Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Critique littéraire roman

Vous êtes ici : » » Critique littéraire roman ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

critique littéraire roman

Le roman est un genre littéraire avec floue caractérise principalement par une narration fictionnelle plus ou moins longues, ce qui le distingue des nouvelles. L’importance attachée à l’imagination se reflète dans des expressions comme «C’est du roman!’ Ou dans un certain sens du mot «romantique» se référant à des personnages extraordinaires, des situations, ou de l’intrigue.

Le roman, écrit en prose rapide, de la fin du XIIe siècle, est également définie par sa destination à la lecture individuelle, contrairement à l’histoire de l’épopée ou qui sont la source de la transmission orale. Le ressort du roman, c’est quand la curiosité du lecteur pour les personnages et les aventures, combinée tard d’intérêt dans un art de l’écriture.


Le roman au XVIIIe siècle

C’est au XVIIIe siècle que le roman prend sa forme et sa place dans le sens moderne que nous pouvons entendre. Il pousse en Grande-Bretagne et exporté vers la France et Prussia.If il reste en quête de légitimité et de la définition, comme indiqué par les pensées qu’elle suscite de nombreuses à l’époque, il sait en même temps un boom et ses sujets se diversifient. Le roman épistolaire, le roman-mémoire, le roman et le roman libertin rencontre un goût particulier utopique de l’époque.

La hausse du roman en Bretagne

En Grande-Bretagne au XVIIIe siècle que le roman acquiert progressivement une place centrale dans la littérature, par l’intérêt manifesté par la population néo-alphabètes. Les premiers romans de succès semblent comme Robinson Crusoe et de Tristram Shandy. Le renouveau du roman se propage rapidement en France et en Allemagne, comme le siècle des Lumières. Aussi la forme et l’esthétique de la variation de roman. Jusque-là, la fiction est mise en évidence d’une manière amusante, par des auteurs comme Laurence Sterne. Mais peu à peu, il sera caché sous l’apparence d’un récit authentique: biographie, la religion, récit de voyage de correspondance, … Le Robinson Crusoé par Daniel Defoe illustre cette évolution.

Enfin, c’est alors que le héros romantique est né avec une psychologie complexe et évolutive, qui donne son nom à la nouvelle Crusoé Robinson, Rob Roy, Paméla, …

Le roman épistolaire

Le roman épistolaire est apparu en France en 1721, avec les Lettres persanes de Montesquieu, mais répondre à la plupart des succès à la fin du siècle, après ceux de Pamela ou la Vertu récompensée (1740) et Clarisse (1748) et l’intérêt du public pour jouer correspond réel. Il explore en particulier le thème de l’amour impossible.Ces thèmes spécifiques au roman a également annoncé le romantisme significative.

Le roman libertin

Le roman est une expression de la débauche intellectuelle des siècles précédents, tout en donnant un nouveau sens au mot. La liberté de pensée et de la dérive d’action, avec le roman, une dépravation morale, une quête égoïste de la vie pleasure.Social est présenté comme un jeu de dupe, cynique avec ses codes et des stratégies pour apprendre, la séduction est un art complexe qui est entrepris par définition , le désir ou l’estime de soi, la femme est identifiée comme une proie qui se termine tôt ou tard céder la place au ‘chasseur’. Contrairement à la littérature libertine du bien la forme du roman libertin est choisie, fine, raffinée et allusive.

Le roman philosophique

Le succès du roman en tant que genre favorise son utilisation pour la diffusion des idées philosophiques, même si l’histoire (Candide de Voltaire) et le dialogue sont les formes préférées. Écrivains anglais avaient ouvert la voie avec les Voyages de Gulliver de Swift ou de Robinson Crusoe de Daniel Defoe.

Le genre littéraire

Des origines très anciennes du roman

Nous pouvons retracer les origines du premier roman à des genres littéraires pratiqués depuis les temps anciens, comme l’épopée (l’Iliade, l’Odyssée d’Homère, l’Enéide de Virgile), des ouvrages historiques (d’Hérodote et Thucydide), tragédie et comédie nouvelle (Ménandre, Térence) et même de la poésie pastorale. Il allègrement de dessin de tous ces genres semble le roman grec, qui est au premier siècle av. AD dans un genre distinct, qui a déjà l’apparence qui caractérise le composite au cours des siècles. C’est la première fois sont écrits en prose, des livres destinés à divertir leur public et de développer une intrigue, si elle n’est pas tout à fait plausible, au moins cohérent et réaliste que les caricatures des personnages de la comédie ancienne ou jouer satyre et les protagonistes de l’histoire des animaux. Le roman grec se caractérise par le rôle central attribué à la romance et beaucoup d’aventures (enlèvements, pirates, les décès de faux, les batailles de reconnaissance des scènes …).

Les romans de Chariton Tatius, Achille et Héliodore d’Emèse sont les principaux représentants de ce genre que nous avons réalisé. Certains romans grecs sont plus proches des genres précis:Daphnis et Chloé de Longus est fortement influencée par la poésie bucolique grecque (Théocrite) et romaine (Virgile), tandis que les œuvres de Lucien, à court et humoristique, pour la plupart, les emprunts des dialogues plus philosophique et historique. Un de ses œuvres les plus connues, l’histoire vraie, une parodie des livres d’histoire en citant des peuples exotiques et des histoires de voyages incroyables en multipliant les aventures fantastiques. Ces histoires ne sont pas encore classées comme «fiction», mais parfois les histoires d’amour, parfois dramatiques, parfois même en utilisant le terme plasma (grec s’approche de notre concept moderne de la fiction). Les commentateurs de l’premiers siècles après JC caractérise ces histoires comme fictif, mais plausible, qui a placé les mi-chemin entre les récits mythologiques, de fiction et invraisemblable, et des ouvrages historiques, illustrant les événements réels et plausibles.

A l’époque romaine les romans antiques sont écrites en latin, comme les Métamorphoses d’Apulée attribués à ou attribués à Pétrone Satiricon.

Les sources du roman médiéval

Jusqu’au XIIe siècle, la poésie épique et lyrique dominent le paysage littéraire et narratif, mais progressivement un nouveau genre a émergé: le roman. Bien que novateur et original, et pourtant il dessine des modèles dans de nombreux genres littéraires qui l’ont précédée.Il est innovant car il combine les exploits militaires de l’épopée, la vision romantique de la poésie lyrique et s’appuie sur légendes celtiques.

Poésie lyrique

La rupture s’est amorcée en écrivant à l’émergence d’un nouveau genre de poésie lyrique ne doit pas nécessairement se cacher une grande continuité dans les thèmes et les motifs donnés par le roman. Il hérite de la poésie lyrique premiers caractères stylisés: la dame est une femme mariée de statut plus élevé que son prétendant, l’homme est vassal obéissant de la dame, il est timide et maladroit en face d’elle et est un personnage losengiers fourbe, un traître potentiel. Elle reflète également le thème de la fine amor, amour secret, sacré dans lequel une femme est divine, sacrée. Il hérite également de la Reverdie. La Reverdie est un retour cyclique au printemps résultant dans la contemplation de la dame par son amant et son portrait est flatteur d’associations entre la beauté de la nature et des femmes. Le son est aussi partie intégrante de la poésie lyrique, parce que la poésie ne peut pas être fait sans les rimes lyriques et ne peut pas séparer les sons, le rythme.

Cependant, le romancier ne comprend pas ces thèmes à l’identique, très souvent, il les met à jour, et dramatise les changements. Plus important encore, il substitue une nouvelle figure de l’amour du poète.Le modus operandi de la séduction est en évolution: la femme est séduit plus par des paroles et des chansons, mais par des actions. Le personnage du poète est remplacé par le chevalier hérité des épopées.

L’épopée

Le héros de l’épopée est le héros épique de ses traits. Il est vaillant, courageux, il sait manier les armes, il allie la franchise à la loyauté et la générosité. Surtout, il peut préserver son honneur. Parmi les nombreuses raisons héritées de l’épopée, notez que la description des armes du chevalier, ses associés ou ses ennemis, il se bat et les batailles qui suivent ou même ceux des embuscades, les pièges et autres procédures qui marquent le chemin du héros. Il ya aussi des scènes de l’ambassade cher à l’épopée, les scènes du conseil entre un seigneur et ses barons ou de regret funèbre (lamentations d’un héros, un compagnon perdu) et la prière du plus grand péril.

Les thèmes et les motifs qui peuvent être rencontrées dans le roman ne se pose pas ex nihilo, le nouveau genre est largement basé sur ceux qui l’ont précédé tout en faisant de grands changements et d’innovations.

Les trois sujets

Au-delà des thèmes et motifs utilisés, les sujets traités avec le roman se caractérisent par leur originalité et leur diversité.Il est possible de les rassembler en trois grands thèmes (comme les substances):

La matière de Bretagne se développe à la cour d’Henri II et son épouse Aliénor d’Aquitaine et de la cour de la fille Eleanor, Marie de France, en Champagne. La matière de Bretagne est imprégnée de traditions celtiques et les légendes transmises oralement par les conteurs bretons et gallois. Bien que de nombreuses inexactitudes demeurent dans l’existence, Chrétien semble être l’auteur le plus représentatif et le plus innovant dans ce domaine de la Grande-Bretagne. Son écriture est caractérisée par une attention particulière aux effets de la structure (miroir, en parallèle, différents échos, des correspondances entre les personnages ou les épisodes, etc) .. Il innove également par la tour qui donne les aventures de son héros. Il orne les événements inattendus et surprenants qui apparaissent souvent comme des signes du destin de l’ajout knight.In, il se lie étroitement à la notion de quête d’aventure. Il peut être allé à un personnage, l’amour, l’identité, la célébrité ou une fin spirituelle. Ces quêtes se déroulent dans un univers de fiction qui combine des éléments surnaturels et merveilleux effets réels.

Le roman en prose du XIIIe siècle

Avant le XIIIe siècle, à l’exception des textes juridiques, certains textes ont été écrits en prose. Mais à la fin de l’Modèle: SS et au début du XIIIe siècle, la prose est de plus en plus importante dans le récit. Deux raisons peuvent expliquer cette tendance. Tout d’abord, la prose est susceptible d’augmenter la crédibilité des aventures racontées par assimilation à la fiabilité des textes juridiques. D’autre part, le passage à la prose marque également un changement dans la façon de lire: la lecture collective et orale est remplacée par la lecture individuelle. La découverte du papier et le développement de l’écriture en général la promotion de cette development.And conséquent, la versification comme artifice mnémonique est de moins en moins nécessaire.

Ces romans en prose sur le modèle de la passion du Christ et se rapportent massivement au mythe du Graal ou le Saint Calice.

Les romans réalistes

Ces histoires semblent en conjonction avec le développement de la bourgeoisie et un esprit de plus en plus matérialiste. La redécouverte du texte d’Aristote accompagne ce renforcement du rationalisme au détriment d’une partie de la spiritualité et de merveilleux. Le Roman de la Rose et Jehan et Blonde illustrent cette nouvelle orientation du genre.Les auteurs de ces romans choisissent de rester dans les limites des probabilités et de rejeter les arthurienne merveilleux. La géographie de la région est de plus en plus familier aux lecteurs, y compris des personnages fictifs rencontrent des personnages historiques (réels) et les héros ont été choisis issus de milieux plus modestes et sont moins légendaires. Cependant, ce type est marquée par un paradoxe fort: alors que la prose semble être le plus approprié pour transcrire la réalité avec crédibilité et alors que la majorité des romans sont désormais écrits en prose, ces romans réalistes continuent à être écrits en vers (vers octosyllabique) . Conséquence de ce paradoxe ou non, ils vont progressivement disparaître avant la popularité croissante de la fiction en prose.

Le roman aujourd’hui: la forme du roman en question

En Europe, retour à l’exploration tous azimuts du XVIIIe: le roman est à la recherche de nouveaux modèles dans d’autres genres: autobiographie, poésie, journal, reportage, même dans les arts visuels. Le personnage de fiction qui a été au centre de l’origine est moins important. Le roman est considéré comme un genre très libre suffisant pour accueillir des expériences avec la langue.

Au lieu des changements dans les pratiques culturelles roman profondément.La concurrence de la radio, bandes dessinées, cinéma, télévision et internet, il perd son statut privilégié comme un reflet de l’époque. Les romans sont plus courts, reflétant la réduction du temps passé à offrir des reading.The est diversifiée avec la multiplication des petites maisons d’édition. Enfin, un marché mondial dominé par les littéraires anglo-américaines de production est en cours.

Le moralisme anglo-saxons

Roman veut être critique de la société moderne. Rejet du nihilisme et du matérialisme, mais laïque. Polyphoniques et fidèle au style de Balzac réaliste, mais avec plus de liberté dans la narration. Parfois quelques incursions dans le proche avenir, la science-fiction avec Ballard et Houellebecq. Principalement représentés dans le monde anglo-saxon, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Afrique du Sud et Israël. Plus grands noms: Philip Roth, JM Coetzee, Saul Bellow, et l’inspiration de Milan Kundera. Les jeunes: Rick Moody, Jonathan Franzen, William Vollmann, Bret Easton Ellis. On peut ajouter l’Anglais James Graham Ballard, les Français Michel Houellebecq, Benoît Duteurtre.

Le roman culte ou générationnel

Le «roman culte«terme le roman qui rassemble un groupe de joueurs plus ou moins étendue et prend la dimension générationnelle.Exemples les plus souvent cités incluent entre autres: The Catcher in the Rye par JDSalinger, Bonjour Tristesse de Françoise Sagan, William S. Burroughs Junkie, Last Exit to Brooklyn de Hubert Selby Jr, Sur la route Jack Kerouac, Bandini de John Fante, Moins Than Zero de Bret Easton Ellis, Journal d’un oiseau de nuit par Jay McInerney, Generation X de Douglas Coupland, Fight Club de Chuck Palahniuk, Le Vieil Homme et l’Enfant de François d’Augias, etc.

L’espace de la page

Regain d’intérêt pour explorer les possibilités typographiques (hérité de Laurence Sterne, mais aussi la poésie). William Gass, Raymond Federman, le français Maurice Roche et, plus récemment, Olivier Cadiot, Mark Z. Danielewski et Alexander Garden.

Roman hybride

L’hybridation avec le test de roman, journal littéraire (Pascal Quignard, Miklos Szentkuthy) ou intime (Hervé Guibert et l’autofiction), le reporting, récit historique ou biographique. Typique à cet égard le travail de WG Sebald, qui mêle autobiographie, essai littéraire ou historique, le photoreportage et la fiction.

La langue orale

Le roman a toujours exécuter la dialectique entre la langue écrite (littéraire) et parlées.Mais au cours des dix dernières années, cet aspect est devenu central. Les travaux de l’Autrichien Thomas Bernhard, la plus grande influence sur la littérature mondiale. Exemples: Lydie Salvayre, Emmanuel Adely, Jonathan Safran Foer, Roddy Doyle, etc.

Les origines du roman

D’une langue à une sorte

Toute tentative de définir correctement le roman est étroitement liée à l’identification de ses origines. Ainsi, de nombreux théoriciens du roman qui a cherché à appuyer leur théorie générique de théories génétiques. C’est pourquoi une bonne entrée dans une tentative de définir le roman terme peut être trouvée dans l’origine du mot. Ce terme initialement utilisé pour désigner une langue utilisée au Moyen Age, la langue romane, dérivée de la langue utilisée dans le nord de la France, la langue d’oil, qui prévalent sur la langue d’oc du sud de la France. Cette langue, née de l’évolution progressive du latin, il remplace dans le nord de la France.

Romanus (latin)

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles