Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

L’étiologie de la guerre : Les facteurs économiques

Vous êtes ici : » » L’étiologie de la guerre : Les facteurs économiques ; écrit le: 25 janvier 2014 par imen

Les facteurs économiquesLe sens économique de la guerre est repérable à toutes ses étapes : avant (on a attribué à Bismarck la célèbre formule : « l’argent est le nerf de la guerre »), pendant (la guerre corres­pond à une formidable destruction de biens matériels), et après (le travail de reconstruction). D’où la thèse selon laquelle les facteurs déterminants des guerres sont économiques.

Proudhon voyait dans le « paupérisme » la cause première de la guerre. Faire la guerre, c’est s’emparer de ce que l’on n’a pas et dont on a besoin. Dans le cadre d’une économie de la rareté, la rapine est le moyen le plus direct de s’approprier une richesse. La guerre serait en quelque sorte un moyen collectif et organisé de voler sur une échelle colossale. De fait, la pauvreté apparaît aujourd’hui comme le principal facteur de guerre. Les quatre cinquièmes des pays que l’on appelle pudiquement les moins avancés (PMA) ont connu un épisode de conflit armé au cours des quinze dernières années et la majorité des conflits s’y dérou­lent aujourd’hui. On appelle trappe à conflit le cercle vicieux qui fait que la misère et la guerre s’entretiennent mutuellement : dans un pays démuni, la guerre est le moyen le plus direct et le plus efficace pour s’approprier des richesses ; mais elle plonge du coup le pays dans une situation de pauvreté encore plus grande .


Par ailleurs, plus la croissance est faible, plus la dépendance à l’égard des matières premières est forte et le revenu par habi­tant à la fois limité et inégalement réparti. Dans ce contexte, la guerre remplace le travail. Le phénomène de la trappe à conflit rend très difficile l’extinction d’une guerre une fois que celle-ci a été déclenchée, et même lorsque la paix revient, la situation demeure très instable. Le résultat en est que le fait pour un pays d’avoir été en guerre accroît la probabilité de l’être à nouveau.

Il est à noter d’ailleurs que l’abondance peut conduire à la guerre au même titre que la pénurie. Le bullionisme (de l’anglais bullion, lingot) est une forme primitive de mercantilisme repo­sant sur le principe que le premier objectif du commerce exté­rieur est pour un État de se procurer une quantité maximale de monnaie métallique afin d’alimenter le trésor de guerre. Il ne s’agissait pas alors de sortir par la violence collective de la mi­sère extrême mais d’accroître une richesse déjà acquise. De même, les guerres coloniales ont été conduites par des pays riches contre des pays pauvres, leur but étant non de sortir de la misère mais d’élargir l’abondance. On a vu l’État industriel, qu’Auguste Comte et Spencer, à la suite de Saint-Simon, regar­daient comme incompatible avec l’État militaire, se transformer en redoutable machine de guerre. Le progrès conduit à la guerre plus sûrement que la guerre ne favorise le progrès industriel. Corollairement, l’histoire des deux derniers siècles confirme que le système capitaliste n’a jamais été plus dynamique que durant la guerre (l’effort de guerre) ou immédiatement après elle (le travail de reconstruction). Le cynisme du marchand de canons est pour des raisons évidentes difficilement avouable. Mais l’argument peut être aisément développé : la guerre a des vertus économiques indéniables – elle fait produire, vendre, acheter. En détruisant des biens, elle crée une demande. La formidable croissance économique qu’ont connue l’Europe, les États-Unis et le Japon après 1945 était à la mesure des colossales destructions i|u’ils avaient subies. La guerre de Corée a accentué cette dyna­mique. La guerre illustre en la détournant l’oxymoron par lequel J.A. Schumpeter caractérisait le capitalisme : la destruction créatrice.

A cette dimension matérielle, il convient d’ajouter le facteur social : la guerre donne beaucoup de travail (une expression à entendre aussi en son second sens), grâce à elle un fort chômage peut être résorbé (ce n’est pas tant le New Deal que l’agression japonaise qui a sorti les États-Unis de la crise enclenchée en 1929 et mis fin à son chômage de masse).

De toutes les philosophies et écoles de pensée, c’est le mar­xisme qui, de la manière la plus systématique, accorda pour expliquer les guerres l’importance décisive à l’instance économi­que. Marx, par exemple, explique la guerre de Sécession en termes économiques : certes, la question de l’esclavage n’est pas un simple prétexte mais elle doit justement être analysée en termes économiques plutôt qu’idéologiques.

Gracchus Babeuf avait dit : « Il n’y a jamais eu qu’une guerre éternelle, celle des pauvres contre les riches ». Pour Marx, il n’y a en fait aussi qu’une seule vraie guerre, celle des pauvres contre les riches . Les guerres nationales, selon lui, sont des diversions idéologiques – d’où une certaine tension dans la doctrine. La théorie de la guerre-diversion, d’origine machiavéliquement, comme celle de la guerre-complot, d’origine voltairienne, contredit par l’espèce de contingence qu’elle introduit la pro­fonde nécessité historique de la guerre. Alors que pour le libéra­lisme, le capitalisme est pacifique par nature parce que le com­merce est son cœur, pour le marxisme, il est guerrier parce que l’exploitation est son âme. D’où la guerre des pauvres contre les riches, et celle des riches contre les pauvres. L’exploitation avive

la concurrence : pour Lénine, la guerre de 1914-1918 est le choc entre les impérialismes anglais, français et russe d’un côté, allemand et autrichien de l’autre. La guerre est ou bien l’exploi­tation ou bien la concurrence continuée avec d’autres moyens. Même les guerres qui semblent avoir des causes idéologiques sont en réalité, selon cette optique matérialiste, déclenchées pour des raisons économiques : la grande crise de 1929 peut être considérée comme la cause principale de la Seconde Guerre mondiale puisque le nazisme lui a dû son accession au pouvoir.

Enfin, le capitalisme moderne trouve un bénéfice direct dans la destruction de biens et de villes sur une vaste échelle. En anéantissant une quantité considérable de richesses, la guerre crée une forte demande et contribue

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles