➔ LITTÉRATURE

Critiques littéraires romans

Vous êtes ici : » » Critiques littéraires romans ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Le roman est un genre littéraire avec floue caractérise principalement par une narration fictionnelle plus ou moins longues, ce qui le distingue des nouvelles. L’importance attachée à l’imagination se reflète dans des expressions comme «C’est du roman!’ Ou dans un certain sens du mot «romantique» se référant à des personnages extraordinaires, des situations, ou de l’intrigue.

Le roman, écrit en prose rapide, de la fin du XIIe siècle, est également définie par sa destination à la lecture individuelle, contrairement à l’histoire de l’épopée ou qui sont la source de la transmission orale. Le ressort du roman, c’est quand la curiosité du lecteur pour les personnages et les aventures, combinée tard d’intérêt dans un art de l’écriture.

Le genre littéraire

Des origines très anciennes du roman

Nous pouvons retracer les origines du premier roman à des genres littéraires pratiqués depuis les temps anciens, comme l’épopée (l’Iliade, l’Odyssée d’Homère, l’Enéide de Virgile), des ouvrages historiques (d’Hérodote et Thucydide), tragédie et comédie nouvelle (Ménandre, Térence) et même de la poésie pastorale. Il allègrement de dessin de tous ces genres semble le roman grec, qui est au premier siècle av.AD dans un genre distinct, qui a déjà l’apparence qui caractérise le composite au cours des siècles. C’est la première fois sont écrits en prose, des livres destinés à divertir leur public et de développer une intrigue, si elle n’est pas tout à fait plausible, au moins cohérent et réaliste que les caricatures des personnages de la comédie ancienne ou jouer satyre et les protagonistes de l’histoire des animaux. Le roman grec se caractérise par le rôle central attribué à la romance et beaucoup d’aventures (enlèvements, pirates, les décès de faux, les batailles de reconnaissance des scènes …).

Les romans de Chariton Tatius, Achille et Héliodore d’Emèse sont les principaux représentants de ce genre que nous avons réalisé. Certains romans grecs sont plus proches des genres précis: Daphnis et Chloé de Longus est fortement influencée par la poésie bucolique grecque (Théocrite) et romaine (Virgile), tandis que les œuvres de Lucien, à court et humoristique, pour la plupart, les emprunts des dialogues plus philosophique et historique . Un de ses œuvres les plus connues, l’histoire vraie, une parodie des livres d’histoire en citant des peuples exotiques et des histoires de voyages incroyables en multipliant les aventures fantastiques.Ces histoires ne sont pas encore classées comme «fiction», mais parfois les histoires d’amour, parfois dramatiques, parfois même en utilisant le terme plasma (grec s’approche de notre concept moderne de la fiction). Les commentateurs de l’premiers siècles après JC caractérise ces histoires comme fictif, mais plausible, qui a placé les mi-chemin entre les récits mythologiques, de fiction et invraisemblable, et des ouvrages historiques, illustrant les événements réels et plausibles.

A l’époque romaine les romans antiques sont écrites en latin, comme les Métamorphoses d’Apulée attribués à ou attribués à Pétrone Satiricon.


Les sources du roman médiéval

Jusqu’au XIIe siècle, la poésie épique et lyrique dominent le paysage littéraire et narratif, mais progressivement un nouveau genre a émergé: le roman. Bien que novateur et original, et pourtant il dessine des modèles dans de nombreux genres littéraires qui l’ont précédée. Il est innovant car il combine les exploits militaires de l’épopée, la vision romantique de la poésie lyrique et s’appuie sur légendes celtiques.

Poésie lyrique

La rupture s’est amorcée en écrivant à l’émergence d’un nouveau genre de poésie lyrique ne doit pas nécessairement se cacher une grande continuité dans les thèmes et les motifs donnés par le roman. Il hérite de la poésie lyrique premiers caractères stylisés:la dame est une femme mariée de statut plus élevé que son prétendant, l’homme est vassal obéissant de la dame, il est timide et maladroit en face d’elle et est un personnage losengiers fourbe, un traître potentiel. Elle reflète également le thème de la fine amor, amour secret, sacré dans lequel une femme est divine, sacrée. Il hérite également de la Reverdie. La Reverdie est un retour cyclique au printemps résultant dans la contemplation de la dame par son amant et son portrait est flatteur d’associations entre la beauté de la nature et des femmes. Le son est aussi partie intégrante de la poésie lyrique, parce que la poésie ne peut pas être fait sans les rimes lyriques et ne peut pas séparer les sons, le rythme.

Cependant, le romancier ne comprend pas ces thèmes à l’identique, très souvent, il les met à jour, et dramatise les changements. Plus important encore, il substitue une nouvelle figure de l’amour du poète. Le modus operandi de la séduction est en évolution: la femme est séduit plus par des paroles et des chansons, mais par des actions. Le personnage du poète est remplacé par le chevalier hérité des épopées.

L’épopée

Le héros de l’épopée est le héros épique de ses traits. Il est vaillant, courageux, il sait manier les armes, il allie la franchise à la loyauté et la générosité.Surtout, il peut préserver son honneur. Parmi les nombreuses raisons héritées de l’épopée, notez que la description des armes du chevalier, ses associés ou ses ennemis, il se bat et les batailles qui suivent ou même ceux des embuscades, les pièges et autres procédures qui marquent le chemin du héros. Il ya aussi des scènes de l’ambassade cher à l’épopée, les scènes du conseil entre un seigneur et ses barons ou de regret funèbre (lamentations d’un héros, un compagnon perdu) et la prière du plus grand péril.

Les thèmes et les motifs qui peuvent être rencontrées dans le roman ne se pose pas ex nihilo, le nouveau genre est largement basé sur ceux qui l’ont précédé tout en faisant de grands changements et d’innovations.

Les trois sujets

Au-delà des thèmes et motifs utilisés, les sujets traités avec le roman se caractérisent par leur originalité et leur diversité. Il est possible de les rassembler en trois grands thèmes (comme les substances):

La matière de Bretagne se développe à la cour d’Henri II et son épouse Aliénor d’Aquitaine et de la cour de la fille Eleanor, Marie de France, en Champagne. La matière de Bretagne est imprégnée de traditions celtiques et les légendes transmises oralement par les conteurs bretons et gallois.Bien que de nombreuses inexactitudes demeurent dans l’existence, Chrétien semble être l’auteur le plus représentatif et le plus innovant dans ce domaine de la Grande-Bretagne. Son écriture est caractérisée par une attention particulière aux effets de la structure (miroir, en parallèle, différents échos, des correspondances entre les personnages ou les épisodes, etc) .. Il innove également par la tour qui donne les aventures de son héros. Il orne les événements inattendus et surprenants qui apparaissent souvent comme des signes du destin de l’ajout knight.In, il se lie étroitement à la notion de quête d’aventure. Il peut être allé à un personnage, l’amour, l’identité, la célébrité ou une fin spirituelle. Ces quêtes se déroulent dans un univers de fiction qui combine des éléments surnaturels et merveilleux effets réels.

Le roman en prose du XIIIe siècle

Avant le XIIIe siècle, à l’exception des textes juridiques, certains textes ont été écrits en prose. Mais à la fin de l’Modèle: SS et au début du XIIIe siècle, la prose est de plus en plus importante dans le récit. Deux raisons peuvent expliquer cette tendance. Tout d’abord, la prose est susceptible d’augmenter la crédibilité des aventures racontées par assimilation à la fiabilité des textes juridiques.D’autre part, le passage à la prose marque également un changement dans la façon de lire: la lecture collective et orale est remplacée par la lecture individuelle. La découverte du papier et le développement de l’écriture en général la promotion de cette development.And conséquent, la versification comme artifice mnémonique est de moins en moins nécessaire.

Ces romans en prose sur le modèle de la passion du Christ et se rapportent massivement au mythe du Graal ou le Saint Calice.

Les romans réalistes

Ces histoires semblent en conjonction avec le développement de la bourgeoisie et un esprit de plus en plus matérialiste. La redécouverte du texte d’Aristote accompagne ce renforcement du rationalisme au détriment d’une partie de la spiritualité et de merveilleux. Le Roman de la Rose et Jehan et Blonde illustrent cette nouvelle orientation du genre. Les auteurs de ces romans choisissent de rester dans les limites des probabilités et de rejeter les arthurienne merveilleux. La géographie de la région est de plus en plus familier aux lecteurs, y compris des personnages fictifs rencontrent des personnages historiques (réels) et les héros ont été choisis issus de milieux plus modestes et sont moins légendaires. Cependant, ce type est marquée par un paradoxe fort:tandis que la prose semble être le plus approprié pour transcrire la réalité avec crédibilité et alors que la majorité des romans sont désormais écrits en prose, ces romans réalistes continuent à être écrit dans le verset (verset octosyllabiques). Conséquence de ce paradoxe ou non, ils vont progressivement disparaître avant la popularité croissante de la fiction en prose.

Texte Fiction

Un résumé et en général on peut dire que le texte est un récit fictif de taille très variable, mais assez longtemps, maintenant en prose, qui est de la relation des situations et des faits présentés dans le cadre de l’invention, bien que l’auteur cherchent souvent un effet de réalité , ce qui le distingue du simple récit-transcription (biographie, autobiographie, …), mais aussi le témoignage de l’histoire, qui est le merveilleux. La variété des tonalités présentes dans la fiction littéraire est aussi totale.

Le roman appartient au genre narratif, on peut tenir compte de la série plus ou moins complexe d’événements d’un roman en établissant les grandes lignes narratives du travail et de définir le principe général d’action par le schéma actantiel décrivant les différents rôles présents dans l’histoire .On peut également définir le statut du narrateur (ou des narrateurs), séparé (s) de l’auteur et les points de vue narratif sélectionnés et la structure temporelle de l’œuvre. Genre polymorphe, le roman exploite à la fois les différents discours (direct, indirect, indirect libre), la description (cadre spatio-temporel – portraits) que l’expression de l’histoire elle-même (incidents), le commentaire ou poétique.

Le roman a été et est toujours interrogé pendant une longue période que ce soit la vanité et l’immoralité (jusqu’au XIXe siècle), puis le défi de la psychologie avec le béhaviorisme, la notion même de personnage avec le Nouveau Roman, l'(éclatement de la narration comme choeur avec la multiplication des narrateurs – la perturbation du calendrier …) ou la séparation de l’auteur / narrateur avec l’autofiction.

Le roman s’est progressivement depuis le XVIIIe siècle comme un genre dominant dans la littérature occidentale en conjonction avec le développement du concept de la réflexion individuelle et non-religieux sur le sens de la vie et l’histoire et aussi avec la généralisation de l’apprentissage de la lecture par l’école et Imprimer la circulation.Le roman a supplanté le conte et les traditions épiques qui marquent plus d’autres civilisations (y compris les perses et indiennes), mais il ya au moins deux traditions non européennes romantiques dont les caractéristiques sont assez semblables: c’est le roman chinois et traditionnel roman japonais. Cet article présente une histoire de tradition romantique occidentale, le lecteur doit se référer à ces pages spécifiques pour plus de détails.

Le XIXe siècle ou le roman roi

Dans la fin du XVIIIe siècle, le roman a atteint sa maturité. Sa forme et l’esthétique ne changera pas beaucoup jusqu’à ce que le format de twentieth siècle.Le des romans, la division en chapitres, l’utilisation de la narration passé et un formulaire de narrateur omniscient un faible courant compromise. Les descriptions et la psychologie des personnages deviennent primordiales.

Le roman romantique

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce genre a été largement pratiquée par les romantiques. Et Byron, Schiller, Lamartine, Leopardi préfèrent le théâtre, la poésie, les mémoires ou récits. Romantiques, cependant, sont les premiers à abandonner le roman dans leurs théories esthétiques. Le roman se caractérise par une pause romantique avec la séparation des styles en vigueur à la période classique, une exaltation du sentiment et une recherche du pittoresque.

En Allemagne, pré-romantique et romantique ont été principalement montré dans le Bildungsroman ou roman d’éducation de Wilhelm Meister de Goethe (1796), Henri de Ofterdingen de Novalis (inachevé, 1801). Par ailleurs, les romans de Jean Paul et ETA Hoffmann est à la fois abondante et irriguées par une imagination puissante. Mais ils conservent l’essentiel de l’esthétique de l’heterogeneousCentury roman du XVIIIe (Laurence Sterne et le roman gothique).

En France, les auteurs pré-romantique et romantique ont été largement consacrée à plus de roman, Mme de Staël, Chateaubriand, Alfred de Vigny (Stello, Servitude et grandeur militaires, Cinq-Mars), Prosper Mérimée (Chronique de Charles IX, Carmen, Chasing la Double), Alfred de Musset (La Confession d’un enfant du siècle), Alexandre Dumas (Le Comte de Monte-Cristo) George Sand (Lélia, Indiana) et Victor Hugo (Notre Dame de Paris). Cependant l’inspiration de Victor Hugo roman, qui s’appuie sur le réalisme à la fois historique et social et le roman populaire, est assez différent de l’esprit romantique. Dans un style proche de Hugo, incluent également l’Italien Alessandro Manzoni (Les Fiancés, 1825-1827). Le travail de Stendhal, enfin, marque la transition entre le romantisme et réalisme.

En Grande-Bretagne, c’est avec les sœurs Brontë et de romance roman de Walter Scott trouve son expression.

Réalisme et le naturalisme

Le roman réaliste est caractérisée par la probabilité de parcelles, souvent inspirés de faits réels, ainsi que les descriptions riches, et la psychologie des personnages. Vous rencontrerez des gens de toutes les classes de la société et des générations successives dans une perspective souvent critique. Cette volonté de construire un monde fictif qui est à la fois cohérente et globale voit son aboutissement dans La Comédie humaine de Balzac. Ce projet aura une influence considérable sur l’histoire du roman, en particulier dans la première moitié du XXe siècle.

En plus de Balzac, l’école réaliste française a également Flaubert et Maupassant. Cependant, ces auteurs n’ont pas confinée au style réaliste (littérature fantastique pour Balzac et Maupassant, Flaubert pour le symbolisme). Dans la fin du XIXe siècle, le réalisme d’une part le déplacement vers le naturalisme objectif de Zola et en partie au roman psychologique.

Le roman a donné le roman russe réaliste plusieurs de ses chefs-d’œuvre: Guerre et Paix et Anna Karénine de Léon Tolstoï (1873-1877), père et fils d’Ivan Tourgueniev (1862), Oblomov par Ivan Gontcharov (1858).Enfin, les romans de Dostoïevski, dont l’importance pour l’histoire du roman est fondamental, à certains égards, peut être lié à ce mouvement.

Le réalisme est également nécessaire dans le reste de l’Europe: George Eliot et Anthony Trollope, en Angleterre, Eça de Queiroz au Portugal, Giovanni Verga en Italie. En Allemagne et en Autriche, le style Biedermeier nécessite un moralisme roman réaliste emprunt (Adalbert Stifter).

Dans le début du XXe siècle, les écrivains américains sont comme John Steinbeck, Jack London et Ernest Hemingway qui perpétuent le style naturaliste.

Le roman populaire

Avec la propagation de l’alphabétisation, l’amour de la lecture affecte maintenant les classes inférieures, notamment à travers des éditions bon marché et distribués par colportage soap opera. Parmi les écrivains populaires du XIXe Sue, Eugène, George Sand, Alexandre Dumas et Paul de Kock.

Le nineteenthcentury également vu la naissance de deux genres de fiction populaire: le roman policier avec Wilkie Collins et Edgar Allan Poe et le roman de science-fiction avec Jules Verne et HG Wells.

Le roman satirique

Tradition anglaise satirique du XVIIIe siècle se poursuit avec des auteurs comme Charles Dickens, William Makepeace Thackeray, ou en France, Octave Mirbeau. Tout en intégrant certains aspects du roman réaliste, en particulier l’importance des descriptions et l’ambition de faire une «section» de la société tout entière est un roman populaire et bourgeois.

En Russie, le style satirique est illustré par Nicolas Gogol (Les Âmes mortes, 1840), et quelques-uns des romans de Dostoïevski (l’arrondissement de Stépantchikovo et ses habitants, 1859).

Le roman de sortir pour conquérir le monde

Le roman comme un univers

Depuis les années 1880 aux années 1940, le roman tend à rendre compte de toute l’expérience humaine individuelle (roman psychologique) ou collective (roman viennois et américain). Les romans sont plus longs et cherchent à s’unir dans une seule structure d’éléments hétérogènes.

Le roman psychologique

Dans la fin du XIXe siècle, de nombreux auteurs cherchent à développer une analyse psychologique des personnages: derniers romans de Maupassant, Romain Rolland, Paul Bourget, Colette, DH Lawrence. L’intrigue, les descriptions des lieux et dans une moindre mesure, de milieux sociaux, sont d’une importance secondaire.

Henry James introduit un aspect supplémentaire qui deviendra central dans l’histoire ultérieure du roman: le style devient le moyen privilégié pour refléter l’univers psychologique des personnages. Le désir d’approcher au plus près la vie intérieure des personnages prennent notamment le développement de la technique du monologue intérieur: Le Lieutenant Gustel, Arthur Schnitzler (1901), Les Vagues, Virginia Woolf (1931), et plusieurs chapitres de James Joyce dUlysse (1922 ).

La hausse du roman psychologique reflète celle de la psychologie expérimentale (le travail de William James, le frère d’Henry, et l’école viennoise) et celui de la psychanalyse. L’intérêt des romanciers dans ces développements théoriques est illustré par exemple par le roman La conscience de Zeno d’Italo Svevo (1923).

Le roman de Vienne

Dans le début du XXe siècle, de nombreux romanciers Balzac reprendre le projet de construire un roman polyphonique, reflétant tous les aspects d’une époque. Ceci est particulièrement le cas avec de nombreux romanciers Vienne. Et L’Homme sans qualités de Robert Musil (publié à titre posthume en 1943) et Somnambules de Hermann Broch (1928-1931) ont l’ambition de représenter, à travers le destin de certains personnages, en changeant les valeurs de la société occidentale.Les deux romans sont de longs passages de réflexions philosophiques et commentaires qui éclairent la dimension allégorique du travail. Dans la troisième partie de Somnambules, Broch élargit l’horizon du roman par la juxtaposition de styles différents: narratif, réfléchissant, autobiographique.

Il ya une certaine mesure, la même ambition totalisante dans d’autres romanciers viennois de l’époque (Arthur Schnitzler, Heimito von Doderer, Joseph Roth) et plus généralement en langue allemande des auteurs tels que Thomas Mann, Alfred Döblin ou Elias Canetti (tout ce que Milan Kundera appelé «le grand roman de l’Europe centrale’).

Enfin, cette conception du roman se trouve aussi dans le français Roger Martin du Gard dans Les Thibault (1922-1929) et l’Américain John Dos Passos dans sa trilogie USA (1930-1936).

Proust et Joyce

Avec À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et Ulysse de James Joyce est la conception du roman considéré comme un monde qui trouve son point culminant. Il est aussi le prolongement d’une tradition du roman d’analyse psychologique. Les deux romans ont également la particularité d’offrir une vision unique du temps: le temps cyclique de la mémoire pour Proust, pour une journée bien dilatés à Joyce.En ce sens, ces romans marquent aussi une rupture avec le romantisme temps traditionnel inspiré par l’histoire. Enfin, ces deux auteurs partagent également leur virtuosité stylistique, homogène dans la recherche, et plus éclectique dans Ulysse.

Peut être comparé au travail de Joyce de celle de la Virginie et Woolf en anglais l’Américain William Faulkner.

Bibliographie

Voir ‘Livres’ sur Wikisource.

← Article précédent: Critiques libres livres Article suivant: Critiques livres

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles