Corrigés commentaire littéraire

> > Corrigés commentaire littéraire ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

Le commentaire littéraire est l’un des trois thèmes proposés par écrit de la course au début de l’examen du baccalauréat français en France, avec la rédaction de dissertations et d’invention. L’exercice est également pratiqué dans une dimension plus stylistique, cependant, au cours de la littérature à l’université.

Le commentaire littéraire, anciennement connu sous ‘remarque faite» ou «le texte de commentaire» est, selon le curriculum de l’éducation nationale française, ‘l’endroit pour exprimer une opinion personnelle sur un texte, un vocabulaire précis et pertinents qui peuvent être caractérisés en sa spécificité. «Il faut montrer la spécificité de la littérature extrait étudié, grâce à une méthodologie rigoureuse. La pratique est ancienne, même si elle a été principalement mis en place depuis 1902.

La revue de la littérature ne concerne que les programmes d’exercices proposés par l’école, une voie générale et technologique depuis 1972.Scored avec 16 points, le coefficient est égal à 2, à l’exception de la série littéraire, où il était de 3. Le commentaire est un test de votre choix dans l’écriture, mais obligatoire à l’oral, indépendamment de la section éducation.

Tout d’abord, le commentaire exige une lecture attentive et l’extrait d’analyse proposées.L’étudiant doit ensuite identifier un problème pertinent et susceptible d’organiser l’étude autour de deux ou trois lignes de lecture. Enfin, le travail doit être soigneusement construit, suivi en étant l’introduction, développement et conclusion.

Le test de commentaires littéraires cherche à l’esprit à la fois analytique et synthétique, la pensée critique et les compétences argumentatives. Toujours liées à des objets d’étude du programme de français, il promeut une des techniques littéraires sensibles à la grammaire, le vocabulaire, la rhétorique de la versification ou l’auteur s’engage dans le texte.

Évaluation des commentaires littéraires

Examen écrit

Le commentaire est un événement littéraire à choisir et écrites dans un quatre heures et est enregistrée sur 16 points, le coefficient étant égal à 2, à l’exception de la série littéraire, où il est égal à 3. Les critères d’évaluation sont liées, en plus de maîtrise de la langue et de l’argumentation, une lecture personnelle pertinente, une composition efficace et la sensibilité pour le texte affiché. Plus précisément, le test évalue les critères suivants:

Depuis 2002, le procès est prévu en français écrit sur un corpus de 3 ou 4 texte (éventuellement dans une brève de travail complet), parfois accompagnée d’un document iconographique.

Epreuve orale

Dans l’épreuve orale précoce en français («FAE») pour toutes les sections, y compris le baccalauréat en littérature pour la classe de littérature, le commentaire littéraire est une évaluation obligatoire se concentrant, en plus de compréhension et d’analyse de texte, les capacités de communication verbale de l’étudiant . En tant que tel, l’échelle de notation utilisée par les enseignants est en partie basé sur la lecture systématique du texte et l’étude analytique sur l’autre main sur l’entrevue elle-même. La durée de l’entrevue est de 20 minutes et la préparation pendant 30 minutes. Le coefficient est de 2 et pour tous les généraux et technologiques et la série ST2S STG mais c’est une IST dans la série et STL. La présentation et le service sont tous les deux marqué 10 et complété, formant ainsi un score de 20.

Comme l’a écrit, le commentaire littéraire est une explication de texte qui est choisi soit à partir de la lecture d’une description ou dans des groupes de textes étudiés dans l’année et que l’élève a étudié en classe.

Cependant, le niveau de la demande est plus faible et par écrit, à cause de la limite de temps et à cause de la seconde partie du test, qui consiste en une entrevue semi-structurée. En général, le texte proposé ne dépasse pas 15 à 20 lignes, mais peut être plus long si extrait de théâtre.Le orales organisées autour de la question posée par l’examinateur et permet à l’étudiant d’orienter sa lecture axe. Il peut y avoir aucune explication de textes sur la lecture cursive (en plus de textes utilisés dans l’entretien) et, dans le cas d’une œuvre complète, il peut être offert tout extrait. Il est impératif que les étudiants prennent en compte la question et proposer des domaines de la lecture en conséquence. L’échelle de notation inclut l’évaluation des qualités d’expression et de communication du candidat, ceux de réflexion et d’analyse, et enfin sa connaissance, ces trois domaines sont évalués à deux reprises lors de la présentation du texte et puis pendant l’entretien. Enfin, il ya des arrangements spéciaux pour les candidats de répéteurs institutions ou hors contrat.

Origine et évolution

Origine de l’année: rhétorique et la scolastique

La pratique du commentaire littéraire apparaît avec la réforme de l’éducation de 1880, et depuis elle se développe de plus en plus dans l’un des trois événements majeurs de l’écriture de premier cycle en français.

Cependant, il ya des tests similaires et plus.Selon Bertrand et Bernard Veck Daunay, «dans ses écoles, le commentaire est l’aboutissement d’une lignée très ancienne qui peut être identifié de la période hellénistique, où Homère dit autant à l’école que dans les cercles savants, particulièrement les stoïciens.’ A l’exemple de la rhétorique grecque («progymnasmata’) et romaine («declamationes’), qui évaluent la capacité d’analyse et de synthèse des étudiants sont en effet des précédents pour le test de commentaires littéraires. Depuis le Moyen Age, dans le but de l’éducation est la rhétorique, les élèves à produire un texte en imitant un auteur latin ou grec, cependant, rarement le français. La technique de quaestiones limiter l’analyse à un court extrait ou d’une seule proposition.

L’étude critique et analytique, cependant, est inexistant jusqu’au XIXe siècle. Une tradition juive, les commentaires bibliques devraient également être pris en account.According à Bertrand Daunay et Bernard Veck, la réunion de ces deux traditions exégétiques se déroule à Alexandrie et a donné naissance à la scolastique médiévale, souvent considéré comme prenant les écrits d’Aristote, à la suite Thomas d’Aquin, pour les commentaires des articles.

Humanisme fondé plus tard le commentaire philologique moderne, avec, en particulier, le Commentaire sur le Ronsard Amours de (1553) Marc-Antoine Muret, écrit que l’un des premiers commentaires en France sur une œuvre littéraire laïque et vraiment forte avec l’exégèse précédente.

Inauguration en 1884

Les épreuves écrites du premier cycle ont été inaugurés en 1830, et finalement adopté par la circulaire de Victor Cousin, adressée aux présidents le 8 mai 1840, qui recommande d’introduire dans l’épreuve orale de l’explication, «un certain nombre de classiques de textes français en prose et en vers, qui pourraient être analysées dans une œuvre littéraire et même grammaticales (…)». Avec cette circulaire, la classe de rhétorique devient plus élémentaires, et en fait, elle disparaît en 1902. La réforme de 1854 confirme l’explication définitive des écrivains français, voyant que les étudiants d’éducation publique ont une mauvaise compréhension de textes classiques. Les enseignants doivent donc expliquer les textes français afin de prévenir contre-sens, ce qui nécessite une lecture attentive et l’explication des mécanismes grammaticaux et stylistiques utilisés. Pour cet essai, les deux traditions, celle de l’explication orale du texte et que des commentaires écrits (de la scolastique médiévale), sont remplies.

L’exercice est oral en 1874.Le point tournant dans l’éducation française est celle de 1880 quand, note Michel Leroy, «la République a fondé l’école sur le patriotisme», de la réforme éducative de 1880. Il a ajouté: «Dans le discours latin, qui a préparé les classes d’exercice canonique dans la grammaire, les humanités, la poésie et la rhétorique, une gradation légitimée par une composition de remplacement longue tradition, le français et l’explication de textes en français.’ Listes des auteurs classiques sont bien établies jusqu’à présent .

Créer et tester la précision (1884-1969)

Essai de la compétition commentaire de texte que de la composition littéraire au XIXe siècle. Thurot annoncé par Charles, dans son enseignement à l’École normale en 1870, par des manuels Gazier Augustin (en 1880) et Gustave Allais (1884), puis par des campagnes de Brunot Ferdinand et Gustave Lanson (Pratique des études de composition française, 1898), le texte commentaire est expressément offerte par le critique littéraire Ferdinand Brunetière en 1899 comme un exercice pour acquérir une connaissance réelle de l’histoire et les genres littéraires tout en Dubrulle publié en 1910 un ouvrage sur ce qu’on appelle alors le ‘texte d’explication» de l’événement qui persiste dans sa forme classique jusqu’en 1972 .Dubrulle propose déjà une méthode précise pour analyser le texte, une méthode qui commence par la lecture à haute voix du texte, qui poursuit sa contextualisation historique et sociale, et en terminant par une explication technique. Gustave Lanson, à son tour, est la première à voir le commentaire de texte sur le discours métatextuel une année. L’école de course est basée sur cette nouvelle approche épistémologique, rendue possible par Lanson.

