La litterature arabe

> > La litterature arabe ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction modifié le 2 octobre 2014

La littérature arabe de tous les écrits (prose et vers) écrit en arabe. Ceci n’inclut pas les œuvres écrites avec l’alphabet arabe utilisé pour transcrire une langue comme c’est le cas avec le persan ou l’ourdou. Le terme arabe utilisé pour se référer à la littérature est adab qui est dérivé d’un mot signifiant ‘pour inviter quelqu’un à un repas» et qui porte les idées de politesse, de culture et d’enrichissement.

La littérature arabe a émergé dans le sixième siècle. Témoignage précédent sont seulement des fragments de la langue écrite. Il est le Coran, au VIIe siècle qui a eu l’influence la plus durable sur la culture arabe et la littérature.

Non-fiction la littérature

Compilations et manuels

Vers la fin d’Ibn al-Nadim, un libraire Baghdadi, a compilé un travail de grande importance pour l’étude de la littérature arabe. Son Kitâb al-Fihrist est un catalogue de tous les livres disponibles à la vente à Bagdad et donne un aperçu fascinant de l’état de la littérature de l’époque.

Une forme de littérature la plus fréquente au cours de la période abbasside a été la compilation.Ce sont des collections de faits, des idées, des poèmes et des histoires traitant avec un seul thème instructive à la fois et couvrant des sujets aussi variés que la maison et le jardin, les femmes, les resquilleurs, les aveugles, la jalousie, la cupidité et les animaux. Les trois derniers de ces compilations ont été écrits par Al-Jahiz, un maître incontesté du genre. Ces collections ont été très utiles à Nadim (compagnon d’un leader ou noble), dont le rôle était souvent traiter leurs maîtres avec de nouvelles histoires et utilisé pour distraire ou de conseiller.

Un autre type de travail a été étroitement associée à des collections: Ceci est le manuel, dans lequel des écrivains tels que Ibn Qutaybah donné des instructions sur des sujets tels que l’étiquette, la manière de gouverner, d’être un bon fonctionnaire, même write.Ibn Qutaybah a également écrit l’un des meilleurs histoires du peuple arabe, en s’inspirant en histoires de la Bible à la fois et les contes populaires, mais aussi et surtout en référence à des événements historiques.

Le thème de la sexualité a été fréquemment exploré dans la littérature arabe. Le poème ghazal ou l’amour a une longue histoire, sont parfois douces et pures, et d’autres fois beaucoup plus explicite. Dans la tradition soufie, les poèmes d’amour connaîtra une large mystiques et religieuses.Guides sexuels ont également été écrits comme ‘Le Jardin parfumé», le Hamamah al-Tawq (‘Collier de la Colombe’) d’Ibn Hazm et Nuzhat al-ma-fi albab l’yujad fi kitab (‘Jubilation des coeurs sur ce qui ne sera jamais être trouvée dans un livre ») d’Ahmad al-Tifachi. D’autres travaux seront opposés des œuvres telles que muhibbin Rawdat al-wa-Nuzhat al-mushtaqin (‘Le pré de l’amour et les amoureux de la distraction désemparé ‘) par Ibn Qayyim al-Jawziyya, qui donne des conseils sur la façon de séparer l’amour et la luxure et ainsi d’éviter péché.

Biographies, chroniques et récits de voyage

En dehors des premières biographies de Mahomet, le premier biographe majeur à approfondir les personnages plutôt que dans l’écriture d’hymnes de louange a été al-Baladhuri qui, avec son Kitâb al-Ashraf ANSAB ou «Livre des généalogies des nobles» présente une véritable collection de biographies. Un autre important dictionnaire biographique a été commencée par Ibn Khallikan ensuite complétée par al-Safadi. Enfin, le Kitab al-I’tibar, qui raconte la vie d’Oussama ben Munqidh et l’expérience des batailles des Croisades, est l’une des autobiographies première importance. Certains empreinte le texte de la forme de la Sira (biographie) à la fiction, comme Sirat Sayf Ibn Dhi Yazan.

Ibn Khurradâdhbih, apparemment un service postal officiel à l’époque, a écrit l’une des formes Guide books.The leader est devenu populaire plus tard dans la littérature arabe à travers les œuvres d’Ibn Hawqal, Ibn Fadlan, al-Istakhri, al-Muqaddasi, al-Idrisi et Ibn Battuta y compris ceux des voyages est demeuré mémorable. Ces livres ont donné une vue fascinante sur les nombreuses cultures du vaste monde islamique et a également offert la possibilité de convertir les peuples non musulmans à l’extrémité de l’empire. Ils ont également fait connaître comment les musulmans étaient devenus une puissance commerciale de premier plan. Dans la plupart des cas, ces travaux ont pris la forme de comptes riche et détaillée de la géographie et l’histoire. Ils ont donné naissance à un genre littéraire à part entière est appelé en arabe: Rihla (رحلة) qui traduit signifie ‘voyage’.

Certains auteurs concentré sur l’histoire en général, comme al-Tabari et Al-Yaqubi, tandis que d’autres focalisé sur des périodes et des endroits précis, comme Ibn al-Azraq, qui raconte l’histoire de la Mecque ou ibn Abi Tahir Tayfur qui a écrit l’un des Baghdad.Among les historiens arabes, Ibn Khaldoun est considéré comme le plus grand penseur. Sa colonne, Muqaddima qui prend comme objet d’étude de la société, est un texte fondateur de la sociologie et de l’économie arabe.

La poésie arabe

Une grande partie de la littérature arabe avant le XXe siècle sous la forme de la poésie, et même les écrits qui ne sont pas, à proprement parler, ce type contiennent des bribes de poésie sous la forme de prose rythmée ou «saj ‘». Les thèmes abordés vont du registre poétique avec des brochures prières solennelles amer ou compositions des poèmes mystiques et religieux célébrant la sensualité et le vin. Une caractéristique clé du genre poétique, qui sera également recherchée dans tous les autres genres littéraires, c’est l’idée qu’il doit être agréable à l’ear.Poetry et bien de la prose a été écrite pour être déclamé à haute voix, et un grand soin a été prises pour rendre toutes les compositions mélodiques que possible. En fait, «saj ‘» signifiait à l’origine «le roucoulement de la colombe».

La littérature pré-islamique

La période d’avant l’écriture du Coran et le développement de la civilisation islamique est appelée, dans la langue propre et rénover le Coran, ou Jahiliya ‘ignoranti / paganisme.’ Le terme «ignoranti / paganisme», qui a ensuite été utilisé en particulier entre les musulmans, connote l’idée d’une façon de vivre et d’agir propre à ignorer la présence des infidèles prévu la construction de Dieu.Bien qu’il y ait peu de preuves de la littérature écrite pendant cette période, la tradition littéraire orale est déjà riche et développé. C’est dans les dernières décennies du fin du VIe siècle qui commence à développer une véritable tradition écrite littéraire. Les premiers écrits seront compilés deux siècles plus tard dans les deux recueils de poésie: La Mu’allaqât et Mufaddaliyat. Ces ouvrages de synthèse ne une vue partielle de ce que pourrait être la littérature de l’époque. Il est probable que seuls les poèmes ou pièces de poèmes ont été jugés les mieux conservées.

L’érudition islamique

La recherche sur la vie et l’époque de Mahomet et la détermination des parties authentiques de la sunna, a été l’une des premières causes principales du développement de la bourse d’études en arabe. Une des raisons de la collecte de la poésie pré-islamique est que certains de ces poètes étaient proches du Prophète (comme Labid, qui a vraiment rencontré Muhammad et converti à l’islam) et leurs écrits éclairés du temps de l’à laquelle ces événements se sont produits. Muhammad a aussi inspiré les premières biographies arabe, connue sous le nom d’Al-Sirah al-nabawiyyah. Le premier a été écrit par Wahb ibn Muhammad ibn Mounabbih mais Ishaq qui a écrit les plus célèbres.Tout en traitant avec la vie du Prophète, les savants a également raconté les événements et les batailles de l’ère islamique tôt, et leurs histoires sont aussi nombreuses digressions sur les anciennes traditions bibliques.

Un certain nombre des premiers travaux étudient la langue arabe ont démarré dans le nom de l’islam. La tradition dit que le calife Ali, après avoir lu un Coran qui avait des erreurs, a demandé à Abou al-Aswad al-Du’ali d’écrire un livre qui serait de codifier la grammaire arabe. Un peu plus tard, Khalil ibn Ahmad a écrit le ‘Kitab al-Ayn,’ le premier dictionnaire arabe qui comprenait également le travail sur la prosodie et la musique. Son élève, Sibawayh, produire le travail de la grammaire arabe, le plus respecté, connu comme ‘Al-Kitab» qui signifie tout simplement «le livre».

D’autres califes ont exercé leur influence sur l’arabe comme Abd al-Malik, qui a fait la langue officielle de l’administration du nouvel empire, et Al-Mamoun qui a fondé la Bayt al-Hikma ou ‘Maison de la sagesse» à Bagdad, un centre de recherche et de traduction . Les villes de Bassora et de Koufa, qui avait une rivalité difficiles, ont été deux autres centres importants de l’apprentissage dans le monde arabe émergents.

Institutions basées principalement dans le but d’analyser en profondeur la religion islamique, a fourni une valeur inestimable dans l’étude de nombreux autres sujets.Le Calife Hisham ibn Abd al-Malik a contribué à enrichir la littérature par des universitaires d’enseignement de traduction d’ouvrages étrangers en langue arabe. La première de ces lettres était probablement d’Aristote à Alexandre le Grand, traduit par Abu al-Salm Cala ‘. A l’Est, et dans tout autre genre, Abdullah Ibn al-Muqaffa traduit les fables animalières du Panchatantra. Ces traductions ont gardé vivante l’apprentissage et l’enseignement, en particulier celle de la Grèce antique, où l’Europe était au Moyen Age. Beaucoup de ces œuvres ont ensuite été réintroduit en Europe par le biais des versions en arabe.

La littérature arabe moderne

La Nahda [2]

← Article précédent: La critique littéraire définition Article suivant: La litterature du 18eme siecle


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site