Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Genre littéraire le roman

Vous êtes ici : » » Genre littéraire le roman ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

genre littéraire le roman

Le roman est un genre littéraire avec des flous, principalement caractérisée par une narration fictionnelle plus ou moins longues, ce qui le distingue des nouvelles. L’importance attachée à l’imagination se reflète dans des expressions comme «C’est du roman!’ Ou dans un certain sens du mot «romantique» se référant à des personnages extraordinaires, des situations, ou de l’intrigue.

Le roman, écrit en prose rapide, de la fin du XIIe siècle, est également définie par sa destination à la lecture individuelle, contrairement à l’histoire de l’épopée ou qui sont la source de la transmission orale. Le ressort du roman, c’est quand la curiosité du lecteur pour les personnages et les aventures, combinée tard d’intérêt dans un art de l’écriture.


Le roman comme un univers

Depuis les années 1880 aux années 1940, le roman tend à rendre compte de toute l’expérience humaine individuelle (roman psychologique) ou collective (roman viennois et américain). Les romans sont plus longs et cherchent à s’unir dans une seule structure d’éléments hétérogènes.

Le roman psychologique

Dans la fin du XIXe siècle, de nombreux auteurs cherchent à développer une analyse psychologique des personnages: derniers romans de Maupassant, Romain Rolland, Paul Bourget, Colette, DH Lawrence.L’intrigue, les descriptions des lieux et dans une moindre mesure, de milieux sociaux, sont d’une importance secondaire.

Henry James introduit un aspect supplémentaire qui deviendra central dans l’histoire ultérieure du roman: le style devient le moyen privilégié pour refléter l’univers psychologique des personnages. Le désir d’approcher au plus près la vie intérieure des personnages prennent notamment le développement de la technique du monologue intérieur: Le Lieutenant Gustel, Arthur Schnitzler (1901), Les Vagues, Virginia Woolf (1931), et plusieurs chapitres de James Joyce dUlysse (1922 ).

La hausse du roman psychologique reflète celle de la psychologie expérimentale (le travail de William James, le frère d’Henry, et l’école viennoise) et celui de l’intérêt des romanciers psychoanalysis.The dans ces développements théoriques est illustré par exemple par le roman La prise de conscience de Zénon par Italo Svevo (1923).

Le roman de Vienne

Dans le début du XXe siècle, de nombreux romanciers Balzac reprendre le projet de construire un roman polyphonique, reflétant tous les aspects d’une époque. Ceci est particulièrement le cas avec de nombreux romanciers Vienne.Et L’Homme sans qualités de Robert Musil (publié à titre posthume en 1943) et Somnambules de Hermann Broch (1928-1931) ont l’ambition de représenter, à travers le destin de certains personnages, en changeant les valeurs de la société occidentale. Les deux romans sont de longs passages de réflexions philosophiques et commentaires qui éclairent la dimension allégorique du travail. Dans la troisième partie de Somnambules, Broch élargit l’horizon du roman par la juxtaposition de styles différents: narratif, réfléchissant, autobiographique.

Il ya une certaine mesure, la même ambition totalisante dans d’autres romanciers viennois de l’époque (Arthur Schnitzler, Heimito von Doderer, Joseph Roth) et plus généralement en langue allemande des auteurs tels que Thomas Mann, Alfred Döblin ou Elias Canetti (tout ce que Milan Kundera appelé «le grand roman de l’Europe centrale’).

Enfin, cette conception du roman se trouve aussi dans le français Roger Martin du Gard dans Les Thibault (1922-1929) et l’Américain John Dos Passos dans sa trilogie États-Unis (1930-1936).

Proust et Joyce

Avec À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et Ulysse de James Joyce est la conception du roman considéré comme un monde qui trouve son point culminant.Il est aussi le prolongement d’une tradition du roman d’analyse psychologique. Les deux romans ont également la particularité d’offrir une vision unique du temps: le temps cyclique de la mémoire pour Proust, pour une journée bien dilatés à Joyce. En ce sens, ces romans marquent aussi une rupture avec le romantisme temps traditionnel inspiré par history.Finally, ces deux auteurs partagent également leur virtuosité stylistique, homogène dans la recherche, et plus éclectique dans Ulysse.

Peut être comparé au travail de Joyce de celle de la Virginie et Woolf en anglais l’Américain William Faulkner.

Le roman au XVIIIe siècle

C’est au XVIIIe siècle que le roman prend sa forme et sa place dans le sens moderne que nous pouvons entendre. Il pousse en Grande-Bretagne et exporté vers la France et la Prusse. S’il reste en quête de légitimité et de la définition, comme le montrent les nombreuses réflexions qu’il suscite à l’époque, il sait en même temps un boom et ses sujets se diversifient. Le roman épistolaire, le roman-mémoire, le roman et le roman libertin rencontre un goût particulier utopique de l’époque.

La hausse du roman en Bretagne

En Grande-Bretagne au XVIIIe siècle que le roman acquiert progressivement une place centrale dans la littérature, par l’intérêt manifesté par un néo-alphabètes population.L premiers romans de succès semblent comme Robinson Crusoe et de Tristram Shandy. Le renouveau du roman se propage rapidement en France et en Allemagne, comme le siècle des Lumières. Aussi la forme et l’esthétique de la variation de roman. Jusque-là, la fiction est mise en évidence d’une manière amusante, par des auteurs comme Laurence Sterne. Mais peu à peu, il sera caché sous l’apparence d’un récit authentique: biographie, confession, récit de voyage de correspondance, … Le Robinson Crusoé par Daniel Defoe illustre cette évolution.

Enfin, c’est alors que le héros romantique est né avec une psychologie complexe et évolutive, qui donne son nom à la nouvelle Crusoé Robinson, Rob Roy, Paméla, …

Le roman épistolaire

Le roman épistolaire est apparu en France en 1721, avec les Lettres persanes de Montesquieu, mais répondre à la plupart des succès à la fin du siècle, après ceux de Pamela ou la Vertu récompensée (1740) et Clarisse (1748) et l’intérêt du public pour jouer matches.It réel explore en particulier le thème de l’amour impossible. Ces thèmes spécifiques au roman a également annoncé le romantisme significative.

Le roman libertin

Le roman est une expression de la débauche intellectuelle des siècles précédents, tout en donnant un nouveau sens au mot. La liberté de pensée et de la dérive d’action, avec le roman, une dépravation morale, une quête égoïste du plaisir. La vie sociale est présentée comme un ensemble de dupe, cynique avec ses codes et des stratégies pour apprendre, la séduction est un art complexe qui est entrepris par définition, le désir ou l’estime de soi, la femme est identifiée comme une proie qui se termine tôt ou tard céder la place à le «chasseur». Contrairement à la littérature libertine du bien la forme du roman libertin est choisie, fine, raffinée et allusive.

Le roman philosophique

Le succès du roman en tant que genre favorise son utilisation pour la diffusion des idées philosophiques, même si l’histoire (Candide de Voltaire) et le dialogue sont les écrivains préféré forms.English avait ouvert la voie avec les Voyages de Gulliver de Swift ou de Robinson Crusoe de Daniel Defoe.

Naissance du roman moderne

Tôt dans l’histoire du roman vivent deux traditions très contrastées. Le premier est le roman comique, apporté par Cervantès et Rabelais, qui se poursuit tout au long du XVIIe siècle, en particulier en France et en Espagne.C’est certainement un roman réaliste et la parodie, qui se moque de la littérature noble et les valeurs établies.

La seconde est l’héritier du roman de chevalerie et du roman grec. Il revendique une certaine noblesse de sentiment et d’expression et un style sérieux. Avec l’avènement du roman historique, la caractéristique merveilleuse de cette tradition est progressivement abandonnée au profit du réalisme.

Au cours du XVIIIe siècle ces deux traditions vont progressivement fusionner pour former le genre que nous connaissons, avec son mélange caractéristique d’une gravité et d’ironie.

Les fondateurs

Il est généralement admis que le roman moderne est né avec Rabelais (les cinq livres de 1532 à 1564) et Cervantès (Don Quichotte, 1605-1615). Typiquement, ces deux romans parodiant le roman médiéval de chevalerie. Dans le langage noble et platitudes du roman de chevalerie, les auteurs comparent la diversité des langues dans la société et un parti pris de réalisme, voire trivial.

Les romans de chevalerie n’est pas le seul modèle qui a inspiré les premiers romanciers modernes. Le nouveau médiévale (surtout Décaméron de Boccace) et de la littérature et des sources de la farce populaire était aussi influente.L’influence de la littérature chrétienne, y compris les franciscains sur les œuvres de Rabelais a également été noté.

Rabelais et Cervantès sont une référence constante pour la quasi-totalité du roman.

Le baroque roman

Le roman se développe héroïques baroque au XVIIe siècle à la cour du roi de France.Inspired par le roman grec est une romance et d’aventure, avec des accents rustiques (en roman) ou merveilleux. Deux amants séparés par le destin et de chercher dans l’aventure pleine de surprises inattendues au cours de laquelle leur amour et leur détermination est mise à l’épreuve. Les amateurs de rencontrer à la fin, leur amour est confirmé par les épreuves endurées.

Les romans sont baroques ‘saga’ très grand. Les dialogues sont dans l’amour sont importantes. Nous pouvons en parler une sorte de casuistique amoureuse (cf. la fameuse carte de la tendresse dans Clélie). Les personnages et les situations sont très stéréotypés.

Les exemples les plus célèbres sont Le Grand Cyrus de Georges et Madeleine de Scudéry, L’Astrée d’Honoré d’Urfé, Zayde de Madame de Lafayette.

Préface de Zayde publié, le fameux traité de l’origine des romans de Pierre-Daniel Huet, pose un certain nombre de questions liées au roman:nous apprenons la fiction d’une culture étrangère ou une période d’absence sur ses créateurs? Que de telles histoires culturelles besoins rencontrent-ils? Y at-il des bases anthropologiques fondamentales en encourageant la création de mondes fictifs? Ces œuvres de fiction ont-ils été divertissant et instructif? Avoir un contenu été – ce que l’on pourrait supposer à la lecture des mythes antiques et médiévaux – de fournir un substitut à une approche plus scientifique, ou ont-ils fait un ajout à la luxes de la vie dont jouit une culture particulière? Ce traité, qui a créé le premier corpus de textes à discuter, a été la première à montrer comment interpréter les œuvres de fiction. Véhiculée dans un certain nombre d’éditions et de traductions, le traité de Huet a obtenu une position centrale parmi les ouvrages sur la fiction en prose.

Le romantisme et l’histoire vaillante petite

Dans la seconde moitié du dix-septième siècle l’on voit un nouveau genre de roman qui est radicalement opposé à l’esthétique baroque du roman. Cette «petits romans» très courts (par opposition à des milliers de pages du roman baroque), et un style réaliste fermement. Alors que le baroque roman a été dans un passé mythique, ces écrivains puisent leur sujet dans l’histoire.Baroque dans le roman, les aventures se déroulent entièrement dans la sphère de la vie publique. Dans le court roman est la sphère privée est placée au centre de l’histoire. Par ailleurs, ces courts romans sont opposés à des romans comiques par un ton sérieux et l’utilisation de grand style. Pour ces raisons, on peut considérer que ces romans a marqué la naissance de la forme du roman tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Les exemples les plus significatifs sont la Princesse de Clèves Mme de Lafayette (1678) et Dom Carlos César Vichard de Saint-Réal (1672). Alors que le premier roman de Madame de Lafayette, Zayde (1670), était une ‘histoire espagnole’, son deuxième roman révèle une histoire plus typiquement French.The des fiers Espagnols se battant en duel pour venger leur réputation un roman français réussit plus facilement amenés à l’observation attentive de la nature et le comportement humain. L’héroïne, face à une opportunité pour l’amour illicite, non seulement résiste à la tentation, mais le rend plus misérables en admettant ses sentiments à son mari.

Le roman picaresque et comique

Avec la vie de Lazarillo de Tormes, la célèbre histoire espagnole parut anonymement en 1554, commence la popularité du roman picaresque en Europe.Dans le roman picaresque, par le biais d’un récit linéaire, mais un héros malheureux brio débrouillards (le pícaro) traverse tous les milieux de vie dans l’aventure pleine de surprises. L’accumulation des épisodes comiques souvent dans un cadre de perdre inclus ce type de roman dans la tradition inaugurée par Rabelais et Cervantes.

Francisco de Quevedo y Villegas, avec Vida del llamado Don Pablos buscón (en français L’Histoire de Don Pablo de Ségovie de), 1626) donnent telle sa plus accomplie.

En France, le dix-septième siècle, le sous-genre picaresque a été cultivé par Charles Sorel, Paul Scarron, Antoine Furetière, Savinien Cyrano de Bergerac, Jean de Lannel, en Allemagne, par Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen.

Près d’un siècle plus tard, le français Alain-René Lesage reprend la tradition de Francisco de Quevedo avec l’Histoire de Gil Blas (1715-1735).

Le roman picaresque restera un modèle pour le roman ultérieur: Robinson Crusoe, Tom Jones, Till Eulenspiegel et Ferdinand Bardamu voyage à la fin de la nuit.

Texte Fiction

Un résumé et en général on peut dire que le texte est un récit fictif de taille très variable, mais assez longtemps, maintenant en prose, qui est de la relation des situations et des faits présentés dans le cadre de l’invention, bien que l’auteur cherchent souvent un effet de réalité , ce qui le distingue du simple récit-transcription (biographie, autobiographie, …), mais aussi le témoignage de l’histoire, qui est le merveilleux. La variété des tonalités présentes dans la fiction littéraire est aussi totale.

Le roman appartient au genre narratif, on peut tenir compte de la série plus ou moins complexe d’événements d’un roman en établissant les grandes lignes narratives du travail et de définir le principe général d’action par le schéma actantiel décrivant les différents rôles présents dans l’histoire . On peut également définir le statut du narrateur (ou des narrateurs), séparé (s) de l’auteur et les points de vue narratif sélectionnés et la structure temporelle de l’œuvre. Genre polymorphe, le roman exploite à la fois les différents discours (direct, indirect, indirect libre), la description (cadre spatio-temporel – portraits) que l’expression de l’histoire elle-même (incidents), le commentaire ou poétique.

Le roman a été et est toujours interrogé pendant une longue période que ce soit la vanité et l’immoralité (jusqu’au XIXe siècle), puis le défi de la psychologie avec le béhaviorisme, la notion même de personnage avec le Nouveau Roman, l'(éclatement de la narration comme choeur avec la multiplication des narrateurs – la perturbation du calendrier …) ou la séparation de l’auteur / narrateur avec l’autofiction.

Le roman s’est progressivement depuis le XVIIIe siècle comme un genre dominant dans la littérature occidentale en conjonction avec le développement du concept de la réflexion individuelle et non-religieux sur le sens de la vie et l’histoire et aussi avec la généralisation de l’apprentissage de la lecture par l’école et Imprimer la circulation. Le roman a supplanté le conte et les traditions épiques qui marquent plus d’autres civilisations (y compris les perses et indiennes), mais il ya au moins deux traditions non européennes romantiques dont les caractéristiques sont assez semblables: c’est le roman chinois et traditionnel roman japonais. Cet article présente une histoire de tradition romantique occidentale, le lecteur doit se référer à ces pages spécifiques pour plus de détails.

Bibliographie

Voir ‘Livres’ sur Wikisource.

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles