➔ LITTÉRATURE

Litterature arabe classique

> > Litterature arabe classique ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction


La littérature arabe de tous les écrits (prose et vers) écrit en arabe. Ceci n’inclut pas les œuvres écrites avec l’alphabet arabe utilisé pour transcrire une langue comme c’est le cas avec le persan ou l’ourdou. Le terme arabe utilisé pour se référer à la littérature est adab qui est dérivé d’un mot signifiant ‘pour inviter quelqu’un à un repas» et qui porte les idées de politesse, de culture et d’enrichissement.

La littérature arabe a émergé dans le sixième siècle. Témoignage précédent sont seulement des fragments de la langue écrite. Il est le Coran, au VIIe siècle qui a eu l’influence la plus durable sur la culture arabe et la littérature.

L’érudition islamique

La recherche sur la vie et l’époque de Mahomet et la détermination des parties authentiques de la sunna, a été l’une des premières causes principales du développement de la bourse en raison Arabic.One pour le rassemblement de la poésie pré-islamique est que certains de ces poètes étaient proches du Prophète (comme Labid, qui a vraiment rencontré Muhammad et converti à l’islam) et leurs écrits éclairés du temps de l’à laquelle ces événements se sont produits. Muhammad a aussi inspiré les premières biographies arabe, connue sous le nom d’Al-Sirah al-nabawiyyah. Le premier a été écrit par Wahb ibn Muhammad ibn Mounabbih mais Ishaq qui a écrit les plus célèbres.Tout en traitant avec la vie du Prophète, les savants a également raconté les événements et les batailles de l’ère islamique tôt, et leurs histoires sont aussi nombreuses digressions sur les anciennes traditions bibliques.

Un certain nombre des premiers travaux étudient la langue arabe ont démarré dans le nom de l’islam. La tradition dit que le calife Ali, après avoir lu un Coran qui avait des erreurs, demanda à Abu al-Aswad al-Du’ali d’écrire un livre qui serait de codifier la langue arabe grammar.A peu plus tard, Khalil ibn Ahmad a écrit le ‘Kitab al -Ayn, ‘le premier dictionnaire arabe qui comprenait également le travail sur la prosodie et la musique. Son élève, Sibawayh, produire le travail de la grammaire arabe, le plus respecté, connu comme ‘Al-Kitab» qui signifie tout simplement «le livre».

D’autres califes ont exercé leur influence sur l’arabe comme Abd al-Malik, qui a fait la langue officielle de l’administration du nouvel empire, et Al-Mamoun qui a fondé la Bayt al-Hikma ou ‘Maison de la Sagesse» à Bagdad, un centre de recherche et de traduction. Les villes de Bassora et de Koufa, qui avait une rivalité difficiles, ont été deux autres centres importants de l’apprentissage dans le monde arabe émergents.

Institutions basées principalement dans le but d’analyser en profondeur la religion islamique, a fourni une valeur inestimable dans l’étude de nombreux autres sujets.Le Calife Hisham ibn Abd al-Malik a contribué à enrichir la littérature par des universitaires d’enseignement de traduction d’ouvrages étrangers dans le premier de ces Arabic.The était probablement la correspondance d’Aristote à Alexandre le Grand, traduit par Abu al-Salm Cala ‘. A l’Est, et dans tout autre genre, Abdullah Ibn al-Muqaffa traduit les fables animalières du Panchatantra. Ces traductions ont gardé vivante l’apprentissage et l’enseignement, en particulier celle de la Grèce antique, où l’Europe était au Moyen Age. Beaucoup de ces œuvres ont ensuite été réintroduit en Europe par le biais des versions en arabe.

Le déclin de la littérature arabe classique

L’expansion des populations arabes dans les septième et huitième siècles a pris contact avec une variété de différentes personnes qui ont peu à peu, l’influence de leur culture. L’ancienne civilisation perse fut, de tous, celui qui avait le plus d’impact sur la littérature arabe. Perse, aimait toujours à se voir comme la quintessence de la culture islamique, en dépit du déclin de son influence pendant des siècles. ‘Shu’ubiyya’ est le nom de la querelle entre la vie rude, rurale et les Arabes du désert dans le monde persan, plus facile et plus raffinée.Tout cela a provoqué de vifs débats parmi les universitaires et ont contribué à la diversification des styles littéraires, ce n’était pas un conflit, car il était préjudiciable plus important à faire à l’époque, comme le forgeage une unique identité culturelle islamique. Le Persan écrivain Ibn Burd Bashshar résumer sa propre position dans les prochaines lignes, quelques-uns des poèmes:

Le patrimoine culturel de l’habitat du désert arabes ont continué à montrer son influence, bien que de nombreux écrivains et savants qui vivent dans les grandes villes arabes. Lorsque Khalil ibn Ahmad a énuméré les pièces de poésie qu’il a appelé les versets «bayt’, qui signifie «tente», et les pieds ‘Sabah’, qui signifie ‘corde tente.’ Même dans la nostalgie du XXe siècle pour la vie simple du désert dans la littérature ou du moins les écrits ultérieurs ont été soigneusement mis à date.A résurgence lente du persan et une délocalisation du gouvernement et les principaux centres d’apprentissage réduite à Bagdad la production de la littérature arabe. Les thèmes et les genres de prose arabe ont été prises principalement en persan par des auteurs comme Omar Khayyam, Attar et Rumi, qui ont tous été clairement influencée par les premières œuvres.Dans un premier temps, la langue arabe a conservé son importance dans la politique et administrative, mais avec la montée de l’Empire ottoman son utilisation a été limitée à celle de la seule religion. Ainsi, en plus du persan, les nombreuses variantes de la langue turque va dominer la littérature de la région arabe jusqu’au XXe siècle, tous les incorporant des influences sporadiques de la langue arabe.

La littérature pré-islamique

La période d’avant l’écriture du Coran et le développement de la civilisation islamique est appelée, dans la langue propre et rénover le Coran, ou Jahiliya ‘ignoranti / paganisme.’ Le terme ‘ignoranti / paganisme», qui a ensuite été utilisé en particulier entre les musulmans, connote l’idée d’une façon de vivre et d’agir propre à ignorer la présence de la construction devrait infidèles de Dieu. Bien qu’il y ait peu de preuves de la littérature écrite pendant cette période, la tradition littéraire orale est déjà riche et développé. C’est dans les dernières décennies du fin du VIe siècle qui commence à développer une véritable tradition écrite littéraire. Les premiers écrits seront compilés deux siècles plus tard dans deux livres de poésie: le Mu’allaqât et Mufaddaliyat. Ces ouvrages de synthèse ne une vue partielle de ce que pourrait être la littérature de l’époque.Il est probable que seuls les poèmes ou pièces de poèmes ont été jugés les mieux conservées.

Fiction littéraire

Il ya relativement peu de la prose de fiction dans la littérature arabe, bien que beaucoup de non-fiction travaux comprennent des histoires courtes. Une grande proportion d’entre eux ont probablement été fabriquées ou embellished.The manque d’achever des œuvres de fiction est en partie due à la distinction entre un Fusha-, l’apprentissage des langues, et al-ammiyyah, la langue populaire. Certains auteurs ont essayé d’écrire des ouvrages en langue populaire, mais on a estimé que cette littérature était de fournir des objectifs mieux et plus précis, c’est-à-dire être plus instructif que d’avoir un seul but ludique. Cette opinion n’a pas fini le rôle traditionnel de «hakawati» ou conteurs qui ont continué à raconter les épisodes divertissants ouvrages pédagogiques et les fables et les contes populaires qui ne sont pas habituellement enregistrées par l’écriture.

Tales of Arabian Nights, qui sont parmi les plus populaires de la littérature arabe et ont toujours un impact significatif sur les idées que les non-Arabes dans la culture arabe, constituent cependant une exception à l’absence de fiction. Bien que considéré comme d’origine arabe, ils ont été effectivement mis au point à partir œuvres persanes, et l’histoire elle-même peut avoir des racines en Inde.Les histoires d’Aladin et la lampe merveilleuse et Ali Baba et les quarante voleurs sont de bons exemples du manque de fiction en prose populaire en langue arabe. Habituellement considéré comme des épisodes de Les Mille et Une Nuits, ils n’appartiennent pas dans les contes originaux. Là, ils ont été inclus pour la première fois dans la traduction française des histoires par Antoine Galland, qui avait entendu de la bouche d’un conteur traditionnel. Auparavant, ils existaient dans les manuscrits arabes incomplets. Un autre personnage haut en couleur dans la littérature de fiction arabe, Sinbad est bon, il, les Mille et Une Nuits.

Les Mille et Une Nuits sont généralement stockées dans le genre de l’épopée de la littérature arabe, avec de nombreux autres ouvrages. Ce sont généralement des histoires courtes ou des collections d’épisodes s’enchaînent dans une version simple tale.The longtemps prolongée ont été écrites, pour la plupart relativement tard, après le XIVe siècle, bien que beaucoup d’entre eux ont été collectées sans aucun doute plus tôt et plus d’histoires originales datent probablement de la pré-islamique. Dans ces collections, vous pouvez trouver beaucoup de différents types de récits tels que:fables animalières, de proverbes, d’histoires sur le djihad et la propagation de la foi, de contes humoristiques, des contes moraux, et même des histoires traitant des caractéristiques des personnages comme escroc rusé farceur ou Ali Zaybaq Joha.

Le maqam

Le genre (مقامة) Maqamat, une forme intermédiaire de prose rimée, ne dépasse pas seulement l’opposition entre prose et poésie: c’est aussi un moyen terme entre les genres de fiction et non fiction. Outre une série d’histoires courtes sont des fictions tirées de situations réelles, d’autres questions sont considered.A exemple célèbre est le Maqam de musc, qui est présenté comme une comparaison des caractéristiques de saveurs différentes, mais qui est en réalité une satire politique masquée par la comparaison entre plusieurs rois concurrents. Le Maqamat permet également l’utilisation de la doctrine de «Badi» qui implique l’addition intentionnelle de complexes expressions littéraires destinés à montrer la dextérité de la langue de l’écrivain. Al-Hamadan est considéré comme le fondateur de la Maqamat genre et son travail a été repris par Abu Muhammad al-Qasim al-Hariri, le rédacteur en chef d’un Maqamat qui est une étude de l’œuvre d’Al-Hamadan lui-même. Le Maqamat est un genre très populaire de la littérature arabe.Il fut l’un des rares formes qui ont continué à utiliser pendant le déclin de la littérature arabe dans les XVIIe et XVIIIe siècle, et Gibran Khalil Gibran a réinvesti dans le XXe siècle.

La littérature arabe moderne

La Nahda [2]

← Article précédent: Litteratura Article suivant: Litterature audio gratuite


Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles