Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Litterature moderne

Vous êtes ici : » » Litterature moderne ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

litterature moderne

La littérature indienne est riche et il ya des contes et épopées, serait parmi les plus anciennes au monde. L’Inde a 22 langues et deux langues dites nationales, une grande quantité de travail a été réalisé dans ces différentes langues au cours du temps. Les formes orales et écrites sont aussi importantes que les autres.

Traditionnelle littérature hindoue est une partie importante de la culture indienne. Ainsi, hormis les Védas sont les textes sacrés ainsi que d’un corps de connaissances, l’Inde a produit épopées comme le Ramayana et le Mahabharata, des traités comme l’architecture ou encore traités comme des Vaastuśhâstra Arthashastra la science politique».


Théâtre de dévotion hindoue, la poésie et les chansons se retrouvent partout dans le subcontinent indien. Parmi les œuvres les plus célèbres sont ceux de Kalidasa, poète et dramaturge de la fin du IVe siècle, ou Tulsi Das, poète et philosophe du XVIe siècle, auteur de Râmcharitmânas, une épopée à la gloire de Rama.

Notez l’existence d’une littérature classique, composée dans une des langues classiques de l’Inde (le sanskrit et tamoul classique, etc.), Préservé et transmis à travers plusieurs siècles (ou millénaires), généralement dans le contexte d’une situation de diglossie, où coexistent une langue apprise et vernaculaire.

Littérature en sanskrit

Les oeuvres les plus célèbres sont les écritures hindoues (Védas, les Upanishads, la Mânavadharmaśhâstra) mais aussi des grandes épopées (Ramayana et le Mahabharata).

C’est le grammairien Panini qui se sont installés, dans son Ashthâdhyâyî traité, les règles de la grammaire, la phonétique et la phonologie du sanskrit, et avant le début de l’ère chrétienne.

Kalidasa est considéré comme le Shakespeare du sanskrit, a écrit des pièces très célèbres comme Râghuvamśha ou Shakuntala.

On peut également citer les œuvres de dramaturges Shûdraka (Mrichhakatikâ) Bhasa (Pancharâtra, Pratimânâtaka, Svapnavâ-savadattâ) et King Harshavardhana (Ratnavale). Autres œuvres célèbres ont également été écrites en sanskrit comme le Kama Sutra de Vatsyayana, les traités sur l’art de politique (Chânakyanîtishâstra, Vriddhachânakya …) du ou des Chanakya fameux traité d’hippologie (Ashvavaidyaka) de Jayadatta.

Littérature prâkrit

Prâkrit le plus célèbre est le niveau dans lequel ont été écrits de nombreux ouvrages tels que les écrits religieux ou philosophiques, y compris les bouddhistes, la poésie ou des traités sur la grammaire.

Cependant, les suttas (équivalent sutras mot sanskrit) du canon pâli du bouddhisme sont pas des œuvres de la littérature comme nous l’entendons aujourd’hui, ces suttas sont en effet des discours qui ont été transmis oralement pendant plusieurs centaines d’années avant d’être sur papier (voir aussi le article sur les textes du bouddhisme).

Punjabi la littérature

Il a fallu attendre le milieu du XVIe siècle que la littérature en punjabi, textes religious.These essentiellement, souvent écrits sous la forme de questions / réponses sont appelés Janamsâkhî et sont surtout des biographies de Guru Nanak à un large public.

Au fil des années, les écrivains se sont éloignés de sujets punjabi religieuses pour se concentrer sur la narration des guerriers sikhs épopées des histoires, des fables et des histoires.

La littérature tamoule classique

Le tamoul est considérée (du sanskrit) comme deuxième langue classique de l’Inde. Le gouvernement de l’Inde a également, en 2004, d’accorder le statut officiel de «langue classique».Il a une riche littérature qui ne peut malheureusement pas déterminé avec précision, les feuilles de palmier sur lequel il a été transmis (par copies successives) ne peut pas survivre plus de 300 ans dans les conditions climatiques du Sud de l’Inde. Certains prétendent que la littérature tamoule remonte à plus de 2500 ans, mais les seules choses qui peuvent être datées avec précision sont les traces.It épigraphique est également souvent avancé que les premiers travaux est un traité sur la grammaire et la poétique, la Tolkāppiyam (attribué à Tolkāppiyaṉār), mais il est possible que le Tolkāppiyam que nous avons aujourd’hui est l’aboutissement d’un processus d’accrétion, où des pièces réalisées par des auteurs différents ont été regroupés dans un éditeur de finale.

L’âge d’or de cette littérature, en particulier la poésie, est sans doute entre le i et le quatrième siècle, mais elle est peu connue avec certitude. Une histoire du personnage légendaire, qui est dans l’introduction de commenter les Akapporuḷ Kaḷaviyal ENRA Iṟaiyaṉār dit que les poètes se sont rencontrés à académies appelé caṅkam (prononcé ‘Sangam’). C’est pourquoi aujourd’hui est souvent appelé la littérature tamoule classique, appelée ‘La littérature de l’Sangam’. Les textes qui le composent sont non-religieux d’inspiration pour la plupart. Ils ont été rassemblés dans des anthologies à ce jour mal défini.Ces anthologies ont été eux-mêmes regroupés en un super-anthologie, qui est appelé Tokai Eṭṭut ‘Les huit livres.’ Dans la même veine inclure également d’autres combinaisons telles que les travaux Pattup Pattu «Dix (longs) chansons’ et Patiṉeṇ Kīḻkkaṇakku, une collection de 18 œuvres, le plus célèbre est la Coural.

Il a fallu attendre le sixième siècle de la littérature a été inspirée par la religion, notamment à travers le culte de Shiva ou Vishnu.

Bibliographie

Voir «littérature indienne» sur Wikisource.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles