Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Les vampires dans la littérature

Vous êtes ici : » » Les vampires dans la littérature ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

les vampires dans la littérature

Le vampire est une créature légendaire. Un mort-vivant qui, selon le folklore et dans diverses superstitions populaires, se nourrit du sang des vivants afin d’en tirer sa force de vie. La légende du vampire a ses racines dans les anciennes traditions mythologiques et diversifiée, et se retrouve dans toutes sortes de cultures à travers le monde.

Le personnage du vampire fut popularisé en Europe au début du XVIIIe siècle, plus précisément en Europe orientale, les Balkans. En Serbie, vers 1725, que le mot «vampire» est apparu après un cas supposé, celui d’Arnold Paola. Selon la tradition locale, les vampires sont dépeints comme des fantômes dans le linceul, rendre visite à leurs parents ou leurs proches, causant la mort et la destruction. Michael Ranft a écrit un livre, De masticatione mortuorum dans tumulis (1728) dans lequel il examine la croyance aux vampires. Le dos est complètement et pour la première fois, comparé à un vampire, car Ranft utilise le terme slave vampyre.Subsequently, le bénédictin lorrain Augustin Calmet décrit, dans son Traité sur les apparitions (1751), le vampire comme un «retour au corps, ‘distinguant ainsi les fantômes incorporels tels que les fantômes ou des esprits.


Diverses explications ont été avancées au fil du temps pour expliquer l’universalité du mythe du vampire, y compris les phénomènes de décomposition des cadavres, l’enterrement vivant des maladies comme la tuberculose, la rage et la porphyrie, ou le vampirisme clinique affectant les tueurs en série qui usage humain sang. Les explications scientifiques, tenter psychanalytique ou sociologique pour identifier la raison pour laquelle le mythe du vampire a tant enduré au cours des siècles.

Le vampire charismatique et sophistiqué de la fiction moderne est apparu en 1819 avec la publication de The Vampyre de John Polidori, le héros mort-vivant a été inspiré par Lord Byron, Polidori était le livre personnels physician.The a été un grand succès mais il est surtout l’œuvre de Bram Stoker publié en 1897, Dracula, qui est la quintessence du genre, établissant une image du vampire toujours populaire aujourd’hui dans la fiction, même s’il est assez loin de son folk ancêtres avec lesquels il ne retient que quelques-uns des originaux spécifiques.

Avec le cinéma, le vampire moderne est devenu un personnage clé tant dans le domaine de la littérature que celle des jeux vidéo, jeux de rôle, l’animation ou la bande dessinée.La croyance en ces créatures se poursuit et continue à la fois à travers le folklore populaire comme l’un des sous-cultures, y compris gothique, qui s’identifier.

Dans la littérature

Contrairement à la figure du loup-garou, qui est particulièrement populaire par le film, le vampire est principalement le résultat de la littérature du XIXe siècle, dont le roman de Bram Stoker, Dracula, qui est devenu le symbole de le mythe du vampire comme HP Lovecraft. Le théâtre et le cinéma ont grandement bénéficié de la vampire composent un personnage fantastique doit.

Premières oeuvres littéraires

Le thème du vampire a inspiré poètes et écrivains depuis 1748, l’année où Heinrich von Ossenfelder Augustin écrivit un poème intitulé Der Vampyr. En 1797, un siècle avant Bram Stoker, l’allemand Goethe dans La Fiancée de Corinthe, aborde dans ce long poème narratif en forme de métaphore, l’état d’une jeune femme, se déplaçant entre la vie et la mort et se nourrissant de sang. Le premier texte en anglais évoquant la figure du vampire reste The Vampyre de John Stagg, publié en 1810. Mais ce fut le mouvement littéraire du roman gothique, initiée par Horace Walpole avec le Château d’Otrante (1764), que l’intérêt pour le vampire envahit la littérature.Le symbolisme sexuel et le caractère de la femme fatale densifier le mythe originel. Cependant, malgré cette explosion des romans et nouvelles, trois œuvres ont marqué l’histoire du vampirisme: Le Vampire de John William Polidori (1819), Carmilla de Sheridan Le Fanu (1872) et Dracula de Bram Stoker (1897).

Le Vampire de John William Polidori

Le vampire, publié dans les histoires de vampires et écrit par John William Polidori (1819), marque l’histoire de la littérature par l’ampleur de son succès d’édition en Europe. Polidori il dépeint le personnage de Lord Ruthven. Rédigé suite à une contestation par Lord Byron lors d’une journée pluvieuse, entre autres, Percy Bysshe Shelley (qui a refusé) et son épouse Mary Shelley (qui génère le même jour son Frankenstein), appartient à ce nouveau roman gothique anglais. Lord Byron, en manque d’inspiration, abandonnant ses notes à sa secrétaire, Robert Polidori, qui est ce projet, développe et publie en 1819 dans le nouveau magazine mensuel. Le roman a été un succès immédiat en Europe. En fait, la paternité de cette histoire a été âprement disputée entre les deux écrivains et a finalement été attribué à Lord Byron. Il ne fait aucun doute que l’auteur de Polidori, mais il a une idée Inpiration de Byron.Le fait que Polidori a tout d’abord sous-titré son texte: un conte de La Droite honorable Lord Byron a ajouté à la confusion. Les nouvelles ont été traduits en français par Charles Nodier en 1819, qui imite l’année suivante dans une de ses nouvelles fantastiques.

Popularité du mythe

Avec le succès de la nouvelle Polidori, notamment en Angleterre, le thème du vampirisme est inévitable et de nombreux auteurs britanniques, allemands et français sont l’essayer: Théophile Gautier, Hoffman et Tolstoï, entre autres. Au XIXe siècle, des œuvres de fiction aborder la figure du vampire, sont en augmentation dans la littérature européenne. Lord Ruthven le Vampire, ou Charles Nodier (1820), La Morte amoureuse (publiée dans Tales of the undead) Gautier (1836), Vamey, le vampire James Malcolm Rymer (1845), La Famille de Vourdalak (publié en morts-vivants Histoires) Tolstoï (1847) ou l’histoire de la Dame pâle nouveaux Alexandre Dumas (1849). En Angleterre, le roman le Vampire ou le Festin de sang Varney, publié anonymement en 1847, le travail est le plus volumineux (800 pages) sur le thème du vampire.

Romans de Paul Féval évoquent le vampirisme: drame de la mort (1856), The Dark Knight (1860) et de la Ville Vampire (1875), entre autres.Les Chants de Maldoror du comte de Lautréamont (1868), Lokis de Prosper Mérimée (1869), Le Horla (dans sa première version) de Guy de Maupassant (1886) et le parasite par Sir Arthur Conan Doyle (1894) sont tous la littérature fonctionne qui traitent le mythe du vampire, parfois renouveler le genre. Le vampire aussi intéressé au théâtre. En 1820, le Théâtre de la Porte Saint-Martin présente un mélodrame, Le Vampire, Charles Nodier, TF CARMOUCHE A et A. Jouffroy. Le vaudeville parisien montre les chiffres de vampires, et même l’opéra prend aussi le mythe, y compris Août Marschner Wolhbrück et WA en 1828. L’adaptation allemande de Dracula de Stoker, Nosferatu eine Symphonie des Grauens Oder, a un certain succès populaire en 1924, alors qu’il est joué au Petit Adelphi Theatre à Paris en 1927, puis à Broadway, avec dans le rôle du vampire Count l’acteur anglais Raymond Huntley.

Carmilla de Sheridan Le Fanu

En 1872, à Dublin, Sheridan Le Fanu publie Carmilla, le roman de vampires qui se présente comme une victime de son propre état et s’oppose à la pensée de droite de lesbianisme Bretagne face du personnage, sachant que l’homosexualité a été fermement condamnée. Le Fanu ravive aussi le vampire ancienne, se rapprochant des chiffres de goules et Empuse.Le roman se nourrit de multiples témoignages réels ou lu par l’auteur, y compris le traité de Calmet qui résume les connaissances vampirologique en 1749. Son texte est donc de documentaire et qui contient une annexe dans laquelle Le Fanu efforts sérieux pour expliquer comment la mort devient un vampire. Cette première histoire de femme vampire moderne sert d’inspiration pour de Bram Stoker pour écrire Dracula.

Dracula de Bram Stoker

Lorsque Dracula de Bram Stoker publie en 1890, la mode du vampire est de retour en Europe, sauf l’Angleterre. Esthétique passion victorienne pour des histoires de fantômes (les histoires de fantômes). Bram Stoker, Dracula et publié invité de Dracula en 1897, La Dame du linceul, son premier roman, sort en 1909.Dracula a cessé d’être réimprimé et reste l’un des événements les plus fortes ventes de tous les temps, certaines sources affirmant même que ce serait être le best-seller après la Bible. Plusieurs raisons à cet énorme succès, y compris roman écrit par Bram Stoker, qui n’hésite pas à utiliser le journal, les notes et le télégramme à son compte. Le personnage de Dracula, «vampire aristocratique» n’est jamais présentée directement, mais plutôt de la manière suggérée d’un cinéma hors-écran, d’où l’angoisse qui saisit le lecteur.Selon Claude Lecouteux, les connaissances vampiriques théorisé explique le succès de l’édition et le romantisme culturel. Cette information est expliqué au lecteur à travers le personnage d’Abraham Van Helsing, un professeur hongrois inspirés vampirologue Ármin Vámbéry l’Université de Budapest, il a rencontré à Londres en 1890. Stoker introduit également un nouveau motif dans le mythe du vampire, l’ail, même si elle est présente comme objet apotropaïque dans le folklore depuis l’antiquité romaine.

Recouvrements et des amplifications de mythe moderne

La fin du XIXe siècle a été marquée par la prolifération des romans sur les vampires. Après celle de Stoker, le plus célèbre demeure de la famille d’Alexis Tolstoï Konstantinovich vourdalak, qui retrace la transformation d’une famille russe en vampires après la mort et la contamination du père, Gorch. Au XXe siècle, les romans campé vampire ou un personnage racontent la rencontre des humains avec des vampires abondent. Anne Rice, contribue à donner une seconde vie au mythe du sang à boire avec ses chroniques des vampires qui a commencé en 1976, et en particulier avec l’interview opus avec un vampire, puis adapté au cinéma avec le même titre.Dans cette série, Anne Rice donne une interprétation originale des origines des vampires et broches grande partie du travail autour des questions métaphysiques et morales qui peuvent ronger ces créatures. Dans I Am Legend, Richard Matheson dépeint l’être humain vivant dernière dans un monde peuplé de vampires, tout en prétendant fournir une explication scientifique pour l’existence de ce dernier.

Plus récemment, dans la saga Twilight a débuté en 2005 par Stephenie Meyer, certaines créatures vampiriques prospectifs – comme très différent de d’habitude le vampire – vivent parmi les humains et mener une vie normale en se nourrissant uniquement de sang animal, tandis que d’autres suivent le régime alimentaire traditionnel. La Saga du désir interdit et chroniques des vampires a popularisé le thème de vampire à un large public au début du vingt et unième siècle et figurent parmi les centaines de romans sur le même thème, les seuls qui ont créé un engouement comparable à celui de Dracula publication. De la même manière, l’image symbolique du vampire est trouvé modifié: une icône de l’horreur avec Bram Stoker, le vampire est devenu aigre et capable de sentiment, un symbole de la libération des tabous sexuels et débridée avec Anne Rice.Au contraire, avec Stephenie Meyer, le vampire est présentée comme chaste et prude, qui, selon Alain Pozzuoli, «vide de substance mythe du vampire.«Nous avons également la série The Vampire Diaries ou un portrait du vampire plusieurs créatures, des sorcières, mais lycantrophe appelé Comunn plus de loups-garous.

À la télévision

Série

Vampires mieux connu à la télévision venus du monde créé par Joss Whedon dans la série Buffy the Vampire Slayer et les inconvénients Angel. Ils montrent qu’une petite partie des caractéristiques classiques des vampires. Mais dans les scénarios de cette série, ils sont essentiellement une métaphore de peurs et anxiétés que les adolescents face afin de devenir des adultes et que les adultes jeunes sont confrontés dans la conduite de leur vie. Série jeunesse pour Vampire Little, écrite par le Angela Sommer-auteure Bodenburg, est vendu à plus de dix millions d’exemplaires dans le monde entier et est porté à l’écran. Il raconte les aventures d’un jeune garçon fasciné par les vampires, Anton Kamenberg, qui met un enfant vampire, Rüdiger von Dentkreuz.

Dans la série Supernatural, les frères Winchester se battent contre Moonlight série Blood Ties vampires.The et le motif du mythe. Les soeurs Halliwell de la série Charmed aussi traiter avec des vampires dans plusieurs épisodes.Ces vampires sont dirigées par une reine et cette course est en conflit avec les démons et des sorcières qui ont rejeté la «société infernale.’ La série True Blood, inspirée par les romans La Communauté du Sud de Charlaine Harris décrit une fiction co-existence des vampires et des humains au cœur d’une petite ville de Louisiane. Etre séries de l’homme, la Confrérie de ce personnage étrange vampire, avec un loup-garou et un fantôme. Dans la série Kindred: Le Clan des damnés, Vampire jeu inspiré par le monde du jeu de rôle: La Mascarade, vampires clans s’affrontent dans la ville de San Francisco. Dans Sanctuary, une série de première webémission, Amanda Tapping joue un scientifique spécialisé dans des créatures non humaines depuis 150 ans. Elle et ses amis à l’époque étaient injectés de sang de vampire, ce qui signifiait pour leur donner à chacun un Vampire Diaries spécifiques power.The série, enfin, basé sur la série éponyme des romans par Lisa Jane Smith, dispose de deux frères vampires Stefan et Damon Salvatore , qui retournent à la ville de Mystic Falls après une longue absence.

Série d’animation

Vampire Host et la forme gigolo Vampire d’une série de 2004 d’inspiration japonaise dans le monde du manga Blood Hound créée par Kaori Yuki.L’héroïne, Rio Kanou, est un étudiant qui, après la disparition de plusieurs personnes, dont son meilleur ami, un club d’enquête pour sympathiser avec les vampires devant eux. Série franco-allemande Draculito mon saigneur, créée par Bruno René Huchez et dirigée par Bahram Rohani, en 1992, dispose Draculito, le fils unique du célèbre comte Dracula. Âgé d’environ dix ans, il obtient des objets magiques de son père qui aident repousser les attaques de l’ail et ses acolytes. Dans son école, il se lie d’amitié Lapin Garou. Il ya une série appelée Ecole des petits vampires une série d’animation qui met en place l’allemand Oscar Von Horificus un jeune vampire.

Origine du mot «vampire»

La parole donnée pour décrire les vampires varient d’une langue à l’autre, ainsi que les attributs et caractéristiques attachés à la créature. Selon l’OED, le mot «vampire» apparaît en anglais en 1734, dans un ouvrage intitulé Voyage Voyages de Messieurs Français Trois, publiée dans le Miscellany Harleian en 1745. C’est par la langue que l’anglais se répand dans le monde entier, via la littérature et le cinéma.Toutefois, le terme est à l’origine dérivé du mot français «vampyre» lui-même de l’allemand «Vampire», introduit au XVIIIe siècle par la forme serbo-croate ‘вампир’ / ‘vāmpῑr.». En France, le New Oxford Dictionary of 1900 est le premier dictionnaire pour définir les vampires comme «l’entrée morts de leurs tombes, de préférence la nuit pour tourmenter les vivants, généralement en suçant le cou, le temps d’autres en serrant la gorge à l’ point de étouffante. ‘Il semble que lui, Arnold Paola, un vampire supposé de la Serbie, qui est le premier à être appelé’ vampire ‘, un terme apparu dans l’annexion de l’Autriche à la Serbie. Après Vienne, a obtenu le contrôle du nord de la Serbie et l’Olténie, par le traité de Passarowitz en 1718, les rapports officiels suggèrent les pratiques locales des exhumer les corps et les assassiner des vampires supposé. Ces rapports écrits, qui vont de 1725 à 1732, sont beaucoup plus la couverture de presse à l’époque. Il est en effet sous la forme serbe est l’étymologie des termes les plus communs européens. Le terme désignant les fantômes des esclaves a ensuite été systématiquement faite par le mot «vampire». La Serbie a la forme lexicale également de nombreux équivalents dans les langues slaves. Ainsi, en bulgare:’Вампир’ (‘Vampire’), en croate, ‘UPIR’ / ‘upirina’ en tchèque et slovaque»UPIR’ polonais ‘wąpierz«ukrainiens»упир’ (‘upyr’), en russe: «упырь’ (‘upyr ‘») et la Biélorussie упыр’ (‘upyr’). Le terme est également dans les langues ouraliennes comme le finnois, «vampyyri.’ Ces termes proviennent de langues slaves et ouraliennes utilisé turcs altaïques ou plus généralement. tatares l’exemple mot utilisé est ‘ubyr.’

L’étymologie exacte de cette première forme le serbo-croate est cependant inconnue. Parmi les formes appartenant à des langues proto-slave», ǫpyrь’ et ‘ǫpirь’ étymons semblent les plus probables. Une autre théorie propose que le terme vient du mot slave tatar ‘ubyr» qui signifie «sorcière». Le terme apparaît également dans l’ancienne Russie, le mot «Упирь’ (‘UPIR ), dans le calendrier byzantin 1047.It est un colophon dans un manuscrit du Livre des Psaumes écrit par un prêtre qui a traduit du glagolitique en cyrillique pour les le prince Volodymyr Yaroslavovych. Le prêtre, écrit que son nom est ‘UPIR ‘Likhyi’ (‘Оупирь Лихыи’), un terme qui signifie ‘vampire mauvais».Ce nom semble avoir survécu dans impairs pratiques païennes, mais aussi dans les prénoms ou surnoms. Un autre mot de la vieille Russie ‘upyri’ apparaît dans un mot anti-païenne appelée de Saint-Grégoire, daté entre le XIe et XIIIe siècles. Dans les Balkans, la femelle ‘vampire’ est ‘Vampiresa.’ Le fils d’un vampire est nommé ‘Dhampir’ et un vampire fille est appelé un ‘Dhampiresa.’ Dans le folklore bulgare, de nombreux termes tels que «Glog’ (littéralement: ‘Aubépine’), ‘vampirdzhiya’, ‘vampirar’, ‘dzhadadzhiya’ et ‘svetocher» sont utilisés pour désigner les enfants et les descendants des vampires, et, inversement, les gens vampires chasse.

Dans la bande dessinée et le manga

Dans le manga

Certains dessins animés japonais exploitent également le thème des vampires, mariant la culture traditionnelle japonaise, de l’Est vampire (Kyuuketsuki au Japon) étant plus proche du diable comme les morts-vivants. Vampire Hunter D. reste le modèle du genre, avec un décor de fond fantastique fascinant de fin de siècle européen basé sur la mythologie. Dans le manga de Ken Akamatsu ‘Negima’ Evangeline McDowell k Un vampire est quelques centaines d’années qui aide le héros de l’histoire en lui racontant la lutte contre démon techniques appelées «l’évangile de l’obscurité’.Le manga de Vampire Princess Miyu Kakinouchi Narumi intègre mythe japonais du vampire. Blood Hound par Kaori Yuki dépeint une jeune fille une fois mordu par un vampire, et assister à leur environnement. Le monde de Blood: The Last Vampire est plus obscure, comme Hellsing chasseurs de vampires a engagé par l’Église anglicane Church.Kubi Suji Mayu Shinjo Vampire Ni, Les Lamentations de l’Agneau (Hitsuji no Uta) et le modèle du Toum Kei Lee So Young intégrer les mythe du vampire dans la vie scolaire, les héros sont des étudiants ou des lycéens face au mystère de fantômes. Il ya aussi un manga très célèbre au Japon et est toujours d’être aspiré par le nom de ‘Vampire Knight’ de Matsuri Hino parlant de la Yuuki jeunes dont la mission est d’assurer la paix entre les vampires et les humains Académie (Croix), et ce dans le secret total. (Manga à voir)

Dans les comics

Dans la BD franco-belge, la série Requiem Chevalier Vampire (9 volumes, 2000-2009) conçu par Olivier Ledroit, dispose d’un sombre gothique et violente, par opposition à des spectacles comme The Little Vampire de Joann Sfar, qui jouent de l’humour. Le prince de la nuit (six volumes), de 1994 à 2001, Yves Swolfs, dispose d’un héritier de caractère à plusieurs générations de chasseurs de vampires.30 Days of Night (5 volumes, 2004-2010), Steve Niles et Ben Templesmith, est une fantaisie comique dépeignant un monde proche de l’Extrême-Ouest et dans lequel l’homme se bat contre des hordes de vampires.

Dans les jeux

Jeux vidéo

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles