Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Rôle de la littérature

Vous êtes ici : » » Rôle de la littérature ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

rôle de la littérature

La littérature mot, dérivé de la littérature latine du Littera (lettre) apparaît au début du XIIe siècle avec un sens technique de «parole écrite» et ensuite de passer à la fin du Moyen Age à la signification de la «connaissance des livres’ avant d’atteindre XVIIe – XVIIIe siècles sens aujourd’hui, primaire: toutes les œuvres écrites ou orales avec une activité esthétique ou de participer à leur développement.

La littérature est définie en effet comme un aspect spécifique de la communication verbale – orale ou écrite – qui implique l’exploitation des ressources de la langue pour multiplier les effets sur le destinataire, qu’il soit lecteur ou auditeur. Littérature – dont les frontières sont nécessairement vagues et varient d’évaluations personnelles – se caractérise pas par ses supports et ses genres, mais par sa fonction esthétique: la mise en forme du message prend préséance sur le contenu, dépassant ainsi l’outil de communication limitée à la transmission de l’information, même complexes.Aujourd’hui, la littérature est associée à la civilisation des livres par lesquels nous parlons auteurs à distance, mais il concerne aussi les différentes formes d’expression orale comme la poésie traditionnelle des peuples sans écriture – dont nos chansons sont des cousins ​​éloignés – ou le théâtre, pour être reçue par la voix et les acteurs du corps. La technologie numérique, toutefois, peut être de transformer le médium traditionnel de la littérature et la nature.


Le concept de littérature a été régulièrement contestée par des écrivains tels que par les critiques et les théoriciens: cela est particulièrement vrai depuis la fin du XIXe siècle quand ils ont cherché à redéfinir – comme l’art – la littérature fonctionnalités (par exemple avec la notion d’engagement de Sartre, Qu’est-ce que la littérature? ) et de la nature (réflexion sur l’écriture et la lecture de Roland Barthes ou d’études de linguistes comme Roman Jakobson) et de renouveler les critères esthétiques (le «Il faut être absolument moderne’ Rimbaud du nouveau roman à travers le surréalisme, par exemple).

Néanmoins, riche de sa diversité ainsi qu’un nombre illimité formelle de ses sujets qui disent constamment revitalisé la condition humaine, la littérature est la première rencontre entre celui qui, par ses paroles, a déclaré que lui et son monde, et celui qui reçoit et partage cette révélation.

Littérarité: problèmes dans la littérature

Les débats esthétiques et morales seront également jamais fermé toutes les ambitions des auteurs ne correspondent pas forcément aux attentes des lecteurs, ce qui pose la question de l’avant-gardes qui apparaissent sur presque toutes les générations depuis 1830 et reflètent les mouvements littéraires qui ont réussi que le romantisme , le naturalisme, la décadence, le dadaïsme … La division en périodes historiques ou dans des zones linguistiques aussi un débat et est combiné avec l’éclairage d’autres: la distinction par sexe des auteurs (littérature féminine), sexuelles (littérature «gay»), les approches politiques (littérature communiste) …

La littérature a aussi interrogé régulièrement sur sa nature et son rôle depuis la fin du XIXe s, en pratique (par exemple, Lautréamont, Mallarmé, Camus) comme dans la théorie (par exemple, Paul Valéry, Sartre). D’abord principalement axées sur la poésie par le «moderne» (surréalistes, lettriste Oulipo), la réflexion a porté sur la romaine avec le Nouveau Roman dans les années 1950-1970 et de l ‘«ère du soupçon» qui remet en question la notion de personnage, la chronologie , ou de nouveaux genres tels que l’auto-fiction d’aujourd’hui, et aussi dans le théâtre (Antonin Artaud – Théâtre Beckett ou Ionesco éclatement).Les discussions ont été ouverts et portés par des designers tels que par des universitaires et des critiques, par exemple au sujet du lien entre l’œuvre et l’auteur contesté par Proust contre Sainte-Beuve, ou la «mort de l’auteur’ proclamée par Roland Barthes, pour qui le lecteur vient le rôle majeur qui réécrit le texte lui-même.

En fait, la «littérarité d’un texte», c’est-à-dire ce qui fait un texte littéraire, appartient à la littérature, est toujours la question centrale: approches telles que le structuralisme avec Roland Barthes, Gérard Genette dans la narratologie, de stylistique, définie comme un ‘ effets linguistiques de la poste par Michael Riffaterre ou l’analyse de la structure des fonctions de communication et du langage de Roman Jakobson qui cherchent à construire un texte technique et objective qui fait face néanmoins une forte opposition, par exemple, que Henry Meschonnic.

Statut de la littérature et l’écrivain

La littérature des questions aussi face à la concurrence du cinéma et de télévision et étant donné l’utilisation récente de la technologie de l’information et des communications et technologies de l’information dans la production et la diffusion de textes qui soulèvent des questions de manière plus générale de l’écriture dans le monde postmoderne. Cependant, il n’ya aucun doute sur l’avenir de la littérature: elle est dérivée de l’Écriture.Et vous ne pouvez pas effacer le rôle de l’Écriture, il remplace ce qui est dit, a parlé de la bouche.

Enfin, les auteurs (sauf pour les dramaturges et auteurs-compositeurs qui font face le monde de la scène et la distribution de musique) n’existent que par l’édition traditionnelle de leurs textes dans le livre ou un journal. Relations avec le monde des publications sont cruciaux pour la littérature et les écrivains ont dû imposer la notion de paternité de l’œuvre et de garantir l’existence du droit d’auteur (droits financiers et moraux) de Beaumarchais suivantes, à l’initiative de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques en 1777 , et Honoré de Balzac avec sa «Lettre aux écrivains du XIXe siècle», publié dans la Revue de Paris en 1834 qui a conduit en 1838 à la création d’entreprise des hommes de lettres. Toutefois, seul un nombre très limité de créateurs de la littérature peut vivre de sa plume, qui continue à être le statut de l’écrivain.

Statut de la littérature et l’écrivain

La littérature des questions aussi face à la concurrence du cinéma et de télévision et étant donné l’utilisation récente de la technologie de l’information et des communications et technologies de l’information dans la production et la diffusion de textes qui soulèvent des questions de manière plus générale de l’écriture dans le monde postmoderne.Cependant, il n’ya aucun doute sur l’avenir de la littérature: elle est dérivée de l’Écriture. Et vous ne pouvez pas effacer le rôle de l’Écriture, il remplace ce qui est dit, a parlé de la bouche.

Enfin, les auteurs (sauf pour les dramaturges et auteurs-compositeurs qui font face le monde de la scène et la distribution de musique) n’existent que par l’édition traditionnelle de leurs textes dans le livre ou un journal. Relations avec le monde des publications sont cruciaux pour la littérature et les écrivains ont dû imposer la notion de paternité de l’œuvre et de garantir l’existence du droit d’auteur (droits financiers et moraux) de Beaumarchais suivantes, à l’initiative de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques en 1777 , et Honoré de Balzac avec sa «Lettre aux écrivains du XIXe siècle» Publié dans la Revue de Paris en 1834 qui a conduit à la création en 1838 des Gens des Lettres Société de. Toutefois, seul un nombre très limité de créateurs de la littérature peut vivre de sa plume, qui continue à être le statut de l’écrivain.

Littérarité: problèmes dans la littérature

Les débats esthétiques et morales seront également jamais fermé toutes les ambitions des auteurs ne correspondent pas forcément aux attentes des lecteurs, ce qui pose la question de l’avant-gardes qui apparaissent sur presque toutes les générations depuis 1830 et reflètent les mouvements littéraires qui ont réussi que le romantisme , le naturalisme, la décadence, le dadaïsme … La division en périodes historiques ou dans des zones linguistiques aussi un débat et est combiné avec l’éclairage d’autres: la distinction par sexe des auteurs (littérature féminine), sexuelles (littérature «gay»), les approches politiques (littérature communiste) …

La littérature a aussi interrogé régulièrement sur sa nature et son rôle depuis la fin du XIXe s, en pratique (par exemple, Lautréamont, Mallarmé, Camus) comme dans la théorie (par exemple, Paul Valéry, Sartre). D’abord principalement axées sur la poésie par le «moderne» (surréalistes, lettriste Oulipo), la réflexion a porté sur la romaine avec le Nouveau Roman dans les années 1950-1970 et de l ‘«ère du soupçon» qui remet en question la notion de personnage, la chronologie , ou de nouveaux genres tels que l’auto-fiction d’aujourd’hui, et aussi dans le théâtre (Antonin Artaud – Théâtre Beckett ou Ionesco éclatement).Les discussions ont été ouverts et portés par des designers tels que par des universitaires et des critiques, par exemple au sujet du lien entre l’œuvre et l’auteur contesté par Proust contre Sainte-Beuve, ou la «mort de l’auteur’ proclamée par Roland Barthes, pour qui le lecteur vient le rôle majeur qui réécrit le texte lui-même.

En fait, la «littérarité d’un texte», c’est-à-dire ce qui fait un texte littéraire, appartient à la littérature, est toujours la question centrale: approches telles que le structuralisme avec Roland Barthes, Gérard Genette dans la narratologie, de stylistique, définie comme un ‘ effets linguistiques de la poste par Michael Riffaterre ou l’analyse de la structure des fonctions de communication et du langage de Roman Jakobson qui cherchent à construire un texte technique et objective qui fait face néanmoins une forte opposition, par exemple, que Henry Meschonnic.

Statut de la littérature et l’écrivain

La littérature des questions aussi face à la concurrence du cinéma et de télévision et étant donné l’utilisation récente de la technologie de l’information et des communications et technologies de l’information dans la production et la diffusion de textes qui soulèvent des questions de manière plus générale de l’écriture dans le monde postmoderne. Cependant, il n’ya aucun doute sur l’avenir de la littérature: elle est dérivée de l’Écriture.Et vous ne pouvez pas effacer le rôle de l’Écriture, il remplace ce qui est dit, a parlé de la bouche.

Enfin, les auteurs (sauf pour les dramaturges et auteurs-compositeurs qui font face le monde de la scène et la distribution de musique) n’existent que par l’édition traditionnelle de leurs textes dans le livre ou un journal. Relations avec le monde des publications sont cruciaux pour la littérature et les écrivains ont dû imposer la notion de paternité de l’œuvre et de garantir l’existence du droit d’auteur (droits financiers et moraux) de Beaumarchais suivantes, à l’initiative de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques en 1777 , et Honoré de Balzac avec sa «Lettre aux écrivains du XIXe siècle», publié dans la Revue de Paris en 1834 qui a conduit en 1838 à la création d’entreprise des hommes de lettres. Toutefois, seul un nombre très limité de créateurs de la littérature peut vivre de sa plume, qui continue à être le statut de l’écrivain.

Les horaires de la famille et sens des mots

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles