Littérature jeunesse crpe

> > Littérature jeunesse crpe ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Le concours de professeur des écoles (CRPE) est un concours du ministère français de l’Education de recruter des enseignants pour les écoles.

1. Historical

Avant la création des maîtres IUFM du premier degré ont été formés dans les écoles normales. Les écoles normales ont été établies par les départements, comme le premier nom, créée à Strasbourg en 1810. Ils sont une trentaine en 1831 et 73 en 1835 Il a fallu attendre 1831 que s’ouvre la première «normal» pour la formation des enseignants travaillant dans les écoles maternelles, l’ancêtre de la pépinière, (créé par JM Denys Cochin) et 1847 pour l’établissement par Salvandy, l’École Normale de salles d’asile.

En Janvier 1884, l’École normale pour les enseignants a été chargé d’assurer le recrutement des enseignants ‘non seulement pour l’école primaire mais aussi pour les écoles maternelles et classes enfantines.’ Pour permettre aux collèges de former les enseignants des écoles maternelles, le décret de Janvier 1887 à établir un annex.On maternelle à la même date, des instructions précises ont été données concernant les matériaux locaux, le mobilier et l’enseignement. Il a noté en particulier la disparition des gradins, l’apparition de tables ovales, des chaises, des jeux de hauteur individuelles adaptées, jouets, etc.Le décret de Janvier 1887, observée jusqu’en 1940, organisée en détail la création de l’Ecole Normale: Sous l’autorité des présidents, il a un internat gratuit, offre une formation en trois ans (couronnée par le brevet supérieur). Le décret établit le régime de discipline interne et les institutions.

Un décret de Juillet 1921 modifie le statut des enseignants dans les écoles maternelles et classes enfantines. Leur temps de service et des congés étaient maintenant alignés avec leurs collègues de l’élémentaire school.Moreover, le décret a déclaré que les enseignants qui ont reçu le mot «pédagogie des sciences de la maternelle, les garderies, la santé et appliquée aux services de garde et d’hygiène’ au brevet supérieur sera désigné de préférence à tous les autres candidats, que les enseignants de la maternelle. Le texte a également déclaré qu’une femme de service doit être joint à toute une classe maternelle et infantile.

L’Etat a imposé aux ministères d’avoir une école normale pour les garçons et les filles. Ces écoles ont été le «Séminaire de la laïcité,’ écoles ‘hussards noirs de la République’. Il n’est pas surprenant que les Français ont construit autour d’endossement de Philippe Pétain des craintes du comte de Falloux, et décrété la fermeture de ces établissements de formation marqués par leur esprit de libre arbitre.Le communiqué sera de restaurer les écoles normales, mais avec de nouvelles formes de operation.However, à la veille de 1968, la formation initiale des enseignants est encore en très peu près identique à ce qu’elle était d’un demi-siècle plus tôt.

Pourtant, les développements ont eu lieu: quatre années de scolarité et de la préparation du diplôme au cours des années d’École normale, l’accès aux diplômés de bénéficier de deux années de formation professionnelle et, plus tard, le mélange et la disparition de la stagiaire. Le système de recrutement à des vitesses différentes trouverez une extension à la maison faites ici et là des enseignants connu comme ‘suppléant’ ou ‘substitut’ recrutés pour les besoins du moment. Formation sur la diversité se terminera en 1979, lorsque le législateur impose une formation de trois ans pour les étudiants, y compris la préparation des enseignants comme un diplôme (BAC 2) dit «primaire» et fait «unité de formation’ académique dans la nature pour certains, toujours dans le Ainsi les écoles normales de l’entrée officielle dans l’enseignement supérieur dans la formation des enseignants du premier degré dans les 1979.But DEUG est prévue pour bientôt comme une impasse réelle, conduisant à un manque d’une licence appropriée. La promotion 1984 vient à DEUG indifférencié jugé plus approprié.En fait, entre 1979 et 1985 il y aura douze appareils différents dans la formation initiale, il a été durant cette période, sous réserve de 38 textes officiels successifs.

Né en 1985 post-recrutement DEUG avec une formation professionnelle en deux ans, toujours livrés dans les écoles. Puis avec la loi de 1989, l’organisation du cycle de l’école primaire, les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), les institutions académiques, remplacera les écoles du comté normale. IUFM sont chargés au début de 1990, de former tous les enseignants des degrés première et la seconde, tous les diplômés recrutés.

Ils ont été créés après la loi-cadre de 10 Juillet 1989 qui a soulevé la règle de recrutement au même niveau d’études primaires et secondaires pour les schools.Three IUFM ont été introduits sur une base expérimentale pour l’année scolaire 1990-1991 à Grenoble, Lille et Reims . En Septembre 1991, la formule a été généralisée.

Les enseignants et les enseignants sont des fonctionnaires de l’Etat. Leur recrutement est compétitif et nécessite quelques conditions (être un citoyen français, être âgés de moins de 45 ans).

Si les collèges dernier sorti la formation des enseignants avait été admis tout en maintenant un DEUG, et après l’obtention d’un concours, combinant à la fois les connaissances générales et l’enseignement des futurs enseignants sont désormais admis à l’IUFM après avoir obtenu une licence (BAC 3), uniquement pour poursuivre des études au-delà des première année vient d’une compétition.

Temps d’écoles normales, la compétition a eu lieu avant la première année. Elle se composait de huit épreuves dont quatre obligatoires d’admissibilité et quatre pour admission.Each d’entre eux, un coefficient a été trouvée entre 0 et 20, rien de moins que ou égal à 5 ​​sur 20 étant éliminé.

– Littérature et en français, en se référant à deux ouvrages de littérature et de définir les questions de l’analyse littéraire, les questions d’analyse et de compréhension du français.

– Mathématiques, en utilisant une bonne maîtrise des règles standard de calcul algébrique et les chiffres les plus courants géométriques, ainsi que la connaissance des fonctions simples d’une variable (intervalles fonction linéaire, exponentielle, logarithmique, deux variables) et l’étude de la limite de certains phénomènes ( arithmétique et géométrique, périmètre et aire du disque, etc.)

L’entrée était également basée sur quatre événements (le candidat avait également choisir de doubler le coefficient de l’un d’eux, sauf pour l’entretien, automatiquement le coefficient 3):

– Musique avec un test pratique (voix ou instrument) et l’établissement d’un record de quatre œuvres, dont l’un serait une présentation (étude de l’œuvre: le corps, instruments de musique, voix, etc.)

Une épreuve facultative a été possible en cas d’admissibilité. Elle comprenait une traduction (sans dictionnaire) d’un texte dans une langue étrangère (une ou deux langues offertes par les académies).

Formation en IUFM n’est pas placé au-dessus de l’entrée du concours, mais après la première année. Enseignants stagiaires de première année avaient le statut des étudiants, ils ont préparé le concours pour les probationnaires. Le concours comprenait six épreuves obligatoires de deux et quatre d’éligibilité pour l’admission. Des tests pour évaluer les compétences des candidats dans les deux scientifiques et professionnelles. Notez que cette première année n’était pas obligatoire, il pourrait présenter la compétition sans avoir suivi. Chacun d’entre eux, touchés de son coefficient est graduée de 0 à 20.Any score inférieur ou égal à 5 ​​sur 20 tests d’éligibilité et le test d’admission a été éliminé.

– En français (coefficient 4), le candidat a écrit un résumé de textes et documents relatifs à l’acquisition et l’enseignement de la langue française. Il répondait à une question de grammaire ou de vocabulaire. Face à des matériaux d’enseignement, il apparaît une compréhension des objectifs et programmes de la petite section au CM2.

– Deuxième option: l’étudiant choisit entre les arts visuels (production) ou une musique orale et les langues étrangères modernes (appartenant à la Communauté européenne ou enseigné à l’université).

Une épreuve facultative a été possible en cas d’admissibilité. Elle comprenait une traduction (sans dictionnaire) d’un texte dans une langue étrangère à l’extension régionale limitée (breton, alsacien, catalan ,…) ou les populations immigrées présentes dans l’académie concernée.

La formation des futurs enseignants a été organisée dans le schools.It duré deux ans et a été une formation professionnelle. Cette formation a été l’objet d’une évaluation en vertu de la moitié de contrôle continu pour un quart de la responsabilité cours d’évaluation et finale pour un quart de contrôle terminal écrit et oral. Tenure venu au moment de prendre le premier message réel. La formation des futurs enseignants est divisé en deux parties.La première année a été ouvert à toute licence, les participants avaient le statut d’étudiants et de préparation pour le concours.

Tenure venu à la sortie de l’IUFM. Elle a abouti à l’entrée dans la fonction publique, avec des droits mais aussi des devoirs. Les enseignants ont été nommés dans un département de la formation de l’Académie.

Stages de tutelle a consisté en une ligne progressiste de la classe après une période d’observation. Elles ont eu lieu aussi loin que possible dans des classes d’applications. Ces cours ont été au nombre de trois. Deux d’entre eux ont eu lieu durant la première année de training.They concernés au niveau d’un CP, CE niveaux / CM pour l’autre, chacun de ces cours a duré trois semaines. Un troisième cours a été tenue en tutelle pendant la deuxième année de formation, il s’agissait de la maternelle et a duré deux semaines.

Stages de responsabilité de clôture à la fin de la deuxième année de formation. Ils ont permis au futur enseignant d’exercer pleinement les responsabilités de sa future profession. Le cours a duré huit semaines et a eu lieu dans une classe. Le stagiaire est suivi par un formateur international (FMI) instituteurmaître, une conseillère pédagogique et inspectées par l’inspecteur de circonscription.

Les cours ont été divisés le long des deux ans et ont été ajustés en fonction des cours personnalisés. Après une observation attentive des activités menées par le maître formateur, les stagiaires ont été amenés progressivement à conduire la classe. Ce type de stage a pris le nom de ‘tutelle’. Il participent souvent deux ou trois élèves à la fois, ce qui a facilité les rôles alternatifs (action-observation), l’analyse collective des pratiques et de formation dans teamwork.The conseillère a aidé les élèves à définir clairement les objectifs et les moyens à utiliser. Dans des interviews il a évalué les résultats avec eux. La première année a eu cinq semaines de formation, mais comme spécifié dans la section 2.2, la première année n’était pas obligatoire, la concurrence pourrait être introduite sans avoir suivi.

Stages de responsabilité a eu lieu dans la deuxième année. Ils permettent à l’étudiant d’exercer les responsabilités de son total en carrière future. Le conseiller principal et l’école a permis à l’étudiant de s’intégrer dans l’équipe éducative. Un maître formateur est venu visiter régulièrement, analysé les difficultés et souligné les domaines à améliorer. Dans la deuxième année il y avait douze semaines de formation (312 heures).

– Théorie pédagogique générale et la pratique (la philosophie et la sociologie de l’éducation, pédagogie générale, l’adaptation et l’éducation inclusive, l’éducation des enfants étrangers, préscolaire stage maternelle, PC stage, stage CE / CM, la responsabilité de la borne de scène)

– Une discipline scientifique, méthodologique et didactique (français, mathématiques, sciences et technologie, histoiregéographie-éducation civique, éducation physique, éducation artistique)

– Formation dans le rôle administratif et social de l’enseignant (connaissances de l’éducation, l’éthique de la profession d’enseignant, les prestations sociales, économiques et culturelles en milieu d’année, la sensibilisation des activités éducatives complémentaires de l’école et la formation des adultes)

IUFM dans la distribution et le contenu sont différents. Dans la première année d’enseignement a été confrontée à la concurrence: les événements disciplinaires, académiques et professionnelles épreuve orale facultative. L’enseignement général comprend une partie commune (10%) à tous les enseignants (de base). Stage d’observation dans les écoles assuré l’alternance entre théorie et pratique.

Dans la deuxième année de formation comprenait des cours de formation générale, d’autres disciplines des matières à option, des modules, des séminaires, le soutien à la création de rapports professionnels.L’enseignement général et de la discipline axée sur les matières enseignées à l’école primaire, l’enseignement général a présenté le fonctionnement du système éducatif et les différents styles d’apprentissage. L’importance des stages ont une responsabilité particulière dans cette deuxième année un caractère hautement professionnel. A la fin de l’année, l’évaluation finale a permis d’émettre la certification des étudiants.

– La formation disciplinaire (français, mathématiques, éducation physique, histoire, géographie, biologie, géologie, physique, technologie, art, musique, langues, pour un total de 414 heures dans la première année sous la forme de modules à choisir parmi les disciplines école primaire pour un total de 1087 heures en deuxième année).

– Croix-formation (philosophie de l’enseignement, la connaissance de l’enfant, l’éducation générale, éducation à la citoyenneté et de la technologie éducative pour la première année, le SIA / CEFISEM, la connaissance du milieu éducatif et la pratique, la philosophie de l’éducation et la technologie éducative pour la deuxième année).

Période au cours de l’école normale ont été fournies uniquement par des professeurs certifiés ou associés. En IUFM, les cours ont été dispensés conjointement par des professeurs certifiés ou attaché à associer le centre et les enseignants-chercheurs (professeurs d’université ou maîtres de conférences).L’un d’eux, le coordinateur, a assuré l’équilibre de la formation et des stages de surveillance. Conseillers en éducation a organisé la formation des enseignants dans les salles de classe formateurs et enseignants.

Avant 2010

Jusqu’en 2010, le PERC est souvent précédée par une année préparatoire déménagé à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM), pour lequel il y avait un processus de sélection qui peuvent différer d’une académie à l’autre: dans certaines académies, a également eu à passer un examen d’entrée qui comprend généralement un choix multiple sur les sujets les plus importants (mathématiques, français, sciences, histoire et géographie, etc.) dans les autres académies, la sélection a été faite bureau (diplôme universitaire, expérience de travail avec les enfants, etc.)

Il y avait trois épreuves écrites d’admissibilité qui a cherché à juger les compétences théoriques et pédagogiques du candidat en français, en mathématiques et, Géographie Histoire et sciences expérimentales. Pour ce dernier test les candidats avaient à choisir entre les deux composantes qui seraient majeures et mineures qui.

Les épreuves d’admission comprenait trois entretiens pour juger les compétences du candidat dans le sport, les langues étrangères et le point de vue professionnel.Le dernier événement comprenait, en outre, un composant optionnel sur la musique, les arts visuels et la littérature pour enfants et en soulignant les compétences spécifiques et l’enseignement de la candidate.

Pour les gagnants, un stage d’un an a été divisé entre l’enseignement et de formation à l’IUFM (PE2). La formation de cette année a donné lieu à une évaluation sur les deux cours, le rapport professionnel et ce qui est enseigné dans les IUFM. Elle conditionne l’émission de DPPE, écoles diplôme professionnel de professeur et de titularisation.

Bien que la grande majorité des candidats ont été faire une année de plus, habituellement une ou deux fois doublé dans les IUFM pour préparer le concours (PE1), seule la licence de niveau (bac 3) a été officiellement requise jusqu’en 2010 passer. Des exceptions ont été et sont possibles pour les parents de plus de trois enfants et les athlètes.

De 2010 à 2011

Les règles du concours ont été modifiées en 2010. Un Maître et nouvelles certifications sont désormais requis pour le PERC les exceptions ci-dessus.

Il ya plus, dans les IUFM, année de la préparation de concours (PE1) ou des années d’écoles professionnelles post-concours IUFM (PE2). Sont devenus internes aux universités offrant degré ante des programmes de compétition de niveau master (bac 4 et le bac 5).Ces formations ont des noms différents et offrent le même contenu ou aux conditions de qualification selon l’Académie et l’Université de l’attachement.

1. Historical

Avant la création des maîtres IUFM du premier degré ont été formés dans les écoles normales. Les écoles normales ont été établies par les départements, comme le premier nom, créée à Strasbourg en 1810. Ils sont une trentaine en 1831 et 73 en 1835 Il a fallu attendre 1831 que s’ouvre la première «normal» pour la formation des enseignants travaillant dans les écoles maternelles, l’ancêtre de la pépinière, (créé par JM Denys Cochin) et 1847 pour l’établissement par Salvandy, l’École Normale de salles d’asile.

En Janvier 1884, l’École normale pour les enseignants a été chargé d’assurer le recrutement des enseignants ‘non seulement pour l’école primaire mais aussi pour les écoles maternelles et classes enfantines.’ Afin de permettre aux collèges de former les enseignants des écoles maternelles, le décret de Janvier 1887 à mettre en place une école maternelle annexe. À la même date, des instructions précises ont été données concernant les locaux, le mobilier et le matériel didactique. Il a noté en particulier la disparition des gradins, l’apparition de tables ovales, des chaises, des jeux de hauteur individuelles adaptées, jouets, etc.Le décret de Janvier 1887, observée jusqu’en 1940, organisée en détail la création de l’Ecole Normale: Sous l’autorité des présidents, il a un internat gratuit, offre une formation en trois ans (couronnée par le brevet supérieur). Le décret établit le régime de discipline interne et les institutions.

Un décret de Juillet 1921 modifie le statut des enseignants dans les écoles maternelles et classes enfantines. Leur temps de service et des congés étaient maintenant alignés avec leurs collègues de l’élémentaire school.Moreover, le décret a déclaré que les enseignants qui ont reçu le mot «pédagogie des sciences de la maternelle, les garderies, la santé et appliquée aux services de garde et d’hygiène’ au brevet supérieur sera désigné de préférence à tous les autres candidats, que les enseignants de la maternelle. Le texte a également déclaré qu’une femme de service doit être joint à toute une classe maternelle et infantile.

L’Etat a imposé aux ministères d’avoir une école normale pour les garçons et les filles. Ces écoles ont été le «Séminaire de la laïcité,’ écoles ‘hussards noirs de la République’. Il n’est pas surprenant que les Français ont construit autour d’endossement de Philippe Pétain des craintes du comte de Falloux, et décrété la fermeture de ces établissements de formation marqués par leur esprit de libre arbitre.Le communiqué sera de restaurer les écoles normales, mais avec de nouvelles formes de operation.However, à la veille de 1968, la formation initiale des enseignants est encore en très peu près identique à ce qu’elle était d’un demi-siècle plus tôt.

Pourtant, les développements ont eu lieu: quatre années de scolarité et de la préparation du diplôme au cours des années d’École normale, l’accès aux diplômés de bénéficier de deux années de formation professionnelle et, plus tard, le mélange et la disparition de la stagiaire. Le système de recrutement à des vitesses différentes trouverez une extension à la maison faites ici et là des enseignants connu comme ‘suppléant’ ou ‘substitut’ recrutés pour les besoins du moment. Formation sur la diversité se terminera en 1979, lorsque le législateur impose une formation de trois ans pour les étudiants, y compris la préparation des enseignants comme un diplôme (BAC 2) dit «primaire» et fait «unité de formation’ académique dans la nature pour certains, toujours dans le Ainsi les écoles normales de l’entrée officielle dans l’enseignement supérieur dans la formation des enseignants du premier degré dans les 1979.But DEUG est prévue pour bientôt comme une impasse réelle, conduisant à un manque d’une licence appropriée. La promotion 1984 vient à DEUG indifférencié jugé plus approprié.En fait, entre 1979 et 1985 il y aura douze appareils différents dans la formation initiale, il a été durant cette période, sous réserve de 38 textes officiels successifs.

Né en 1985 post-recrutement DEUG avec une formation professionnelle en deux ans, toujours livrés dans les écoles. Puis avec la loi de 1989, l’organisation du cycle de l’école primaire, les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM), les institutions académiques, remplacera les écoles du comté normale. IUFM sont chargés au début de 1990, de former tous les enseignants des degrés première et la seconde, tous les diplômés recrutés.

Ils ont été créés après la loi-cadre de 10 Juillet 1989 qui a soulevé la règle de recrutement au même niveau d’études primaires et secondaires pour les schools.Three IUFM ont été introduits sur une base expérimentale pour l’année scolaire 1990-1991 à Grenoble, Lille et Reims . En Septembre 1991, la formule a été généralisée.

Les enseignants et les enseignants sont des fonctionnaires de l’Etat. Leur recrutement est compétitif et nécessite quelques conditions (être un citoyen français, être âgés de moins de 45 ans).

Si les collèges dernier sorti la formation des enseignants avait été admis tout en maintenant un DEUG, et après l’obtention d’un concours, combinant à la fois les connaissances générales et l’enseignement des futurs enseignants sont désormais admis à l’IUFM après avoir obtenu une licence (BAC 3), uniquement pour poursuivre des études au-delà des première année vient d’une compétition.

Temps d’écoles normales, la compétition a eu lieu avant la première année. Elle se composait de huit épreuves dont quatre obligatoires d’admissibilité et quatre pour admission.Each d’entre eux, un coefficient a été trouvée entre 0 et 20, rien de moins que ou égal à 5 ​​sur 20 étant éliminé.

– Littérature et en français, en se référant à deux ouvrages de littérature et de définir les questions de l’analyse littéraire, les questions d’analyse et de compréhension du français.

– Mathématiques, en utilisant une bonne maîtrise des règles standard de calcul algébrique et les chiffres les plus courants géométriques, ainsi que la connaissance des fonctions simples d’une variable (intervalles fonction linéaire, exponentielle, logarithmique, deux variables) et l’étude de la limite de certains phénomènes ( arithmétique et géométrique, périmètre et aire du disque, etc.)

L’entrée était également basée sur quatre événements (le candidat avait également choisir de doubler le coefficient de l’un d’eux, sauf pour l’entretien, automatiquement le coefficient 3):

– Musique avec un test pratique (voix ou instrument) et l’établissement d’un record de quatre œuvres, dont l’un serait une présentation (étude de l’œuvre: le corps, instruments de musique, voix, etc.)

Une épreuve facultative a été possible en cas d’admissibilité. Elle comprenait une traduction (sans dictionnaire) d’un texte dans une langue étrangère (une ou deux langues offertes par les académies).

Formation en IUFM n’est pas placé au-dessus de l’entrée du concours, mais après la première année. Enseignants stagiaires de première année avaient le statut des étudiants, ils ont préparé le concours pour les probationnaires. Le concours comprenait six épreuves obligatoires de deux et quatre d’éligibilité pour l’admission. Des tests pour évaluer les compétences des candidats dans les deux scientifiques et professionnelles. Notez que cette première année n’était pas obligatoire, il pourrait présenter la compétition sans avoir suivi. Chacun d’entre eux, touchés de son coefficient est graduée de 0 à 20.Any score inférieur ou égal à 5 ​​sur 20 tests d’éligibilité et le test d’admission a été éliminé.

– En français (coefficient 4), le candidat a écrit un résumé de textes et documents relatifs à l’acquisition et l’enseignement de la langue française. Il répondait à une question de grammaire ou de vocabulaire. Face à des matériaux d’enseignement, il apparaît une compréhension des objectifs et programmes de la petite section au CM2.

– Deuxième option: l’étudiant choisit entre les arts visuels (production) ou une musique orale et les langues étrangères modernes (appartenant à la Communauté européenne ou enseigné à l’université).

Une épreuve facultative a été possible en cas d’admissibilité. Elle comprenait une traduction (sans dictionnaire) d’un texte dans une langue étrangère à l’extension régionale limitée (breton, alsacien, catalan ,…) ou les populations immigrées présentes dans l’académie concernée.

La formation des futurs enseignants a été organisée dans le schools.It duré deux ans et a été une formation professionnelle. Cette formation a été l’objet d’une évaluation en vertu de la moitié de contrôle continu pour un quart de la responsabilité cours d’évaluation et finale pour un quart de contrôle terminal écrit et oral. Tenure venu au moment de prendre le premier message réel. La formation des futurs enseignants est divisé en deux parties.La première année a été ouvert à toute licence, les participants avaient le statut d’étudiants et de préparation pour le concours.

Tenure venu à la sortie de l’IUFM. Elle a abouti à l’entrée dans la fonction publique, avec des droits mais aussi des devoirs. Les enseignants ont été nommés dans un département de la formation de l’Académie.

Stages de tutelle a consisté en une ligne progressiste de la classe après une période d’observation. Elles ont eu lieu aussi loin que possible dans des classes d’applications. Ces cours ont été au nombre de trois. Deux d’entre eux ont eu lieu durant la première année de training.They concernés au niveau d’un CP, CE niveaux / CM pour l’autre, chacun de ces cours a duré trois semaines. Un troisième cours a été tenue en tutelle pendant la deuxième année de formation, il s’agissait de la maternelle et a duré deux semaines.

Stages de responsabilité de clôture à la fin de la deuxième année de formation. Ils ont permis au futur enseignant d’exercer pleinement les responsabilités de sa future profession. Le cours a duré huit semaines et a eu lieu dans une classe. Le stagiaire est suivi par un formateur international (FMI) instituteurmaître, une conseillère pédagogique et inspectées par l’inspecteur de circonscription.

Les cours ont été divisés le long des deux ans et ont été ajustés en fonction des cours personnalisés. Après une observation attentive des activités menées par le maître formateur, les stagiaires ont été amenés progressivement à conduire la classe. Ce type de stage a pris le nom de ‘tutelle’. Il participent souvent deux ou trois élèves à la fois, ce qui a facilité les rôles alternatifs (action-observation), l’analyse collective des pratiques et de formation dans teamwork.The conseillère a aidé les élèves à définir clairement les objectifs et les moyens à utiliser. Dans des interviews il a évalué les résultats avec eux. La première année a eu cinq semaines de formation, mais comme spécifié dans la section 2.2, la première année n’était pas obligatoire, la concurrence pourrait être introduite sans avoir suivi.

Stages de responsabilité a eu lieu dans la deuxième année. Ils permettent à l’étudiant d’exercer les responsabilités de son total en carrière future. Le conseiller principal et l’école a permis à l’étudiant de s’intégrer dans l’équipe éducative. Un maître formateur est venu visiter régulièrement, analysé les difficultés et souligné les domaines à améliorer. Dans la deuxième année il y avait douze semaines de formation (312 heures).

– Théorie pédagogique générale et la pratique (la philosophie et la sociologie de l’éducation, pédagogie générale, l’adaptation et l’éducation inclusive, l’éducation des enfants étrangers, préscolaire stage maternelle, PC stage, stage CE / CM, la responsabilité de la borne de scène)

– Une discipline scientifique, méthodologique et didactique (français, mathématiques, sciences et technologie, histoiregéographie-éducation civique, éducation physique, éducation artistique)

– Formation dans le rôle administratif et social de l’enseignant (connaissances de l’éducation, l’éthique de la profession d’enseignant, les prestations sociales, économiques et culturelles en milieu d’année, la sensibilisation des activités éducatives complémentaires de l’école et la formation des adultes)

IUFM dans la distribution et le contenu sont différents. Dans la première année d’enseignement a été confrontée à la concurrence: les événements disciplinaires, académiques et professionnelles épreuve orale facultative. L’enseignement général comprend une partie commune (10%) à tous les enseignants (de base). Stage d’observation dans les écoles assuré l’alternance entre théorie et pratique.

Dans la deuxième année de formation comprenait des cours de formation générale, d’autres disciplines des matières à option, des modules, des séminaires, le soutien à la création de rapports professionnels.L’enseignement général et de la discipline axée sur les matières enseignées à l’école primaire, l’enseignement général a présenté le fonctionnement du système éducatif et les différents styles d’apprentissage. L’importance des stages ont une responsabilité particulière dans cette deuxième année un caractère hautement professionnel. A la fin de l’année, l’évaluation finale a permis d’émettre la certification des étudiants.

– La formation disciplinaire (français, mathématiques, éducation physique, histoire, géographie, biologie, géologie, physique, technologie, art, musique, langues, pour un total de 414 heures dans la première année sous la forme de modules à choisir parmi les disciplines école primaire pour un total de 1087 heures en deuxième année).

– Croix-formation (philosophie de l’enseignement, la connaissance de l’enfant, l’éducation générale, éducation à la citoyenneté et de la technologie éducative pour la première année, le SIA / CEFISEM, la connaissance du milieu éducatif et la pratique, la philosophie de l’éducation et la technologie éducative pour la deuxième année).

Période au cours de l’école normale ont été fournies uniquement par des professeurs certifiés ou associés. En IUFM, les cours ont été dispensés conjointement par des professeurs certifiés ou attaché à associer le centre et les enseignants-chercheurs (professeurs d’université ou maîtres de conférences).L’un d’eux, le coordinateur, a assuré l’équilibre de la formation et des stages de surveillance. Conseillers en éducation a organisé la formation des enseignants dans les salles de classe formateurs et enseignants.

Avant 2010

Jusqu’en 2010, le PERC est souvent précédée par une année préparatoire déménagé à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres (IUFM), pour lequel il y avait un processus de sélection qui peuvent différer d’une académie à l’autre: dans certaines académies, a également eu à passer un examen d’entrée qui comprend généralement un choix multiple sur les sujets les plus importants (mathématiques, français, sciences, histoire et géographie, etc.) dans les autres académies, la sélection a été faite bureau (diplôme universitaire, expérience de travail avec les enfants, etc.)

Il y avait trois épreuves écrites d’admissibilité qui a cherché à juger les compétences théoriques et pédagogiques du candidat en français, en mathématiques et, Géographie Histoire et sciences expérimentales. Pour ce dernier test les candidats avaient à choisir entre les deux composantes qui seraient majeures et mineures qui.

Les épreuves d’admission comprenait trois entretiens pour juger les compétences du candidat dans le sport, les langues étrangères et le point de vue professionnel.Le dernier événement comprenait, en outre, un composant optionnel sur la musique, les arts visuels et la littérature pour enfants et en soulignant les compétences spécifiques et l’enseignement de la candidate.

Pour les gagnants, un stage d’un an a été divisé entre l’enseignement et de formation à l’IUFM (PE2). La formation de cette année a donné lieu à une évaluation sur les deux cours, le rapport professionnel et ce qui est enseigné dans les IUFM. Elle conditionne l’émission de DPPE, écoles diplôme professionnel de professeur et de titularisation.

Bien que la grande majorité des candidats ont été faire une année de plus, habituellement une ou deux fois doublé dans les IUFM pour préparer le concours (PE1), seule la licence de niveau (bac 3) a été officiellement requise jusqu’en 2010 passer. Des exceptions ont été et sont possibles pour les parents de plus de trois enfants et les athlètes.

De 2010 à 2011

Les règles du concours ont été modifiées en 2010. Un Maître et nouvelles certifications sont désormais requis pour le PERC les exceptions ci-dessus.

Il ya plus, dans les IUFM, année de la préparation de concours (PE1) ou des années d’écoles professionnelles post-concours IUFM (PE2). Sont devenus internes aux universités offrant degré ante des programmes de compétition de niveau master (bac 4 et le bac 5).Ces formations ont des noms différents et offrent le même contenu ou aux conditions de qualification selon l’Académie et l’Université de l’attachement.

Organisation du concours

Les certificats et attestations en plus de la maîtrise des préalables

← Article précédent: Littérature japonaise Article suivant: Littérature sous sol


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site