➔ LITTÉRATURE

Littérature arabe contemporaine

> > Littérature arabe contemporaine ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 2 octobre 2014


La littérature arabe de tous les écrits (prose et vers) écrit en arabe. Ceci n’inclut pas les œuvres écrites avec l’alphabet arabe utilisé pour transcrire une langue comme c’est le cas avec le persan ou l’ourdou. Le terme arabe utilisé pour se référer à la littérature est adab qui est dérivé d’un mot signifiant ‘pour inviter quelqu’un à un repas» et qui porte les idées de politesse, de culture et d’enrichissement.

La littérature arabe a émergé dans le sixième siècle. Témoignage précédent sont seulement des fragments de la langue écrite. Il est le Coran, au VIIe siècle qui a eu l’influence la plus durable sur la culture arabe et la littérature.

Fiction littéraire

Il ya relativement peu de la prose de fiction dans la littérature arabe, bien que beaucoup de non-fiction travaux comprennent des histoires courtes. Une grande proportion d’entre eux ont probablement été fabriquées ou embellis. Le manque de complète des œuvres de fiction est en partie due à la distinction entre un Fusha-, l’apprentissage des langues, et al-ammiyyah, les écrivains populaires language.Some ont essayé d’écrire des ouvrages en langue populaire, mais on a estimé que cette littérature était de fournir objectifs mieux et plus précis, c’est-à-dire être plus instructif que d’avoir un seul but ludique.Cette opinion n’a pas fini le rôle traditionnel de «hakawati» ou conteurs qui ont continué à raconter les épisodes divertissants ouvrages pédagogiques et les fables et les contes populaires qui ne sont pas habituellement enregistrées par l’écriture.

Tales of Arabian Nights, qui sont parmi les plus populaires de la littérature arabe et ont toujours un impact significatif sur les idées que les non-Arabes dans la culture arabe, constituent cependant une exception à l’absence de fiction. Bien que considéré comme d’origine arabe, ils ont été réellement développé à partir œuvres persanes, et l’histoire elle-même peut avoir des racines dans les histoires d’Aladin India.The et la lampe merveilleuse et Ali Baba et les quarante voleurs sont de bons exemples du manque de fiction en prose populaire dans arabe. Habituellement considéré comme des épisodes de Les Mille et Une Nuits, ils n’appartiennent pas dans les contes originaux. Là, ils ont été inclus pour la première fois dans la traduction française des histoires par Antoine Galland, qui avait entendu de la bouche d’un conteur traditionnel. Auparavant, ils existaient dans les manuscrits arabes incomplets. Un autre personnage haut en couleur dans la littérature de fiction arabe, Sinbad est bon, il, les Mille et Une Nuits.

Les Mille et Une Nuits sont généralement stockées dans le genre de l’épopée de la littérature arabe, avec de nombreux autres ouvrages.Ce sont généralement des histoires courtes ou des collections d’épisodes s’enchaînent dans une version simple tale.The longtemps prolongée ont été écrites, pour la plupart relativement tard, après le XIVe siècle, bien que beaucoup d’entre eux ont été collectées sans aucun doute plus tôt et plus d’histoires originales datent probablement de la pré-islamique. Dans ces collections, vous pouvez trouver beaucoup de différents types de récits tels que: fables d’animaux, de proverbes, d’histoires sur le djihad et la propagation de la foi, de contes humoristiques, des contes moraux, et même des histoires traitant des caractéristiques des personnages comme rusés escroc ou farceur Ali Zaybaq Joha.

Le maqam

Le genre (مقامة) Maqamat, une forme intermédiaire de prose rimée, ne dépasse pas seulement l’opposition entre prose et poésie: c’est aussi un moyen terme entre les genres de fiction et non fiction. Outre une série d’histoires courtes sont des fictions tirées de situations réelles, d’autres questions sont considered.A exemple célèbre est le Maqam de musc, qui est présenté comme une comparaison des caractéristiques de saveurs différentes, mais qui est en réalité une satire politique masquée par la comparaison entre plusieurs rois concurrents.Le Maqamat permet également l’utilisation de la doctrine de «Badi» qui implique l’addition intentionnelle de complexes expressions littéraires destinés à montrer la dextérité de la langue de l’écrivain. Al-Hamadan est considéré comme le fondateur de la Maqamat genre et son travail a été repris par Abu Muhammad al-Qasim al-Hariri, le rédacteur en chef d’un Maqamat qui est une étude de l’œuvre d’Al-Hamadan lui-même. Le Maqamat est un genre très populaire de la littérature arabe. Il fut l’un des rares formes qui ont continué à utiliser pendant le déclin de la littérature arabe dans les XVIIe et XVIIIe siècle, et Gibran Khalil Gibran a réinvesti dans le XXe siècle.

La littérature arabe moderne

La Nahda [2]

Dite moderne commence la littérature arabe la littérature avec la Nahda (نهضة). Ce terme, que l’on appelle la Renaissance, qui signifie littéralement l’éveil, l’expansion, vol. Ce mouvement est historiquement déterminée à partir du XIXe siècle. Il supporte la longue agonie de l’Empire ottoman, qui au début du siècle comprend également la plupart du Moyen-Orient et Afrique du Nord. Il est le premier occidental contemporain l’avidité, la France, le Royaume-Uni et l’Italie en compétition pour les provinces de l’Empire qui disparaîtra graduellement jusqu’à ce que finalement démantelé en 1923.Il est la conséquence indirecte de ces deux réformes politiques et religieuses qui ont émergé dans le milieu du XVIIe siècle: celle de Muhammad ibn Abd al-Wahhab (1703-1792), qui prêchait un retour à l’islam primitif, dépouillé d’innovations plus tard dans la neuvième siècle, et celle de la Fraternité des Senoussi (Libye) qui a préconisé, en 1835, la résurrection nationale et a lutté contre les Ottomans d’abord, puis l’éveil Italians.This est le résultat et l’un des moteurs des réformes économiques, sociales et politiques la Sublime Porte a été progressivement contraints de consentir, et ceux qui suivaient la campagne de Napoléon Bonaparte (1798-1801) ont été commencées en Egypte par Muhammad Ali (1805-1839) et poursuivie par Isma’il son petit-fils »(1863-1879) . Enfin, il est au Liban et en Syrie, la conséquence de l’augmentation de l’activité des missionnaires, qui utilisent l’arabe comme leur enseignement et de la propagande, les écoles basées, et militaires, et d’installer les imprimantes. Cette combinaison de facteurs va progressivement transformer les attitudes de sorte que le milieu du siècle émerge au Moyen-Orient ce qu’on a appelé l’intellectuel moderne. C’est la date de milieu du XIXe qui est parfois la Nahda, la renaissance des lettres arabes se produisant à l’époque.Cependant, il est souvent supposé que l’événement qui marque le début est la campagne d’Egypte de Napoléon, comme c’était alors que le monde moderne est son intrusion dans la region.Between 1798 et 1801, Bonaparte va occuper l’Egypte afin de couper la route à l’Inde et les Britanniques pour faire une colonie. L’armée française est défaite gouverneurs mamelouks, et occupé le pays, qui viendra compléter le discrédit sur les anciens dirigeants aux yeux des Arabes. Elle est accompagnée par des techniciens, des administrateurs, des scientifiques, qui excitent la curiosité des oulémas et les introduire à la connaissance occidentale. Le chroniqueur et historien Abd ‘al-Rahman al-jabarti (1753-1825) fournit un précieux témoignage de cette merveille de l’élite, couplée à la réalisation du retard dans leurs pays d’Europe. Le projet de l’armée française ne parvient pas, mais quand ils ont quitté, le ‘ulama’ va tout faire pour empêcher le retour au pouvoir des Mamelouks et d’élire comme gouverneur Muhammad Ali, l’officier albanais de l’armée turque. Ce dernier, priorité militaire est de moderniser l’armée et l’appareil d’Etat. Cependant, il est conscient que la réforme entraîne la formation d’une élite, et donc l’établissement d’une politique d’ouverture pédagogique.À cette fin, il fonda la première imprimerie égyptienne Boulaq, en 1822, ouvre des écoles laïques, primaire et secondaire, et envoie des étudiants boursiers de former en Europe. Ces trois facteurs sont les principaux moteurs du renouveau de la littérature arabe.

Cette renaissance ne fut pas seulement sentir dans le monde arabe mais aussi au-delà, à travers un grand intérêt des Européens pour la traduction d’ouvrages en arabe. Bien que l’utilisation de la langue arabe a été relancé, les tropes de nombreux de la littérature classique qui l’a rendu si complexe et fleuri ont été abandonnés par les auteurs modernes. D’autre part, les formes littéraires occidentales comme le roman ou le roman ont été préférées aux formes traditionnelles de la littérature arabe.

Tout comme le huitième siècle, quand un mouvement de translation de l’ancien grec revitalisation de la littérature arabe, un autre mouvement de traduction de langues occidentales offrira de nouvelles idées et de nouveaux matériaux pour Arabic.An premiers succès fut Le Comte de Monte-Cristo, qui ensuite inspiré une foule de romans historiques sur des thèmes spécifiquement arabe. Rifa’a al-Tahtawi Jabra Ibrahim Jabra et deux traducteurs ont été importants à cette époque.

Dans la seconde moitié du XXe siècle, des changements politiques majeurs dans le monde arabe ont rendu la vie plus difficile pour les écrivains.Beaucoup d’entre eux ont souffert de la censure, comme Sun’allah Ibrahim et d’autres ont été emprisonnés comme Abdul Rahman Mounif. Dans le même temps, ceux qui avaient écrit des œuvres en faveur du gouvernement ont été promus à des postes supérieurs dans les institutions culturelles. Chroniqueurs et universitaires a également attiré la controverse politique et la critique conçue pour remodeler la politique arabe. Parmi les plus connu est l’avenir de la culture en Egypte par Taha Hussein, qui était une œuvre majeure du nationalisme égyptien, ou les œuvres de Nawal El Saadawi qui ont milité pour les droits des femmes.

Le roman arabe contemporain

Tout au long du XIXe siècle, de nombreux auteurs explorent la relation entre l’Est et West.Among eux sont les Rifa’a réformateur al-Tahtawi (1801-1873) ou Ali Mubarak (1823-1893). Les auteurs individuels en Syrie, le Liban et l’Égypte ont créé des œuvres originales en imitant le maqam classique. Un des plus remarquables fut Muhammad al-Muwaylihî, dont le livre Le Hadith Isa ibn Hisham (حديث عيسى بن هشام) est une critique de la société égyptienne sous le règne d’Ismail Pacha. Ce travail représente la première étape dans le développement du roman arabe moderne.Cette tendance a été suivie par Georgy Zeidan, un écrivain libanais chrétiens qui ont émigré avec sa famille en Egypte dans le sillage des émeutes à Damas en 1860. Dans le début du XXe siècle, Zeidan a publié ses romans historiques comme des périodiques dans le journal égyptien Al-Hilal. Ces romans furent extrêmement populaires auprès de la clarté de leur expression, leur structure simple et l’imagination de l’auteur. Khalil Gibran et Mikhaïl Na’ima étaient deux autres grands écrivains de cette période. Les deux rêveries philosophiques incorporèrent dans leurs œuvres.

Cependant, les critiques littéraires ne considèrent pas les œuvres de ces quatre auteurs comme de véritables romans, mais comme des formes précurseurs qui va incarner le roman arabe moderne. Beaucoup de ces critiques se réfèrent à Zaynab, le roman de Muhammad Husayn Haykal, comme le premier roman vrai en arabe, mais d’autres préfèrent qu’il Adraa Denshaw Muhammad Tahir Haqqi. Un thème récurrent du roman arabe moderne est l’étude de la vie familiale, qui présente un parallèle évident avec la famille internationale arabe dans le monde. De nombreux romans n’ont pas été en mesure d’éviter les questions politiques et de conflits dans les régions où la guerre a souvent joué un fond dans le développement des tragédies familiales.Travaille Naguib Mahfouz dépeignent la vie au Caire et la Trilogie du Caire, qui décrit les luttes d’une famille moderne du Caire à travers trois générations, lui a valu le prix Nobel de littérature en 1988. Il fut le premier écrivain arabe à recevoir le prix.

Les Arts

Ce n’est que dans les temps modernes comme le théâtre et les arts sont devenus une partie visible de la littérature arabe. Il peut avoir été une ancienne tradition théâtrale, mais il n’a probablement jamais été considérée comme légitime et la plupart de ces œuvres n’a jamais été enregistrée. Il ya, cependant, une ancienne tradition de représentations publiques parmi les musulmans chiites qui se composent d’une pièce de théâtre retraçant la vie et la mort de Hussein ibn Ali à la bataille de Karbala en 680 AD-AD. On peut également trouver de nombreux morceaux composés par Shams al-Din Muhammad ibn Daniyal du XIIIe siècle. A cette époque, il mentionne que l’ancien théâtre est devenu obsolète et offre ainsi son travail comme le nouveau matériel.

Nouvelles pièces ont d’abord été écrite au XIXe siècle, principalement en Egypte. Ils ont d’abord été essentiellement des imitations d’œuvres françaises, ou du moins fortement influencés par eux. Il a fallu attendre le vingtième siècle pour voir le développement d’un style plus classique arabe va se répandre.Le plus important des dramaturges arabes a été Tawfiq al-Hakim, le premier morceau en vedette l’histoire du Coran Sept Dormants d’Ephèse et le second un épilogue des Mille et Une Nuits. Yusuf al’Ani Irak et la Syrie ont été Sa’dallah Wannus deux autres dramaturges importants de l’époque.

La poésie arabe

Une grande partie de la littérature arabe avant le XXe siècle sous la forme de la poésie, et même les écrits qui ne sont pas, à proprement parler, ce type contiennent des bribes de poésie sous la forme de prose rythmée ou «saj ‘». Les thèmes abordés vont du registre poétique avec des brochures prières solennelles amer ou compositions des poèmes mystiques et religieux célébrant la sensualité et le vin. Une caractéristique clé du genre poétique, qui sera également recherchée dans tous les autres genres littéraires, c’est l’idée qu’il doit être agréable à l’ear.Poetry et bien de la prose a été écrite pour être déclamé à haute voix, et un grand soin a été prises pour rendre toutes les compositions mélodiques que possible. En fait, «saj ‘» signifiait à l’origine «le roucoulement de la colombe».

Non-fiction la littérature

Compilations et manuels

Vers la fin d’Ibn al-Nadim, un libraire Baghdadi, a compilé un travail de grande importance pour l’étude de la littérature arabe. Son Kitâb al-Fihrist est un catalogue de tous les livres disponibles à la vente à Bagdad et donne un aperçu fascinant de l’état de la littérature de l’époque.

Une forme de littérature la plus fréquente au cours de la période abbasside a été la compilation. Ce sont des collections de faits, des idées, des poèmes et des histoires traitant avec un seul thème instructive à la fois et couvrant des sujets aussi variés que la maison et le jardin, les femmes, les resquilleurs, les aveugles, la jalousie, la cupidité et animals.The trois derniers de ces compilations ont été écrits par Al-Jahiz, un maître incontesté du genre. Ces collections ont été très utiles à Nadim (compagnon d’un leader ou noble), dont le rôle était souvent traiter leurs maîtres avec de nouvelles histoires et utilisé pour distraire ou de conseiller.

Un autre type de travail a été étroitement associée à des collections: Ceci est le manuel, dans lequel des écrivains tels que Ibn Qutaybah donné des instructions sur des sujets tels que l’étiquette, la manière de gouverner, d’être un bon fonctionnaire, même à écrire. Ibn Qutaybah a également écrit l’une des principales nouvelles du peuple arabe, dessin à la fois des histoires bibliques et les contes populaires, mais aussi et surtout en référence à des événements historiques.

Le thème de la sexualité a été fréquemment exploré dans la littérature arabe. Le poème ghazal ou l’amour a une longue histoire, sont parfois douces et pures, et d’autres fois beaucoup plus explicit.In la tradition soufie, les poèmes d’amour connaîtra une large mystique et religieuse. Guides sexuels ont également été écrits comme ‘Le Jardin parfumé», le Hamamah al-Tawq (‘Collier de la Colombe’) d’Ibn Hazm et Nuzhat al-ma-fi albab l’yujad fi kitab (‘Jubilation des coeurs sur ce qui ne sera jamais être trouvée dans un livre ») d’Ahmad al-Tifachi. D’autres travaux seront opposés des œuvres telles que muhibbin Rawdat al-wa-Nuzhat al-mushtaqin (‘Le pré de l’amour et les amoureux de la distraction désemparé ‘) par Ibn Qayyim al-Jawziyya, qui conseille sur la façon de séparer l’amour et la luxure et ainsi d’éviter le péché .

Biographies, chroniques et récits de voyage

En dehors des premières biographies de Mahomet, le premier biographe majeur à approfondir les personnages plutôt que dans l’écriture d’hymnes de louange a été al-Baladhuri qui, avec son Kitâb al-Ashraf ANSAB ou «Livre des généalogies des nobles» présente une véritable collection de biographies.Another important dictionnaire biographique a été commencée par Ibn Khallikan ensuite complétée par al-Safadi.Enfin, le Kitab al-I’tibar, qui raconte la vie d’Oussama ben Munqidh et l’expérience des batailles des Croisades, est l’une des autobiographies première importance. Certains empreinte le texte de la forme de la Sira (biographie) à la fiction, comme Sirat Sayf Ibn Dhi Yazan.

Ibn Khurradâdhbih, apparemment un service postal officiel à l’époque, a écrit l’un des guides de premier plan. Le formulaire est devenu populaire plus tard dans la littérature arabe à travers les œuvres d’Ibn Hawqal, Ibn Fadlan, al-Istakhri, al-Muqaddasi, al-Idrisi et Ibn Battuta y compris ceux des voyages est demeuré mémorable. Ces livres ont donné une vue fascinante sur les nombreuses cultures du vaste monde islamique et a également offert la possibilité de convertir les peuples non musulmans à l’extrémité de l’empire. Ils ont également fait connaître comment les musulmans était devenu un power.In commercial de la plupart des cas, ces travaux ont pris la forme de comptes riche et détaillée de la géographie et l’histoire. Ils ont donné naissance à un genre littéraire à part entière est appelé en arabe: Rihla (رحلة) qui traduit signifie ‘voyage’.

Certains auteurs concentré sur l’histoire en général, comme al-Tabari et Al-Yaqubi, tandis que d’autres focalisé sur des périodes et des endroits précis, comme Ibn al-Azraq, qui raconte l’histoire de la Mecque ou ibn Abi Tahir Tayfur qui a écrit l’un des Bagdad. Parmi les historiens arabes, Ibn Khaldoun est considéré comme le plus grand penseur. Sa colonne, Muqaddima qui prend comme objet d’étude de la société, est un texte fondateur de la sociologie et de l’économie arabe.

Revues littéraires arabes

Salim Bachi est né en 1971 en Algérie. Il vivait en France depuis 1997 où il prépare une thèse sur la souffrance et la mort en Malraux. Le chien d’Ulysse est son premier roman.

← Article précédent: Littérature anglaise Article suivant: Littérature ce1 ce2


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles