Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Ecrivain francais celebre

Vous êtes ici : » » Ecrivain francais celebre ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

ecrivain francais celebre

George Orwell, de son vrai nom Eric Arthur Blair, a été un écrivain anglais né le 25 Juin 1903 à Motihari, l’Inde britannique (aujourd’hui Inde) et est décédé 21 Janvier 1950 à Londres.

Son travail porte la marque de son engagement, qui se trouvent en grande partie enracinée dans l’expérience personnelle de l’auteur: contre l’impérialisme britannique, après son engagement auprès des jeunes comme représentant des forces de l’ordre colonial en Birmanie, pour la justice sociale et le socialisme, après avoir observé et le partage de la vie des classes laborieuses à Londres et à Paris contre le totalitarisme nazi et soviétique, après sa participation à la guerre civile espagnole.


Témoin de son époque, Orwell a été dans les années 1930 et 1940 chroniqueur, critique littéraire et romancier. La production de cette variété, les deux œuvres les plus réussies sont les deux textes durable publiés après la Seconde Guerre mondiale: La ferme des animaux et surtout 1984, un roman dans lequel il a créé le concept de Big Brother, est passé dans le langage courant de critique de la surveillance moderne. L’adjectif «orwellien» est également fréquemment utilisé en référence à l’univers totalitaire imaginé par l’écrivain anglais.

À la marge

Controverse sur la liste des noms des «communications» au Département de recherche de l’information par Orwell

Le 11 Juillet 1996, un article publié dans le quotidien britannique The Guardian révèle que George Orwell dans 1949 livré une liste de noms de journalistes et d’intellectuels «crypto», «compagnon de route» ou «sympathisants» de l’Union soviétique un fonctionnaire du Information sur la recherche Département (une section du ministère britannique des Affaires étrangères liées à l’intelligence), Celia Kirwan. La réalité de cette collaboration est prouvée par un document déclassifié hier par le Public Record Office.

L’information est distribuée principalement en France par le quotidien Le Monde (12 et Juillet 13, 1996) et la libération (Juillet 15, 1996). Le public français apprend que l’auteur de 1984 ‘au Foreign Office a dénoncé la’ crypto ‘» (Le Monde, Juillet 13, 1996). Dans ses Octobre 1996 Dans le numéro, l’histoire du magazine va plus loin, expliquant que Orwell avait «spontanément participé à la chasse aux sorcières» contre les intellectuels communistes organisés par le Foreign Office.

Ces articles ne mentionnent plusieurs informations essentielles française.Tout d’abord, Kirwan, la sœur de l’écrivain Arthur Koestler était un ami proche d’Orwell, où elle a rejeté la proposition de mariage, en 1945, tandis que l’écrivain était veuf depuis plusieurs mois. Ensuite, le transfert d’information a eu lieu lors d’une visite à Orwell Kirwan, peu avant sa mort, qui était déjà dans un sanatorium. Kirwan affectés tout en travaillant pour un département gouvernemental responsable pour les écrivains et les intellectuels de recrutement capable de produire des anti-soviétique propaganda.Orwell, après avoir donné les noms de certaines personnes, il savait qu’il le juge bon d’être recruté, lui propose de le dire, en privé, les noms des d’autres personnes, qu’il est inutile d’aborder, en raison de leurs convictions politiques (qui sont souvent bien connus).

La fameuse liste, déclassifiée en 2003 – mais déjà mentionné dans la biographie de Bernard Crick, publiée en 1980, elle vient d’avoir vu la copie disponibles dans les Archives Orwell – confirme ce qui précède. Bernard Crick note que «certains (des individus) identifiées comme ayant des opinions simplement’ fermer ‘, sélectionnée pour des raisons semblent farfelues et inutiles.«Simon Leys répond que la liste des Kirwan n’est pas établie sur la base uniquement sur des critères politiques, mais aussi les rapports des individus dont il est inapproprié de chercher à collaborer en raison de leur«malhonnêteté»ou leur«stupidité».

John Newsinger dans sa biographie politique d’Orwell, a déclaré que l’auteur a exprimé à plusieurs reprises, dans les années 1940, son hostilité à toute tentative d’établir un «maccarthysme anglais». Il stipule également que «lorsque l’IRD a été créé par l’objectif déclaré du gouvernement travailliste est de mener des activités de propagande pour le compte d’une troisième voie entre le communisme soviétique et le capitalisme américain. Il est loin d’être clair au moment où elle était une arme de services secrets britanniques. ‘

Enfin, indiquent que 1949 est l’une des années les plus terribles de la guerre froide. Staline est vieillissante et sa paranoïa s’aggrave, l’URSS développé des armes nucléaires et à la fin de son processus de satellisation des pays d’Europe de l’Est, la guerre de Corée est sur le point de commencer, et l’Angleterre grouille littéralement d’espions de l'(NKVD dont le célèbre Cambridge Cinq ).

Orwell lui-même, loin de les sympathies soviétiques de certains de l’intelligentsia occidentale, a pu voir pendant la guerre civile espagnole au stalinisme à Barcelone pour l’élimination des anarchistes qui contrôlaient la ville.

Les détails de cette affaire se trouve dans la brochure devant ses accusateurs Orwell, publié en 1997 par l’Encyclopédie des Nuisances Editions Ivrea. Plus succinctement, Simon Leys aborde la question dans la nouvelle édition de l’essai d’Orwell ou l’horreur de la politique (2006).

Orwell à Eton

Aldous Huxley, le futur auteur de Brave New World, a brièvement enseigné le français à Eton (en remplacement d’un professeur à temps plein à la guerre), où parmi ses élèves inclus le futur auteur de 1984. Apparemment, Orwell aimé Huxley, qui leur a enseigné «mots étranges et rares, dans certains concertée», se souvient Steven Runciman (ami et camarade d’Orwell à l’époque), ajoutant qu’il était «un professeur de incompetence.He totale ne pouvait pas appliquer la discipline et était tellement myope qu’il ne pouvait voir ce qui se passait, alors qu’il était constamment chahuté», qui a quelque peu agacé: Orwell’ qui pensaient qu’il était cruel. ‘

Runciman conclut, cependant, que les cours offerts par Aldous Huxley ne sont pas inutiles pour les jeunes:«Le goût des mots, leur utilisation spécifique et la signification que nous avons laissé. En cela, nous avons une grande dette envers lui.’

À la marge

Controverse sur la liste des noms des «communications» au Département de recherche de l’information par Orwell

Le 11 Juillet 1996, un article publié dans le quotidien britannique The Guardian révèle que George Orwell dans 1949 livré une liste de noms de journalistes et d’intellectuels «crypto», «compagnon de route» ou «sympathisants» de l’Union soviétique un fonctionnaire du Information sur la recherche Département (une section du ministère britannique des Affaires étrangères liées à l’intelligence), Celia Kirwan.The la réalité de cette collaboration est prouvée par un document déclassifié hier par le Public Record Office.

L’information est distribuée principalement en France par le quotidien Le Monde (12 et Juillet 13, 1996) et la libération (Juillet 15, 1996). Le public français apprend que l’auteur de 1984 ‘au Foreign Office a dénoncé la’ crypto ‘» (Le Monde, Juillet 13, 1996). Dans ses Octobre 1996 Dans le numéro, l’histoire du magazine va plus loin, expliquant que Orwell avait «spontanément participé à la chasse aux sorcières» contre les intellectuels communistes organisés par le Foreign Office.

Ces articles ne mentionnent plusieurs informations essentielles française. Tout d’abord, Kirwan, la sœur de l’écrivain Arthur Koestler était un ami proche d’Orwell, où elle a rejeté la proposition de mariage, en 1945, tandis que l’écrivain était veuf depuis plusieurs mois. Ensuite, le transfert d’information a eu lieu lors d’une visite à Orwell Kirwan, peu avant sa mort, qui était déjà dans un sanatorium.Kirwan affectés tout en travaillant pour un département gouvernemental responsable pour les écrivains et les intellectuels de recrutement capable de produire propagande anti-soviétique. Orwell, après avoir donné les noms de certaines personnes, il savait qu’il le juge bon d’être recruté, vous propose de lui dire, en privé, les noms des autres personnes qu’il est inutile d’aborder, en raison de leurs convictions politiques (qui sont souvent bien connus).

La fameuse liste, déclassifiée en 2003 – mais déjà mentionné dans la biographie de Bernard Crick, publiée en 1980, elle vient d’avoir vu la copie disponibles dans les Archives Orwell – confirme ce qui précède. Bernard Crick note que «certains (des individus) identifiées comme ayant des opinions simplement’ fermer ‘, sélectionnée pour des raisons semblent farfelues et inutiles.«Simon Leys répond que la liste des Kirwan n’est pas établie sur la base uniquement sur des critères politiques, mais aussi les rapports des individus dont il est inapproprié de chercher à collaborer en raison de leur«malhonnêteté»ou leur«stupidité».

John Newsinger dans sa biographie politique d’Orwell, a déclaré que l’auteur a exprimé à plusieurs reprises, dans les années 1940, son hostilité à toute tentative d’établir un «maccarthysme anglais». Il stipule également que «lorsque l’IRD a été créé par l’objectif déclaré du gouvernement travailliste est de mener des activités de propagande pour le compte d’une troisième voie entre le communisme soviétique et le capitalisme américain. Il est loin d’être clair au moment où elle était une arme de services secrets britanniques. ‘

Enfin, indiquent que 1949 est l’une des années les plus terribles de la guerre froide. Staline est vieillissante et sa paranoïa s’aggrave; l’URSS développé des armes nucléaires et à la fin de son processus de satellisation des pays européens à l’Est, la guerre de Corée est sur le point de départ, et l’Angleterre grouille littéralement d’espions du NKVD (dont le célèbre Cambridge Cinq ).

Orwell lui-même, loin de les sympathies soviétiques de certains de l’intelligentsia occidentale, a pu voir pendant la guerre civile espagnole au stalinisme à Barcelone pour l’élimination des anarchistes qui contrôlaient la ville.

Les détails de cette affaire se trouve dans la brochure devant ses accusateurs Orwell, publié en 1997 par l’Encyclopédie des Nuisances Editions Ivrea. Plus succinctement, Simon Leys aborde la question dans la nouvelle édition de l’essai d’Orwell ou l’horreur de la politique (2006).

Orwell à Eton

Aldous Huxley, le futur auteur de Brave New World, a brièvement enseigné le français à Eton (en remplacement d’un professeur à temps plein à la guerre), où parmi ses élèves inclus le futur auteur de 1984. Apparemment, Orwell aimé Huxley, qui leur a enseigné «mots étranges et rares, dans certains concertée», se souvient Steven Runciman (ami et camarade d’Orwell à l’époque), ajoutant qu’il était ‘un professeur de l’incompétence totale. Il ne pouvait pas appliquer la discipline et était tellement myope qu’il ne pouvait voir ce qui se passait, alors qu’il était constamment chahuté», qui a quelque peu agacé: Orwell’ qui pensaient qu’il était cruel. ‘

Runciman conclut, cependant, que les cours offerts par Aldous Huxley ne sont pas inutiles pour les jeunes:«Le goût des mots, leur utilisation spécifique et la signification que nous avons laissé. En cela, nous avons une grande dette envers lui.’

Biographie

Une éducation anglaise

Eric Arthur Blair est né Juin 25 1903 à Motihari (Présidence, anciens et actuels du Bengale Bihar), dans une famille appartenant à la class.He anglaise du milieu est le fils de Richard Walmesley Blair, un fonctionnaire de l’administration en charge du Conseil indien de l’opium (le commerce de l’opium, principalement vers la Chine, à l’époque était un monopole d’État) et Ida Mabel Blair. Il a deux sœurs, Marjorie (l’aîné) et avril (les plus jeunes). Il revint en Angleterre en 1904 avec sa mère et sa sœur. Eric voit son père n’a, en 1907, lors d’un congé de trois mois donné à ce dernier, qui a rejoint sa famille de façon permanente en 1911 après sa retraite.

A cette époque, le jeune Eric Blair est déjà résident à l’école préparatoire de Saint-Cyprien, qui a inspiré bien plus tard, dans les années 1946-1947, un récit, qu’il présente comme l’autobiographie, publiée après sa mort: tel, tel était le Joies. Il décrit comment «terrible cauchemar’ pour lui sont les années de stage.Eric Blair est néanmoins un étudiant brillant et travailleur (il a passé avec ses camarades d’un «intellectuel»), que ses professeurs motivés par lui rappelant qu’il a une admission accorder à St Cyprien.

Signe de son excellence académique, M. Blair a remporté une bourse d’études à Eton College, la plus célèbre école publique, où il a étudié de 1917 à 1921. Orwell garde un souvenir assez bien de ces années, pendant lesquelles il a travaillé, en diminuant progressivement le statut d’étudiant à celui de brillant élève médiocre, et affichant un tempérament rebelle heureux (rebelles qui, apparemment, il n’est pas lié à des allégations de politique ou idéologique). A cette époque, il a deux ambitions: devenir un écrivain célèbre (il a écrit des histoires et des poèmes – pauvres – dans une revue de l’université), et le retour à l’Est, ils savent la plupart du temps à travers les souvenirs de sa mère.

Service de l’Empire

La prospérité (relative) de la famille Blair est étroitement liée à l’impérialisme britannique: son père aussi inclure l’arrière grand-père paternel de-l’avenir George Orwell (propriétaire d’esclaves en Jamaïque) ou son grand-père maternel (commerçant en teck de Birmanie).Donc, même si une conclusion sans gloire dans une école réalisée dans des établissements prestigieux, est donc naturel que le jeune Eric Blair prend l’uniforme et le retour en Inde en 1922 pour devenir sergent dans la police impériale en Birmanie.

La situation y est à ce point, s’il n’est pas toujours explosive, du moins souvent tendu entre les Birmans et leurs colonisateurs: le nationalisme birman prend son développement, marquée par plusieurs grèves, généralement violemment réprimées. La mission de la britannique est, selon les mots d’un vice-gouverneur de l’ancien de la Birmanie», pour maintenir la loi et l’ordre dans les zones barbares».

Orwell appelée plus tard à son service comme ayant consisté à «cinq années de problèmes avec le son des clairons.’ Après avoir terminé ses prescrits neuf mois à l’école de formation de la police, il connaît six endroits différents de l’emploi, généralement terne (surtout Moulmein). Il laisse l’image d’un grand jeune homme, taciturne et solitaire, qui occupe la plupart de son temps à lire gratuitement. Parmi les récits sur cette période, il serait un jour assister à une exécution, qui inspire un test suspendus, ‘la première preuve écrite d’un style distinctif et le talent d’Orwell.’

N’est pas connue avec certitude ni les détails de l’évolution intérieure qui fait aller de l’ennui au dégoût de ses devoirs comme un simple rouage dans l’administration coloniale. Mais il ya raison de croire que ces paroles de Flory, l’antihéros de A History of Burma ne doit pas être très loin de penser que l’officier de police à Eric Blair 1927: «Le fonctionnaire est titulaire de la Burman au sol tandis que l’homme d’affaires» rend le poches. ‘

Quoi qu’il en soit, à la fin de 1927, il a jeté l’éponge: invoquant des raisons de santé (dont nous ne savons rien), il retourna en Angleterre et a démissionné. Il annonce alors à sa famille qu’il décide de se consacrer à l’écriture. Tout au long des vingt-deux années encore à vivre, il ya un ennemi déclaré de l’impérialisme britannique.

Des débuts difficiles en tant qu’écrivain

Eric Blair semble avoir été quelques cadeaux spéciaux pour l’écriture, si l’on en croit le témoignage de ceux qu’ils étudient à l’époque, il travaille si dur, l’écriture de nouveaux poèmes et multiplie ébauches de romans.

En parallèle, à l’automne de 1927, il explore les bas fonds de Londres, d’enquêter sur les conditions de vie des pauvres, suit sur les routes et dans les abris de nuit sinistre:il espère tirer des matériaux pour un livre sur la vie des pauvres. Il tente donc d’exorciser la culpabilité qui le ronge d’avoir «été exécutant un système d’exploitation et d’oppression’ en Birmanie.

Au printemps 1928, il décide de s’installer à Paris (qui a vu une de ses tantes) pour écrire. Il y est resté dix-huit mois au cours duquel nous ne savons pas beaucoup sur sa vie, si ce n’est que l’automne de 1929, à court d’argent et après avoir donné quelques leçons d’anglais, il fait le saut de quelques semaines dans un hôtel de luxe dans la rue de Rivoli . Durant cette période, il publie occasionnellement des articles dans les journaux communistes (tels que World magazine a fondé et dirigé par Henri Barbusse). Dans presque tous ses écrits de cette période, il ne reste rien. Il revint en Angleterre en Décembre 1929, juste à temps pour passer Noël avec sa famille. Broke, avec rien publié prometteuse, sa santé minée par une pneumonie à l’hiver précédent à Paris est équipée comme un fiasco complet.

Il reprit son exploration des bas-fonds de la société anglaise au printemps suivant, partageant la vie des vagabonds et des mendiants, parfois des jours, parfois une semaine ou two.But il a été forcé d’arrêter les livraisons de quelques mois plus tard, il n’a plus les moyens de poursuivre ses pérégrinations .

Il a décidé d’accepter un poste d’enseignant dans une école privée dans une petite ville où il s’ennuie (Hayes, Middlesex). Il en a profité pour compléter la dèche à Paris et à Londres, a publié au début de 1933. A cette occasion, il a pris le pseudonyme de George Orwell. Alors que les critiques sont bonnes, les ventes sont médiocres. Par ailleurs, l’éditeur d’Orwell (Victor Gollancz) craint la diffamation pour avoir une histoire qui est écrite birmans achevée à l’automne 1934 et, par conséquent, est d’abord publié aux États-Unis puis, avec quelques changements de noms, en Angleterre en 1935. A cette époque, enthousiaste au sujet d’Ulysse de James Joyce l’Orwell et une pneumonie nouveau contrat, qui le força à abandonner sa charge d’enseignement (ou plutôt, dans laquelle la libération).

Lors de la réunion du prolétariat

A la fin de l’automne 1934, Orwell se termine dans la douleur par écrit son deuxième roman, Une fille d’un pasteur, il semble malheureux, «C’était une bonne idée, dit-il à l’un de ses correspondants, mais je crains d’avoir complètement gaspillé. ‘Encore une fois, les références précises à des lieux et des personnages réels dans Gollancz craint que le travail d’être poursuivis pour diffamation. Cependant, il a décidé de le publier, en collaboration avec des corrections mineures au début de 1935.

Pendant ce temps, Orwell s’est déplacé à Londres, où il trouve un emploi à la librairie «Coin Booklover» dans le quartier de Hampstead, ‘qui a été et reste une zone d’intellectuels (réels ou présumés).’ Il a rencontré Eileen O’Shaughnessy, qu’il avait épousée en Juin 1936. Orwell a déjà publié un autre roman, «le dernier de ses livres consciemment’ littéraires , selon Bernard Crick, Vive l’Aspidistra! Il s’est également rendu dans le nord de l’Angleterre où, pour honorer une commande qui a passé Victor Gollancz, il a étudié la vie des enfants dans les zones industrielles. Il tire un livre de cette histoire, The Road to Wigan Pier, qui sera publié alors qu’Orwell était en Espagne. Très controversée dans sa deuxième partie, dans laquelle l’auteur analyse les raisons de l’échec de la gauche pour gagner la classe ouvrière à la cause socialiste, il semble avec le développement du hostiles Victor Gollancz, qui a initié le projet, est dissocie de la fin .

Cette rencontre avec le prolétariat des zones minières en particulier la marque «conversion» d’Orwell à la cause socialiste. Elle peut survenir soudainement, comme preuve, face au spectacle de l’injustice sociale et la misère du prolétariat anglais.

Orwell en Espagne

Fin 1936, quand sévit la guerre en Espagne qui oppose les républicains avec la tentative de putsch militaire dirigé par le ‘Caudillo’ Francisco Franco, Orwell et son épouse ainsi, à travers le Parti travailliste indépendant (ILP), qui leur a donné des lettres de recommandation, le POUM miliciens, après un bref détour à Paris, où Orwell visites Henry Miller, qui a tenté en vain de le dissuader de se rendre en Espagne.

Orwell, à son arrivée à Barcelone, est fasciné par l’atmosphère y est: celui qui l’année dernière était au désespoir de ne pas être capable de briser la barrière entre la classe bourgeoise, c’est le prolétariat qu’il est allé à sa rencontre, ont empêché toute véritable rencontre entre les uns les autres, a découvert une société dans laquelle cette barrière, il semble qu’il s’effondre. Milices du POUM, en particulier, dans lequel il a été nommé instructeur (avec une expérience dans ce domaine au cours de son année birmane), lui apparaissent comme «une sorte de microcosme d’une société sans classes.’

Après avoir passé quelque temps sur le front d’Aragon, Orwell retourne à Barcelone, où il a participé à «trouble de mai» qui s’opposent aux forces révolutionnaires au sein du gouvernement catalan et du PSUC et de voir la victoire de ce dernier. Il est retourné à l’avant où il a été blessé à la gorge.Déchargée, contraint de quitter l’Espagne pour la contrebande ne pas être arrêté (le POUM, dénoncé comme un «parti fasciste» par la propagande du PSUC est interdite Juin 16, 1937), Orwell et son épouse gagnent la France, où ils rejoignent l’Angleterre.

Orwell, à son retour à Londres, est consternée par la manière dont des intellectuels de gauche (en particulier ceux appartenant au Parti communiste ou en sont proches) réalisent ce qui se passe en Espagne, et surtout par les calomnies du compte du POUM, est systématiquement accusée d’être une organisation fasciste, un organisme géré par les fascistes: c’est en vue d’établir la vérité sur les événements qui il a été témoin quand il a commencé à écrire son hommage à la Catalogne, il a publié, avec quelques difficultés, en avril 1938.From ce moment, il a écrit en 1946, «tout ce [qu’il] a écrit […] grave a été écrit, directement ou indirectement, et même dans une seule ligne, contre le totalitarisme et pour le socialisme démocratique.’ C’est dans cet esprit, il a décidé de rejoindre le PAI en Juin 1938, arguant que «le seul régime dans le long terme, peut accorder la liberté d’expression est un socialiste.’

Patriotisme révolutionnaire

Alors que la menace d’un nouveau conflit européen est plus précise, la position d’Orwell est anti-guerre anti-fascisme et critique des fronts populaires: la guerre serait, dit-il, de renforcer l’impérialisme européen, qui beau jeu de se tenir dans le visage de la menace fasciste, en tant que démocraties, alors sans vergogne d’exploiter ‘Six cents millions d’êtres humains privés de tous droits.’

Quelques mois plus tard, cependant, il modifie radicalement la situation sur le sujet: alors que le Parti communiste (qui sont utilisés pour appeler à la lutte contre les dictatures fascistes) découvre la paix après le pacte germano-soviétique, Orwell a découvert que, fondamentalement, il a toujours été un patriote. En conséquence, il se déplace ‘sur les orteils’ de l’ILP, qui persiste dans le Pacifique, et est opposée à l’implication dans le conflit.

Contrecarrer son désir de rejoindre l’armée, son mauvais état de santé fait de la réforme. Malgré cela, en 1940, il rejoint la Home Guard (milice volontaire organisé par l’Etat et formé pour résister à l’invasion nazie, si les Allemands réussissent à atterrir en Grande-Bretagne). En outre, en 1941, il a été embauché en tant que producteur pour la BBC, la diffusion de programmes culturels et des commentaires de guerre à destination de l’Inde.

Parallèlement à ces activités, Orwell a envoyé entre 1941 et 1946 seize articles («Les Lettres de Londres») à l’Review.Indeed Journal Partisan trotskyste américain, patriotisme, il a montré depuis le début de la guerre n’a pas fourni abandonner ses aspirations révolutionnaires. Au contraire, il croit que la victoire de la Grande-Bretagne sur les dictatures fascistes, il faudra la révolution sociale en Angleterre la révolution, il voit des signes d’un mécontentement croissant dans les classes populaires les difficultés face à cause de l’état de guerre (qui ne frappe pas les couches supérieures de la société) et les revers militaires de l’armée britannique, il a déclaré des reculs causés par la négligence des dirigeants militaires et politiques. De ce point de vue, la Home Guard lui apparaît comme le peuple armé qui va renverser, si nécessaire par la force, la puissance à l’avant de vaincre les armées de Hitler (il a développé ces vues dans son essai Le lion et la licorne, qui apparaît dans 1941 dans la collection ‘Searchlight’, dont il a co-fondé).

En Novembre 1943, Orwell a démissionné de la BBC.He puis devient directeur des pages littéraires de l’hebdomadaire du travail reste la Tribune et a commencé à écrire La ferme des animaux.

Les dernières années

Orwell fini d’écrire La ferme des animaux en Février 1944.Le livre semble encore un an plus tard, en août 1945. En attendant, le livre a été rejeté par quatre éditeurs: la remise en cause radicale de l’URSS semble prématuré, à un moment où la guerre contre l’Allemagne hitlérienne n’est pas terminée.

Toujours en 1945, d’Orwell, qui a démissionné de son poste à Tribune, devenu envoyé spécial de l’Observer en France et en Allemagne, où il est responsable de commenter la politique. Il est à Cologne en Mars, quand il apprend que sa femme a un cancer, est décédé. Il est retourné à Londres et a commencé à écrire ce qui deviendra son œuvre la plus célèbre: 1984.

En parallèle, à partir d’août 1945, il devint vice-président de la ‘Liberté Comité de défense’ (Présidé par le poète anarchiste Lire Herbert), qui s’est fixé pour tâche de «défendre les libertés fondamentales des individus et des organisations, et [à] aider ceux qui sont persécutés pour avoir exercé leurs droits à la liberté de parler, d’écrire et d’agir. ‘Orwell soutient le comité jusqu’à sa dissolution en 1949.

Dans la même année 1949, il a publié en 1984, il a terminé à la fin de l’année précédente.Il a épousé sa seconde épouse, Sonia Brownell Octobre 13, alors gravement malade de la tuberculose, il a été admis le mois dernier à l’University College Hospital de Londres, où il prend des notes pour un roman à venir.

Orwell est enterré dans le petit cimetière de l’église de Sutton Courtenay, près d’Abingdon dans l’Oxfordshire, bien que sans rapport avec ce village. Pourtant, il a laissé des instructions comme: «Après ma mort, je ne serai pas brûlé, je veux juste être enterré dans le cimetière le plus proche du lieu de ma mort..’ Mais sa mort qui eut lieu au centre de Londres, et aucun des cimetières de Londres avoir suffisamment d’espace pour l’enterrement, sa veuve, Sonia Brownell, craignant que son corps a été incinéré, a demandé à ses amis de communiquer avec le pasteur de leur village d’origine pour voir si leur église dans le cimetière aurait une place pour enterrer. Ainsi, il a été, par hasard, enterrée à Sutton Courtenay.

Aucune mention ni de ses œuvres ou de son nom de plume ‘de George Orwell’. Après sa mort, sa veuve a publié un recueil de ses articles, essais, lettres et quelques histoires courtes sous le titre de Collected Essays, Journalism and Letters (1968).

Les Œuvres complètes de George Orwell (vingt volumes), la première édition des œuvres complètes d’Orwell édité par Peter Davison, a été achevé pour la publication en Angleterre en 1998.

En Janvier 2008, le Times a classé deuxième dans sa liste des ‘plus grands écrivains britanniques 50 depuis 1945.’

Adaptations

Bibliographie

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles