Un site du réseau encyclopédique Savoir.fr
➔ LITTÉRATURE

Résumé de livres

Vous êtes ici : » » Résumé de livres ; écrit le: 15 novembre 2011 par La rédaction

résumé de livres

The Book Thief (The Book Thief) est un roman pour jeunes adultes écrit par l’auteur australien Markus Zusak, publié en 2005 en Australie et en Mars 2007 en France par les Editions OH!, Traduit par Marie-France Girod.

The Book Thief est une histoire racontée par un narrateur inhabituel: la mort. Le narrateur nous présente ici l’histoire d’une jeune fille placée en famille d’accueil d’une petite ville près de Munich, en Allemagne dans la Seconde Guerre mondiale. Nous découvrons le destin tragique de Liesel Meminger à travers les yeux de la Mort, avec un humour noir et cynique, le témoin objectif ultime de la folie humaine.


Le roman a reçu une reconnaissance internationale du public et des critiques qui ont salué l’aspect déconcertant de l’histoire et les valeurs qu’elle défend contre la barbarie que l’importance des liens familiaux, d’amitié, de solidarité et de la puissance humaine de livres.

Accueil

Réception du public

The Book Thief a été publié pour la première fois en Australie en 2005 dans la catégorie des romans pour adultes, quand il a été publié aux Etats-Unis et en Europe comme un roman pour jeunes adultes.

Il a été un succès international depuis qu’il est devenu numéro un des ventes aux Etats-Uniset au Royaume Uni dans les deux éditions (adultes, jeunes et adultes), peu après leurs sorties respectives.

Réception des critiques littéraires

Le succès a aussi été critique pour la nomination de Markus Zusak. Il a été acclamé par les principaux journaux américains et australiens et de la presse française pour lui dans la même maison.

‘Le numéro un des ventes du New York Times, The Book Thief a été publié comme un livre pour les jeunes adultes dans certains pays, et comme un roman pour adultes dans d’autres il se doit -. Oserais-je dire? – Certainement être lu par tous les curieux, intriguant,. triomphant et tragique, c’est un roman magistral à vous couper le souffle. Je ne pouvais pas le recommander assez de le lire. ‘

Bourses

Cadre spatio-temporel

L’emplacement de la parcelle

Molching est une petite ville imaginaire en Allemagne. Il est situé à quelques kilomètres de Munich, en Bavière, près de Dachau, où la ville a été construit le premier camp de concentration importante en Allemagne qui est entré en opération de Mars 31, 1933, est aussi l’un des rares camps construits avant la mort de l’ancien président Hindenburg en 1934.

Le contexte historique

L’histoire commence en Janvier 1939, huit mois avant l’invasion de la Pologne et le début officiel de la Seconde Guerre mondiale.

La fin de The Book Thief est pendant les bombardements alliés de l’Allemagne nazie qui a touché l’été 1943.

L’épilogue, à Sydney, en Australie, va plusieurs années des dizaines après les événements racontés dans le roman, à la fin de la vie de Liesel Meminger.

Résumé

The Book Thief est en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Le parti nazi d’Hitler est tout puissant et plus fidèles tous les day.Death, collecteur d’âmes réticentes, raconte une histoire, rare plaisir d’une vie consacrée à apporter à nos âmes à l’heure de notre mort.

Ceci est l’histoire de Liesel Meminger, nous découvrons qu’elle et son frère sont envoyés par leur mère dans une famille d’accueil dans les Molching, près de Munich, très proche du camp de Dachau. C’était aussi la première fois que la Mort a rencontré Liesel, qui serait examiné à nouveau deux fois tout au long de l’événement qui va marquer sa vie. En effet, Werner, le frère de Liesel meurt, emporté par la toux, dans le train qui les emmène à leur nouvelle famille d’accueil.À l’enterrement, Liesel vole son premier livre, Le Manuel du fossoyeur, la neige est tombé de la poche du garçon qui agit comme utilisant le fossoyeur. Même si elle ne peut pas lire ce «vol» est le premier d’une série de plusieurs autres (d’où le titre). Elle ne verra jamais sa mère.

À l’arrivée à Molchning, au 33 rue Himmel, Liesel rencontre ses parents adoptifs, Hans et Rosa Huberman. Hans est un peintre en bâtiment et Rosamère au home.Surly et grossier (elle garde des jurons), elle a travaillé à faire la lessive pour les riches résidents Molching, elle déteste. Liesel rencontre aussi ses nouveaux camarades, surtout Rudy Steiner, un voisin de la rue Himmel, qui est devenu son meilleur ami. Rudy admirer afro-américain Jesse Owens, athlète, l’un des meilleurs sprinters de la période d’entre deux guerres, médaillé d’or quadruples aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, où Hitler refusa de serrer la main parce que ‘c’était noir. Rudy frotte charbon et essaie d’émuler son idole en exécutant un cent mètressur Hubert ovale.

Chaque nuit, Liesel est réveillé à 2 heures du matin par une cauchemars terrifiants dans lequel elle voit son petit frère est mort à côté d’elle dans le wagon de train qui les a amenés à Molching.Et chaque nuit, Hans Huberman, son «nouveau» père, vient à sa chambre pour la rassurer et de câlins avec son gauche et le reste de la night.He joue parfois de l’accordéon, et plus tard ils vont profiter à la fois de ces heures la nuit pour Liesel enseigner à lire, en utilisant les bases de minces Hans à déchiffrer les mots et les phrases de livres volés. Le temps passe et Liesel grandit, grandit à mesure que son butin littéraire: après Manuel du fossoyeur, elle a reçu deux livres pour Noël de son père adoptif, Faust le Chien et le phare, qui a acheté en vendant des cigarettes roulées à la main qu’il a faite. À un feu de livres organisée pour l’anniversaire d’Hitler, elle a volé le haussement d’épaules et même reçu quelques Mein Kampf du fils de Huberman, fidèle partisan du parti nazi.

Pendant ce temps, Max Vandenburg, un boxeur juif, fils d’un ancien camarade dans les tranchées de Hans Huberman, a demandé son aide, la persécution des Juifs en Allemagne en plein essor. Liesel donne Hans l’idée d’utiliser le symbolisme de Mein Kampf pour permettre à Max de se rendre à Molching et se cacher dans la cave de l’Huberman maison, Himmel Street.Living avec Max a pris le temps de s’installer pour Liesel, mais il a réussi à amadouer et ils sont devenus des amis proches.

Max lui a donné son sixième livre, L’Homme qui était penché, il s’était établi à la peinture sur les pages scission de Mein Kampf. Le Whistler était son septième livre. Il a dérivé dans les eaux de l’Amper jusqu’au Rudy Steiner plongé dans l’eau glacée de Décembre 1941, a failli se noyer, il ne lui rapporte.

Progressivement, alors que le roman se développe, le front se rapproche Molching. Peu de temps après un raid aérien, un avion allié s’est écrasé en dehors de la ville, et Liesel et Rudy ont assisté à la mort du pilote. C’était la deuxième rencontre avec la Mort Liesel.

Elle a volé son huitième livre dans la bibliothèque du maire, et a choisi Le Porteur de rêves en l’honneur de son ami, Max, qui avait décidé de quitter de peur que la SS prend-il à leurs bienfaiteurs. Le même scénario s’est répété pour le livre neuvième et dixième, une chanson dans la nuit et le Duden universelle Dictionary.His onzième livre, il est envoyé par Rosa Huberman lui-même. Il a été le carnet de croquis de Max Vandenburg, il a été nommé pour secouer les mots – Petit livre de réflexion pour Liesel Meminger. La femme du maire lui a donné, officiellement cette fois, son douzième livre, L’Étranger dernière de l’homme. Elle écrit elle-même le dernier livre. Elle a choisi le titre The Book Thief.

Nouveau frappes aériennes frappé Molching, et les gens organisés pour se réfugier dans les grottes avec un ‘assez profond’ quand les sirènes ont commencé à hurler. Liesel à la puissance des mots appris en lisant ses livres à ses voisins au calme pendant les bombardements.

Mais un jour, l’alarme sonnait trop tard. La plupart des résidents de la rue Himmel ont été tués pendant cette nuit de bombardements, à l’exception Liesel. Elle a été enfermée dans la cave de Hubermann d’écrire sa propre histoire. Elle a été soudainement surmonter la douleur de la mort de sa famille et ses amis, et la perte du seul bonheur qu’elle n’avait jamais été témoin known.She les corps de ses parents et celle de Rudy, à qui elle a donné un dernier baiser au revoir. Il s’agissait de sa troisième rencontre avec la Mort, qui vole des livres autobiographie du voleur, qui lui a donné de nouveaux aperçus sur la vie de cette fille étrange.

Miraculeusement, Max a été surprenante et ironiquement survécu à son internement dans les camps de concentration et Liesel il a trouvé quelques années plus tard, alors qu’il travaillait au père d’Alex du magasin Steiner, Rudy.

L’histoire se termine avec la mort de la vieille femme ce qui est arrivé à Lizzie, qui vit maintenant avec sa famille à Sydney, en Australie. Il s’agit de sa dernière rencontre avec la Mort.

Thèmes

Mort

Tout au long du roman, La mort est partout, d’une part parce qu’il est lui-même l’histoire, mais aussi parce que cette histoire se déroule dans la guerre et dans un pays où le régime de l’a érigé un model.Liesel est entouré par la Mort, avec qui elle aura à faire face pour survivre, grandir et garder espoir, même en prenant des risques incroyables pour aider les fugitifs, comme Max.

»Enfin, Hubermann.HansSa haute figure était allongé dans son lit et ses yeux étaient à moitié ouverte sur l’argent dans ses yeux. Son âme était en attente pour moi. Elle m’a accueilli. C’est toujours comme ça sont de telles âmes le meilleur. Ils se lèvent et dire: «Je sais qui vous êtes et je suis prêt. Ce n’est pas que j’ai voulu, bien sûr, mais je viens. ‘Ils sont toujours de petite taille, car une partie d’eux-mêmes est déjà ailleurs.’

Le pouvoir des mots

Liesel est The Book Thief. Elle vole son premier livre à l’enterrement de son frère, et passe par son père adoptif, la femme du maire et de son ami Max, à apprendre à lire et à écrire.Elle explorera également le pouvoir des mots, comme un apaisement dans une situation de stress et de tension (lors des bombardements), mais aussi comme un moyen de parvenir à ses fins, en utilisant qu’utilisèrent que Hitler et son régime totalitaire à établir leur domination sur l’esprit du peuple allemand. Les livres qu’elle vole ou qu’il a enfin lui permettre de s’échapper pendant les moments difficiles de son enfance.

Amitié

Une grande partie de l’intrigue tourne autour de l’amitié entre les peuples Liesel et beaucoup: Rudy, son meilleur ami, complice et compagnon de jeu, Hans, son père adoptif si compréhensif et honnête, Max, le boxeur juif qui se cache dans la cave ou la femme du maire, Ilsa Hermann, le bienfaiteur qui lui permettra d’étendre sa culture littéraire, qui est quand la Mort se reccueillir le priver de tous ceux à qui il était.

Beauté et la brutalité de l’Humanité

Ce paradoxe est exprimé de nombreuses fois dans ce récit, chaque fois avec la déclaration de détachement par le narrateur, qui, ne l’oublions pas, est la brutalité death.The de l’homme a été particulièrement lié à l’Allemagne nazie. Les horreurs de cette guerre sont présentées au lecteur à travers les persécutions et les traitements inhumains des Juifs.En revanche, des scènes comme celle du pilote meurt reflètent la beauté de l’humanité. Dans cette scène, Rudy a déposé un ours en peluche sur la poitrine de l’homme avant la mort se détache son âme. Ces actes de gentillesse réapparaissent tout au long du roman, montrant les deux côtés de la nature humaine.

«Je tiens à parler à The Book Thief de violence et de beauté, mais que pouvais-je dire qu’il ne savait pas déjà à ce sujet? Je tiens à préciser que je continue à surestimer et à sous-estimer la race humaine, et il est rare que je l’estime de tous. Je voulais vous demander comment la même chose pourrait être à la fois laid et si belle, et ses mots et des histoires tellement accablant et si étincelants.Rien de cela est de ma bouche. ‘

La Résistance allemande

Un sujet peu discuté au sujet de la Seconde Guerre mondiale et la Résistance en général. Il y avait des mouvements de résistance au nazisme, telles que la Rose blanche, un mouvement étudiant sur Munich ou la tentative d’assassinat sur Hitler par le comte Claus Schenk von Stauffenberg et de nombreux socio-démocrates, communistes, catholiques, protestants et même les militaires.

Mais il y avait aussi beaucoup d’actes isolés et libres comme Hans Huberman, tels que ceux que nous avons pu trouver en Europe et particulièrement en France, où les citoyens privés ont risqué leur vie et leurs familles, a décidé d’aider les juifs et les autres personnes persécutées par les nazis .

‘Le voyage de l’esprit de Hans Huberman: Il avait peu d’éducation et de sensibilisation politique, mais au moins il était un homme dévoué à la justice Un Juif avait sauvé sa vie et qu’il ne pouvait pas l’oublier, il pourrait rejoindre un parti qui a montré par exemple.. l’hostilité envers les gens. outre que, tout comme Alex Steiner, un certain nombre de ses clients les plus fidèles ont été Jews.Like beaucoup de Juifs, qu’il ne pense pas que cette haine pourrait se poursuivre et, après mûre réflexion, il a décidé de ne pas suivre Hitler. À bien des égards, ce choix s’est avéré désastreux. ‘

Citations

‘Une histoire simple, en fait, qui se réfère, en particulier: -. Une fille – de mots – un accordéon – Sur fanatiques allemands – un boxeur juif – et un certain nombre de vols’

← Article précédent: Article suivant:

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié

Top articles