Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Gérard de nerval

Vous êtes ici : » » Gérard de nerval ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

gérard de nerval

gérard de nerval est né comme le Labrunie. Il doit développer en l’absence d’une mère, qui mourut peu après la naissance. C’est dans le Valois, un lieu qui inspire son travail particulier, il a passé son enfance. Après des études à Paris, il se consacre à l’écriture et, attirés par l’Allemagne, fait une traduction réussie du Faust de Goethe. Durant sa jeunesse, inspiré par les grands romantiques Nerval, il rencontre (Hugo, Nodier) et se lie d’amitié avec Théophile Gautier. Il participe même à la fameuse bataille d’Hernani. En 1836, il tombe éperdument amoureux de Jenny Colon, qui e. ..

gérard de nerval, Gérard Labrunie pseudonyme, est un écrivain français, né à Paris le 22 mai 1808 et est décédé dans la même ville Janvier 26, 1855. Il est surtout connu pour ses poèmes et nouvelles.


Biographie

Jeunesse gérard de nerval

Labrunie fils de Stephen, un médecin militaire, et Marie-Antoinette fille d’un marchand de Laurent s’attardent rue Coquillière, gérard de nerval est né de mai 221808, à 20 heures à Paris au 96 rue Saint-Martin (aujourd’hui n ° 168). Baptisé 23 à Saint-Merri, elle est donnée quelques mois plus tard une infirmière de Loisy, près de Mortefontaine. Nommé le 8 Juin adjoint médical à la Grande Armée, le DrLabrunie médecin et a rapidement été promu attaché, Décembre 22, servant dans l’armée du Rhin. Le 29 Novembre 1810, sa mère est morte à Głogów en Silésie alors qu’elle accompagnait son mari. De 1808 à 1814, Gérard fut élevé par son grand-oncle maternel, Antoine Boucher, à Mortefontaine, dans la campagne du Valois, Saint-Germain-en-Laye et à Paris. Au printemps 1814, le Dr Labrunie trouve la vie civile et a déménagé avec son fils à Paris au 72, rue Saint-Martin. Gérard reviendra régulièrement dans ces lieux mentionnés dans plusieurs de ses nouvelles.

En 1822, il entre au collège Charlemagne, où son camarade Théophile Gautier. Dans la première classe (1823-1824 année scolaire), il compose son premier livre est resté dans le manuscrit de cent quarante pages: Poèmes et Poésies de Gérard L.1824 prévoit que, avant Arsène Houssaye en 1852 a été présenté dans l’exposition à la Maison de gérard de nerval de Balzac à Paris en 1981-1982. Il a écrit sous le nom de Gérard L. un éloge de Napoléon: Napoléon et la France la guerre, élégies nationales, Ladvocat publié et réédité en 1827 par Le Touquet. L’année suivante, il écrit deux épîtres à M. Duponchel caché sous le pseudonyme de beuglements.En Juillet 1826, il a commencé à la satire la suite du scandale de l’Académie française, qui a préféré Brifaut Charles Alphonse de Lamartine. Il a ensuite composé une complainte sur l’immortalité de M. Briffaut (orthographe de l’auteur) et une chambre dans le même esprit: Les membres de l’Académie ou introuvable, ce qui lui a fait recalé au concours de l’Académie en 1828.

Le 28 Novembre 1827, le Journal de la Bibliothèque annonce la publication de sa traduction de Faust en volume en 32 avec le titre: Faust, tragédie de Goethe, traduit par Gérard (1828).

Les premières étapes vers le succès

Mai 11 829, s’il vous plaît à son père, Gérard accepte d’être un stagiaire dans un cabinet de notaire. Mais il a pratiqué le métier doucement. Il a d’autres choses à faire. Comme un bon soldat du romantisme, il a été convoqué par Victor Hugo pour faire partie de l’appui slap Hernani, dont la mission est Gérard effectue volontiers (voir Bataille d’Hernani).

1830 est l’année des deux révolutions: la révolution romantique dans lequel Gérard prend part, et la révolution politique, celui des Trois Glorieuses sur lequel il est impliqué dans spectateur. La politique ne l’intéresse pas. Les barricades, cependant, il a inspiré un poème fleuve:Le peuple, son nom, sa gloire, sa force, sa voix, sa vertu, sa reste a été publié en août 1830 dans le Mercure de France du XIXe siècle. Il a publié une autre brochure: Nos adieux à la Chambre des représentants en l’année 1830 ou, dans le Va-anciens agents, par le Père Gérard, un patriote de 1789, l’ancien bénéficiaire de la prise de la Bastille (…) et en avant! publiée dans la salle de lecture Mars 4, 1831.

Gérard a principalement deux grands projets: une anthologie de la poésie allemande et une anthologie de la poésie française, deux ouvrages pour lesquels il a besoin d’une abondante littérature à laquelle il accède par Alexandre Dumas et Pierre-Laurent Sébastien lui faire obtenir une carte de bibliothèque, qui évite perdre du temps dans les bibliothèques.

La première anthologie est le titre de la poésie allemande, Klopstock, Schiller et Bürger, Goethe, précédée par une note sur les poètes allemands par Gérard. Le travail est accueillie avec moins d’enthousiasme que Faust, où le compositeur Hector Berlioz a été inspiré pour son opéra La Damnation de Faust.

La seconde anthologie est une sélection de poèmes de Ronsard, Joachim du Bellay, Jean-Antoine de Baïf, Guillaume du Bartas, Jean-Baptiste Chassignet, avec une introduction par Gérard.

Ces deux livres ne répondent pas un succès retentissant. Mais à l’automne de 1830, la Chambre Haute créé par Sainte-Beuve pour assurer le triomphe de Victor Hugo, qui rassemble des écrivains reconnus: Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Charles Nodier, Alexandre Dumas, Honoré de Balzac, dont les réunions ont été tiendra rue Notre-Dame-des-Champs ou Hugo, ou le peintre Eugène Devéria, le frère d’Achille Devéria ce cercle commence à se disperser. Comme un cercle nés de nouveau: le Cénacle Petit, dont le leader est le sculpteur Jean-Bernard Duseigneur reçoit dans son atelier, situé dans un magasin de fruits et légumes, où il a rencontré Pétrus Borel et Célestin Nanteuil, avant la gloire à la main l’édition en Septembre.

Mais par-dessus tout ce temps que Nerval veut écrire des pièces dans le style d’Hugo. Deux de ses œuvres sont très bien reçu au Théâtre de l’Odéon: Le prince des fous et Lara ou de l’expiation. Tous n’ont pas le même succès mais Gérard ajoute un nom d’auteur à son nom.

C’est gérard de nerval, pseudonyme adopté en mémoire d’un domaine familial, le Clos de Nerval à proximité de Loisy (commune de Mortefontaine).

Folies abord, les premières expériences

Une des caractéristiques du Cénacle Petit est la propension de ses membres à chahuter, à boire, les blagues, les jeux de mots et de bousin ou bouzingo (Barouf). C’est aussi le résultat d’un groupe de ces événements que les agents impliqués et d’arrêter la montre trois ou quatre jeunes la France est celui avec lequel Théophile Gautier Nerval. Piégé dans la prison de Sainte-Pélagie, Nerval a écrit un petit poème publié prochainement dans la salle de lecture du 4 Septembre, 1831. Encore une fois, dans la nuit du 2 Février 1832, Jeune France ont été arrêtés, pris pour des conspirateurs et cette fois leur peine est plus longue.

Nerval libéré de prison pour apprendre que les mauvaises nouvelles: le 2 avril 1832, une épidémie de choléra a éclaté. Son père lui a demandé de l’aider et Gérard ne pouvons pas accepter. Il est docteur en 1832, mais au cours de la deuxième épidémie en 1849, Gérard (qui a alors des signes de Nerval), se réfugie avec Alexandre Dumas, où il a rencontré Franz Liszt. Puis il va sur un voyage en Suisse.

Dès son retour en 1833, Nestor Roqueplan a ouvert les colonnes de son journal: La Charte de 1830. Mais déjà un autre ami (Edward George) lui propose d’écrire avec lui un roman-feuilleton, qui a lieu dans la Bretagne des chouans.Le grand succès en 1829 par Le Balzac chouans se Nerval réticents. Pourtant, l’envie de visiter la région, le verre l’emporte et il revient avec un conte: L’Auberge de Vitré qui opèrent plus tard dans le prologue de son roman Le Marquis de Fayolle, un roman publié après la mort de Nerval en 1856 par Edward George, qui révisé et complété.

L’écrivain

En Janvier 1834, à la mort de son grand-père maternel, il a hérité d’environ 30 000 francs. Parti à l’automne dans le sud de la France, il traverse la frontière à l’insu de son père, et de visiter Florence, Rome et Naples.In 1835, il a déménagé à l’impasse avec le doyenné peintre Camille Rogier, où un groupe de romance est trouvé , et a fondé le monde par le magazine de mai de luxe spectaculaire fait de lui gâcher son héritage et, lourdement endetté, il doit finalement vendue en 1836. Tout en faisant ses débuts dans le journalisme, il est allé sur un voyage en Belgique avec Gautier, Juillet-Septembre. En Décembre, il a signé pour la première fois, «gérard de nerval‘ dans Le Figaro.

Le 31 Octobre, 1837 est créé à l’opéra comique avec la musique de Piquillo Monpou; Dumas ne signer le livre, malgré la collaboration de Nerval, Jenny Colon les étoiles.Nerval aurait amour avec l’actrice Jenny Colon qui ne serait faite. Selon certains commentateurs, il aurait commis un culte idolâtre même après la mort de celui-ci, et il serait la figure de la mère perdue, mais aussi de la femme idéale mêlant à une caractéristique syncrétisme de sa pensée, Marie, Isis, la Reine de Saba, qui est débattue parmi les spécialistes de Nerval.In l’été de 1838, il a voyagé en Allemagne pour préparer Léo Burckart Dumas, Salle retardée par la censure. Après la première de L’Alchimiste, écrit en collaboration avec Dumas, le 10 avril 1839, Léo Burckart finalement créé le théâtre de la Porte Saint-Martin le 16 avril. Dans le même temps, il a publié Le Fort de Bitche (Juin 25-28) dans Le Messager et La Deux rendez-vous (15-17 août) – qui devint plus tard gorille – La Presse. Puis en Novembre, il part pour Vienne où il a rencontré la pianiste Marie Pleyel, Ambassade de France.

Retour en France en Mars 1840, il a remplacé Walter, tandis qu’en Espagne pour le feuilleton dramatique de La Presse. après la troisième édition de Faust, plus une préface, et des fragments de Faust en Juillet, il a quitté en Octobre en Belgique. Le 15 décembre a tenu la première de Piquillo à Bruxelles, où il rencontre Jenny Colon et Marie Pleyel.

Après une première attaque de folie Février 23, 1841, il a été traité chez madame de Sainte-Colombe, rue de Picpus. 1er mars, Jules Janin publie une notice nécrologique dans les débats. Après une seconde attaque, Mars 21, il est interné à la clinique du Dr White Spirit, à Montmartre, de Mars à Novembre.

Le 22 Décembre 1842, une partie de Nerval à l’Est, en passant successivement par Alexandrie, Le Caire, Beyrouth, Constantinople, Malte et Naples. De retour à Paris dans les derniers mois de 1843, il publie ses premiers articles sur son voyage en 1844. En Septembre et Octobre, il est parti avec Arsène Houssaye, directeur de l’artiste, la Belgique et les Pays-Bas. De Juin à Septembre 1845, il a remplacé Walter, alors qu’en Algérie, dans La Presse.

Son Voyage en Orient apparu en 1851. Il dit dans une lettre au Dr Blanche, daté du 22 Octobre 1853, après avoir été initié dans les Druzes mystères au cours de sa visite en Syrie, où il atteint le grade de ‘remonter’, un des plus élevés dans la fraternité. Toute son œuvre est fortement teintée d’ésotérisme et symbole, dont l’alchimie. Puis il a été accusé d’être impie, il s’écria: ‘Moi, pas de religion … J’ai dix-sept au moins?’.

Entre 1844 et 1847, voyage Nerval à la Belgique, les Pays-Bas, Londres … et écrit des histoires et des impressions de voyage. Dans le même temps, il a travaillé en tant que romancier et auteur de livrets et en tant que traducteur des poèmes de son ami Heinrich Heine (livre imprimé en 1848). Nerval a vécu ses dernières années dans le matériau et la détresse morale. Durant cette période, il écrit ses chefs-d’œuvre majeurs, a fait de purger ses émotions sur les conseils du docteur Blanche pour la première fois, pour la dimension cathartique de rêves et contre l’avis du Dr Blanche le second: les Filles du feu, ou Aurélia rêve et la vie (1853-1854).

Le 26 Janvier 1855, il a été retrouvé pendu aux barreaux d’une porte qui fermait un égout de la rue de la Vieille-Lanterne (canal n’existe plus, qui a été parallèlement au quai, et s’est terminée Gesvres Place du Châtelet, la place de son suicide était probablement l’emplacement du Théâtre de la Ville), pour ‘perdre son âme dans la rue la plus noire qu’il pouvait trouver’ dans les mots de Baudelaire. Ses amis ont spéculé dans un assassiner perpétrés par les Rangers, lors d’une de ses promenades habituelles dans des endroits peu recommandables, mais il a certainement commis un suicide.Toutefois des doutes subsistent quant il a été trouvé avec son chapeau sur sa tête comme il le ferait normalement automne en raison de l’agitation causée par strangulation.

Ils ont trouvé une lettre dans laquelle il demandait 300 francs, une somme qui, dit-il, aurait été suffisant pour survivre à l’hiver. Les funérailles ont eu lieu à Notre-Dame de Paris, une cérémonie religieuse qui a été accordé en dépit de son prétendu suicide à cause de son état mental. Théophile Gautier, Arsène Houssaye, et lui a versé une concession au cimetière du Père-Lachaise.

Biographie

Jeunesse gérard de nerval

Labrunie fils de Stephen, un médecin militaire, et Marie-Antoinette fille d’un marchand de Laurent s’attardent rue Coquillière, gérard de nerval est né de mai 221808, à 20 heures à Paris au 96 rue Saint-Martin (aujourd’hui n ° 168). Baptisé 23 à Saint-Merri, elle est donnée quelques mois plus tard une infirmière de Loisy, près de Mortefontaine. Nommé le 8 Juin adjoint médical à la Grande Armée, le Dr Labrunie médecin et a rapidement été promu attaché, Décembre 22, servant dans l’armée du Rhin. Le 29 Novembre 1810, sa mère est morte à Głogów en Silésie alors qu’elle accompagnait son mari.De 1808 à 1814, Gérard fut élevé par son grand-oncle maternel, Antoine Boucher, à Mortefontaine, dans la campagne du Valois, Saint-Germain-en-Laye et à Paris. Au printemps 1814, le Dr Labrunie trouve la vie civile et a déménagé avec son fils à Paris au 72, rue Saint-Martin. Gérard reviendra régulièrement dans ces lieux mentionnés dans plusieurs de ses nouvelles.

En 1822, il entre au collège Charlemagne, où son camarade Théophile Gautier. Dans la première classe (1823-1824 année scolaire), il compose son premier livre est resté dans le manuscrit de cent quarante pages: Poèmes et Poésies de Gérard L.1824 prévoit que, avant Arsène Houssaye en 1852 a été présenté dans l’exposition à la Maison de gérard de nerval de Balzac à Paris en 1981-1982. Il a écrit sous le nom de Gérard L. un éloge de Napoléon: Napoléon et la France la guerre, élégies nationales, Ladvocat publié et réédité en 1827 par Le Touquet. L’année suivante, il écrit deux épîtres à M. Duponchel caché sous le pseudonyme de beuglements. En Juillet 1826, il a commencé à la satire la suite du scandale de l’Académie française, qui a préféré Brifaut Charles Alphonse de Lamartine. Il a ensuite composé une complainte sur l’immortalité de M. Briffaut (orthographe de l’auteur) et une chambre dans le même esprit:Les membres de l’Académie ou introuvable, ce qui lui a fait recalé au concours de l’Académie en 1828.

Le 28 Novembre 1827, le Journal de la Bibliothèque annonce la publication de sa traduction de Faust en volume en 32 avec le titre: Faust, tragédie de Goethe, traduit par Gérard (1828).

Les premières étapes vers le succès

Mai 11 829, s’il vous plaît à son père, Gérard accepte d’être un stagiaire dans un cabinet de notaire. Mais il a pratiqué le métier doucement. Il a d’autres choses à faire. Comme un bon soldat du romantisme, il a été convoqué par Victor Hugo pour faire partie de l’appui slap Hernani, dont la mission est Gérard effectue volontiers (voir Bataille d’Hernani).

1830 est l’année des deux révolutions: la révolution romantique dans lequel Gérard prend part, et la révolution politique, celui des Trois Glorieuses sur lequel il est impliqué dans spectateur. La politique ne l’intéresse pas. Les barricades, cependant, il a inspiré un poème fleuve: Le peuple, son nom, sa gloire, sa force, sa voix, sa vertu, sa reste a été publié en août 1830 dans le Mercure de France du XIXe siècle. Il a publié une autre brochure:Nos adieux à la Chambre des représentants en l’année 1830 ou, dans le Va-anciens agents, par le Père Gérard, un patriote de 1789, l’ancien bénéficiaire de la prise de la Bastille (…) et en avant! publiée dans la salle de lecture Mars 4, 1831.

Gérard a principalement deux grands projets: une anthologie de la poésie allemande et une anthologie de la poésie française, deux ouvrages pour lesquels il a besoin d’une abondante littérature à laquelle il accède par Alexandre Dumas et Pierre-Laurent Sébastien lui faire obtenir une carte de bibliothèque, qui évite perdre du temps dans les bibliothèques.

La première anthologie est le titre de la poésie allemande, Klopstock, Schiller et Bürger, Goethe, précédée par une note sur les poètes allemands par Gérard. Le travail est accueillie avec moins d’enthousiasme que Faust, où le compositeur Hector Berlioz a été inspiré pour son opéra La Damnation de Faust.

La seconde anthologie est une sélection de poèmes de Ronsard, Joachim du Bellay, Jean-Antoine de Baïf, Guillaume du Bartas, Jean-Baptiste Chassignet, avec une introduction par Gérard.

Ces deux livres ne répondent pas un succès retentissant. Mais à l’automne de 1830, la Chambre Haute créé par Sainte-Beuve pour assurer le triomphe de Victor Hugo, qui rassemble des écrivains reconnus:Alfred de Vigny, Alfred de Musset, Charles Nodier, Alexandre Dumas, Honoré de Balzac, dont les réunions ont eu lieu rue Notre-Dame-des-Champs ou Hugo, ou le peintre Eugène Devéria, le frère d’Achille Devéria ce cercle commence à se disperser. Comme un cercle nés de nouveau: le Cénacle Petit, dont le leader est le sculpteur Jean-Bernard Duseigneur reçoit dans son atelier, situé dans un magasin de fruits et légumes, où il a rencontré Pétrus Borel et Célestin Nanteuil, avant la gloire à la main l’édition en Septembre.

Mais par-dessus tout ce temps que Nerval veut écrire des pièces dans le style d’Hugo. Deux de ses œuvres sont très bien reçu au Théâtre de l’Odéon: Le prince des fous et Lara ou de l’expiation. Tous n’ont pas le même succès mais Gérard ajoute un nom d’auteur à son nom.

C’est gérard de nerval, pseudonyme adopté en mémoire d’un domaine familial, le Clos de Nerval à proximité de Loisy (commune de Mortefontaine).

Folies abord, les premières expériences

Une des caractéristiques du Cénacle Petit est la propension de ses membres à chahuter, à boire, les blagues, les jeux de mots et de bousin ou bouzingo (Barouf).C’est aussi le résultat d’un groupe de ces événements que les agents impliqués et d’arrêter la montre trois ou quatre jeunes la France est celui avec lequel Théophile Gautier Nerval. Piégé dans la prison de Sainte-Pélagie, Nerval a écrit un petit poème publié prochainement dans la salle de lecture du 4 Septembre, 1831. Encore une fois, dans la nuit du 2 Février 1832, Jeune France ont été arrêtés, pris pour des conspirateurs et cette fois leur peine est plus longue.

Nerval libéré de prison pour apprendre que les mauvaises nouvelles: le 2 avril 1832, une épidémie de choléra a éclaté. Son père lui a demandé de l’aider et Gérard ne pouvons pas accepter. Il est docteur en 1832, mais au cours de la deuxième épidémie en 1849, Gérard (qui a alors des signes de Nerval), se réfugie avec Alexandre Dumas, où il a rencontré Franz Liszt. Puis il va sur un voyage en Suisse.

Dès son retour en 1833, Nestor Roqueplan a ouvert les colonnes de son journal: La Charte de 1830. Mais déjà un autre ami (Edward George) lui propose d’écrire avec lui un roman-feuilleton, qui a lieu dans la Bretagne des chouans. Le grand succès en 1829 par Le Balzac chouans se Nerval réticents. Pourtant, l’envie de visiter la région, le verre l’emporte et il revient avec un conte:L’Auberge de Vitré qui opèrent plus tard dans le prologue de son roman Le Marquis de Fayolle, un roman publié après la mort de Nerval en 1856 par Edward George, qui a révisé et complété.

L’écrivain

En Janvier 1834, à la mort de son grand-père maternel, il a hérité d’environ 30 000 francs. Parti à l’automne dans le sud de la France, il traverse la frontière à l’insu de son père, et de visiter Florence, Rome et Naples.In 1835, il a déménagé à l’impasse avec le doyenné peintre Camille Rogier, où un groupe de romance est trouvé , et a fondé le monde par le magazine de mai de luxe spectaculaire fait de lui gâcher son héritage et, lourdement endetté, il doit finalement vendue en 1836. Tout en faisant ses débuts dans le journalisme, il est allé sur un voyage en Belgique avec Gautier, Juillet-Septembre. En Décembre, il a signé pour la première fois, «gérard de nerval‘ dans Le Figaro.

Le 31 Octobre, 1837 est créé à l’opéra comique avec la musique de Piquillo Monpou; Dumas ne signer le livre, malgré la collaboration de Nerval, Jenny Colon les étoiles. Nerval aurait amour avec l’actrice Jenny Colon qui ne serait faite.Selon certains commentateurs, il aurait commis un culte idolâtre même après la mort de celui-ci, et il serait la figure de la mère perdue, mais aussi de la femme idéale mêlant à une caractéristique syncrétisme de sa pensée, Marie, Isis, la Reine de Saba, qui est débattue parmi les spécialistes de Nerval.In l’été de 1838, il a voyagé en Allemagne pour préparer Léo Burckart Dumas, Salle retardée par la censure. Après la première de L’Alchimiste, écrit en collaboration avec Dumas, le 10 avril 1839, Léo Burckart finalement créé le théâtre de la Porte Saint-Martin le 16 avril. Dans le même temps, il a publié Le Fort de Bitche (Juin 25-28) dans Le Messager et La Deux rendez-vous (15-17 août) – qui devint plus tard gorille – La Presse. Puis en Novembre, il part pour Vienne où il a rencontré la pianiste Marie Pleyel, Ambassade de France.

Retour en France en Mars 1840, il a remplacé Walter, tandis qu’en Espagne pour le feuilleton dramatique de La Presse. après la troisième édition de Faust, plus une préface, et des fragments de Faust en Juillet, il a quitté en Octobre en Belgique. Le 15 décembre a tenu la première de Piquillo à Bruxelles, où il rencontre Jenny Colon et Marie Pleyel.

Après une première attaque de folie Février 23, 1841, il a été traité chez madame de Sainte-Colombe, rue de Picpus. 1er mars, Jules Janin publie une notice nécrologique dans les débats. Après une seconde attaque, Mars 21, il est interné à la clinique du Dr White Spirit, à Montmartre, de Mars à Novembre.

Le 22 Décembre 1842, une partie de Nerval à l’Est, en passant successivement par Alexandrie, Le Caire, Beyrouth, Constantinople, Malte et Naples. De retour à Paris dans les derniers mois de 1843, il publie ses premiers articles sur son voyage en 1844. En Septembre et Octobre, il est parti avec Arsène Houssaye, directeur de l’artiste, la Belgique et les Pays-Bas. De Juin à Septembre 1845, il a remplacé Walter, alors qu’en Algérie, dans La Presse.

Son Voyage en Orient apparu en 1851. Il dit dans une lettre au Dr Blanche, daté du 22 Octobre 1853, après avoir été initié dans les Druzes mystères au cours de sa visite en Syrie, où il atteint le grade de ‘remonter’, un des plus élevés dans la fraternité. Toute son œuvre est fortement teintée d’ésotérisme et symbole, dont l’alchimie. Puis il a été accusé d’être impie, il s’écria: ‘Moi, pas de religion … J’ai dix-sept au moins?’.

Entre 1844 et 1847, voyage Nerval à la Belgique, les Pays-Bas, Londres … et écrit des histoires et des impressions de voyage. Dans le même temps, il a travaillé en tant que romancier et auteur de livrets et en tant que traducteur des poèmes de son ami Heinrich Heine (livre imprimé en 1848). Nerval a vécu ses dernières années dans le matériau et la détresse morale. Durant cette période, il écrit ses chefs-d’œuvre majeurs, a fait de purger ses émotions sur les conseils du docteur Blanche pour la première fois, pour la dimension cathartique de rêves et contre l’avis du Dr Blanche le second: les Filles du feu, ou Aurélia rêve et la vie (1853-1854).

Le 26 Janvier 1855, il a été retrouvé pendu aux barreaux d’une porte qui fermait un égout de la rue de la Vieille-Lanterne (canal n’existe plus, qui a été parallèlement au quai, et s’est terminée Gesvres Place du Châtelet, la place de son suicide était probablement l’emplacement du Théâtre de la Ville), pour ‘perdre son âme dans la rue la plus noire qu’il pouvait trouver’ dans les mots de Baudelaire. Ses amis ont spéculé dans un assassiner perpétrés par les Rangers, lors d’une de ses promenades habituelles dans des endroits peu recommandables, mais il a certainement commis un suicide.Toutefois des doutes subsistent quant il a été trouvé avec son chapeau sur sa tête comme il le ferait normalement automne en raison de l’agitation causée par strangulation.

Ils ont trouvé une lettre dans laquelle il demandait 300 francs, une somme qui, dit-il, aurait été suffisant pour survivre à l’hiver. Les funérailles ont eu lieu à Notre-Dame de Paris, une cérémonie religieuse qui a été accordé en dépit de son prétendu suicide à cause de son état mental. Théophile Gautier, Arsène Houssaye, et lui a versé une concession au cimetière du Père-Lachaise.

gérard de nerval vu par Apollinaire

Considérant que peu est fait rapidement, il a mis sa prose dans de petits incréments de pas plus de dix lignes sur les bandes de papier reliés par wafers.A manuscrit d’un volume représenté par cinq ou six cents colis, mais il n’y avait pas un mot qui a été pas excellent. Tout le monde a lu son histoire charmante appelé Sylvie. Quand il allait faire, il est allé passer une semaine à Chantilly seulement d’étudier un coucher de soleil dont il avait besoin. Un jour dans le jardin du Palais Royal a été vu glisser un homard vivant Gérard, après un ruban bleu. L’histoire circulé dans Paris et ses amis ont été surpris, il répondit:

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles