ou l’estime de soi, la femme est identifiée comme une proie qui se termine tôt ou tard céder la place au ‘chasseur’. Contrairement à la littérature libertine du bien la forme du roman libertin est choisie, fine, raffinée et allusive.

Le roman philosophique

Le succès du roman en tant que genre favorise son utilisation pour la diffusion des idées philosophiques, même si l’histoire (Candide de Voltaire) et le dialogue sont les formes préférées. Écrivains anglais avaient ouvert la voie avec les Voyages de Gulliver de Swift ou de Robinson Crusoe de Daniel Defoe.

Naissance du roman moderne

Tôt dans l’histoire du roman vivent deux traditions très contrastées.Le premier est le roman comique, apporté par Cervantès et Rabelais, qui se poursuit tout au long du XVIIe siècle, en particulier en France et Spain.This est certainement un roman réaliste et la parodie, qui se moque de la littérature noble et les valeurs établies.

La seconde est l’héritier du roman de chevalerie et du roman grec. Il revendique une certaine noblesse de sentiment et d’expression et un style sérieux. Avec l’avènement du roman historique, la caractéristique merveilleuse de cette tradition est progressivement abandonnée au profit du réalisme.

Au cours du XVIIIe siècle ces deux traditions vont progressivement fusionner pour former le genre que nous connaissons, avec son mélange caractéristique d’une gravité et d’ironie.

Les fondateurs

Il est généralement admis que le roman moderne est né avec Rabelais (les cinq livres de 1532 à 1564) et Cervantès (Don Quichotte, 1605-1615). Typiquement, ces deux romans parodiant le roman médiéval de chevalerie. Dans le langage noble et platitudes du roman de chevalerie, les auteurs comparent la diversité des langues dans la société et un parti pris de réalisme, voire trivial.

Les romans de chevalerie n’est pas le seul modèle qui a inspiré les premiers romanciers modernes.Le nouveau médiévale (surtout Décaméron de Boccace) et de la littérature et des sources de la farce populaire était aussi influente. L’influence de la littérature chrétienne, y compris les franciscains sur les œuvres de Rabelais a également été noté.

Rabelais et Cervantès sont une référence constante pour la quasi-totalité du roman.

Le baroque roman

Le roman se développe héroïques baroque au XVIIe siècle à la cour du roi de France. Inspiré par le roman grec est une romance et d’aventure, avec des accents rustiques (en roman) ou merveilleux. Deux amants séparés par le destin et de chercher dans l’aventure pleine de surprises inattendues au cours de laquelle leur amour et leur détermination est mise à l’épreuve. Les amateurs de rencontrer à la fin, leur amour est confirmé par les épreuves endurées.

Les romans sont baroques ‘saga’ très grand. Les dialogues sont dans l’amour sont importantes. Nous pouvons en parler une sorte de casuistique amoureuse (cf.Reaching la fameuse carte de Clélie). Les personnages et les situations sont très stéréotypés.

Les exemples les plus célèbres sont Le Grand Cyrus de Georges et Madeleine de Scudéry, L’Astrée d’Honoré d’Urfé, Zayde de Madame de Lafayette.

Préface de Zayde publié, le fameux traité de l’origine des romans de Pierre-Daniel Huet, pose un certain nombre de questions liées au roman: nous apprenons la fiction d’une culture étrangère ou une période d’absence de ses créateurs? Que de telles histoires culturelles besoins rencontrent-ils? Y at-il des bases anthropologiques fondamentales en encourageant la création de mondes fictifs? Ces œuvres de fiction ont-ils été divertissant et instructif? Avoir un contenu été – ce que l’on pourrait supposer à la lecture des mythes antiques et médiévaux – de fournir un substitut à une approche plus scientifique, ou ont-ils fait un ajout à la luxes de la vie dont jouit une culture particulière Ce traité, qui a créé le premier corpus? des textes à discuter, a été la première à montrer comment interpréter les œuvres de fiction. Véhiculée dans un certain nombre d’éditions et de traductions, le traité de Huet a obtenu une position centrale parmi les ouvrages sur la fiction en prose.

Le romantisme et l’histoire vaillante petite

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, on voit un nouveau genre de roman qui est radicalement opposé à l’esthétique baroque du roman. Cette «petits romans» très courts (par opposition à des milliers de pages du roman baroque), et un style réaliste fermement.Alors que le baroque roman a été dans un passé mythique, ces écrivains puisent leur sujet dans l’histoire. Baroque dans le roman, les aventures se déroulent entièrement dans la sphère de la vie publique. Dans le court roman est la sphère privée est placée au centre de l’histoire. Par ailleurs, ces courts romans sont opposés à des romans comiques par un ton sérieux et l’utilisation de haute style.For ces raisons, on peut considérer que ces romans a marqué la naissance de la forme du roman tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Les exemples les plus significatifs sont la Princesse de Clèves Mme de Lafayette (1678) et Dom Carlos César Vichard de Saint-Réal (1672). Alors que le premier roman de Madame de Lafayette, Zayde (1670), était une ‘histoire espagnole’, son deuxième roman révèle un français plus généralement. Les histoires de fiers Espagnols se battant en duel pour venger leur réputation un roman français réussit plus facilement porté à l’observation attentive de la nature et le comportement humain. L’héroïne, face à une opportunité pour l’amour illicite, non seulement résiste à la tentation, mais le rend plus misérables en admettant ses sentiments à son mari.

Le roman picaresque et comique

Avec la vie de Lazarillo de Tormes, la célèbre histoire espagnole parut anonymement en 1554, commence la popularité du roman picaresque dans Europe.In le roman picaresque, par le biais d’un récit linéaire, mais un héros malheureux brio débrouillards (le pícaro) traverse tous les horizons de la vie dans l’aventure pleine de surprises. L’accumulation des épisodes comiques souvent dans un cadre de perdre inclus ce type de roman dans la tradition inaugurée par Rabelais et Cervantes.

Francisco de Quevedo y Villegas, avec Vida del llamado Don Pablos buscón (en français L’Histoire de Don Pablo de Ségovie de), 1626) donnent telle sa plus accomplie.

En France au XVIIe siècle, le sous-genre picaresque a été cultivé par Charles Sorel, Paul Scarron, Antoine Furetière, Savinien Cyrano de Bergerac, Jean de Lannel, en Allemagne, par Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen.

Près d’un siècle plus tard, le français Alain-René Lesage reprend la tradition de Francisco de Quevedo avec l’Histoire de Gil Blas (1715-1735).

Le roman picaresque restera un modèle pour le roman ultérieur: Robinson Crusoe, Tom Jones, Till Eulenspiegel et Ferdinand Bardamu voyage à la fin de la nuit.

Le nineteenthcentury ou le roman roi

Dans la fin du XVIIIe siècle, le roman a atteint sa maturité. Sa forme et l’esthétique ne changera pas beaucoup jusqu’à ce que le XXe siècle. Le format des romans, la division en chapitres, l’utilisation de la narration passé et un narrateur omniscient forment un peu commune compromise. Les descriptions et la psychologie des personnages deviennent primordiales.

Le roman romantique

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce genre a été largement pratiquée par les romantiques. Et Byron, Schiller, Lamartine, Leopardi préfèrent le théâtre, la poésie, les mémoires ou récits. Romantiques, cependant, sont les premiers à abandonner le roman dans leurs théories esthétiques. Le roman se caractérise par une pause romantique avec la séparation des styles en vigueur à la période classique, une exaltation du sentiment et une recherche du pittoresque.

En Allemagne, pré-romantique et romantique ont été principalement montré dans le Bildungsroman ou roman d’éducation de Wilhelm Meister de Goethe (1796), Henri de Ofterdingen de Novalis (inachevé, 1801). Par ailleurs, les romans de Jean Paul et ETA Hoffmann est à la fois abondante et irriguées par une imagination puissante. Mais ils conservent essentiellement l’esthétique du XVIIIe siècle roman hétérogènes (Laurence Sterne et le roman gothique).

En France, les auteurs pré-romantique et romantique ont été largement consacrée à plus de roman, Mme de Staël, Chateaubriand, Alfred de Vigny (Stello, Servitude et grandeur militaires, Cinq-Mars), Prosper Mérimée (Chronique de Charles IX, Carmen, Chasing la Double), Alfred de Musset (La Confession d’un enfant du siècle), Alexandre Dumas (Le Comte de Monte-Cristo) George Sand (Lélia, Indiana) et Victor Hugo (Notre Dame de Paris). Cependant l’inspiration de Victor Hugo roman, qui s’appuie sur le réalisme à la fois historique et social et le roman populaire, est assez différent de l’esprit romantique. Dans un style proche de Hugo, incluent également l’Italien Alessandro Manzoni (Les Fiancés, 1825-1827). Le travail de Stendhal, enfin, marque la transition entre le romantisme et réalisme.

En Grande-Bretagne, c’est avec les sœurs Brontë et de romance roman de Walter Scott trouve son expression.

Réalisme et le naturalisme

Le roman réaliste est caractérisée par la probabilité de parcelles, souvent inspirés de faits réels, ainsi que les descriptions riches, et la psychologie des personnages. Vous rencontrerez des gens de toutes les classes de la société et des générations successives dans une perspective souvent critique.Cette volonté de construire un monde fictif qui est à la fois cohérente et globale voit son aboutissement dans La Comédie humaine de Balzac. Ce projet aura une influence considérable sur l’histoire du roman, en particulier dans la première moitié du XXe siècle.

En plus de Balzac, l’école réaliste française a également Flaubert et Maupassant. Cependant, ces auteurs n’ont pas confinée au style réaliste (littérature fantastique pour Balzac et Maupassant, Flaubert pour le symbolisme). Dans la fin du XIXe siècle, le réalisme d’une part le déplacement vers le naturalisme objectif de Zola et en partie au roman psychologique.

Le roman a donné le roman russe réaliste plusieurs de ses chefs-d’œuvre Guerre et Paix et Anna Karénine de Léon Tolstoï (1873-1877), père et fils d’Ivan Tourgueniev (1862), Oblomov par Ivan Gontcharov (1858). Enfin, les romans de Dostoïevski, dont l’importance pour l’histoire du roman est fondamental, à certains égards, peut être lié à ce mouvement.

Le réalisme est également nécessaire dans le reste de l’Europe: George Eliot et Anthony Trollope, en Angleterre, Eça de Queiroz au Portugal, Giovanni Verga en Italie. En Allemagne et en Autriche, le style Biedermeier nécessite un moralisme roman réaliste emprunt (Adalbert Stifter).

Dans le début du XXe siècle, les écrivains américains sont comme John Steinbeck, Jack London et Ernest Hemingway qui perpétuent le style naturaliste.

Le roman populaire

Avec la propagation de l’alphabétisation, l’amour de la lecture affecte maintenant les classes inférieures, notamment à travers des éditions bon marché et distribués par colportage soap opera. Parmi les écrivains populaires du XIXe Sue, Eugène, George Sand, Alexandre Dumas et Paul de Kock.

Le XIXe siècle a également vu la naissance de deux genres de fiction populaire: le roman policier avec Wilkie Collins et Edgar Allan Poe et le roman de science-fiction avec Jules Verne et HG Wells.

Le roman satirique

Tradition anglaise satirique du XVIIIe siècle se poursuit avec des auteurs comme Charles Dickens, William Makepeace Thackeray, ou en France, Octave Mirbeau. Tout en intégrant certains aspects du roman réaliste, en particulier l’importance des descriptions et l’ambition de faire une «section» de la société tout entière est un roman populaire et bourgeois.

En Russie, le style satirique est illustré par Nicolas Gogol (Les Âmes mortes, 1840), et quelques-uns des romans de Dostoïevski (l’arrondissement de Stépantchikovo et ses habitants, 1859).

Le roman de sortir pour conquérir le monde

L’ère du soupçon

L’interrogatoire du modernisme et de l’humanisme dans une rangée des deux guerres mondiales conduit à une perturbation du roman. Le grand roman immanent et monumental disparaît au profit de plus d’histoires personnelles, les formal.Novelists plus irréel ou plus sont alors confrontés à une double impossibilité: celle d’un compte rendu objectif d’une part, et une transmission de l’expérience individuelle de l’autre. Entre ces deux limites est construit à cette époque une œuvre de fiction dominé par l’angoisse et de questionnement. L’ère du soupçon (1956) de Nathalie Sarraute marquer cette étape. Ce test peut être considéré comme le premier manifeste avant la lettre de la New Roman.

Le roman existentialiste

Des liens forts existent entre la philosophie existentialiste et le roman. Søren Kierkegaard, généralement considéré comme le pionnier de cette philosophie, le roman a eu beaucoup d’intérêt (voir par exemple Le Journal du Séducteur dans Ou bien … ou …). Il dit seulement un récit subjectif peut rendre compte de ce qui s’est réellement existé.

En fait, on peut observer l’émergence dans les années 1930 des romans faisant écho aux concepts de la philosophie existentielle. Ces romans sont souvent sous la forme d’une histoire à la première personne ou même un journal.Les thèmes de la solitude, l’anxiété, la difficulté à communiquer et à trouver un sens à la vie sont importantes. Souvent il ya aussi quelques critiques de la modernité et l’optimisme humaniste. Ces auteurs utilisent généralement un style expressionniste hérité de Dostoïevski.

Ceci est probablement Jean-Paul Sartre qui illustre le plus clairement le lien entre la littérature et la philosophie. Son premier roman, La nausée, a été conçu dès le départ comme un cadre romantique sous la forme de concepts philosophiques.

Le romancier polonais Witold Gombrowicz, qui était très familier avec la philosophie existentialiste, également considéré le roman comme un moyen de rendre concrète la réflexion philosophique. Dans le existentielle actuelle il ya une exception par la légèreté et l’humour de ses romans que dans la tradition de Charles Dickens.

On peut également citer le cas d’Albert Camus, dont la philosophie, à proximité de l’existentialisme, également alimenté ses romans. Son style minimaliste, semblable à celle des écrivains naturalistes américains, cependant, contraste avec l’expressionnisme d’un Sartre ou Gombrowicz.In une manière plus générale, on peut trouver des similitudes entre la pensée existentialiste et les romans de Knut Hamsun, Louis-Ferdinand Céline, de Dino Buzzati , Cesare Pavese et même Boris Vian.

Enfin, le roman de l’après-guerre au Japon (Mishima, Kawabata, Kobo Abe et Kenzaburo Oe plus) se développe souvent des thèmes similaires de l’existentialisme.

L’imagination libérée

L’improbable était un élément essentiel du roman à la naissance, mais il a été progressivement exclus de la fiction, à l’exception de la littérature de genre (fantastique, merveilleux).

Dans le début du XXe siècle l’incroyable réapparition dans le roman et la nouvelle. Cela est généralement une imagination sombre ou grotesque. Franz Kafka et plonge ses personnages dans un monde de cauchemar où l’on peut être déclaré coupable d’une infraction qui n’a pas commis (Le Procès, publié à titre posthume en 1925), ou nommé à un poste qui n’existe pas (château, publié à titre posthume en 1926) . L’influence de Kafka est profond dans tout le roman du vingtiémesiécle, et conduira à de nombreux écrivains une plus grande liberté de canons du réalisme.

Parmi les romanciers qui ont participé à ce renouveau de la littérature d’imagination, Mikhaïl Boulgakov, Boris Vian, mais aussi la génération du boom de la littérature latino-américaine, qui a publié ses œuvres majeures dans les années 1960 et 1970: Gabriel García Márquez, Alejo Carpentier, Julio Cortázar, Carlos Fuentes. Voir l’article de réalisme magique.

Ce mélange d’éléments de réalisme et fantastique est encore très présente dans le roman d’aujourd’hui. Un exemple est l’écrivain japonais Haruki Murakami, ou le groupe français de fiction Nouveau.

L’expérience totalitaire

La dimension tragique de l’histoire du XXe siècle s’est trouvé largement reflétée dans la littérature de l’époque. Les récits et les témoignages des anciens combattants des deux guerres mondiales, d’anciens déportés et des survivants du génocide reflète principalement une volonté de partager une expérience tragique et de l’inclure dans la mémoire de mankind.But la recherche d’une forme esthétique spécifique pour ces histoires est assez significatif . Ce ne fut pas sans conséquences pour la forme du roman. Ainsi, nous voyons l’apparition de non-fiction, mais en utilisant la technique et le format du roman. Un exemple est que si un homme (Levi, 1947), Nuit (Elie Wiesel, 1958) l’espèce humaine (Robert Antelme, 1947), Etre sans destin (Imre Kertész, 1975). Ces histoires seront à leur tour influencent la fiction, pour des auteurs comme Georges Perec et Marguerite Duras.

En raison de la censure, l’utilisation de la fiction dans la dénonciation des crimes de la terreur soviétique est plus systématique.Romans comme une journée d’Ivan Denissovitch par Alexandre Soljenitsyne (1962), le tombeau pour Boris Davidovitch un des Danilo Kis (1976), ou Milan Kundera La Plaisanterie (1967) ont contribué à la réalisation de tous les maux du totalitarisme soviétique. Plus précisément, c’est la destruction de la sphère de la vie privée, une célébration de la romance, ce qui est dénoncé dans ces œuvres.

Enfin, il ya le développement dans le vingtiémesiécle un nouveau genre de roman, l’anti-utopie ou dystopie. Ces romans, dont la dimension politique est cruciale, décrivant un monde livré à l’arbitraire de la dictature. Ce genre a été un succès spectaculaire notamment en Europe centrale et en Russie. Les plus célèbres sont Le Procès de Franz Kafka, 1984 de George Orwell, Brave New World d’Aldous Huxley, et Evgeny Zamiatine, Nous autres. Ces romans souvent frappante anticiper les dérives totalitaires du XXe siècle.

Le roman lettriste

Dans son point de vue d’un bouleversement culturel, Isidore tsu, le fondateur du lettrisme propose en 1950 de rénover le roman comme il l’a fait avec la poésie et la musique. Pour lui, le renouveau romantique, est accompagné par le renouveau des arts.En effet, il croit à la destruction de la représentation figurative perpétré par le dadaïsme et l’art abstrait, et l’épuisement de prose ‘alphabétique’ dans le Finnegans Wake roman de James Joyce, la seule façon d’apporter à la fois sans précédent dans le domaine des arts est de commencer sur une nouvelle structure formelle: l’hypergraphe (initialement nommée ‘métagraphie’), qui signifie ‘multi-écriture’, qui est basé sur l’agencement de l’ensemble des preuves de la communication visuelle.

Ainsi, la structure trouvée hypergraphique, tant dans la voie de la recherche et la peinture romantique, la maison des moyens de communication où les deux arts étaient seulement un seul champ d’écriture unique.

En proposant, dans la phrase, en remplaçant les mots par des représentations phonétiques de l’analogique, mais aussi par tous les graphismes cohérents et incohérents, acquis ou inventés, tsu, dans son essai sur la définition, l’évolution et la perturbation de la prose du roman (1950), restauré l’unité originelle et proposé les cotes roman nouveau matériau multiples – Lexique idéographique et alphabétique – peut reconstruire sur une nouvelle histoire pleine, constructives et destructives de la narration. Dans ce test, Isou propose même le «roman en trois dimensions’ où les objets, animaux, personnes ou de l’architecture pourrait être considéré comme des signes ou d’un roman de fiction médias.La prose hypergraphique est immédiatement appliquée au sein du même livre, le roman d’Isou Les Journaux des Dieux.

Le roman a également été enrichi hypergraphique de la graphologie, la calligraphie de toutes sortes de puzzles et d’énigmes visuelles, comme il a été l’annexion en 1952, avec Amos ou Introduction à la métagraphologie, la photographie, des options pour l’impression de la reproduction sonore superposées, cinéma, architecture, pour intégrer tous les sujets symbolique de la vie, toutes les philosophies et les sciences du signe, puisque la langue et la grammaire, de techniques d’impression, à travers les mathématiques. Isou proposera lors de la phase destructrice de l’hypergraphique roman, blanc avec le roman La Loi de Pure (1963), un roman constitué de pages blanches que (précédée, toutefois, un manifeste qui justifie cette destruction ultime).

Le roman est hypergraphe dépassé en 1956 par le roman infinitésimal, constitué d’un soutien mental comme un tremplin pour le lecteur, invité à imaginer l’infinité de récits existent ou inconcevable.

En 1960, le roman propose de super-temporelle des cadres vides ouverts aux joueurs actifs et infini qui pourrait remplir à leur discrétion, les quantités de supports vierges, comme autant d’éléments d’une prose en constante évolution et interactive.

Suite à Isidore Isou, lettristes beaucoup essayer ces nouvelles formes de fiction, y compris Maurice Lemaître Pomerand qui publient et Gabriel, respectivement, en 1950, dragueurs (dans le n ° Journal Ur 1), Saint Ghetto des Prêts (éditions OLB), Alain Satie avec son célèbre Ecrit en prose hypergraphique publié par Psi en 1971, trois d’excellents exemples de hypergraphique prose, Roland Sabatier qui a publié en 1963 Manipulitude (éditions Psi), défini comme un roman hypergraphique Caron super-temporelle, ou Anne-Catherine publié dans le 1978 à Rome au carré (éditions Anakota), un roman de hypergraphique propres et bien serrés comme on peut être décrite comme anti-roman de la narration est absente et les codes romantiques interrogé ou ridiculisés.

Nouveau roman

Les premiers romans publiés en 1950 aux Editions de Minuit ont immédiatement marqué une rupture avec quelques lignes assez profonde du roman traditionnel comme la caractérisation des personnages, le respect de la chronologie ou de cohérence logique du texte. Par ailleurs, ces romans sont souvent réfléchissant, en ce qu’ils illustrent l’aventure de l’écriture (ou lecture) ainsi que l’intrigue romantique. New Roman est aussi inextricablement lié à l’effervescence théorique de l’époque qui se produit autour de la revue Tel Quel Cerisy ou séminaires.

Il serait faux de concevoir le nouveau roman comme une école littéraire unifiée par une esthétique commune, comme le romantisme et le surréalisme. Il ya en effet une certaine ressemblance entre les parodies d’Alain Robbe-Grillet et l’épopée tragique de Claude Simon, ou entre l’impressionnisme psychologique de Nathalie Sarraute et l’ironie caustique de Robert Pinget. Enfin, nous devons souligner l’énorme influence de l’œuvre de Samuel Beckett, en marge de la New Roman.

Pourtant, à moins que cette période est sans doute celui où, à travers son histoire, la forme du roman a été la plus répétée. Si le mouvement Nouveau Roman semble être vraiment Français, cependant, peut être plus proche de l’expérimentation des romanciers américains de la Beat Generation, et plus particulièrement de William Burroughs. Enfin BS Johnson ou Ann Quin, en Angleterre, Carlo Cassola en Italie, Max Frisch en Suisse ont été inspirés par le New Roman.

Bibliographie

Voir ‘Livres’ sur Wikisource.

← Article précédent: Revues litteraires Article suivant: Roman policier genre littéraire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site