Le deuxième tournant est venu avec la réforme de 1902. Avec le programme de modernisation des auteurs est en effet une nouvelle discipline, ‘l’explication du texte français,’ qui ‘est à partir de 1902 le cours principal de la classe de toutes les classes», avec la composition, devenu le ‘essai’ français. L’explication du texte se concentre sur le style de l’écrivain ainsi que son traitement des thèmes, et quelques-uns des outils de la langue.

Le texte du commentaire doit être ‘fait’ Remplace l’une des trois formes de la preuve de la «composition française» en 1969. Il est en effet cette année-là que les exercices sont progressivement baccaulauréat limitée, menant à trois sujets. Auparavant, le commentaire fait partie du ‘premier numéro’ execice double, sommaires ou tester à la fois l’analyse / discussion et commentaire de texte essai.Deux autres sujets sont également disponibles baccalauréat», une dissertation sur un thème littéraire, une dissertation sur’ un thème intellectuel, moral. ‘Dans cette nouvelle définition de la pratique du test, le commentaire devient une œuvre littéraire«activité métatextuelle.»Selon Bertrand et Bernard Veck Daunay, le test en 1970, enfin conforme aux exigences de la vieille explication orale et commentaire écrit:«l’importance de la comptabilité pour un texte dans son développement ‘d’une part, la rigueur de la structure destinée à «méthodiquement pour révéler les éléments d’intérêt que le candidat trouve la page proposée«d’autres.

Dans l’enseignement actuel (depuis 1972)

Le commentaire littéraire est présent dans le degré de son baccalauréat et le cadre actuel depuis 1972. C’est la confrontation de deux textes proposés d’abord, puis comme un commentaire composé d’un extrait unique alors. L’analyse doit prendre en compte les outils de la langue et les appareils stylistiques. Le commentaire souffre depuis le début de l’essai test de concurrence, ‘Le commentaire de texte, accompagné d’une étiquette qui indique la méthode à suivre sera vraiment proposé qu’à partir de 1902. L’essai prend le pas sur les descriptions et les récits, des discours et des commentaires. Strictly sujets littéraires progressivement occulter les problèmes historiques et moraux.«L’exercice du commentaire reflète donc des changements dans l’enseignement du français, qui peut être vu comme:«Le développement d’une pédagogie de l’imitation à un commentaire pédagogie». Par Michel Leroy Cependant, il est«en 1970 que le commentaire est séparé du court, sans explication particulière de cette scission. ‘Prend peu de place par le’ raidissement générique»selon Bertrand Daunay. Ensuite, c’est par référence à la circulaire de 1983 que le terme«remarque faite ‘apparaît pour la première fois. C’est La même année, un mémo, a déclaré que les principes de l’écrit et soulève le degré de spécificité de chaque année. L’introduction en 1987 des programmes de lecture méthodique, renforce la spécificité de l’événement littéraire et d’interprétation. Les derniers programmes de réaffirmer, en parlant contre analytiques lecture.

Selon Bertrand Daunay, «une dichotomie est clairement marquée entre l’écriture et l’écriture invention métatextuel», c’est-à-dire, que de commentaires littéraires. Cette dichotomie réunit la double opposition entre la rhétorique culturelle et la culture du commentaire et métatextuel entre l’écriture et par une lettre hypertexte commentaire est, dans mes propres mots à partir de 2001 des programmes de coaching, de l’exercice appartenant ‘au domaine de la critique du discours sur la littérature.«L’exercice du commentaire souffre de la concurrence de l’écriture d’invention, au moins standardisés d’activité et libre, et même si les deux tests sont proches les uns des autres dans la mobilisation des connaissances et des savoir-faire. Il ya donc un«continuum entre l’écriture et l’écriture invention métatextuel. ‘

Par ailleurs, l’exercice comprend plusieurs activités et plusieurs variations formelles. Pour Bertrand Daunay, nous pouvons parler de sexe, parce que «ce sont les exigences (et non les réalisations) qui construisent peu à peu le genre» de commentaires littéraires, non pas comme de simples exercice académique, mais seulement la production. Revenant à l’histoire de commentaires littéraires dans l’enseignement du français et de littérature, Bertrand Daunay remarquerez que deux choses diffèrent dans sa définition. Premièrement, la linguistique, textuel et le discours ne sont pas toujours clairement identifiés par documents.On officielle de l’autre côté, les caractéristiques cognitives sont ceux qui ont le plus avancé parmi les diverses explications de l’événement. Cette évolution est à comparer avec celui de la pratique de la lecture dans le système français, une pratique également remodelé depuis 1969.

Procédés littéraires de réinvestir dans le test

Maître analyse littéraire

Les axes des commentaires sont basées sur des idées ou de théories déterminées lecture. Ces idées sont eux-mêmes fondées sur des arguments se référant aux dispositifs littéraires et l’écriture commentaire de texte spécifique et étudié en classe. En ce qui concerne le niveau de l’analyse littéraire, il est important de faire bon usage du vocabulaire et la terminologie appropriée, en utilisant une variété de synonymes et en utilisant des adjectifs spécifiques, par l’utilisation, en particulier, au vocabulaire des sentiments aussi bien que celui de l’abstraction . Par exemple, les noms des figures de style est connu, toute correction basée en partie sur la connaissance et le nom et la fonction des procédés les manipulations program.These des différents processus (grammaticaux, lexicaux, stylistiques, linguistiques, etc.) Et la nécessité d’établir et d’identifier la relation entre les phénomènes textuels des niveaux de langue différents, c’est la difficulté d’enseigner à l’épreuve du commentaire littéraire.

Un commentaire littéraire met donc en oeuvre les ‘outils analytiques’ de réinvestir nécessairement, selon le texte spécifique à analyser, et conformément à la section d’enseignement suivi. En utilisant une méthode précise, basée par exemple sur l’utilisation d’un tableau de classement, ou l’utilisation de couleurs, améliore l’analyse du texte.

Éléments lexicaux

L’étude d’un texte est basé sur un ensemble d’outils linguistiques adaptés pour faire ressortir le style et l’originalité. L’étude des champs lexicaux et champs sémantiques est essentiel de mettre en évidence les thèmes du passage, en particulier à travers la littérature isotopies. Jouant sur les significations multiples ou paronymie également mis en perspective de l’étude semantics.The d’adjectifs (améliorateur ou dépréciation) et ceux expositif partie trahir (adjectifs axiologiques en particulier) est cruciale.

L’étymologie est d’identifier, même si cela nécessite une compréhension approfondie de l’évolution de la langue comme les savants seuls latine sont souvent capables de mettre en pratique. L’étude de l’énonciation est de plus nécessaire dans les programmes. Il concerne la façon dont l’auteur présente dans son texte et fait un objet de communication. L’étude des discours et des actes de parole (discours rapporté, discours indirect libre, discours indirect et discours direct est crucial dans le cas d’un dialogue et narration alternant histoire. L’étude enregistre enfin et les tons de la langue littéraire utilisée dans le texte (bande dessinée, lyrique, épique, fantastique, etc.) relie le texte à un genre et un programme littéraire.

Éléments syntaxiques et stylistiques

Identifier le projet a pour mettre en évidence les sujets de phrases, les suppléments de jeu (COD, COI, COS) et la nature des verbes utilisés par l’auteur (verbe d’action, de mouvement, la perception des attributs de condition). Les coordonnateurs doivent être identifiés (conjonctions de coordination, en subordonnant les conjonctions et locutions conjonctives), car ils révèlent la progression logique du texte, en particulier dans le cas d’un extrait argumentatif.

L’auteur utilise un ensemble de procédures formelles pour déterminer le style et de mettre en évidence ses idées et de thèmes. Les chiffres du discours et la rhétorique utilisée pour déterminer les effets que l’auteur cherche à produire chez le lecteur. L’étude de l’opinion d’intérêt à montrer comment l’auteur (ou le narrateur) est impliqué et renforce son texte. L’étude de l’argumentation, objet stratégique des programmes d’étude qui doit être fait en mettant en évidence les registres littéraire et le contexte extérieur de la production.

Rythmique éléments et prosodiques

Très présent dans l’analyse de la poésie, des processus rythmiques et prosodiques existent encore dans la prose. L’augmentation peut expliquer la dynamique interne de la transition, sa force et son originalité comme un objet littéraire et culturelle. Versification doit être précise:compter les syllabes et les pieds, où l’hiatus, césure, une demi-ligne, le rejet, le rejet et spanning-contre sont tous des facteurs à considérer se rapportent à l’extrait d’un genre ou d’un mouvement littéraire particulier.

L’étude des figures de style propres à rythme poétique: l’allitération, l’assonance en particulier, parmi les figures dans le programme. L’étude de la ponctuation et la typographie (paragraphes, strophes poétiques). L’étude de la versification, propres poèmes, et est basé principalement sur la détermination de la poésie, de type (sonnet, rondeau, ballade, etc.) Et le type de compteurs (Alexandrie, octosyllabe, etc) .. L’étude de la rime (alternance croix ou plat) et éventuellement des graphiques pour le cas de l’image-poèmes (calligrammes par exemple) est également l’étude de la prosodie complete.The peut réaliser le texte respirer spécifiques (notions de temps et de cadence).

Les objectifs éducatifs du commentaire littéraire

Réinvestissement des objets d’étude

Le ‘texte’ est étymologiquement un «tissu» qui unit et mêle différentes composantes linguistiques, mais également des composants stylistiques que le commentaire doit avoir. L’objectif principal de l’essai est d’évaluer l’apprentissage de tous les outils linguistiques, stylistiques et l’histoire littéraire, le programme du collège et de lycée.Il est donc d’appliquer ces «objets d’étude» dans un texte littéraire afin de souligner son style valeur. La capacité de l’étudiant de les interpréter dans un contexte spécifique est également évaluée. Enfin, on peut mettre en œuvre les compétences tant à l’écrit et de communication (épreuve orale au plus) partie de la «socle commun de connaissances et de compétences.’

Le commentaire se compose de l’explication d’un texte, qui peut appartenir à n’importe quel genre (théâtre, poésie, roman, article de journal, etc.), Tout type (argumentatif, polémique, épique, narratif, poétique), ou la période littéraire (le romantisme , le surréalisme, etc) .. Le sujet doit toujours être attaché à l’objet d’études dans le programme. Le commentaire est une évaluation sommative à-dire, qui vise à évaluer la capacité des élèves à avoir compris et réutiliser des objets de programmes d’études, à savoir: les outils de la langue, la clarté d’expression, la connaissance de l’histoire littéraire, la grammaire et la terminologie de l’analyse littéraire . Les titres officiels des objets d’étude sont:

Ces objets d’étude sont nécessaires. ‘La liste est l’une des contributions essentielles de nouveaux programmes pour signifier le fondement de la culture nécessaire et partagé des étudiants et des futurs citoyens.»Toutefois, selon les séries, les objets d’étude ne sont pas les mêmes.

Synthèse et analyse

Le test évalue la capacité des élèves à organiser, structurer et d’expliquer son analyse du texte, tout en identifiant les défis qu’il pose. La revue de la littérature s’appuie sur deux approches afin antagonistes mais à s’unir dans une seule production:

Une étude dans le texte n’est interdit, dit le commentaire «interlinéaire» n’a pas en fait de mettre en évidence ce qui rend le texte étudié peut être décrit comme «littéraire». Selon Marcelle Dietrich, la ‘récupération explication de texte» réunit ces deux approches, analytique et synthétique, qui fournit une approche authentique du texte.

Le document d’accompagnement du programme aborde les questions de commentaires littéraires comme suit: «L’étudiant est invité à analyser et comprendre un texte puis de le caractériser, d’offrir un avis sur ce texte basé sur les fonctionnalités clés qui ont émergé, et de justifier cette décision par une argument fondé sur une analyse minutieuse qu’il a réalisées: la formation de la pensée critique et l’analyse respectueuse du texte sont les deux questions clés.’Le commentaire littéraire est donc basée sur une méthodologie, d’exploiter les procédés littéraires, qui peuvent mettre en évidence le style de l’auteur, ainsi que les questions spécifiques au texte et son contexte de production. Enfin, les étudiants doivent être neutres et objectifs comme dans son argument dans son écriture. Selon Jacques Vassevière, commentaires conserve la faveur des professeurs de français, par rapport à l’essai, à cause de cette double exigence de méthode.

Test selon les catégories et séries

‘La pierre angulaire de l’enseignement du français au lycée,«la pratique de ce premier commentaire est acquise, puis il est le cadre dans lequel la pensée critique peut être exercée sur le personnel de l’étudiant. Il doit concerner chaque séquence afin de permettre l’éducation et des acquisitions de réinvestir dans le commandement de la langue. La deuxième catégorie couvre non seulement à travers «des exercices courts et fréquents [que] de développer l’écriture d’invention, alors qu’ils sont écrit des commentaires et la dissertation.’

Cependant, le test varie selon les séries de l’éducation. Technologie pour la série, ‘le libellé du commentaire sous la forme de deux (voire trois) questions qui guident et marquer un’ cours de la lecture».«Contrairement aux commentaires littéraires demandé séries générales,’ il n’est pas nécessaire d’exiger que les transitions écrit candidat, une introduction et la conclusion d’un canoniques», bien que la cohérence des objectifs est attendue. En général,’ le commentaire peut prendre diverses formes de organisation: plan en deux ou trois parties ou le développement plus flexible d’un mouvement qui englobe la construction du sens. ‘La classe est la seule de Terminale littéraire, ce niveau de poursuivre la production de commentaires littéraires, dans un processus d’approfondissement.

Attitude et compétences

La pratique du commentaire littéraire ‘, révèle le désarroi vécu comme un exercice pour lequel complexes et de renoncer à envisager un apprentissage progressif.’ Bertrand Daunay explique cela par l’absence du marché des manuels travaille pour aider l’élève. Ce manque d’histoire est opposé à l’inflation, d’autant que l’exercice implique plusieurs attitudes et les aptitudes de l’étudiant. L’appropriation d’une culture de grande amélioration des compétences d’écriture, l’importance de penser plus large que purement académique au rôle de la littérature dans l’apprentissage du français et la maîtrise du développement de métalangage de l’écriture et l’analyse sont tous d’investir dans l’exercice de test.Ce sont cependant peu étudié en psychologie scolaire, à l’exception d’Isabelle Delcambre et B Veck. L’exercice permet également aux étudiants à construire leurs capacités de lecture d’expert, et, selon Bertrand Daunay, il peut ‘l’amener à construire progressivement un lecteur d’image, [et] de rompre avec la représentation qu’il peut avoir à lire, la lecture à l’école, l’école joue . «La connaissance est d’investir dans deux catégories:«Les champs de texte ‘(langage, la rhétorique, la stylistique, la sémiotique, de la poésie) et l’histoire littéraire (ainsi que les études sociales ou d’histoire, plus généralement), tandis que l’expertise sont principalement éditoriale.

Capacités secondaire mais important sont activés dans cet exercice. Loin d’être un signe d’incapacité à analyser le texte, la paraphrase, quand est «la fusion de texte et commentaire dans le commentaire qui est réalisé par la reprise (non marqués) dans le commentaire de texte du texte source» (Bertrand Daunay ce appelle le ‘détextualité’), indique une aptitude à comprendre le texte. Sur ce point, les exercices et les commentaires de synthèse sont semblables parce qu’ils exercent les mêmes activités. Apprendre le texte du commentaire offre enfin un étudiant plus complète face à ce texte.Il permet d’investir la ‘bonne littérature’ qui, selon Yves Reuter «ni le texte ni le commentaire, mais le texte du rapport, des observations, elle intégrée dans un domaine spécifique et ses institutions sont liées.’ Ainsi, le texte littéraire, souvent traditionnelle, est profané par l’exercice du commentaire, et l’étudiant peut prendre une distance critique vis-à-vis de ce dernier. Autres compétences transférables en français sont admis dans la pratique de commentaires littéraires, comme la possibilité pour les élèves de nommer une difficulté de manipulation de texte, ou la reconnaissance des génériques criteria.For Delcambre Isabelle, l’opération de lier ces différentes connaissances (concepts) et un savoir-faire est spécifique au commentaire littéraire.

Problèmes de commentaires littéraires

Le commentaire doit démontrer une compréhension des enjeux spécifiques au texte étudié. Définir les questions – ou «lignes de lecture» – afin de déterminer le type de régime. Cependant la suite du texte n’est pas suffisant: nous devons aussi mettre en œuvre ses propres connaissances générales en vue d’élargir l’étude à démontrer des qualités argumentatives et réinvestir les objets d’étude du programme.

← Article précédent: Corrigé bac 2010 littérature Article suivant: Couples célèbres littérature


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles de tout le site