Itinéraires littéraires hatier

> > Itinéraires littéraires hatier ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

La querelle des Anciens et des Modernes ou querelle Classiques Modernes et la controverse est née à l’Académie française et agitaient le monde littéraire et artistique de la fin du XVIIe siècle.

Le cours de la Querelle

Perrault a déclenché les hostilités Janvier 27, 1687 quand il a présenté à l’occasion d’une guérison de Louis XIV à l’Académie française son poème Le Siècle de Louis le Grand, dans laquelle il fait l’éloge du temps de Louis XIV, comme l’idéal tout en questionnant le modèle de rôle de l’antiquité .

Si c’est le débat a clairement, supposons questions Fumaroli autre: «toute la querelle, qu’il s’agisse d’Euripide ou d’Homère, il a été sous Louis XIV les Anciens qui admettent il, de Lively, déconcertant, de déchirure dans la représentation de la vie humaine par les poètes antiques , tandis que les modernes sont en faveur des conventions morales et esthétiques uniformes et confortables. ‘Pour lui, sous le couvert de progressisme moderne comme cachant des questions de pouvoir. Boileau était proche de Port-Royal. En défendant les Anciens, il serait également défendue au nom de la variété des patrimoines, des lignes de la liberté dans la République des Lettres.

Enfin, le grand Arnauld a dû intervenir pour réconcilier les parties, le 30 août 1694, Perrault et Boileau embrassé en public à l’Académie française. La réaction du public à la fois pourrait suggérer que Perrault et son parti a remporté la victoire dans cette controverse, mais il n’y avait aucune victoire nette, la querelle ayant en quelque sorte épuisé quand le compromis (le siècle de Louis XIV brille à travers les œuvres de ceux qui ont plus ‘vieux’ au-delà leurs œuvres, basé sur le génie du siècle et le langage Pascal souligne également que ce que nous appelons l’ancien, étaient modernes en leur temps.

Origines de la Querelle

Si l’humanisme trouve l’ancien pour entrer dans les temps modernes, imitant le monde antique de créer de nouvelles formes de la Renaissance, au XVIIe siècle est divisé en deux flux qui séparent ensemble de chefs-d’œuvre imitation de l’innovation ancienne.

Une première querelle – italienne – Classiques et Modernes dans la Renaissance a éclaté. Les modernes sont ensuite antiscolastiques. Cette querelle querelle annonce Italien Français tout en étant différent. Selon Fumaroli, la querelle italienne», poursuit l’étude comparative (le syncrisis, le Paragon, la conférence) a commencé par les périodes de la Renaissance entre deux lettres, des arts et des coutumes.Il est des savants qui se sentent plus enracinés dans la république des lettres que dans tout Etat moderne. La comparaison entre l’antiquité et la modernité est pour eux une condition de la liberté d’esprit. Il est moins en Italie d’une querelle qui un championnat. La querelle, cependant, le français est celle des écrivains qui ont les yeux sur leur roi, ils font ou feront partie de la constellation du domicile Académies françaises dans l’Etat d’Arts Royal. Au cœur d’âpres débats, il n’est pas surprenant de reconnaître qu’ils sont en concurrence pour qui a la meilleure façon de louer leur roi. ‘

En France, en prenant progressivement le contrôle de l’espace des arts (académie, tribunal) par les règles conventionnelles et préconisent l’imitation des anciens textes est marquée par des querelles, par exemple autour de la question de la grande littérature: elle doit être limitée aux mythes païens ou pouvez utiliser les héros des épopées chrétiennes et même revenir à chrétien et français? Le christianisme ne prévaudront pas sur il ya les principaux modèles passé? De 1653 à 1674 fans un merveilleux moderne, se détachent sur le «vieux». En 1677, il a été leur première victoire, quand, après le débat sur la question des inscriptions, il a été décidé que les monuments du règne sont gravés en français (non latin). Les deux parties sont alors formés:D’une part, les savants (académie clergé) qui favorisent le respect imités de l’antiquité (par exemple, que la bienséance) dans une rigueur morale et humaniste, l’une en face de l’éternité de l’œuvre. D’autre part, les poètes esprits galants ou de la nouvelle critique de la production conventionnelle de la Cour, s’appuyant sur les goûts du public parisien.

Origines de la Querelle

Si l’humanisme trouve l’ancien pour entrer dans les temps modernes, imitant le monde antique de créer de nouvelles formes de la Renaissance, au XVIIe siècle est divisé en deux flux qui séparent ensemble de chefs-d’œuvre imitation de l’innovation ancienne.

Une première querelle – italienne – Classiques et Modernes dans la Renaissance a éclaté. Les modernes sont ensuite antiscolastiques. Cette querelle querelle annonce Italien Français tout en étant différent. Selon Fumaroli, la querelle italienne ‘poursuit l’étude comparative (le syncrisis, le Paragon, la conférence) a commencé par les périodes de la Renaissance entre deux lettres, des arts et des coutumes. Il est des savants qui se sentent plus enracinés dans la république des lettres que dans tout État contemporain. La comparaison entre l’antiquité et la modernité est pour eux une condition de la liberté d’esprit. Il est moins en Italie d’une querelle qui un championnat.La querelle, cependant, le français est celle des écrivains qui ont les yeux sur leur roi, ils font ou feront partie de la constellation du domicile Académies françaises dans l’Etat d’Arts Royal. Au cœur d’âpres débats, il n’est pas surprenant de reconnaître qu’ils sont en concurrence pour qui a la meilleure façon de louer leur roi. ‘

En France, en prenant progressivement le contrôle de l’espace des arts (académie, tribunal) par les règles conventionnelles et préconisent l’imitation des anciens textes est marquée par des querelles, par exemple autour de la question de la grande littérature: elle doit être limitée aux mythes païens ou pouvez utiliser les héros des épopées chrétiennes et même revenir à chrétien et français? Le christianisme ne prévaudront pas sur il ya les principaux modèles passé? De 1653 à 1674 fans un merveilleux moderne, se détachent sur le «vieux». En 1677, il a été leur première victoire, quand, après le débat sur la question des inscriptions, il a été décidé que les monuments du règne sont gravés en français (non latin). Les deux parties sont alors faites: d’une part, les savants (académie clergé) qui favorisent l’imitation de conformité de l’Antiquité (comme celui de la bienséance) dans une rigueur morale et humaniste, l’une en face de l’éternité de travail.D’autre part, les poètes esprits galants ou de la nouvelle critique de la production conventionnelle de la Cour, s’appuyant sur les goûts du public parisien.

Extensions

Lumières

← Article précédent: Hugo victor Article suivant: Jean de la fontaine mouvement littéraire


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site