/*

La forme visuelle : Savoir utiliser le cadre de la page

Vous êtes ici : Accueil » littérature » La forme visuelle : Savoir utiliser le cadre de la page
La forme visuelle : Savoir utiliser le cadre de la page

[tab:ARTICLE]

Chaque page de la revue de presse sera construite en fonction des impératifs de lisibilité et de facilité d’accès à l’information.

La recherche de la lisibilité

La lisibilité de la page repose d’abord sur un équilibre visuel entre le « texte » et le « non-texte », qui devrait se situer dans un rapport approximatif de 50/50. Par convention, le texte représente tous les développements écrits ; plus curieusement, le non texte est constitué non seulement par le blanc, mais aussi par les titres et les illustrations… Cette constatation constitue une première esquisse de réponse à la question traitée plus bas : le principe de reproduire un article par page peut heurter violemment cette règle, surtout s’il s’agit de brèves ! Contrairement à ce que l’on pense parfois, trop de blanc n’arrange rien.

La lisibilité repose aussi sur un certain confort de lecture. Ce qui signifie cohérence de la disposition, en jouant par exemple de l’axe diagonal de la page. L’encadrement systématique des articles au moyen d’un léger filet peut aider à les isoler ; mais on peut aussi songer à regrouper dans un cadre unique plusieurs articles que relie un lien thématique.

Par ailleurs, le confort de lecture suppose que l’utilisateur n’ait pas d’effort particulier à fournir pour parcourir rapidement le document dans sa continuité : prudence donc dans l’usage de la présentation « à l’italienne », qui oblige à renverser le fascicule, même si le procédé permet de gagner de la place dans la mise en page. Attention aussi à la clarté de présentation des articles qui ne tiennent pas sur une seule page : plutôt que de jouer sur des titres coupés en page impaire qui continuent sur la page paire suivante, utilisez soit le signe conventionnel, soit un pictogramme du type

Enfin, vous assurerez le confort de votre lecteur en l’aidant à identifier les passages que vous jugerez a priori importants pour lui : le soulignage de mots clés, voire le rappel en marge au moyen d’un pictogramme pourra se révéler utile.

L’intérêt d’un cadre normé

Un cadre normé, c’est-à-dire préétabli, vous permettra de gagner beaucoup de temps dans la réalisation et constituera une aide appréciable pour votre lecteur. Vous préparerez donc une fois pour toutes le support sur lequel vous collerez les extraits de presse.

Cette technique convient particulièrement aux articles d’une certaine longueur, présentés à raison d’un texte par page. Mais elle peut s’adapter aussi à la mise en page de plusieurs articles par page : dans ce cas, ne subsisteront dans les indications normées que l’intitulé de la rubrique, accompagné éventuellement d’un titre ou de mots clés précisant l’instance de regroupement des articles, l’indication du service émetteur de la revue de presse et la pagination ; les autres informations seront données à côté de chaque article.

Une photocopie par page ou un remplissage maximum ?

Les deux formules existent, avec leurs avantages et leurs inconvénients :

 Une photocopie par page : ses avantages

  • cette formule est rendue presque obligatoire dans la logique de supports fortement normés ;
  •  elle induit souvent une certaine élégance, due notamment au sentiment d’unité qu’elle produit. En ce sens, elle convient aux revues de presse à périodicité espacée – annuelle par exemple – où les critères esthétiques l’emportent souvent sur l’efficacité dans la transmission d’une information immédiatement utilisable ;
  • elle se révèle précieuse chaque fois que l’objectif est de jouer la carte du volume, c’est-à-dire d’insister – implicitement ? – sur l’importance que la presse accorde à l’entreprise, quitte à déformer la réalité..

 Ses inconvénients

  • le premier inconvénient est précisément celui du volume excessif, coûteux par tout le papier consommé, mais aussi par le temps d’exploitation requis chez l’utilisateur ;
  • toujours sous l’angle de l’efficacité dans la communication, elle ne permet pas de regrouper les textes qui vont ensemble. Le risque de juxtaposition d’articles pas ou peu hiérarchisés, est grand ; cette difficulté à hiérarchiser risque aussi de valoriser indûment un article par rapport à un autre qui revêt une importance intrinsèque plus grande, mais que rien n’indique vraiment.

Plusieurs articles par page : des avantages

  •  la formule s’impose dans les revues de presse à périodicité rapprochée, qui comportent beaucoup d’articles. C’est le cas notamment de celles des grandes entreprises qui occupent une place privilégiée dans l’univers médiatique, mais aussi d’entreprises plus modestes, lorsque leurs centres d’intérêt sont nombreux et variés ;
  • elle permet de regrouper les articles qui concernent un même évènement et, de façon générale, de hiérarchiser plus facilement les informations et les types d’articles.

Les limites, qui exigent la mise en œuvre de certaines précautions

  • en raison de l’incohérence typographique des articles juxtaposés, l’impression visuelle n’est pas toujours très bonne;
  •  la formule impose un rubricage explicite ;
  • elle entraîne parfois des difficultés de regroupement logique, d’autant plus que ceux-ci risquent d’être guidés uniquement par la forme typographique :

[tab:VIDEOS]

Vidéo : La forme visuelle : Savoir utiliser le cadre de la page

Vidéo démonstrative pour tout savoir sur : La forme visuelle : Savoir utiliser le cadre de la page

http://www.youtube.com/watch?v=YthRyBFzUx4 [tab:END]

Laisser une réponse

Votre mail ne sera pas publié