➔ LITTÉRATURE

Johann Wolfgang von Goethe Période littéraire

Vous êtes ici : » » Johann Wolfgang von Goethe Période littéraire ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 4 juillet 2018

Johann Wolfgang von Goethe: est né dans le cœur d’une riche famille. Poussé par son père, il étudie le droit à Leipzig. Il entretient une passion parallèle pour les arts littéraires. Tout au long de ses rencontres et ses aventures amoureuses, il trouve l’inspiration pour la composition de certains poèmes, comme Lieder nouveau caprice ou l’amant. Graves problèmes de santé l’ont forcé à rejoindre ensuite Francfort. Il y rencontre une amie de sa mère qui éveille en lui un intérêt pour le mysticisme, l’occultisme et l’alchimie. En 1770, quand il a récupéré, il a décidé de poursuivre ses études de droit à Strasbourg. Durant cette période, il se lie d’amitié avec Johann Gottfried Herder, qui a surpris sa vision artistique et littéraire. Goethe découvre la passion pour Shakespeare, la poésie populaire et l’architecture gothique de son pays. Bien inspiré,il retourne en Allemagne et a écrit de nombreux ouvrages, notamment Götz von Berlichingen (1773), qui a remporté un succès important et s’inscrit parfaitement dans la littérature allemande en vigueur (tempête et élan). En 1774, il publie Les Souffrances du jeune Werther qui le rendent immédiatement célèbre. L’année suivante, il fut appelé à Weimar et chargé de lourdes tâches administratives avec le prince. Puis il vit un amour passionné avec Charlotte Von Stein. Il a publié quelques poèmes et pièces de théâtre (Iphigénie en Tauride, 1786). Après un séjour agréable en Italie, il a partagé une grande histoire d’amour avec Christiane Vulpius. Cette union a provoqué un scandale. Nommé chef de culture, il a étudié les sciences (la métamorphose des plantes, 1790). Son amitié avec Schiller permet ensuite d’approfondir leurs conceptions littéraires. Il a écrit le premier Faust (publié 1806). Le contexte politique de l’époque bouleverse sa vision de la vie, il s’ennuie dans son ménage et prend de nombreuses risques. Ses dernières oeuvres sont marquées par la sagesse d’un vieillard. En 1831, il a terminé son second Faust. Après une vie longue et passionnée tumultueuse, il mourut en 1832.

Sa longue vie est traversée par de nombreux bouleversements:les guerres, les changements dans les structures sociales et des conditions de vie, science, art et poésie. Il voit la guerre de Sept Ans, qui commence notamment la chute du Saint Empire romain germanique, les révolutions américaine et française, les guerres qui ont duré 25 ans, la domination de Napoléon et sa chute. Il a été témoin de la révolution de 1830, par lequel le prolétariat dit, pour la première fois, ses prétentions politiques.

Un mouvement littéraire est un ensemble d’auteurs et d’œuvres de la littérature ont des caractéristiques communes.

Grands mouvements littéraires

Humanisme (XVIe siècle)

L’humanisme est une attitude philosophique qui met les droits et les valeurs humaines au cœur de ses questions. Redécouvrir les grands textes de l’Antiquité, le mouvement humaniste affirme sa foi dans la capacité de la connaissance possédée par les humains. L’humanisme insiste sur les «trois P»:l’éducation, la philosophie et la philologie, et donc affirme la valeur de l’éducation humaniste (à travers l’apprentissage des langues, par exemple) monastiques. Ce mouvement a lieu au moment de la renaissance.

Les Pléiades (1550-1560)

Les membres de la Pléiade imitent les auteurs gréco-romaine dans le but de les surpasser. Ils imposent l’alexandrin, l’ode et le sonnet comme des formes poétiques et de traiter les quatre grands thèmes principaux de la poésie élégiaque: l’amour, la mort, le passage de temps et la nature. Désireux d’utiliser toutes les ressources de la langue française, l’école développe la poésie Pléiade basées sur l’imitation des modèles antiques.

Baroque (XVI et XVII siècles)

Baroque (né en Italie) est un mouvement pour tous les arts, tous les pays de l’Europe. Nous sommes en présence d’un «monde inversé», caractérisée par de nombreux oxymores. Le pont, l’étrangeté et le registre pathétique sont les caractéristiques du mouvement, qui veut libérée. Ainsi, le baroque veulent que nous changions notre vision du monde, nous faisant comprendre que tout est éphémère, que le changement est naturel.

Classicisme (1660-1715)

Classicisme est en partie en réponse à l’exagération baroque, mais surtout en raison de la réglementation et la codification de la culture initiée par le pouvoir politique (Richelieu, Mazarin, Louis XIV), qui a établi des académies comme l’Académie française. Ce mouvement nécessite des codes et des règles pour les genres littéraires dans le but d’atteindre la perfection, recherchée par les classiques. Ces modèles prennent pour les anciens, c’est-à-dire, les Grecs et les Romains de l’antiquité. Le classicisme cherche à expliquer les passions de ses héros et héroïnes par la raison. Envie de prendre la campagne de recrutement classique, la «réforme» en inculquant une morale et d’envisager cet objectif inatteignable si le joueur est attaqué ou provoqué. Ils ont créé des règles de la bienséance et de la vraisemblance.

Le siècle des Lumières (1714-1789)

Lumières tirent leurs noms de leur lutte contre l’obscurantisme. Les lumières sont un mouvement philosophique du XVIIIe siècle qui tente de répandre la connaissance dans les salons intellectuels. Le mouvement des lumières est basé sur les découvertes scientifiques pour développer la pensée critique et la lutte contre toutes formes de préjugés. Il y a un défi à la puissance royale, et les principes de la démocratie et l’égalité pour tous. Les lumières prennent de l’importance à cette époque. Des concepts tels que la souveraineté, la séparation des trois pouvoirs, l’abolition de l’esclavage, sont nés avec le siècle des Lumières.

Romantisme (1820-1850)

Le romantisme est un mouvement littéraire qui prône laissant beaucoup de place pour l’expression des sentiments et des sensations en abolissant les règles strictes de la littérature classique. Il propose de jouer sur les contrastes, sur l’opposition de la beauté et la laideur, le sublime et le grotesque. Il a plaidé pour la liberté et un naturel dans l’art. Le romantisme est exercé dans les romans, la poésie et le théâtre.  A sa tête, il y a Victor Hugo, suivi par Gérard de Nerval, Alexandre Dumas, Alfred de Vigny, Alphonse de Lamartine et Jules Michelet. Le romantisme a continué à influencer la littérature française tout au long du XIXe siècle.

Réalisme (1830-1870)

Le réalisme est un mouvement artistique apparu dans l’Europe moderne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en particulier en Italie et en Allemagne, et est apparu en France au XIXe siècle. Elle est née de la nécessité de réagir contre le sentimentalisme romantique et contre ‘la folie, le sens banal et commun.«Il cherche à dépeindre la réalité telle qu’elle est, sans artifice et sans idéalisation, choisissant ses sujets dans la classe moyenne ou populaire, et abordant des questions comme le travail rémunéré, les confrontations conjugales ou sociales. Il est donc opposé au romantisme, qui a dominé la première moitié du siècle, et le classicisme. Il s’est ensuite propagé à l’ensemble de l’Europe et l’Amérique, où il a survécu jusqu’en 1950. Les mouvements qui ont supplanté le réalisme incluent le symbolisme, mal défini en face du naturalisme plus rigoureuse. Le père du réalisme est tout simplement Stendhal.

Naturalisme (1870-1890)

Le naturalisme est un mouvement littéraire qui s’étend du réalisme et cherche à peindre la réalité basée sur un travail de documentation minutieux et le dessin des sciences expérimentales. Dans la seconde moitié du XIXe siècle le naturalisme basée en particulier sur les sciences de l’homme et la nature. Il entend explorer systématiquement tous les horizons de la vie, révélant la misère humaine. Il y a beaucoup d’histoires de travailleurs.

Parnasse (1866-1876)

Parnasse est un mouvement de poètes qui ont réagi contre le romantisme. Parnasse, le mot «assemblée de poètes’ vient de la Grèce antique: le mont Parnasse, était à la maison des Muses neuf et Apollon.Ce mouvement se prolonge dans le symbolisme.

Symbolisme (1869-1896)

Le symbolisme est né dans le sillage de la poésie de Baudelaire et en réaction contre le naturalisme et le mouvement parnassien 1870. Le principe est la subjectivité de la connaissance, suggérer plutôt que nommer, décrire ou raconter, mythologie, légende, Bible, la poésie utilisé comme un accès, avec des vers et de la musique bizarre.

Surréalisme (1924-1969)

Le surréalisme explore de nouvelles techniques de création qui laissent le champ libre à l’inconscient très forte et l’emballage désinhibition: l’écriture automatique, le sommeil dicté histoires forcé, cadavres exquis, sollicitation du hasard objectif. Le mouvement donne son littéraires et visuels, le statut de l’expérimentation scientifique.

Nouveau roman (1955-1965)

Nouveau roman est un mouvement caractérisé par la mort des personnages traditionnels, c’est-à-dire, les caractéristiques des personnages réalistes et les mouvements naturaliste. Ces personnages ont une identité complète et bien connues du lecteur comme Emma Bovary dans Madame Bovary de Gustave Flaubert ou des Rougon-Macquart d’Émile romanciers nouveaux Zola. il rejette l’intrigue traditionnelle, des objectifs réalistes et processus illusionnistes (narrateur omniscient, une chronologie linéaire, descriptions)

Le théâtre de l’absurde (1938-1960)

L’absurdité des situations, mais aussi la déconstruction de la langue elle-même ont fait de ce style théâtral un mouvement dramatique dans son propre droit. Ce théâtre montre une existence dénuée de sens et les caractéristiques de la déraison du monde dans lequel l’humanité est perdue. Le héros est un personnage tout à fait banal, en créant un nouveau concept: l’anti-héros. Par ailleurs, cette absurdité rend plus absurde que ce même article.

← Article précédent: Préciosité mouvement littéraire Article suivant: Que faire après un bac littéraire

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles